« Un marasme d'une décennie menace la France ». C'est le patron de l'institut allemand Ifo qui l'assure délicatement

 |   |  695  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Hans-Werner Sinn affirme dans une tribune publiée par Wirtschaftswoche que la France est bien un pays du sud, contrainte à dix ans de déflation pour redresser la pente, et qui est également déjà sous aide de l'Europe, donc de l'Allemagne...

On le sait, la France n?est plus guère en odeur de sainteté dans l?intelligentsia allemande. Il ne manquait plus que l?inévitable prophète allemand anti-euro Hans-Werner Sinn, le président de l?institut économique munichois Ifo, pour sonner l?hallali. C?est chose faite avec une tribune signée dans l?hebdomadaire Wirtschaftswoche et intitulé « Un marasme d?une décennie menace la France. » Hans-Werner Sinn est connu outre-Rhin comme un des principaux critiques de la stratégie de sauvetage de l?euro mise en place par la chancelière Angela Merkel. Dans son dernier ouvrage « Le piège Target », il explique comment le système de paiements interbancaires de la zone euro, Target-2, place l?Allemagne dans l?obligation de sauver l?euro. En effet, la différence de compétitivité entre les pays de la zone euro a conduit à la crise qui, elle-même, a conduit à des fuites de capitaux des pays en crise vers les pays « sains » via le système Target.

Le « piège Target » se referme

Aujourd?hui, la Bundesbank est créditrice de quelques 700 milliards d?euros envers le système. Vient à tomber un domino de la zone euro et une part de ces créances est immédiatement perdue. D?où la nécessité désormais pour l?Allemagne de sauver l?euro. Et d?où le piège. Car ce système n?incite guère les pays du sud à se réformer. Du reste, le patron de l?Ifo en est persuadé : les pays du sud n?ont pour le moment fait aucun effort pour rétablir leur compétitivité.

Cette fois, Hans-Werner Sinn, qui se place ouvertement sous le patronage de la couverture récente de The Economist, rejette clairement la France dans cette division des « pays du sud » par lui honnie. Il dresse un tableau effrayant de la situation économique du pays, regrette que François Hollande ne soit pas Gerhard Schröder et fustige les « mesures keynésiennes » (mais lesquelles ?) qui « réduisent le besoin de réformes et la compétitivité et augmentent l?endettement de l?Etat.

La France, un pays du « sud »

Il en vient enfin au fait : jusqu?en 2009, la France a connu une croissance supérieure à l?Allemagne. Pourquoi ? Parce qu?elle « a participé au boom provoqué par l?euro dans l?ensemble de l?Europe du Sud. » Et Hans-Werner Sinn de poursuivre : « comme les pays en crise de la zone euro, la France a bâti une bulle inflationniste qui éclate avec la crise. » Peu importe que les Français n?aient pas eu le sentiment de vivre ce « boom inflationniste », l?économiste allemand estime, en s?appuyant sur les calculs de Goldman Sachs, que la France doit, comme l?Espagne, devenir « moins chère de 20 % » pour retrouver de la compétitivité et avoir un niveau d?endettement soutenable.

Pour une politique déflationniste

Hans-Werner Sinn le reconnaît : « devenir 20 % moins cher, autrement dit dévaluer en termes réels, n?est pas aisé. » Du coup, il promet un marasme de dix ans au pays à la condition que son taux d?inflation demeure durant cette période de 2 points inférieur à la moyenne de la zone euro. Une gageure qui ne pourra être approchée que par une vraie politique de déflation. Et pas, le rappelle l?économiste par une « politique de relance à la Hollande » (mais laquelle ?).

Pour finir, le patron de l?Ifo ne peut s?empêcher de conclure en rappelant que, selon lui, la France est déjà sous aide de l?Europe (entendez de l?Allemagne, évidemment, car pour Hans-Werner Sinn, seule l?Allemagne paie pour l?Europe). En effet, les banques françaises plus exposées que les banques allemandes aux pays du sud, ont bénéficié du soutien à ces pays. « L?Europe n?a pas que sauvé la Grèce avec ses décisions de la semaine passée, mais a surtout sauvé la France, son plus grand créancier et de loin », conclut Hans-Werner Sinn, oubliant encore de citer le cas de l?Irlande, renflouée pour sauver, cette fois, les banques allemandes?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2012 à 23:19 :
Voila ce que c'est que de voter socialiste, c'est l'enfer sur Terre... alors bienvenue en enfer! Seulement voila, la machine infernale à paupériser est lancée et Big Brother va dévorer les petits français!
a écrit le 13/12/2012 à 22:48 :
La baisse des salaires se fait à cause de l'euro... comme le travail est découplé des prix, soit on baisse la monnaie, soit on baisse les salaires. Le mieux c'est de garder une monnaie forte pour la question du pouvoir d'achat, mais d'avoir une économie compétitive, ce qu'on n'a pas fait. Soit on est bête, soit on est méchant. Nos ouvriers devraient poser la question à ces messieurs les aristocrates de l'Etat qui font bombance dans les palais et font font des comptes par la même occasion, voyez Papandréou, socialiste, il a tiré 500 millions.
a écrit le 13/12/2012 à 22:43 :
Donc il faut baisser les salaires de 20%? Par rapport aux anglais on est à 35 contre 20... Pourquoi compare-t-on la France et l'Allemagne puisque nous n'avons pas leur niveau de technologie. On a laissé l'industrie glisser vers le bas... On a une cotterie qui saisit le pouvoir sous le prétexte du niveau de vie et qui accumule des fortunes dans la politique, on parle de Okrent ou bien de Guérini, et en quoi la situation s'améliore puisque le pays in fine s'écroule. Nous avons là des gens de petite moralité... ils se vautrent dans les palais et dans l'argent et ils sèment la misère et le chaos. La population devrait se faire juge de tout ce petit monde...
a écrit le 13/12/2012 à 22:11 :
La zone euro est entrée dans une politique déflationiste avec des baisses de salaire de l'Espagne à la Grèce en passant par l'Irlande. Cependant, au grand dam de la France, celle-ci a encore échappé à cette déflation des prix et des salaires.
a écrit le 13/12/2012 à 12:00 :
Le mieux et le pire qui puisse arriver aux Allemands c´est que les autres gentils Europeens les foutent à la porte de l´UE et de l´Euro .
Je crois que pour la majorité d´entre eux ca serait même un gros soulagement ...
Mais croyez vous que si cela arrivait vraiment que Audi ou BMW vendrait une berline de luxe de moins en France ou ailleurs ?

a écrit le 13/12/2012 à 7:38 :
"mesures keynésiennes » (mais lesquelles ?) ; politique de relance à la Hollande » (mais laquelle ?)" : l'auteur aurait-t-il un problème avec l'honnêteté ? Embaucher quelques dizaines de milliers d'enseignants alors que les finances publiques sont à sec, il appelle ça comment ?
a écrit le 12/12/2012 à 15:32 :
Heureux de savoir que l'Islande est aussi un pays du sud la "Bonn" blague ou inversement.
Humour Allemand quand tu nous tiens, enfin venant de Munich on ne s'en lasse pas.... A Vichy on se contante de la production de pastilles, certe desuètes.
a écrit le 12/12/2012 à 10:02 :
Il y a quand même quelque chose de culotté dans son raisonnement.
Si la France doit faire de la déflation, je suppose que c'est aussi valable pour l'Italie ,l'Espagne, donc pour respectivement la 2e, 3e et 4e économie de la zone euro, sans compter d'autre pays périphériques...
Bref, le cours de l'euro est trop haut pour tout le monde sauf pour l'Allemagne.
Et comme l'Allemagne ne veut pas en entendre parler d'une dévaluation, il faut que tout le monde fasse de la déflation!
a écrit le 12/12/2012 à 8:15 :
en france on prédfère miser sur les vieyx rentiers retraités que sur la jeunesse et l'economie reelle! Hollande ne fait pas mieux si ce enst pire que Sarko!

alors pourquoi s'etonner?
a écrit le 12/12/2012 à 7:57 :
Alors si c'est le patron de l'institut allemand Ifo qui l'assure délicatement cela doit être vrai.
Made in Germany en somme.
Le Pétainisme renaissant me procure des nuit blanches!
a écrit le 12/12/2012 à 6:50 :
Que de commentaires de vieux réactionnaires aigris qui parce qu'on leur reprend quelques privilèges fiscaux, vomissent leur detestation de tout ce qui est français (comprendre : les jeunes, les pauvres, les immigrés). Comme dirait l'autre : tous à Berlin !
a écrit le 12/12/2012 à 4:13 :
La question que l'on peut et que l'on doit se poser est: Pourquoi le gouvernement Merkozy, tout à fait au courant de la situation et des mesures qu'il aurait fallu prendre et qui prises à temps auraient pu éviter ce marasme, pourquoi donc Merkozy n'a rien fait?
La réponse est simple: Le gouvernement Merkozy ne voulait pas prendre des mesures nécessaires et impopulaires avant les élections qu'ils espéraient gagner.
Le calcul était simple: Si nous (Merkozy) prenons des mesures impopulaires nous (Merkozy) perdront les élections et Hollande trouvera le travail tout fait et en profitera, alors ne faisons rien, ainsi nous (Merkozy) garderons toutes nos chances de remporter les prochaines élections.
Voila la cause, je ne connais pas la solution ( boycotter le «Made in Germany» ne fonctionnerait pas). Alors modifier les accords de façon à pénaliser les excédents des balances commerciales obligeant ainsi Merkel à consommer et importer plus.
Réponse de le 12/12/2012 à 12:49 :
@ Machiavelli ; t' inquiètes, quand l' export Germanique va se rétracter ( dans peu de temps ) Merkel ira
taper à la porte de la BCE pour minimiser l' Euro Quant à Werner ses propos sont dans la continuité de la
presse anglaise .....? . La réalité c' est qu' on empreinte à moins cher...et les investisseurs reviennent chez nous
( la bourse en hausse...)
a écrit le 12/12/2012 à 3:49 :
La loi du plus fort dans une Union ne peut conduire qu'à l?échec:
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie du pays, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, natalité (faire venir de la main d'oeuvre hautement qualifiée des pays voisins, comme tentent de le faire les allemands, coûte moins cher que d'élever des enfants et de les former soi même) etc, etc.)
S'il est vrai que la France et l'Allemagne pourraient arriver à une compétitivité comparable il n'en est pas de même pour d'autres pays de la zone Euro.
Des pays aussi peu industrialisés que le Portugal, la Grèce et autres ont donc peu de chance d'arriver à la même compétitivité que l'Allemagne (à moins de devenir des paradis fiscaux).
Leur demander d'augmenter leur compétitivité par le dumping social et par le dumping des salaires et illusoire. Des pays comme la Chine, l'Inde et autres pays asiatiques ne peuvent être égalés en ce qui concerne le dumping social.
Seule solution, les accords doivent être modifiés de façon à permettre aux pays ainsi désavantagés de développer et de protéger leur économie contre des économies plus fortes afin d'arriver au sein de l'Union Monétaire à une plus grande convergence des économies.
Il est aussi important d'arriver à un partage horizontal du travail pour éviter l'exil de jeunes souvent hautement qualifiés dans les pays périphériques (Portugal, Espagne, Grèce 50% de chômage des jeunes).
Il faut tenir compte de la réalité, l'Allemagne étant le pays économiquement le plus fort de la Zone Euro a pu profiter de l'endettement des autres pays pour développer son industrie aux dépens des autres économies de la Zone Euro.
L'exemple allemand restera espérons le une exception, il nous faut maintenant trouver un remède au mal et aux préjudices causés aux autres économies de l'Union Monétaire Européenne par des traités imposés par l'axe franco-allemand et qui se révèlent être avantageux surtout pour l'économie allemande!
a écrit le 12/12/2012 à 0:59 :
Tous à BERLIN !!!
Réponse de le 14/12/2012 à 0:26 :
Vous avez raison aujourd'hui on pourrait dire: PARIS BRULE, PARIS MARTYRISE, PARIS FINI !! Et puis chanter: Paris c'est fini, c'était le temps de mon premier amour... C'est la HONTE !!
a écrit le 11/12/2012 à 21:38 :
Une petite video de 3 mn sur les montants cumulés de la retraite d'un élu français....
http://www.dailymotion.com/video/x329rf_elus-le-regime-special_news
a écrit le 11/12/2012 à 21:24 :
J'adore mon pays, la France mais nos hommes politiques en ont fait un pays "ridicule et en panne". Ridicule car on a un premier ministre qui critique a tout va ceux qui gagne de l'argent mais lui a le droit à une retraite dorée à vie (avec tous ces les avantages) au bout de 6 mois seulement d'exercice ! Est-ce normal ?????? Cette attitude est un peu facile et en plus d'une démagogie extrême !!!!!! En panne car le pays tout entier s'est construit par et pour les fonctionnaires. Les autres, du balai, vous n'avez pas le droit de vous plaindre mais avez l'obligation de payer pour nous, les nantis du public. En plus de tout ceci : le PS nous impose aujourd'hui UNE PENSEE UNIQUE qui est LA SIENNE. Peut importe l'avis des autres. On fait des commissions pour donner à manger aux siens et, de toutes façons, on impose sa vision du monde même sur des sujets de société importants. Ceci me rappelle étrangement les 8 années de gouvernance du PS espagnol !!!! Le pire est à venir ...
Réponse de le 14/12/2012 à 0:22 :
Il ne tient qu'à la population de postéropoder tout ça... jusqu'en guyane. citation: ah mais moi les malades je les soigne. Moi quand on m'en fait trop je correctionne plus je ventile! Aux ' coins de Paris qu'on va les retrouver façon puzzle. Ou encore: la récolte a été très mauvaise alors il faut payer le double!
a écrit le 11/12/2012 à 20:43 :
La guerre est finie!. Perso, entre un pays vertueux (l?Allemagne) et un pays de cafards (la France) je suis plus proche de la logique allemande. Tu bosses, tu gagnes. Tu ne fous rien et tu vies à crédit alors tu rembourses et tu fermes ta gueule. Nous n'avons qu'a nous réformer et c'est tout. Diminution des dépense publiques, arrêt du matraquage fiscal des entreprise et de ceux qui ont réussit à mettre un peu de sous de coté. Arrêter de financer le délire des politicards.
Réponse de le 12/12/2012 à 6:43 :
Ah bon et bien je suis partisan qu'on vous fasse travailler aux conditions allemandes : les jobs à un euro si vous perdez votre poste par exemple... Plutôt que de remuer les clichés les plus éculés, regardez voir les statistiques : l'Allemagne n'est pas mieux placée (légèrement pire même) que la France sur le taux de pauvreté. Quant à réformer, ceux qui réclament des baisses de dépenses seront les premiers à couiner quand on leur baissera leurs pensions ou leur couverture sociale. Tout ce qu'il y a à copier chez les allemands, c'est leur patriotisme économique.
a écrit le 11/12/2012 à 20:01 :
Que l'Allemagne commence par payer ses dettes de guerre et ses pillages de 40 à 44 ! Une émission récente a souligné combien les troupes allemandes, ces occupants "si polis", se sont gavées en nous pillant et en nous imposant une dette de guerre pendant 4 ans ! Grâce aux américains (effrayés par le péril rouge) et en prenant un air contrit, ils n'ont jamais remboursé un seul centime de ce qu'ils ont planqué en Suisse de leurs rapines : ni à nous, ni aux belges, ni aux grecs etc! Alors ça suffit les donneurs de leçons !
Réponse de le 12/12/2012 à 5:06 :
@Donneur de leçons : de mieux en mieux... allez... encore un effort, et y'en a bien un qui va nous parler de la spoliation des Gaulois par les Germains... Hé ho... réveillez-vous !!! C'est devant que ça se passe !!!
Réponse de le 12/12/2012 à 6:37 :
C'est précisément ce que je dis et pas la peine de mettre trois points d'exclamation : les donneurs de leçons feraient mieux de regarder devant plutôt que de ressasser des arguments nauséabonds sur les pays du sud.
Réponse de le 12/12/2012 à 7:11 :
J'ai un forfait illimité pour les "!!!!!", donc j'en mets autant que j'en veux et je n'ai pas de leçon à recevoir sur leur utilisation, même d'un Donneur de leçons ; pour en revenir au message initial, j'ai beau le relire dans tous les sens, je ne perçois pas la subtilité qui tendrait à penser qu'il véhicule une invitation à se tourner vers l'avenir... (j'ai aussi un forfait illimité pour les "...")
a écrit le 11/12/2012 à 17:38 :
"Le Hans du Schnockeloch tout ce qu'il veut il l'a - Mais ce qu'il veut il ne l'a pas, Et ce qu'il a il ne l'veut pas ! - Le Hans du Schnockelooch, ça c'est un fameux gâs !" = Et oui mon pote, on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre et si tu veux un euro fort qui ne correspond à rien (on ne se demande bien pour quelle finalité d'ailleurs ?) et bien il faudra assumer.
a écrit le 11/12/2012 à 17:04 :
Les 20 pourcents de coûts de production trop élevés pour la France seraient très bien amortis par une baisse de 20 pourcents de l'euro.mais l'Allemagne refuse la d'évaluation de l'euro. Mon grand-père se retournerait dans sa tombe...
Réponse de le 11/12/2012 à 17:42 :
l'euro pour les allemands est a son prix. Il est trop cher pour permettre aux pays du sud d'exporter facilement. Habituellement les pays du sud avait un prix export moindre du fait de monnaie faible, se qui n'est plus possible avec l'euro. l'euro est le révélateur du vrai niveau des pays qui compose la zone euro, les pays a la traine ne peuvent plus se "bouster"artificiellement en dégradant leur monnaie nationale.
Réponse de le 12/12/2012 à 19:49 :
Une dévaluation n'est pas un "boost" artificiel puisqu'il génère de l'inflation.Cela demande donc un effort financier de la part des consommateurs. Le consommateur paie plus cher les produits importés mais en contre-partie, les exportations sont plus aisées.
a écrit le 11/12/2012 à 16:50 :
Sinon quand est ce que les pays du sud vont s'allier pour envahir l'allemagne? Et enfin arreter de lire ce genre d'absurditees
Réponse de le 11/12/2012 à 17:45 :
Jamais ils en on trop besoin pour boucler leur budget. L'Allemagne n'a même plus besoin de sortir un fusil, elle arrête ses subvention aux trainards et c'est la banqueroute au sud.
a écrit le 11/12/2012 à 16:49 :
Quand les Allemands peuvent faire la preuve de leur manque d'intelligence, ils n'y manquent jamais... Une preuve de plus de leur efficacité !! Ils feraient mieux de se pencher sur leur démographie, une économie trop centrée sur des PME, un environnement économique insuffisamment innovant (voir le classement Thomson Reuters), une politique économique purement monétariste, une monoculture automobile... Et c'est pas bien malin d'attaquer son voisin et partenaire. Quel en est vraiment l'intérêt ?
Réponse de le 11/12/2012 à 22:48 :
Il est vrai que lorsque l'on lit votre commentaire, on se dit que les français sont supérieurement intelligents aux allemands. Déplorable....
Réponse de le 12/12/2012 à 5:19 :
Il faut se documenter un minimum avant de critiquer le modele allemande.
Je ne vois pas pourquoi vous parler de monoculture automobile.
Au contraire les pme allemandes ont un evantail tres larges de produits inovants
L un de leur point fort sont les machines-outils que les chinois achetent ( c pourquoi l euro fort ne gene pas l allemagne ).
a écrit le 11/12/2012 à 16:44 :
L'article perd serieusement en credibilite quand on peut lire que goldman sachs conseil cet organnisme,tout comme cet organnisme dit que les pays du sud n'ont encore fait aucun effort....C vrai que le portugal,l'espagne,l'italie ou la grece,n'ont pas prit des mesures,sous la coupe de bruxelles,qui saignent ces pays,ils n'ont pas diminue de moitie les retraites en grece etcetc Cet organnisme pue le dogmatisme neoliberal/fmi
a écrit le 11/12/2012 à 16:35 :
@ Romaric Gaudin, l'auteur de cet article qui ne peut s'empêcher d'ajouter ses commentaires, je vais répondre pour Hens Werner Sinn.
Quelles mesures keynesiennes nous dîtes-vous ? Et bien, SEULEMENT aujourd'hui, c'est 1/ Hausse du plafond de la CMU, 2/ Allocation de 450? pour les jeunes en "difficulté", 3/ 100.000 contrats d'insertion pour les "jeunes".
C'est bon, vous voyez mieux, là ?
Et ca, c'est juste en 24h.
Réponse de le 11/12/2012 à 16:48 :
Ca n'a rien de keynesien,ca ne represente que quelques centaines de millions d'euros,quand on en met 1000 milliards pour sauver les banques,qui ensuite ne pretent plus aux clients ou aux entrepreneurs....
Réponse de le 11/12/2012 à 16:52 :
C'est effectivement du micro-Keynes, pour une micro relance, mais c'est 24 heures qui ont bien été choisies, parce que par ailleurs, le financement de la demande est plutôt en berne : avez vous des exemples plus percutants ? qui ne sont pas que des pansements pour malades économiques, mesures de solidarité par ailleurs assez modestes. Tirer sur l'ambulance n'avance à rien
Réponse de le 11/12/2012 à 16:53 :
Pardon j'avais oublié
4/ Hausse du RSA de 10%
Réponse de le 11/12/2012 à 17:03 :
@ rb
Parce que sauver les banques, c'est libéral, peut-être ? Faut vraiment vous réveiller. Mettre 1000 mds dans les banques ce n'est effectivement même plus Keynesien à ce niveau-là, c'est le néo-Keynesianisme de Krugman et Stiglitz à l'oeuvre !!! Par ailleurs, le montant ne fait pas la nature de la dépense.
Réponse de le 11/12/2012 à 17:13 :
La hausse de 10% du RSA est étalée sur 5 ans c'est à dire qu'elle ne couvrira probablement même pas l'inflation, qui supposée rester à environ 2% par an. C'est une annonce politique et non pas économique.
Réponse de le 11/12/2012 à 17:20 :
Même si tout n'est pas rose en Allemagne, certains aimeraient sans doute avoir une balance commerciale largement bénéficiaire, un budget en équilibre et un taux de chômage à 5% (pour le moment)...
Réponse de le 12/12/2012 à 5:24 :
La politique keynesienne francaise s est concretise par les 3-4 pour cent de deficit budgetaire depuis 40 ans.
a écrit le 11/12/2012 à 16:21 :
Moi, mon rêve, pour mes enfant,c'est de retrouver une France souveraine, maîtresse de ses décisions politiques.
Pour que ce rêve soit possible il faut se battre pour qu'un autre discours se fasse entendre, celui de sortir de l'UE, de l'Euro et de l'OTAN (voir site UPR).
Pour cela il faut entrer en résistance et non pas fuir ou abandonné notre pays aux collabos.
"Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles"
Réponse de le 11/12/2012 à 17:06 :
Sortie de l'UE donc du marche unique, non. Mais de l'euro oui... On pourra d'évaluer et compenser notre modèle social qui impose un coût du travail élevé aux employeurs
Réponse de le 11/12/2012 à 20:08 :
@manu49: Sortir de l'euro, évidemment. Sortir de l'UE, ben faut voir... Sortir de l'OTAN, surtout pas!! C'est l'OTAN qui est à l'origine de la paix en Europe depuis 1945. L'OTAN, la tutelle us (je sais, c'est vexant...) et la menace rouge.
Réponse de le 11/12/2012 à 22:30 :
Excellent cours d histoire de 1945 à aujourd'hui
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
Réponse de le 14/10/2014 à 12:22 :
la seule question qui vaille est: quel est le bilan couts-bénéfices de la baisse de l'euro au sein de la zone euro et à l'extérieur de la zone ?
Elle est basée sur des petits modèles simplets qui pourraient tres bien ne pas se materialiser, comme se fut le cas au Japon dernièrement
a écrit le 11/12/2012 à 16:15 :
Crise de l'euro : comment l 'Union européenne est tombée aux mains d'une élite kleptomane
L'Europe a fait l?objet d?une OPA par la finance mondialisée. La classe de la "ploutocratie kleptocratique" a remplacé celle des "boutiquiers" à l'origine du projet européen. La social-démocratie sert d'alibi pour détourner l?indignation des peuples et les extrêmes sont mis hors-jeu du système. A quand une clarification du spectre politique fondée sur les vraies communautés d?intérêt ?

http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-union-europeenne-est-tombee-aux-mains-elite-kleptomane-bruno-bertez-371967.html?page=0,1
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 11/12/2012 à 15:51 :
Mon rêve est de partir aussi loin que possible de la France. En tout cas pas question que mes enfants poursuivent des études en France. Depardieu et les autres ont bien raison d'avoir mis les voiles. Comme je les comprends !
Réponse de le 11/12/2012 à 16:04 :
et il ne faudra pas rester à la frontière et profiter des avantages payés par ceux qui restent.
N'oublies pas de rembourser tes frais de formation ...
Réponse de le 11/12/2012 à 16:22 :
Votre commentaire est éculé ... vos parents vous ont éduqués mais aurait-il pour autant le droit de tout exiger de vous , de prendre par exemple plus de 50% de vos revenus au seul prétexte qu'ils vous ont élevés. Répondez franchement à cette question, sans dogmatisme. Ici est en cause simplement le SEUIL DE TOLERANCE. On en a tous. Ce qui doit poser question aujourd'hui, c'est que de + en + de gens estiment l'avoir atteint ... moi le premier . Après vous pouvez choisir de fermer les yeux mais alors vous serez responsable de la paupérisation de la France ... car vous aurez été assez prévenu.
Réponse de le 11/12/2012 à 16:45 :
Eculé peut être, mais
- les impôts ne représentent 50% des revenus pour personne en France, surtout pas pour les plus riches
- les impôts sont certainement en partie mal dépensés (où ne le sont-ils pas ?) mais ils sont utilisés entre autres pour l'éducation, les infrastructures etc.
- j'ai un revenu élevé et j'ai vécu et travaillé longtemps dans des pays étrangers, je peux donc juger en connaissance de cause. Je suis prévenu.
Mais comme vous le dites on a un seuil de tolérance et il n'est pas le même pour tout le monde. C'est vrai aussi à l'étranger, ou j'ai en de très bonnes expériences.
Attention l'herbe n'est pas forcément plus verte dans le près d'à côté, et la liberté économique, les moindres réglementations, etc comportent aussi des risques. Ces risques en France sont mutualisés. Dans beaucoup d'autres endroits il vaut mieux être riche, en bonne santé et avec une bonne éducation ! sinon attention à la chute. C'est là qu'il ne faudra avoir la cohérence de pas revenir après l'avoir dénigrée.
Réponse de le 11/12/2012 à 17:22 :
@ surtout ne reviens pas : je vous conseille de lire "candide aux pays des libéraux", un livre maintenant un peu vieux, mais qui démonte tous les clichés que vous empilez sur "notre modèle social que le monde entier nous envie" mais que curieusement personne n'a copié depuis 60 ans....
Réponse de le 11/12/2012 à 17:32 :
@surtout ne reviens pas. Encore un qui est persuadé que la France c'est le nombril du Monde. Et qu'il n'y a qu'en France bien sûr que l'on trouve de bons hôpitaux. Mon cher, allez donc vous promener dans les rues de Roubaix, de Mulhouse, d'Amiens, d'Evreux etc et ouvrez bien vos yeux sur la France d'aujourd'hui vous n'aurez pas de mal à imaginer la France de demain. Bon courage.
a écrit le 11/12/2012 à 15:25 :
la France me fait penser a une vieille dame tres malade qui s accroche ,shootée aux antalgiques .Elle pourrait s en sortir avec une operation lourde mais elle a peur de la douleur post operatoire ,son coeur pourrait lacher
Réponse de le 11/12/2012 à 16:37 :
La France est malade de ses politiques menées depuis plus de 30 ans par la Droite et la Gauche qui ont signées tous les Traités Européens contre l'intérêt général des français .
Voir cet excellent cours d'histoire de 1945 à aujurd'hui
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
Réponse de le 12/12/2012 à 4:55 :
@La France est malade de ses politiques : c'est sympa de regarder dans le rétroviseur et de se flageller... mais concrètement, ce n'est pas comme ça qu'on se tourne vers l'avenir et qu'on trouve des solutions ; ce qui est fait, est fait... tirons en les conséquence pour ne pas reproduire les erreurs du passé mais avançons !!!
a écrit le 11/12/2012 à 15:21 :
La France trop chère, il suffit d'observer les prix chez nos voisins pour comparer.
Quant aux prédictions de ce personnage, cela me fait penser à un article paru chez votre confrère l'Expansion sur les ratés de nos éminents économistes, si l'économie était une science exacte...
a écrit le 11/12/2012 à 15:14 :
Cette crise aura, sans vraiment le dire, donné raison à la façon de penser d'il y a 1 siècle où on classait racistement les pays en fonction de leur "germanisme" qui dénotait de leur culture de la productivité, ainsi l'italie du nord était germanique à cause des lombards donc forte, la france pays mixte était à moitié germanique grâce aux francs, les anglais étaient aux 3/4 germaniques, comme les américains d'où leur force et leur culture de la production; les autres peuples, comme les latins, étaient plus orientés vers la consommation, et c'est la disparition progressive des wasp aux états-unis qui a accompagné leur déchéance depuis kennedy( un catholique irlandais); on a juste changé les noms, avec pays du nord, pays du sud mais l'esprit est le même. Je crois que c'est Jesus qui disait un truc du genre "otez cette poutre de votre l'oeil au lieu de vous focaliser sur cette brindille qui vous obsède".
Cette différence culturelle, globalement nord-sud qu'on peut sans doute relier à des millénaires d'adaptation génétique des peuples au climat: bien plus rigoureux au nord donc la rentabilité de l'effort est question de survie ainsi que le culte de la vérité nécessaire pour communiquer pour survivre, alors qu'au sud, on a des zones très peuplées et riches donc le principal effort de chacun est de monter la pyramide sociale par tous les artifices d'où la manipulation omniprésente.
La France, à mi-chemin entre le nord et le sud, me semble être le pays pivot de l'europe, celui naturellement leader, pouvant rassembler à la fois le nord et le sud par un syncrétisme, nous n'avons pas à notre époque une allemagne forte mais plutôt une france faible( qui fait ressortir l'impression que l'allemagne est forte), trop faible par des décennies d'errements politiques et de gestion économique calamiteuse, et ça ne change toujours pas. Si la France ne cherche pas à redevenir le leader de l'europe et proposer un projet clair qui dépasse les clivages alors l'europe éclatera par sa paresse.
Réponse de le 11/12/2012 à 20:14 :
Oui, en effet, c'est une manière de penser qui dent bon le règne de Guillaume 2 et autres penseurs de la germanité... Mais elle n'a jamais tenu debout. Durant l'antiquité et le moyen-âge, ce sont les pays latin qui, en Europe, tenaient le haut du pavé. En compagnie des Grecs. Quant à la pensée pangermaniste, elle se heurtait au panslavisme, au pantouranisme ou au nationalisme français.
a écrit le 11/12/2012 à 14:51 :
l'Allemagne n'a aucun intérêt à voir la Frace s'effondrer ,bien au rebours .que nos partenaires s'inquiètent à juste titre de nos contre performances ,c'est rassurant...car s'il n' y avait pas l'Europe pour freiner les socialistes dans leur délire .......!!!!
d'ailleurs même en France certaines grandes vous s'inquiètent::il y a peu
Marc Ladreit de Lacharriere ,le patron de Fitch ne déclarait il pas que nous entrions dans LES DIX PLEUREUSES!!!
Alors pour une fois écoutons les. Cassandre et harcelons les politiciens
pour qu'ils arrêtent leur démagogie destructrice et leur aveuglement criminel
Réponse de le 11/12/2012 à 15:23 :
Si ça vient d'une agence de notation, on ne peut qu'avoir confiance !!!!
a écrit le 11/12/2012 à 14:43 :
La haine des autres est souvent proche de la haine de soi. Puisse ce gourou anti Euro faire sien cet adage!
a écrit le 11/12/2012 à 14:32 :
Pourquoi 10 ans ? sans doute parce que dans 10 ans nous aurons oublies la et le nom de ceux qui ont fait la prédiction
Réponse de le 11/12/2012 à 15:16 :
Entièrement d'accord. Il y a peine 4 ans on disait partout que l'Allemagne était l'homme malade de l'Europe, une puissance déclinante comparée à l'Angleterre. Maintenant c l'inverse
Réponse de le 11/12/2012 à 16:21 :
Ça n'était pas il y a 4 ans mais il y a 10 ans. justement!
a écrit le 11/12/2012 à 14:20 :
Ce monsieur "prêche pour sa paroisse", ce qui est bien normal, ce qui est étonnant c'est que beaucoup de lecteurs se prennent à ses filets et se laissent embobiner par ce discours de donneur de leçons.
C'est l'Allemagne qui paie pour les "pays du sud" ? c'est en fait elle qui retire le plus fort bénéfice des prêts accordés à ces pays sous diverses formes, et ces prêts servent aux pays du sud à rembourser les emprunts effectués (auprès de financeurs allemands) pour importer entre autres des produits allemands. Après avoir profité de l'avantage du libre échange sur les biens industriels, les pays du nord remettent en question les financements agricoles fournis en compensation, forcent les pays au remboursement à des taux iniques et se permettent de leur donner des leçons. En continuant d'empocher les bénéfices !
Beaucoup de français continuent à avoir un complexe d'infériorité vis à vis de l'Allemagne et la considèrent comme une nation supérieure, alors qu'ils se font exploiter sans s'en rendre compte. Après avoir été "l'homme malade" de l'Europe, sans contribuer aux efforts de défense dont elle a bénéficié vis à vis de l'URSS, les allemands devraient être un peu plus reconnaissants aux autres pays européens qui les ont sorti de la merde et ne pas profiter de leur meilleur état économique temporaire. Le vent tourne, et lorsqu'il leur sera contraire ils seront contents d'être dans une union solidaire.
Peut être qu'à ce moment là il sera opportun de leur rappeler cette attitude arrogante actuelle. Mais les peuples ont la mémoire courte. La preuve : l'homme malade est guéri et personne ne se souvient de sa faiblesse. De plus il est arrogant et personne ne lui rappelle comment on lui est venu en aide !
Réponse de le 11/12/2012 à 14:32 :
"(auprès de financeurs allemands) pour importer entre autres des produits allemands": pas de bol pour nous decidemment, car il y a aussi de tres gros preteurs francais largement exposes aux pays du sud, mais par contre on arrive toujours pas a les exporter nos produits... Continuez a vous voiler la face...
Réponse de le 11/12/2012 à 14:49 :
Là on parle des allemands, mais effectivement les français ne sont pas en reste, ils ont toujours parmi les plus gros encours auprès des pays du sud (dont la France fait partie, vu d'Allemagne).
Ce que j'écris est au sujet de l?Allemagne, la France sur ce sujet s'abstient prudemment de donner des leçons aux autres : elle profite autant de sa situation de prêteur que le fait l'Allemagne.
Mais qu'on soit en mauvaise situation n'implique pas de se sentir redevable de quoi que ce soit aux contribuables allemands et encore moins de recevoir des remontrances pédantes de profiteurs sans scrupules
a écrit le 11/12/2012 à 14:17 :
Les anglais les allemands commencent à me porter sur le système. Les anglais ne sont pas dans Schengen et c'est à nous de protéger leur frontière ce qui nous coûte une fortune. Qu'on laisse passer tous ceux qui veulent rejoindre l'Angleterre ça leur fera les pieds. Quand aux allemands comme d'habitude tout le monde finira par les détester surtout les jeunes diplômés ou non qui vont finir par se rendre compte que l'euro a été crée pour eux et qu'en plus ils veulent nous donner des leçons tous les quatre matins. Bien entendu nos courageux dirigeants ne leur répondront pas.
Réponse de le 11/12/2012 à 16:42 :
Exellent cours d'histoire de 1945 à aujourd'hui
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 11/12/2012 à 14:15 :
Notre grand Hollande doit etre enchante lui qui dit avoir horreur de la richesse et n'aimait que la pauvrete.
a écrit le 11/12/2012 à 13:14 :
Constat pas vraiment réfléchi, comme Monsieur Godin le rappelle dans l'article hollande ne fait de relance (je suppose keynésienne) mais bien une politique fiscale confiscatoire et d'assistanat.
Réponse de le 11/12/2012 à 13:38 :
@legal vous avez raison pour l'assistant.....mais uniquement pour l'assistanat hallucinant de l?État au profit des entreprises françaises. Et en plus elles ne créent pas d'emplois!
Réponse de le 11/12/2012 à 14:37 :
Tu as raison coco , les boites sont pourries et les patrons aussi . Dommage , je crois que l on a rien d autre de sérieux pour créer de la richesse ( stp évite le couplet sur l economie sociale et solidaire, c est sympa mais un peu court pour payer tes factures de pétrole )
Réponse de le 11/12/2012 à 16:27 :
Mais bien sur que beaucoup d'entreprises sont aussi dans un logique d'assistanat! La société française est pétrie par cette valeur chère à la gauche... et malheureusement aussi à la droite. On l'a bien vu au cours du quinquenat de Sarkozy.
a écrit le 11/12/2012 à 12:55 :
Et bien, pour des français, vous connaissez mal la France! Si le coq est notre symbole, ce n'est pas pour rien... C'est en effet quand nous sommes vraiment dans la m... que l'on sait trouver les ressources pour se redresser et redémarrer... En attendant, on critique, on s'individualise, et on oubli les vrais problèmes pour se gargariser de telle ou telle petite phrase... Bref, on ne fait rien de constructif. Mais dès que l'on se sent vraiment menacés, on réagit. Bref, un savant méalne de pays latin, et de pays nordique... Et laissons les prometteurs de lendemains tristes pérorer, rira bien qui rira le dernier...
a écrit le 11/12/2012 à 12:54 :
Sortir de l'euro et de l'ue.
C'est la seule solution pleine de bon sens. Allez jeter un oeil sur le site de l'u-p-r.fr
Vous aurez un regard très différents sur la situation après ça.
a écrit le 11/12/2012 à 12:48 :
On va gagner car nous on a l'ISF, les autres non.
a écrit le 11/12/2012 à 12:44 :
Depuis la chute de Bonaparte, l'Allemagne nous met rouste sur rouste dans tous les domaines notamment industriel , on devrait s'en inspirer au lieu de crier au Boche comme le franchouillard moyen le fait régulièrement ... il n'y a aucun mal à suivre le premier de la classe et vouloir le dépasser un jour !
a écrit le 11/12/2012 à 12:39 :
Il ne faut pas oublier le progrès car les machines remplacent les ouvriers donc à partir de là, tout s'écroule . CQFD.
Réponse de le 11/12/2012 à 13:13 :
Allemagne: quasi monopole de la conception et fabrication des machines outils, 170 000 robots, Italie 70 000 robots, France 30 000 robots. CQFD
Réponse de le 11/12/2012 à 13:24 :
Non après il faut construire les machines (l'Allemagne est un des trois principaux pays fournisseurs dans le monde) et puis le taux de chômage est bas. L'industrie est doté de machine neuve et il y en a 5 fois plus qu'en France avec son parc vieillissant; L'automatisme réduit les coûts et les effectifs mais augmente surtout les capacités technologiques. Une sortie de l'euro et une dévaluation ne renchérira que le prix des machines allemandes que devra acheter l'industrie française pour se moderniser et puis l'importation d'énergie deviendra encore plus chère comme toutes importations, qui sont essentielles pour que les entreprises françaises fonctionnent. Cette dépendance aux importations devient de plus en plus grande lorsque l'industrie en France s'effrite et que le pays entier refuse le progrès, justement. Oui, vous avez raison, il ne faut surtout pas oublier le progrès!
Réponse de le 11/12/2012 à 13:28 :
Un monopole c'est quelque chose d'imposé ex : edf , sncf , sécurité sociale ... l'industrie allemande est juste meilleure que les autres et donc se vend mieux et plus , rien à voir avec le monopole !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Monopole
Réponse de le 11/12/2012 à 14:57 :
Vous devriez relire vos cours d'économie et lire de façon moins superficielle wiki.
Un monopole n'est pas forcément imposé. Toute société innovante a ainsi au départ un monopole, puisqu'elle est le seul offreur d'un nouveau produit et qu'elle n'a au départ pas de concurrent.
Certaines activités libéralisées restent en situation de monopole car pas assez rentables, ou demandant trop d'investissement comme par exemple la distribution du courrier.
Par ailleurs, l'Allemagne n'a pas le monopole des machines-outils et représente moins de 15% du marché mondial. Elle est quand même le deuxième acteur.


a écrit le 11/12/2012 à 12:26 :
Ce M. Sinn est un enfonceur de portes ouvertes : la France est classée dans les pays du Sud, au même titre que l'Espagne ou l'Italie, depuis des lustres et ça n'a gêné personne jusqu'à maintenant !
a écrit le 11/12/2012 à 12:19 :
Comme d'habitude il y a toujours ces gens qui sont la pour dire ? bouuu les allemands sont nuls, ils sont pa mieux que nous.... ?.

Personnellement a ces gens je n'ai qu'une seule chose a leur dire : Attendez 2 ans et Observez =).....

Quand vous aurez 25 pourcent de chomage, un seuil de pauvrete depassant les 20 pourcent de la population active, les biens immobliers qui s'effondreront...


Mais comme je connais l'arrogance francaise, je suis presque sur qu'on en aura encore pour dire ? MEUU non la France va bien... ? pffffhahahah
a écrit le 11/12/2012 à 12:10 :
J ' ai une autre nouvelle, les Allemands , vu leur taux de reproduction et leur sexualite de panda devraient disparaitre de la planete a long terme.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:20 :
T'inquiete pas le temps que les Allemands ne soient plus sur la planete. La France aura eu le temps de se transformer en pays du tiers-monde.
Réponse de le 11/12/2012 à 15:27 :
Pour la seule année 2011 l'Allemagne a reçu la crème des travailleurs (c''est-à-dire les plus qualifiés) de Grèce, Italie et Espagne. 958000 personnes en tout !!! La population allemande, du coup, augmente fortement...
a écrit le 11/12/2012 à 11:45 :
La réalité française c' est bien 2000 chômeurs de plus chaque jour, et la presse et les médias n' en font pas leurs gros titres. C' est un scandale de désinformation organisé par Hollande.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:59 :
il faut remettre les frontieres
Réponse de le 11/12/2012 à 12:59 :
Les frontières n?arrêterons pas la montée du chômage !
a écrit le 11/12/2012 à 11:20 :
Attendez ne soyez pas chagrin ,Zorro Montebourg va bouter l'allemand , l'anglais , l'indien,le coréen ,ne sais je encore ,hors de notre beau pays grâce à la démondialisation et nous serons tous sauvés ! Merci au "grand CON en avant "
a écrit le 11/12/2012 à 11:13 :
Et moi qui croyais bètement que nous étions passés de l'ombre à la lumière en mai 2012...
Les mesures anti riches, anti rentiers, et anti spéculateurs n'auraient donc pas porté leurs fruits?
C'est vraiment dommage. Augmentons encore un peu les impôts, et ça va venir.
a écrit le 11/12/2012 à 11:03 :
malheureusement, je pense qu'il a raison ce monsieur H.W. Sinn.
a écrit le 11/12/2012 à 11:02 :
Exact : la génération 68 pour qui il était interdit d'interdire, ne s'est pas interdit la retraite à 60 ans et les pensions indexées sur l'inflation, les 35 heures pour se reposer avant la retraite, la défiscalisation pour pomper les ressources des actifs et des entreprises via la rente immobilière et la bien pensance pour couronner le tout !
Grand merci à la génération qui a endetté ses enfants et petits enfants !
Réponse de le 11/12/2012 à 11:27 :
+10000000000000000000000000000000000000000000000000000000
Réponse de le 11/12/2012 à 11:53 :
ce n'est pas un problème de génération:les jeunes n'ont simplement plus le gout a l'effort.les écoles ne sont plus que des garderies ou on fait faire des coloriages a des momes de 12 ans(véridique).a quand un bac spécialité manga ou un doctorat en jeux télévisés?
Réponse de le 11/12/2012 à 11:57 :
oui - nous aurions du preserver nos frontieres , ne pas delocaliser nos entreprises et tout aurait ete dans le bon sens
Réponse de le 11/12/2012 à 13:16 :
@ retraité ratp: la RATP a toujours été réputée pour ses cadences infernales et ses longues carrières épuisantes...
a écrit le 11/12/2012 à 10:50 :
" les pays du sud n?ont pour le moment fait aucun effort pour rétablir leur compétitivité." ceci n'est a mon sens pas la réalité. Pour le reste de l'article, les 20 % moins chère pour retrouver de la compétitivité, c'est évident. Ceci ne pourra se faire que par une vrai politique de déflation, ou par l'explosion de la zone euro, ce qui reviendrait a la fin de notre monde. Pour une fois qu'un économiste de droite s'exprime c'est difficile a digérer pour un francais.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:18 :
En quoi la fin de l'euro serait la fin de notre monde? Tout les emplois vont disparaitre par magie?
Réponse de le 11/12/2012 à 11:38 :
réfléchissez deux minutes : rétablissement du contrôle des changes , interdiction de la libre circulations des biens, dévaluation compétitive face a nos partenaires économique, dévaluations a répétition cars l'écart il faudra bien d'une maniéré ou d'une autre le combler
Réponse de le 11/12/2012 à 11:49 :
Je suis aussi curieux de lire la réponse. C'est à se demander comment font les autres pays européens n'étant pas dans la zone euro, sinon qu'ils ont été clairvoyant de ne pas s'y fourvoyer et de se piéger eux même. Et l'explosion de la zone euro est évitable: en la déconstruisant intelligemment par une sortie ordonnée de chaque pays plutôt qu'en priant le ciel que ça tienne en se laissant pourtant entraîner dans une spirale sans fin. Le coût serait élevé, bien entendu, mais sûrement moins qu'en maintenant une monnaie qui n'a pas créé de liens entre les pays mais des chaînes assorties de boulets et envoie les pays dans le ravin les uns après les autres. Que le dogme et l'idéologie sont couteux, surtout pour les peuples qui en paient un prix inacceptable.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:10 :
Et alors ? C'est grave de dévaluer ? La dévaluation est une arme dont doit pouvoir se servir chaque gouverement pour faire correspondre la monnaie aux réalités de son pays. L'euro (français) vaut 30% de plus que le dollar. Par rapport à sa sortie en 1998, il a donc été très largement surévalué, grâce à l'Allemagne (et nous les en blâmons pas, c'était leur intérêt). Une dévaluation de 30% nous amènerait à un euro français égal à un dollar américain. Et une telle dévaluation ne serait pas nécessaire. Et même si elle l'était ? Une dévalation relance la production, les exportations et ramène rapidement un pays sur les rails qui devraient être les siens. Puisque vous avez réfléchi plus de deux minutes, avez-vous étudié le cas de la Suède, c'est édifiant. Tout est ici : http://www.u-p-r.fr/sortie-de-leuro/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro
Réponse de le 11/12/2012 à 12:16 :
les pays du sud ont fait des efforts, mais pour la plupart, des efforts insuffisants. La France se distingue parmi les "sudistes", elle n'en a fait aucun et sur le dossier retraite et RSA, elle fait preuve d'une irresponsabilité particulière. Concernant les 20 % d'écart de pouvoir d'achat ou d'investissement pour les entreprises entre l'euro allemand et de la France ,le problème est effectivement là, même si ce n'est qu'une estimation de Goldman & Sachs. Comme vous le dites vous-même, cet écart est "explosif", car il montre le différentiel compétitif entre les 2 pays. Au niveau macro-économique le cumul de cet écart qui est d'ailleurs plus important que 20 %, car la conversion du mark en euro a été défavorable à l'économie allemande, au 01/01/1999 (non; l'euro na pas été introduit au 01/01/2002!) l'euro français était peut-être plus "fort" de 5 % à 10 %, ce qui crééa un mini-boum début des années 2000 en France et rajouta une dose au marasme déjà présent côté allemand, mais c'est écart n'a pas été visible sur le radar de l'inflation. Le différentiel de l'inflation cumulé depuis 1999 atteint-t-il vraiment 20 %? Je ne le sais pas, pourquoi ces sujets sont statistiquement si fermés à moi pauvre citoyen? Cet écart m'ai venu à l'esprit, lorsque j'ai vu une étude de 2010 du Bundesverband deutscher Banken pour touriste allemand qui détermine la valeur de l'euro aux pays de destination. 1.21 en Pologne (après conversion sloty) 1 euro "allemand" ne vaut que 0.90 en italie puis 0.88 en France et 0.87 pour la suède ( couronne). Ceci était pourtant 2010 et c'était un panier d'achat touristique qui diverge du panier d'inflation. Impossible de trouver une info en langue française. A vous : l'explosion de zone euro ne résoudra rien à long terme sur les écarts de compétitivité, depuis 1983 la france s'est arrimée au mark de toute façon. Sinn veut la sortie de l'euro; c'est une option difficile pour l'Allemagne, une stratégie non-coopérative en Europe aura des effets très néfastes. La France ne peut que subir et perdre dans cette affaire.
Vous faites même erreur en parlant de "déflation". C'est une baisse de prix, tout simplement; Parlez plutôt d'une baisse des coûts, d'une efficacité accrus ,d'une productivité meilleure (depuis l'introduction des 35 h et l'atteinte -artificielle- des "sommets" elle ne cesse de baisser!) d'une organisation de la société meilleure, d'une meilleure performance à coûts égaux (donc même pas de baisse) et je pourrais continuer encore longtemps et PUIS nous pourrons baisser les prix et même augmenter nos marges (qui ne cessent de chûter spectaculairement pour les entrepirses françaises / et le contraire pour les allemandes). Votre contribution (pas "fausse") est trop réductrice. Elle ne peut que troubler la digestion des français.
Réponse de le 11/12/2012 à 12:24 :
la libre circulation des biens est indépendante de l'euro et est le résultat de l'espace Schengen de 1993. Comme dit Clyde a moyen terme l'explosion de la zone euro est inévitable, reste a savoir comment ça se fera et selon cette variable qu'elle en seront les conséquence: zone euro réduite, deux euros différents, suppression totale de l'euro.... regain de tension et guerre? le problème est que vu le niveau de dette atteint dans bcp de pays, on va soit devoir dévaluer /imprimer pour remboursé la dette, soit coulé le marché financier et/ou les épargnants en faisant un défaut. A noté que dans l'histoire proche, les seul pays qui s'en sont plus ou moins sortis sont ceux qui ont refusé trop d'austérité et on préféré le défaut... qui contrairement a ce que l'on nous rabâche n'est la encore pas la fin du monde... entre 10 et 15 pays en moyennes ont fait défauts sur leur dette tout les ans depuis un siècle.....
Réponse de le 11/12/2012 à 12:32 :
@ déni de réalité sur certain point je vous rejoint totalement. on est plus riche en allemagne avec un Euro que en France. Il suffit d'aller faire les courses et de regarder les prix ( le pire c'est les parts de gateaux....bref) Et bien évidement il faut réformer en profondeur le système Français, relancer la recherche en entreprise et la collaboration type CNRS/CEA <=> Grand groupe/PME, redonné confiance et de la stabilité au entreprises etc etc.. Mais au delà de la compétitivité le problème viens de la dette exprimé en Euro dans l'ensemble des pays de la zone. Jamais elle ne pourra être remboursée, selon les pays il faudrait des taux de croissante au moins égaux à ceux de la Chine....impensable.
Réponse de le 11/12/2012 à 14:50 :
Je vous rejoint " déni de la réalité "vous dites :"efficacité accrus ,d'une productivité meilleure d'une organisation de la société meilleure", c'est aussi et surtout un processus mental d'entrepreneur qu'il faut avoir. Pour cela il faut arrêter de monter les riches contre les pauvres , il faut arrêter la lutte des classes, il faut privilégier l'initiative individuelle et la réussite sociale. Il faut que les hommes politiques reconnaissent leurs erreurs, et sachent dirent que l'on ne peux plus rembourser nos dettes. Mettre en place de suite un moratoire, un abandon de créance de 80 % au moins et ne pas compter sur le temps, en espérant que les choses iront mieux demain, parce que l'on auras aider les pauvres a survivre.
Réponse de le 11/12/2012 à 17:00 :
@ capita...etc: ok pour les processus, l'apaisement (donc stabilité) d'une société. La dette est un problème, mais sur le truc du moratoire , je sursaute : aucun pays ne peut et est contraint de rembourser sa dette. (oublions la grèce) Elle est financée sur du long terme (beaucoup d'échéances sont à 10 ans, tient?!) Pourquoi un moratoire? Un gouvernement français qui serait en mesure de faire ce qu'il devrait toujours faire, c'est de présenter (au moins en moyenne sur plusieurs années) un budget équilibré et bien ça suffit pour déjà stabiliser l'endettement (puis l'inflation va le grignoter;-) Mais lorsqu'on crée un artifice de "croissance" financé année par année par un déficit budgétaire, alors là on déstabilise le pays et il n'y pas de vrai croissance, sauf de la consommation et une bulle immobilière. Si le 1er client de votre entreprise, vous proposerait un moratoire sur le paiement de vos factures de 650 K? et que vous vous trouveriez en cessation de paiement de vos propres fournisseurs, personne ne sera content et il y aura encore plus de pauvres. Le rêve de redémarrer le jeu à 0 quand on est déjà très, très loin dans le "match", et bien c'est difficile, car il y aura beaucoup de gens qui ne seront pas d'accord avec vous!
Réponse de le 11/12/2012 à 17:53 :
"Le rêve de redémarrer le jeu à 0 quand on est déjà très, très loin dans le "match", et bien c'est difficile, car il y aura beaucoup de gens qui ne seront pas d'accord avec vous!" vous avez raison ...Donc c'est bien dix ans minimums pour redresser la situation dans la mesure ou nous avons une véritable croissance organique qui semble dans l'état actuel des choses difficile a retrouver en France. Néanmoins le moratoire sur la créance grecque eu été la seule solutions il y a trois ans. par manque de courage politique personne n?aurait accepter cette idée, bien que, a l'époque considéré comme très peu de chose par rapport au budget de l'Europe.
a écrit le 11/12/2012 à 10:49 :
On va tout droit de le mur .... et la vitesse s'accélère !!!!!!!!!!!
a écrit le 11/12/2012 à 10:44 :
2.000 milliards de dette en 40 ans, ça fait 33.000 euros pas français. Les français-cigales ont vécu au dessus de leurs moyens pendant 40anss. Maintenant, faut rembourser. Simple, trop simple.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:25 :
"Français cigales" c'est un peu plus compliqué quand même, les français a titre personnel sont plutot du genre fourmis... après ils ont cédé au promesses démago, des politiciens professionnels qui ne veulent être que réélu... qui amène deux autre questions: quel est le niveau d'implication et d'expertise nécessaire pour être un bon citoyen ( et a l'heure actuelle ce niveau se résume généralement a l'ignorance ou a la politique de l'autruche) et dans un deuxième temps, est ce que si justement les FR arrivent a bien épargné n'est ce pas du justement aux aides de l?état?
Réponse de le 11/12/2012 à 13:58 :
@Gilou. ce que vous dites est vrai et faux à la fois. Non, les français ne sont pas cigales et épargnent bcp. En revanche, la France est un pays occidental et l'état a bcp emrunté pour financer ses dépenses d'investissement et ses dépenses de focntionnement (malheureusement).
a écrit le 11/12/2012 à 10:38 :
L'heure de vérité approche. Avec la classe politique française cela n'annonce rien de guère réjouissant. Les rats quittent le navire pour se réfugier dans les pays limitrophes.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:04 :
Beaucoup de retraités français perçoivent leur retraité payée par les actifs français et se la coulent douce à l'étranger en dépensant leur argent pour les économies étrangères. Vous touchez une retraite en France, vous devez rester en France.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:32 :
Oui comme à Cuba ou en Corée du Nord .Je trouve que c'est une excellente idée car elle très moderne...
Réponse de le 11/12/2012 à 11:45 :
Ainsi qu'à LEvallois-PErret la ville dirigée par Balkany et la plus endettée de France
Réponse de le 11/12/2012 à 12:00 :
est logique magic du 56
Réponse de le 11/12/2012 à 12:03 :
magic du 56 a répondu le 11/12/2012 à 11:04:

Beaucoup de retraités français perçoivent leur retraité payée par les actifs français et se la coulent douce à l'étranger en dépensant leur argent pour les économies étrangères. Vous touchez une retraite en France, vous devez rester en France.
Tu dois certainement dépenser pour ta consommation plus de produits fabriqués à l'étranger que ces retraités (système par répartition) . Pour ceux qui n'ont pas la chance de partir tu peux les inviter à venir chez toi, ils seront heureux à n'en pas douter.
Réponse de le 11/12/2012 à 17:15 :
La retraite est à voir comme un prolongement de salaire du aux efforts fournis durant sa vie d'actif Envers la société.c le capital du retraite rêverse chaque moi. Il est libre d'en faire ce qu'il veut
Réponse de le 11/12/2012 à 17:28 :
@ Theo : sa vie d'actif, on travaille pour soi. Travaillez pour "les autres" ou "la société", c'est de l'esclavage. Libre à vous d'être esclave, mais n'obligez pas les autres. La répartition, c''est du ponzi, les derniers arrivés payent pour les premiers et se font avoir. Le seul systémé juste, et qui est efficace, c'est la capitalisation.
a écrit le 11/12/2012 à 10:38 :
Gerhard Schröder avec ses réformes et la compétitivité a entraîné de plus en plus certains de ses concitoyens dans la pauvreté confirmer par des études... L'Allemagne n'a pas à pavoiser surtout venant d'un social-démocrate !
Réponse de le 11/12/2012 à 11:08 :
Vous pourriez écrire en Français ?
Réponse de le 11/12/2012 à 11:15 :
Vous avez raison, tout est de la faute des riches et des rentiers...et de ce foutu système néo libéral qui ruine notre modèle social.
Modèle que le monde nous envie.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:36 :
Gerhard Schröder par ses réformes de compétitivité a entraîné un certain nombre de ses concitoyens dans la pauvreté, confirme par des études... L'Allemagne n'a pas à pavoiser surtout venant d'un social-démocrate
Réponse de le 11/12/2012 à 13:21 :
je viens enfin de comprendre ce que voulais dire"systeme néoliberal" en vous lisant. En effet vous l'appliquez au systeme redistributif français donc en fait à un systeme socialo-communiste. Merci de votre explication.
a écrit le 11/12/2012 à 10:26 :
Le marasme est présent depuis longtemps en France, mais les politiques ont réussi à mettre en place un sursis, en recourant à la dette. Maintenant, il faudra payer et l'explosion du système est imminente.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:56 :
"Maintenant, il faudra payer"ah bon,alors comme cela on n'arrive plus a faire rouler la dette?ben si ,on a meme des taux courts négatifs.on parie que la dette s'accroit en 2013?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :