A Madrid, des milliers de manifestants réclament des retraites plus justes

Lundi soir, des milliers d'Espagnols ont à nouveau battu le pavé contre l'austérité. En novembre, Mariano Rajoy a annoncé que les pensions de retraites ne seront revalorisées que de 1 à 2%, soit moins que l'inflation.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Une nouvelle fois ils ont été convoqués par les syndicats, une nouvelle fois ils sont descendus dans la rue, une nouvelle fois ils ont crié leur colère. Des milliers d'espagnols n'en peuvent plus de l'austérité et craignent pour l'avenir de leur pouvoir d'achat suite à l'annonce par Mariano Rajoy d'une revalorisation des retraites infèrieur au niveau de l'inflation. Lundi soir des les rues de Madrid, ils étaient à nouveau des milliers à s'indigner contre la rigueur gouvernementale. Ces manifestations sont devenues quotidiennes dans les grandes villes d'Espagne. Tantôt ce sont des médecins, tantôt des enseignants ou bien des professionnels de la justice.

Une revalorisation inférieure à l'inflation

Cette fois, les retraités et les personnes âgées ont tenté de faire entendre leur voix. Et pour cause, en 2013, les pensions du régime général augmenteront de 1% et celles inférieures à mille euros seront revalorisées de 2%. C'est moins que l'inflation et surtout cela est contraire à la promesse faite l'an dernier par le Parti Populaire (PP) durant la campagne électorale.

"Ils vont nous laisser en caleçons", lance par exemple un retraité de 90 ans prénommé Jacinto, qui dit, à 14 ans, avoir combattu contre les forces franquistes durant la Guerre civile (1936-39). Il accuse les politiciens du PP d'avoir "menti sur tout". Un peu plus loin, un fonctionnaire de 64 ans s'insurge lui aussi. Il s'agit de Raul Herrero :  "Il faut lutter contre ces gens, ils vont nous ruiner et ils vont s'enrichir encore plus (...) Au nom de la récession, de la crise, ils en finissent avec tous les droits" clame-t-il.

En 2013, l'austérité perdurera

Le gouvernement de Mariano Rajoy s'est engagé dans une réduction du déficit public qui prévoit 150 milliards d'euros d'économies en deux ans. Une somme colossale. Outre une revalorisation des retraites a minima, le pouvoir politique se voit, pour honorer ses obligations face à Bruxelles, contraint de geler les salaires des fonctionnaires, d'augmenter la TVA, d'effectuer des coupes dans la fonction publique et de réduire le montant des indemnités de chômage. A l'heure actuelle ces indemnités concernent un quart des actifs espagnols.

Et l'avenir ne s'annonce pas plus clément. En 2013, l'austérité va continuer. 39 milliards d'euros d'économies sont au programme.

Alors, les espagnols n'en ont pas fini de battre le pavé. Jeudi, c'est la mouvance des indignés qui appelle à un défilé en forme de procession funèbre, dans les ruesmadrilènes. Ils entendent ainsi protester contre le budget de l'Etat pour 2013 que s'apprêtent à voter les députés.

POUR ALLER PLUS LOIN

» Logements: l'Espagne au bord de la crise de nerfs

avec AFP

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 18/12/2012 à 18:09
Signaler
Ce qui est juste c'est ce qui est possible le reste est du domaine du rêve ....ou de la manipulation du peuple par des agitateurs irresponsables!!! Mais je compatis beaucoup avec nos amis Espagnols

à écrit le 18/12/2012 à 16:55
Signaler
CARMEN:oui je confirme les retraités,les fonctionnaires et tout le secteur privé touchent 14 mois par an.les chômeurs c'est pas sur.

à écrit le 18/12/2012 à 15:58
Signaler
Il parait qu'il y a 14 mois de retraite en Espagne?

à écrit le 18/12/2012 à 14:19
Signaler
combien de salaire espagnol vont avoir +1 ou +2 % ? Une bonne partie a du encaisser une baisse de salaire.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.