L'Allemagne préfère les "Deutschland-Bonds" aux Eurobonds

 |   |  373  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'agence de la dette a par ailleurs déclaré qu'elle comptait emprunter 250 milliards d'euros l'an prochain, soit cinq milliards de moins que cette année.

L'Allemagne compte émettre en 2013 le premier emprunt mixte fédéral-régional, plusieurs Länder s'étant montrés intéressés, une initiative qui pourrait contribuer à réduire globalement les coûts d'emprunt du pays, a annoncé l'agence de gestion de la dette, la Finanzagentur, jeudi. "De premières discussions au niveau de groupes de travail ont révélé chez plusieurs Länder un intérêt fondamental", a déclaré à Reuters le président de l'agence Carl Heinz Daube.

Une première émission de plus de 10 milliards d'euros

Les "Deutschland-Bonds" auront sans doute des échéances à moyen et long termes et aucune volume d'émission n'a été déterminé, a-t-il ajouté. Des sources avaient dit en novembre qu'une première émission dépasserait sans doute les 10 milliards d'euros.

Ces obligations font écho aux euro-obligations, dont la création est appuyée par plusieurs pays de la zone euro, mais pas par l'Allemagne, pour résoudre la crise de la dette de la région. Berlin affirme toutefois que le principe des Deutschland-Bonds est différent. En particulier, aucune garantie n'est donnée aux Länder participants. La Basse-Saxe, la Bavière et le Bade-Wurtemberg ne sont pas pour l'instant intéressés par cette initiative.

Des coûts de financement différents entre l'Etat fédéral et les Länder

Même si l'Etat fédéral a vu les rendements de sa dette tomber à des niveaux sans précédent durant la crise, il en va autrement de plusieurs Länder, notamment les plus endettés, qui espèrent, grâce à ces nouveaux titres, pouvoir se refinancer moins cher qu'actuellement.

L'agence de la dette a dit par ailleurs qu'elle comptait emprunter 250 milliards d'euros l'an prochain, soit cinq milliards de moins que cette année. Cette dette serait répartie à hauteur de 173 milliards d'euros pour le marché obligataire et de 77 milliards pour le marché monétaire. L'agence compte aussi émettre de huit à 12 milliards d'euros de valeurs indexées sur l'inflation, avec des adjudications mensuelles sauf en août et en décembre. Elle se réserve aussi la possibilité d'émettre, suivant la situation du marché, des prêts titrisés particuliers et des emprunts libellés en devises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2012 à 19:15 :
"L'agence de la dette a par ailleurs déclaré qu'elle comptait emprunter 250 milliards d'euros l'an prochain, soit cinq milliards de moins que cette année." et dans un autre article on apprend que la France compte emprunter 169 milliards soient 9 milliards de moins. Allemagne : emprunt de 3074 ? par habitant et -61 ? par habitant / n-1 et France : emprunt de 2586 ? par habitant avec -137 ? par habitant /n-1. Le "sérieux" allemand en prend pour son grade ! XD
Réponse de le 20/12/2012 à 21:15 :
@ Picnic...: Les dettes des états sont éternelles, mais doivent être constamment financées. Les emprunts arrivent régulièrement à échéances; longues (10 ans), courtes (6 mois). L'Allemagne est très endettée, elle a du moins une excuse, la réunification a couté peut-être 1,5 billiards d'euro et coûte toujours environ 100 milliards/ an. La France n'a pas connu un tel évènement. L'évolution de la dette en France est inquiétante, sachez aussi que l'Espagne et l'Irlande étaient très faiblement endetté; pour sauver les banques, ces état ont dû finalement s'endetter à un niveau critique. Cela va donc très, très vite. Je vous copie un passage d'un autre article de la Tribune: "En termes absolus, les emprunts devraient être les plus élevés en France (337 milliards d'euros), en Italie (333 milliards d'euros), au Royaume-Unis (277 milliards) et en Allemagne (233 milliards)." Puis : Ils (les nouveaux emprunts en zone euro) devraient atteindre 1.428 milliards d'euros, ce qui représente 14,8% du PIB de la zone. A titre de comparaison, aux Etats-Unis les emprunts devraient peser 67% du PIB (25% dans le cas du Japon)." Les USA sont extrêmement endetté, mais un écart de 14,8 % de nouveaux emprunts en zone euro et de 67 % du PIB aux USA n'explique pas grand chose. Le titre de la tribune est également dénué de sens: "Austérité oblige, les Etats européens emprunteront moins en 2013 qu'en 2012"; ce n'est pas lié à "l'austérité" mais à la structure du re-financement des dettes. Sérieusement, et comme la majorité des français, vous comprenez trop peu ce qui ce passe. Personne ne le sait et connaît l'avenir, mais soyez inquiet de la situation en France, pas en Allemagne, votre attitude est maladive; la société dans laquelle vous et moi vivons est malade. Oubliez les Allemands.
Réponse de le 20/12/2012 à 23:07 :
@deni
Tres convaincant ce que vous dites ...Mais vous avez raison la situation economique en francais est plus inquietante qu'en Allemagne.
a écrit le 20/12/2012 à 18:11 :
Grâce a nôtre excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne et ceci depuis 17 ans, nous profitons plus que quiconque de l'UE et de l'Union Monétaire, ceci aux dépens des pays moins favorisés que nous. Les quelques petits milliards de que l'Allemagne doit verser à Bruxelles tous les ans ne sont rien par rapport à l'excèdent commercial que nous réalisons grâce à cette petite cotisation. Excèdent commercial énorme qui nous permet d'exporter nôtre chômage vers les pays de l'union monétaire économiquement plus faibles et qui, a cause des traités imposés à l'UE par l'axe franco-allemand, ne peuvent ni empêcher ni taxer l'avalanche de produits Made in Germany qui étouffe et empêche leur propres économies de se développer. Les bénéfices ainsi réalisés dans les pays sur-endettés, y compris la Grèce et son armement, étant souvent réinvestis par nos grandes entreprises hors de la Zone Euro, souvent dans les pays de l'ancien bloc soviétiques que nous sommes en train de coloniser d'ailleurs en rachetant tout ce qui est privatisé, ce qui va nous donner le contrôle économique sur ces pays. Que la Grèce, l'Espagne, le Portugal et autres affichent un chômage des jeunes qui dépasse déjà les 50% n'intéresse ni M Weidmann, ni M Sarrazin, ni ma pomme, en fait cela nous arrange, nous récupérons ainsi l'élite de ces pays, puisque nous manquons de jeunes hautement qualifiés. Quand à M Klaus Regling, qui se dit inquiet pour l'Italie, croyez moi, c'est bien le moindre des soucis des Allemands. L'Italie est destinée à faire partie du tiers monde à plus ou moins brève échéance. Les accords UE ne garantissent pas une qualité de vie similaires dans les pays de l'Union Monétaire, le fait que les pays pauvres deviennent toujours plus pauvres et les pays riches toujours plus riches le prouve. Une sorte de nécolonialisme en somme. Mais le mieux c'est que l'Allemagne peut quitter l'UE le jour ou cela ne sera plus intéressant pour nous d'en faire partie ! Personne ne peux nous en empêcher.
Réponse de le 20/12/2012 à 18:34 :
Jalousie maladive ?
Réponse de le 20/12/2012 à 19:06 :
on joue a la gueguerre des classe,on se prend une deculotee et on accuse les autres de tricher...vous finirez sociologue au cnrs!
Réponse de le 20/12/2012 à 19:31 :
Tout ca sent la jalousie, les allemands sont pragmatiques et ne font pas les choses a moitie comme les francais. Leur excedent commercial est enorme et merite et n'est pas du au hasard. Il l'on merite a la sueur de leur front en etant efficient et en cherchant toujours a etres les meilleurs dans tous les domaines. Ils se sont aussi donnes les moyens pour ca "Le Deutschland über alles" ne se dit plus mais il est bien la et omnipresent .L'Allemagne est terriblement efficace et dangereuse pour les trainards qu'elle ne respecte pas.
Réponse de le 20/12/2012 à 21:59 :
@ hectopascal, lolita, phil aus Berlin,
Le problème n'est pas l'Allemagne mais le principe du chacun pour soi propre à l'Union Monétaire et la loi du plus fort appliquée entre pays absolument inégaux et qui permet aux économies fortes de profiter des moins fortes qui ne peuvent plus se protéger à cause des accords. Une union monétaire sans union fiscale ne peut pas fonctionner. Limiter l'analyse à la France et l'Allemagne est idiot.
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie du pays, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, natalité (faire venir de la main d'oeuvre hautement qualifiée des pays voisins, comme tentent de le faire les allemands, coûte moins cher que d'élever des enfants et de les former soi même) etc, etc.)
Réponse de le 21/12/2012 à 10:25 :
Un vrai troll ce 4em reich alias deustcher Michel ect ect. A chaque article il nous fait son copié coller.
Réponse de le 21/12/2012 à 12:30 :
@ CH01,
ce qui prouve que tu lis bien mes commentaires!
Quand à comprendre il n'y a pas plus difficile que d'expliquer à quelqu?un qui ne veut pas comprendre parce-que ce n'est pas dans son intérêt de comprendre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :