Pourquoi la nomination de Jeroen Dijsselbloem est inquiétante

 |   |  794  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le nouveau président de l'Eurogroupe n'avait pas de qualité particulière pour occuper ce poste, sauf peut-être celui d'être néerlandais, ce qui suffit à l'Allemagne. Une dérive préoccupante.

A priori, ce pourrait n'être qu'un simple marchandage entre nations de la zone euro, comme il y en a régulièrement. La nomination de Jeroen Dijsselbloem, le ministre des Finances néerlandais, à la tête de l'Eurogroupe ressemble à un compromis traditionnel à l'européenne. Avec au final, la nomination d'un ressortissant des trois pays du Benelux, ce c?ur de l'Europe qui semble toujours un peu neutre. Mais dans le cas d'epèce, il n'en est rien.

Casse-tête

La succession de Jean-Claude Juncker, le premier ministre luxembourgeois à la présidence de l'Eurogroupe a été un véritable casse-tête pour les Européens. La volonté de l'Allemagne de placer son propre ministre Wolfgang Schäuble avait fait échouer une première fois, au printemps, la recherche d'une solution. Le Luxembourgeois avait dû rempiler pour une année, sans que ce délai ne permette réellement d'avancer, notamment sur un compromis entre Paris et Berlin. Finalement, Berlin a sorti de son chapeau Jeroen Dijsselbloem. Un choix qui n'a guère enthousiasmé les Français. Mais la faiblesse de Paris est telle aujourd'hui en Europe que, tout en traînant des pieds, il a bien fallu que Bercy cède.

Peu de qualités pour le poste

Ce n'est pas la personnalité de ce ministre néerlandais inconnu voici encore quelques semaines qui a donc été déterminante. Ce ne sont pas davantage ses compétences particulières. Jean-Claude Juncker avait certes bien des défauts, mais il avait d'indéniables qualités techniques et un sens du compromis unique. Autant de qualités que Jeroen Dijsselbloem devra acquérir. Jusqu'ici, ce politicien d'envergure plutôt régionale, apparatchik du parti travailliste néerlandais et diplômé de politique agraire, n'a guère prouvé qu'il en dispose. Il ne connaît guère les arcanes des institutions européennes, n'a pas plus d'expérience pour la gestion des crises et n'a pas enfin montré de capacités évidentes à forger des compromis.

La Haye, soutien de Berlin

En réalité, la seule vraie qualité de Jeroen Dijsselbloem, c'est d'être néerlandais. Une qualité suffisante pour en faire le candidat de Berlin et, in fine, le président de l'Eurogroupe. C'est que le gouvernement des Pays-Bas, dirigé par le très orthodoxe libéral Mark Rutte est un des plus fermes soutiens à la politique européenne allemande. On le voit en ce moment sur la question de l'union bancaire où La Haye est en première ligne pour réduire la capacité d'action directe du Mécanisme européen de Stabilité (MES) sur les banques. Une stratégie qui fait les affaires du gouvernement allemand qui ne souhaite rien de plus que de reporter toute intervention du MES après les élections fédérales de septembre 2013.

Le précédent Mersch

La volonté de Berlin de nommer un Néerlandais à ce poste fait écho à sa pression pour imposer le Luxembourgeois Yves Mersch au directoire de la BCE au cours de l'automne dernier. Certes, Yves Mersch a plus d'experience que Jeroen Dijsselbloem. Mais le parlement européen souhaitait une femme au directoire de la BCE. Il a donc voté contre cette nomination. Angela Merkel a insisté pour qu'on ignorât le vote du parlement. L'essentiel était pour elle qu'un Luxembourgeois, donc un "faucon" , prenne place à Francfort pour soutenir la ligne de la Bundesbank.

Volonté de reconquête


Le cas de la BCE est intéressant, car depuis sa création, on a cherché à établir un équilibre au sein des instances dirigeantes entre le « nord » et le « sud. » Cet équilibre s'est rompu au printemps 2011 lorsque le président de la Bundesbank, Axel Weber, a jeté l'éponge pour la succession de Jean-Claude Trichet à la présidence de la BCE. Angela Merkel avait, l'année précédente, accepté la nomination du Portugais - donc de la « colombe » - Vitor Constancio à la vice-présidence en espérant obtenir celle d'Axel Weber à la présidence. Sa stratégie s'est effondrée et elle a dû accepter la nomination de Mario Draghi. Depuis, ce même Mario Draghi a été vivement critiqué outre-Rhin par la Bundesbank pour sa politique « expansionniste » et l'Allemagne a engagé une entreprise de « reconquête » des postes européens de gestion de la crise en faveur des ressortissants du « Nord. »

Inquiétant

Désormais, donc, Berlin soutient les candidats de ses alliés, quitte à les présenter comme des candidats de compromis comme dans le cas de Jeroen Dijsselbloem. Si cette pratique venait à se généraliser, elle serait plus qu'inquiétante. Le critère de compétence serait définitivement abandonné en faveur d'un critère « ethnique » discutable qui prendrait acte d'une division de la zone euro en deux pôles irréconciliables.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2013 à 7:17 :
Si je comprends bien, l'Allemagne a préféré et imposé un incapable Néerlandais simplement parce-que Néerlandais?
Bien il y a plein de Néerlandais capable, alors pourquoi a-t-elle imposé un incapable?
Pas très logique ce commentaire!
En fait je suppose que l'Allemagne voulait un incapable pour pouvoir décider à travers celui-ci et par celui-ci! La nationalité n'a joué aucun rôle, c'est la soumission du candidat à l'Allemagne qui a fait la différence.
L'Europe allemande est en train de se faire, ce sera une copie de l'empire de Barbarossa, sans la France, sans l'Italie, sans Espagne et Portugal.
En somme le fameux Deutscher Wirtschaftsraum.
A nous de faire l'Union pour la Méditerranée! (Sans l'Allemagne, bien sur)
http://eeas.europa.eu/euromed/index_fr.htm
a écrit le 26/03/2013 à 16:30 :
Ce n'est pas un Néerlandais que j'aurais nommé, mais un Finlandais et il y avait
quelques candidats ! Pour scinder l'Euroland en deux:
I / les pays AAA ou quasi qui auraient le label Auro ( comme l'Or/Aurum ), soit la
Finlande, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Autriche, la Belgique, au besoin joints par
la Suède, le Danemark, la Norvège ou même ...la Suisse !
II / les autres farceurs et flemmards, qui auraient le label bEUrRO ( bon pour du
Beurre et...l'argent du Beurre !), à savoir la France, la Grèce, l'Italie, l'Espagne,
le Portugal et le petit dernier....Chypre !!
a écrit le 23/01/2013 à 8:50 :
Quand est-ce que toute cette tarte à la crème de l'Europe va prendre fin? Croit-on vraiment que les citoyens n'ont pas compris depuis longtemps ?
La réalité est que personne , absolument personne à l'heure actuelle ne sait quoi faire pour demain .
a écrit le 22/01/2013 à 14:28 :
Rien que le fait que le journaliste l'écrive (et en plus il n'a pas tort je pense) montre qu'il commence à y avoir un sérieux problème et que l'Europe est prête à exploser.
Est-ce que c'est réellement ce que veulent les Nords Européens, car une bonne partie de leur excédent se fait en france ou en Italie. Si l'Europe explose adieu les excédents.
A leur place, je commencerai à y réfléchir
a écrit le 22/01/2013 à 14:10 :
Enfin un journaliste, Monsieur Romaric Godin qui ose sortir du bois et qui dit des vérités. Bien sur en creux; La classe politique est nulle, la française plus que les autres, tout les lecteurs de la Tribune le savent;
On aimeait que Monsieur R Godin fasse des émules et qu'enfin les journaliste respectent leur métier qui est d'informer, pour moi de dire la vérité toutes les vérités sur tout.
Mais là bien sûr plus de niche fiscale privilégiée ( augmentée depuis l'arrivée de Flamby ), plus d'avion ni petit arrangement avec les notes de frais, enfin plus de colusion avec le pouvoir de gauche. Impossible me direz vous, et bien continuons tous à mentir et la France ira là ou tout le monde le sait, dans la compromission et le chaos. Munich et 1938/39 pas loin...
Réponse de le 22/01/2013 à 14:45 :
Vous être un sacré blagueur. Si ça c'est informer moi je suis un curé.
Par exemple connaissez-vous M. Asselineau de l'UPR que M. Godin doit forcément connaître ? Non, comme beaucoup de français. Et pourtant il livre des analyses très pertinentes sur la situation actuelle en général et sur cette arnaque UE/euro en particulier. Ce monsieur est totalement boycotté par la presse (tenue par l'oligarchie française) pour la simple et unique raison qu'il ne va pas dans le sens européiste de la pensée dominante. Je vous invite à jeter un oeil sur ses conférences et analyses sur leur site internet (UPR.FR). M. Godin, si ça vous tente ....
Réponse de le 22/01/2013 à 14:49 :
@jpdf ; arrète les neuroleptiques...et proposons Moscovici..sinon le Hollandais fait l'affaire dans toute son
incompétance...aprés tout du moment que ce n' est pas un socialiste .
Réponse de le 22/01/2013 à 19:36 :
Il est socialiste, il est membre du pvda (parti travailiste).
a écrit le 22/01/2013 à 13:32 :
Il s´avere qu il existe une diffrence fondamentale de mentalité entre l´Europe du Nord et l´Europe du Sud.
Le nord poursuit une polique d´austérité , controler ses finances,et enrayer l´endetement.
Le sud est relaxe, distribue l´argent qu il emprunte a l´arrosoir, et s´endette de plus de plus.
Resultat : le Nord et ce n´est pas seulement l´Allemagne se porte bien à tous les niveau, accuse une economie saine et florissante.
Au sud on gémit et on accuse les autres, ceux du Nord de foutre la merde ... Et on ne fait rien sinon que de continuer a emprunter et rèver de chimères . Même pire , on se lance dans des aventures neo-colonialistes sur le continent africain pour detourner des problémes interieurs et bien sur sans consultation avec les partenaires dont on espere ensuite le support en troupes et en moyens.
Il est clair et evident qu un gignol du sud ne pourra jamais etre accpeté comme un chef de l´ Eurogroupe.
Je me demande parfois si certains hommes politiques se rendent vraiment compte de l´opinion que les voisins ont d´eux !



a écrit le 22/01/2013 à 11:07 :
Ah bon parce que les hommes et femmes de notre gouvernement ont montrés leurs compétences pour les postes qu'ils occupent ?
Réponse de le 22/01/2013 à 12:02 :
Il est bien évident que l'Allemagne n'a plus gd monde sur qui s'appuyer et Hollande a la sagesse de ne pas contrarier la ligne Merkel ( on a vu les résultats des embrassades sous Sarkozy); à mon avis ou Merkel se rapproche des Français une fois reconduite à la Chancellerie (hypothèse à vérifier) ou l'europe part en morceaux si Pays-bas, Autriche, Finlande en sont les seuls moteurs réglés sur les standards germaaniques. Quant au RU il y a lgtps que les tories sont anti-européens...
a écrit le 22/01/2013 à 10:07 :
le regle qui dit que les plus mauvais élément se retrouve a diriger se monde (societes et gouvernements) a cause justement des petit compromis.
a écrit le 22/01/2013 à 10:06 :
Et amis journalistes de La Tribune, possible de donner parole à des "experts" qui pronent la sortie de cette dictature européenne ? Du genre M. Asselineau de l'UPR ? Non, vous avez trop peur que ses analyses reveillent les français....Allez ne me dites qu'au fond de vous votre conscience ne vous tiraille pas ?
a écrit le 22/01/2013 à 10:01 :
De quoi les français ont-ils peur ? qu'on ne leur permette pas d'assouplir l'objectif de 3% de déficit ? qu'on les oblige à être rigoureux et d'entreprendre des réformes qu'on ne veut pas manifestement entreprendre ?
Réponse de le 22/01/2013 à 10:29 :
les allemands se sont bien autorisé à ne pas respecter cette règle quand cela les arrangeaient, et ceci dans un passée très récent.
a écrit le 22/01/2013 à 9:59 :
ça change pas, des avocats à la tête d'institution économique, des médecins à la tête d'institution monétaire, bref, le mélange des genres....


à quand un boucher en chirurgie ?


ça m'étonne pas que dans les dernières enquêtes les Français exigent plus d'expert que des apprentis sorcier...
a écrit le 22/01/2013 à 9:46 :
Ce choix est basé sur les meilleurs éléments d'une classe d'âge, le schéma est le même dans une entreprise...quand il faut trouver un homme pour répondre à un nouveau poste .....il est rare que l'on choisisse le plus mauvais élément des effectifs.....c'est juste pour cela que Moscovici n'avait aucune mais alors aucune chance d'être choisi....et cela lui fait très mal au ventre.....sa seule réponse aujourd'hui est la dénégation...comme peuvent le faire tous les mauvais perdants.....je m'insurge contre cet article à charge, qui prouve une fois de plus que la presse française penche toujours du même côté et ne sera jamais objective dan ses commentaires.
Réponse de le 23/02/2015 à 9:17 :
Il doit choisir entre ses indemnités d'ancien président ou de conférencier privé ras le bol de ses assistés qui profitent de s'en graisser avec l'argent des contribuables. est il normal qu'un fonctionnaire travaillant 32 heures par semaine bénéficie du statut d'auto entrepreneur en plus impossible pour un salarié travaillant 47,7 heures...
a écrit le 22/01/2013 à 9:25 :
Parce que Moscovici était compétant ???? laissez moi rire ....surtout prétentieux et imbue de sa personne comme tous les français
Réponse de le 22/01/2013 à 9:51 :
Ben ! On aurait pu aussi proposer montebourde ou ayrault, non ? Ces "grands" hommes d'état...
Réponse de le 26/03/2013 à 15:04 :
On regrette woerth ,Dati ,mam , morano ect..tout les grands cerveaux que la terre entiére nous envie!!
a écrit le 22/01/2013 à 9:06 :
Hallucinant article à charge... Enfin article, "point de vu" personnel asséné comme une vérité absolue. La France est un pays ultra conservateur et nationaliste, et comble de l'ironie, le PS est le fer de lance de ce mouvement. Et puis les critiques sur l'Allemagne qui essaie d'imposer sa vision... ah ! ah ! ah ! De la part d'un pays dont une majorité d'habitants se croient culturellement supérieurs aux autres, c'est assez risible. Comme si la France n'était préoccupée par l'intérêt général européen. Elle n'arrive même pas à agir ainsi pour elle-même dans sa politique intérieure.
a écrit le 22/01/2013 à 8:51 :
@ Jeroen Dijsselbloem, Les moyens de production modernes nous permettent de produire bien au-delà de nos besoins, les excédents et déficits des balances commerciales prouvent que nous avons un problème de surproduction dans les pays excédentaires et de sous-production dans les pays déficitaires. Il est naif de penser que en augmentant la compétitivité dans les pays déficitaires le problème serait résolu. Combien même ces pays deviendraient plus compétitifs que les pays excédentaires, le problème resterait le même, il y aurait quand même surproduction. Ce sont les déséquilibres des balances commerciales qui sont à la base des crises monétaires. Le libre échange oui mais il faut que cela soit un échange, la production totale d'un pays ne doit pas dépasser sa consommation totale et vice versa, un pays ne doit pas consommer plus qu'il ne produit. À ceux qui nous gouvernent de trouver comment arriver à cet équilibre indispensable au bon fonctionnement des économies et surtout de l'Union Monétaire
Réponse de le 22/01/2013 à 17:36 :
La démonstration serait pertinente dans le cas d'un monde fermé, le monde limité à l'union européenne par exemple. Si un pays parvient à exporter une grande part de sa production, cela vient surtout de sa capacité organisationnelle, de l'éducation et de la mentalité de sa population. Tous cela est difficile à contrôler ou planifier. L'Allemagne exporte beaucoup parce que sa production industrielle a acquit un haute réputation, et ce depuis le milieu du XIXe siècle. (Et même avant, en fait: voir les armures de Nürenberg.) Comment l'Allemagne - ou la Hollande, la Finlande, ... - pourrait s'empêcher d'exporter ce que le monde entier désir? Si Bruxelles et Berlin veulent que les pays du Sud européen gagnent en productivité, c'est parce qu'ils veulent que ces pays exportent à leur tour, si possible en dehors de l'Europe. Et que l'argent gagné ainsi leur permette de rembourser leurs dettes d'Etat et de financer leurs importations... allemandes.
Réponse de le 23/01/2013 à 16:47 :
@ arcesilas,
ce que vous dites serait juste si tous les pays étaient égaux et avaient les mêmes chances au départ.
Cela est loin d'être le cas, il faut donc protéger les économies des pays plus faibles.
Prenons par exemple le Portugal et l'Allemagne, sans protectionnisme et à cause de la libre circulation des marchandises le Portugal ne peut pas arriver à une balance du commerce équilibrée avec l'Allemagne, (haut salaires en Allemagne, bas salaires au Portugal, pour arriver à un équilibre il faudrait que les Portugais travaillent et exportent en heures de travail 4 fois plus que les Allemands) quand à essayer d'arriver à avoir un excédent avec le reste du monde afin d'avoir une balance équilibré dans l'ensemble, cela pose pour le Portugal le même problème. Il n'y a que par un certain protectionnisme que le Portugal peut éviter le déficit de la balance commerciale. Le moyen le plus simple serait donc d'avoir deux taux de TVA, un taux majoré, disons 25% sur les produits importés et un taux minoré disons 15% sur toute production locale. Cette différence de TVA serait d'ailleurs justifiée par le fait que sur les produits importés les différentes cotisations sociales sont prélevés sur les salaires dans le pays de production (retraite, sécurité sociale, chômage, etc.,).
Cette TVA différentielle devrait par ailleurs inciter les multinationales à investir au Portugal pour ne pas être désavantagées par la TVA à 25%. Ce qui permettrait entre autres de résorber une partie du chômage des jeunes au Portugal (plus de 50%).
Je pense d'ailleurs que le meilleur moyen d'éviter les déficits budgétaires serait d'éviter les déficits des balances commerciales. Pas d?excédents sans déficits! Cela est mathématiquement impossible. Le dumping des salaires et le dumping social ne sont pas la solution.
La solution c'est d'augmenter la productivité du pays par l'investissement.
Pouvez vous me donner une seule bonne raison pour laquelle les produits haut de gamme devraient être produits en Allemagne et importés au Portugal. Les Portugais sont au moins aussi sérieux et capables que les Allemands. Ils sont simplement désavantagés par des facteurs naturels et immuables.
Réponse de le 23/01/2013 à 17:03 :
@ arcesilas,
si je vous comprend bien vous voudriez que les pays déficitaires de l'Union Monétaire essayent de compenser le déficit qu'ils ont avec l'Allemagne par un excédent avec le reste du monde? C'est quand même un peu bizarre comme raisonnement, croyez vous que le reste du monde va se laisser faire? Vous pensez que la Chine, l'Inde et autres vont se laisser faire ? D'autant plus que les pays déficitaires n'ont pas le haut de gamme exclusif ! Tout les pays voudraient être excédentaires!
Je pense qu'il serait plus logique que ces pays déficitaires essayent d'éviter le déficit en général et en particulier avec l'Allemagne.
D'ailleurs le Target2 a été introduit justement dans le but d'éviter les déséquilibres chroniques.
Le système n'est pas parfait, il a été conçu par les économies fortes à leur avantage.
Réponse de le 23/01/2013 à 17:24 :
@ arcesilas,
ce que vous proposez en somme c'est que si quelqu'un viole ma fille, en compensation je peux violer la fille du voisin de celui qui a violé ma fille!
Vraiment bizarre vôtre façon de voir les choses!
Seriez vous Allemand?
a écrit le 22/01/2013 à 8:37 :
les français vous êtes que de grande bouche
Réponse de le 22/01/2013 à 9:53 :
et un grand merci pour la grammaire !
Réponse de le 22/01/2013 à 10:21 :
Vous confirmez mes dires,j'avais oublié trés
Réponse de le 22/01/2013 à 13:33 :
Non je vous rassure, nous n'avez rien oublie.....vous ne savez juste pas!!!
a écrit le 22/01/2013 à 8:16 :
Vous ne pensiez quand même pas qu'ils allaient nommé Moscovici ! === Qualifié par la presse anglo-saxonne, comme l'un des pires ministres européens des Finances, il n'avait aucune chance ! === Déjà trop de français dans les instances internationales et ne semblent pas briller particulièrement par leur compétence (Lagarde, Lamy etc..) === La France d'aujourd'hui n'est plus écoutée et a perdu toute forme de crédibilité de par la médiocrité de son personnel politique depuis ces 3 dernières décennies.===
Source : http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/22/classement-financial-times-moscovici-schauble-ue-euro_n_2175383.html
a écrit le 22/01/2013 à 7:59 :
Il ne s'agit plus de monnaie ou d'économie mais bien d'équilibre géostratégique. Laissera t-on l'Allemagne dominer le contient sacahnt que depuis 1870 elle n'a jamais fait "preuve de sa rationnalité (E. Todd)". L'Allemagne unifiée déstabilise le continent plus qu'elle ne le pacifie.
a écrit le 22/01/2013 à 7:56 :
l'Allemagne c'est l'Europe, mettre un Hollandais est une évidence pour eux. Nous on supporte les Italiens (par exemple) alors les "je donne des leçons" à la Française c'est pitoyable. L'Europe sera bientôt divisé en deux mais bon la France qui ne comprend jamais rien et qui se noie dans sa mégalo avec le LouisXiV ou Napoléon va découvrir la combine trop tard. Il n'y a qu'à voir comme on se fait avoir avec le Mali !
a écrit le 22/01/2013 à 7:45 :
Marrant, on dirait que l'allemagne est en train de faire par la monnaie ce qu'elle n'a pu faire par les armes en 45 ; la conquête du continent. Ironie de l'histoire ?
a écrit le 22/01/2013 à 6:51 :
Il n y a pas de critere absolus pour definir la competence,
Je suppose que pour l auteur il aurait fallut faire science po, puis l ena.
a écrit le 22/01/2013 à 6:37 :
@ Jeroen Dijsselbloem,
Les moyens de production modernes nous permettent de produire bien au-delà de nos besoins, les excédents et déficits des balances commerciales prouvent que nous avons un problème de surproduction dans les pays excédentaires et de sous-production dans les pays déficitaires.
Il est naif de penser que en augmentant la compétitivité dans les pays déficitaires le problème serait résolu. Combien même ces pays deviendraient plus compétitifs que les pays excédentaires, le problème resterait le même, il y aurait quand même surproduction. Ce sont les déséquilibres des balances commerciales qui sont à la base des crises monétaires. Le libre échange oui mais il faut que cela soit un échange, la production totale d'un pays ne doit pas dépasser sa consommation totale et vice versa, un pays ne doit pas consommer plus qu'il ne produit.
À ceux qui nous gouvernent de trouver comment arriver à cet équilibre indispensable au bon fonctionnement des économies et surtout de l'Union Monétaire.
Réponse de le 22/01/2013 à 11:17 :
à dijssel... , votre démonstration me plait BEAUCOUP mais elle est trop simple pour ces Enarques et autres spécialistes !!!
a écrit le 22/01/2013 à 6:35 :
faucon ou colombe?? pourquoi pas cigale et fourmi?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :