L'euro ne fait pas rêver... les Lettons

 |   |  625  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Passant outre la crise de la zone euro, la Lettonie s'apprête à adopter jeudi une législation clef pour pouvoir devenir le 18e pays à utiliser la monnaie unique au 1er janvier 2014, mais très peu d'habitants de ce pays balte se montrent enthousiastes.

 La crise a laissé des traces en Lettonie. La petite république de l'ancien bloc soviétique s'apprête à adopter l'euro le 1er janvier 2014, mais ses habitants sont sceptiques quant aux bienfaits de la monnaie unique. Leur principale crainte est la montée des prix, alors que le pays se remet tout juste de la plus forte récession enregistrée par un pays pendant la crise. Le produit intérieur brut (PIB) y avait reculé de 25% au cours des années 2008 et 2009.

Résultat: selon une enquête réalisée par la banque DNB, seulement 8% des Lettons soutiennent une adhésion rapide à l'euro, 42% préfèreraient attendre et 41% y sont catégoriquement opposés. Les indécis représentent quant à eux 9% des sondés.

Pourtant, le Premier ministre centriste Valdis Dombrovskis est convaincu que la Lettonie doit adopter l'euro. Pour lui, l'abandon du lat, la monnaie lettone déjà arimée à l'euro, stimulera l'économie en facilitant les échanges avec les principaux partenaires commerciaux du pays déjà membres de l'euro.

Les opposants très remontés

Pour convaincre, les autorités ont lancé une vaste campagne dans les médias pour vanter les vertus du passage à la monnaie commune. Mais l'opposition parle de "propagande". "Chaque médaille a son revers que les partisans de l'euro omettent de mentionner. Les prix vont augmenter. C'est ce qui est arrivé dans tous les pays de l'UE qui sont passés à l'euro. Nous ne sommes pas une exception", affirme Iveta Grigule, une députée du parti des Verts et Fermiers (ZZS, opposition).

L'Estonie voisine, premier pays de l'ex-URSS à avoir adhéré à l'euro en janvier 2011, a vu les prix à la consommation augmenter de 5% cette année, après une hausse de 3% en 2010. L'an dernier, les prix y ont augmenté de 3,9%, selon la Banque centrale d'Estonie.

En Lettonie, les altermondialistes et les groupes d'extrême-droite sont devenus les adversaires les plus farouches du passage à euro. Leur site internet commun "Non à l'euro" qualifie l'Union européenne de successeur de l'Union soviétique.

Les partisans sont ceux qui profitent de l'ouverture

A Valmiera, une ville industrielle à 110 kilomètres au nord de Riga, la perspective d'adopter l'euro laisse presque indifférent. "Cela ne changera rien, qu'on se joigne ou non à la zone euro", déclare à l'AFP Anete Kurpniece, directrice de Dodam, un petit bureau qui propose à ses clients un peu de tout, depuis les traductions jusqu'aux souvenirs. "De toute façon, nous utilisons déjà l'euro: le taux de change est fixe (1,43 euro pour un lat) et les clients étrangers nous payent directement en euros", ajoute-t-elle.

A proximité des ruines du château de Valmiera, datant du 13e siècle, le copropriétaire d'une trattoria confortable, "Liepziedi un Rozmarins", garde aussi son sang froid. "Nous laissons les étrangers payer en euros s'ils n'ont pas de lats", indique-t-il. Selon lui, le seul impact du passage à l'euro pour son entreprise pourrait être un règlement plus rapide de ses factures aux fournisseurs italiens.

A l'usine de fibre de verre Valmieras Stikls, principal employeur de la ville et l'un des plus grands exportateurs lettons, l'ambiance est plus optimiste. "Je pense que notre entreprise va bénéficier de l'adhésion à l'euro", indique à l'AFP le chef des services financiers, Senbergs Dainis, estimant que le commerce serait ainsi plus facile "avec les clients d'en dehors de l'Europe, ceux des Etats-Unis et d'Asie." "Dire non à la zone euro pourrait nuire à l'image de la Lettonie auprès des investisseurs étrangers", souligne-t-il.

Pour avancer vers l'euro, les législateurs lettons doivent adopter jeudi une paquet de lois qui permettra à Riga de demander le feu vert de Bruxelles. La Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE) doivent rendre leur verdict d'ici le milieu de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2013 à 10:33 :
Meme s´ils n´ont pas l´Euro la pluparts des entreprises dignes de ce nom des pays limitrophes qui n´ont pas l´Euro calculent deja en Euro et font leurs transactions en Euro.
Ils n´ont pas le choix. Pas plus que ceux qui sont forcés d´acheter leur energie et leurs matieres premières en US dollar.
Meme s ils ne le disent pas trop fort, tous nos copains du UK ou de Suisse qui comprennent les mecanismes de l´economie souhaitent l´Euro. Les Létons ne sont pas differents !
Réponse de le 02/02/2013 à 14:42 :
Mais les salaires ne sont pas en Euro, ce qui permet en cas de besoin de regagner en compétitivité en dévaluant la monnaie nationale autant que nécessaire.
C'est justement ce que ne peuvent plus faire les pays qui sont dans l'Union Monétaire.
C'est bien cela le problème, nous avons une monnaie commune et unique, mais nous n'avons pas uns fiscalité commune et unique avec un ministère ds finances européen.
La dévaluation interne imposée au pays en difficulté n'a fait que empirer les choses, surtout à long terme, puisque c'est surtout sur le social, l'éducation et l'infrastructure que sont réalisées les économies. Les dépenses pour la défense n'ayant guère baissé.
Réponse de le 04/02/2013 à 10:31 :
"Meme s ils ne le disent pas trop fort, tous nos copains du UK ou de Suisse qui comprennent les mecanismes de l´economie souhaitent l´Euro. Les Létons ne sont pas differents !" Mais qu'est-ce qui vous permet de dire ce genre d'aneries ? Vous confondez ce que vous souhaitez à titre personnel et ce que les européens souhaitent. Et contrairement à ce que vous dites, les personnes qui connaissent l'économie n'en veulent pas de l'euro.
a écrit le 29/01/2013 à 17:36 :
la Pologne est le pays qui a enregistré la plus forte croissance tout au long de la crise mondiale et ils n'ont pas l'euro. Les 10 pays qui ont gardé leur monnaie ne s'en sortent pas si mal. Cette monnaie euro plombe l'économie, appauvrit les peuples.
Réponse de le 29/01/2013 à 18:19 :
@Eleonore: qu'est-ce qui enfonce el clou ? el mareau lui-même en regardant le clou ou celui qui s'ensert pour frapper sur la tête du clou ? Notre problème, c'est pas le clou ou le marteau, mais les dirigeants qui, et ça c'est le clou, sont complètement marteaux :-)
Réponse de le 29/01/2013 à 18:24 :
@Eleonore..suite: tu me rappelles les premiers pas de l'informatique en France: c'était toujours la faute de l'ordi, jamais celle qui y entrait les données :-) Comme si c'était le marteau qui maniait l'utilisateur et pas l'inverse :-)
Réponse de le 29/01/2013 à 18:58 :
Patrickb peu vous raconter ce qu'il veut l'Euro est un échec (quel qu?en soit les raisons) , et s'il a utilisé windows il doit se rappeler que très souvent c'était bien l'ordinateur qui plantait. Bref on réussit sans l'Euro et y entrer est aujourd'hui une énorme erreur, d'ailleurs le peuple (dont on a rien a foutre merci patrickb pour la démocratie) ne s'y trompe pas, quand à la France elle avait dit non aussi, cela porte un nom = dictature (désolé c'est le terme)
Réponse de le 29/01/2013 à 19:22 :
@eleonore: j'ai pas dit que c'était pas un échec, j'ai dit qu'il ne faut pas blâmer l'outil, mais l'utilisateur :-) c'est pas la même chose ou me trompe-je :-) bon, si tu dis que nos dirigeants sont la crème de la crème et qu'ils n'ont rien à voir dans ce qui se passe actuellement, je suis pas certain que beaucoup vont être d'accord avec toi :-)
Réponse de le 29/01/2013 à 19:28 :
La France était favorable à l'euro. Ou avez vous vu qu'elle s'est prononcée contre l'adoption de l'euro ??
Réponse de le 29/01/2013 à 20:14 :
On n'a pas demandé l'avis aux français concernant l'euro. Et en ce qui concerne l'UE, les français n'ont pas eu droit à un vrai débat mais à une propagande de la part de nos médias et élites qui nous promettaient plein emploi et prospérité.
a écrit le 29/01/2013 à 16:47 :
L'euro est la pire absurdité que les technocrates aient jamais inventée. Demandez aux buveurs de vin (les pays du sud) ce qu'ils en pensent, à commencer par l'Espagne. Quand on est petit, même au nord, rejoindre l'euro est la meilleure façon de se suicider pour de bon.
Amis lettons, révoltez-vous!
Réponse de le 29/01/2013 à 17:25 :
@ger55: commentaire défaitiste ! l'Allemagne a réussi sa réunification, non ? Notre problème, c'est le manque de cohésion, dont les exceptions accordées, entre autres, aux Anglais. On ne peut pas construire un groupe dans lequel certains sont plus égaux que d'autres, parce ce que cela se termine forcément par la prise du pouvoir du plus fort et l'asservissement des autres :-)
a écrit le 29/01/2013 à 16:01 :
L'euro et l'Europe ne font plus rêver y compris au sein des élites politiques, des voix dissonantes commencent à s'élever. Cela a été fait en dépit de bon sens, Il y a trop de différences et d'intérêts d'un pays à l'autre pour que cela fonctionne. La monnaie unique sert les intérêts des financiers et des rentiers, ne protège pas et asservie les peuples. Nous devrons revoir la copie et vite pour éviter le délitement et la révolte populaire.
Réponse de le 29/01/2013 à 19:31 :
@eleonore: grosse différence entre nous, car je souhaite qu'on fasse tomber des têtes pour en finir avec la corruption et les manigances politiciennes. La nature humaine en ramènera sans doute d'autres, mais pas avant quelques décennies, ce qui nous donnera une chance d'assainir la situation :-).
Réponse de le 29/01/2013 à 19:33 :
Il y a de forte disparités entre la corse, l'Alsace, Rhône alpe? l'Auvergne et la région parisienne....et pourtant nous avons depuis longtemps une monnaie commune à toutes ces régions. Plus récemment la réunification des deux Allemagnes s'est faite avec une monnaie identique pour les deux cotés du mur. Et cela à réussi...l'argument de la différence n'est pas rédhibitoire pour avoir une même monnaie.
Réponse de le 04/02/2013 à 10:28 :
Vous avez oublié un certain nombre de points :
1-nous avons la même langue et la même histoire. Désolé mais quand je vais en Alsace ou en Auvergne, je me sens en France et quand je vais en Allemange je me sens ....en Allemagne.
2-nous avons en France des transferts de richesses des régions "riches" vers les régions "pauvres". Sur cet aspect. Une europe férérale couterait 12% de PIB aux allemands.
a écrit le 29/01/2013 à 14:30 :
Là ou l'euro passe le peuple trépasse.
Réponse de le 29/01/2013 à 16:06 :
+ 1
a écrit le 29/01/2013 à 14:15 :
Il y a de facon évidente une opinion completment opposée entre le consommateur qui ne voit que le risque d´inflation et l´entrepreneur-producteur qui lui ne voit que des avantages dans les formalités de paiement, crédibilité, flexibilité, facilité d´exporter etc .
Ce qui m´amuse c´est que depuis 2002 les prix dans les pays non Euro comme la Suisse ou le Danemark ont augmenté au meme rythme que dans les pays de la zone Euro. L´alimentqation y est p.ex.nettement plus chère et cela sans l Éuro !
Réponse de le 29/01/2013 à 19:38 :
L'euro est le bouc émissaire. Pendant qu'on l'accuse d'avoir créer de l'inflation on évite de regarder pourquoi certains prix, matières premières par exemples ou de l'immobilier ont très fortement augmentés au niveau mondial. Continuez de vous trompez de cible...
a écrit le 29/01/2013 à 14:09 :
Les Euros ne seraient donc pas en "letton" ? ;-)
Réponse de le 29/01/2013 à 17:21 :
@matériau: non, seuls les tétons des Teutons sont en laiton, ils sont pas fous, mais ailleurs l'est-on ??
a écrit le 29/01/2013 à 13:37 :
8% pour et ca va quand même passer...
La démocratie qu'on vous dit !!!
Réponse de le 29/01/2013 à 14:11 :
8% pour, et 42% qui veulent attendre. Et bien voila, ca fait 50%. les 42%vont simplement attendre.... que la loi passe :-)
a écrit le 29/01/2013 à 12:37 :
Avec ce qui se passe en ce moment, il faut être fou pour vouloir passer à l'euro !!!
a écrit le 29/01/2013 à 11:59 :
mais qui l'euro fait il rêver ? pas grand monde en dehors des financiers.
a écrit le 29/01/2013 à 11:54 :
La souplesse d'une monnaie locale a ses avantages surtout quand on veut exporter et permet aussi d'éviter certaine contrainte imposé de l'exterieur!
Réponse de le 29/01/2013 à 12:28 :
sé lé biyé ecri en papié
a écrit le 29/01/2013 à 11:49 :
L'euro/l'UE ne fait plus rêver personne, c'est devenu un cauchemar. Le rêve serait que nous en sortions. Pour comprendre : www.u-p-r.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :