Budget 2014-2020 : les dirigeants de l'UE en quête d'un difficile compromis

 |   |  566  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Un sommet crucial pour l'avenir de l'Europe réunit jeudi et vendredi les dirigeants de l'UE. Leur objectif? Tenter de dépasser les égoïsmes nationaux pour doter le budget européen des moyens suffisants pour financer des investissements créateurs d'emplois jusqu'en 2020.

Une nouvelle fois, ils se retrouvent à la table des négociations. Les dirigeants de l'UE se réunissent jeudi et vendredi pour tenter d'arracher un compromis concernant le budget communautaire 2014-2020. Mais les négociations -qui trainent en longueur depuis de nombreux mois-, s'annoncent difficiles pour passer outre les égoïsmes nationaux.

C'est Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, qui va donner le coup d'envoi de cette énième table ronde sur le sujet. Dès l'ouverture du sommet, il va ainsi mettre sur la table une nouvelle proposition de budget. L'enveloppe serait de 960 milliards d'euros pour les crédits d'engagement, qui correspondent au plafond autorisé, et de 900 milliards d'euros pour les crédits de paiement, soit les dépenses effectives. La taille est particulièrement sévère, et pèse 13 milliards en moins sur les engagements et 43 milliards en moins pour les paiements par rapport à sa proposition de novembre.

Des coupes tous azimuts

Cette proposition apparaît conforme à ce que demandait le Premier ministre britannique David Cameron, qui ne raisonne qu'en termes de crédits de paiement, plus compréhensibles pour les citoyens. Et c'est également ce que souhaitait la chancelière allemande Angela Merkel.

Dans le détail, les coupes vont porter sur l'enveloppe destinée aux projets d'infrastructures, les frais de fonctionnement des institutions, les moyens d'actions du controversé Service d'action extérieure. Mais bien d'autres secteurs sont concernés, comme les budgets pour la Recherche et l'Innovation, l'aide au développement et l'aide destinée aux citoyens européens les plus pauvres.

Le Parlement européen fait grise mine

D'ores et déjà, le Parlement européen a boudé cette proposition. Venu présenter mardi sa vision de l'Europe aux députés, François Hollande, a été mandaté pour refuser un tel compromis: "Vous demandez à un socialiste d'empêcher les conservateurs de faire un mauvais budget", a-t-il lancé aux élus du Parti populaire européen qui l'avaient invité à user de son droit de veto. "Mais mon devoir est de rechercher un compromis", a expliqué le président de la République, en bon diplomate. Ainsi, toute la négociation ce jeudi va consister à remonter la proposition de Herman Van Rompuy afin de trouver un équilibre entre les positions les plus radicales et les lignes rouges du Parlement européen.

Une fois encore, les dirigeants européens sont sous pression. Dans sa lettre d'invitation, Herman Van Rompuy a prévenu: "il y a urgence à trouver un accord", a-t-il insisté. Outre l'image désastreuse pour l'Europe sur la scène internationale, un nouvel échec ferait des perdants. A commencer par l'Allemagne, qui joue un milliard d'euros, ce qui constitue le montant du rabais obtenu sur sa contribution pour la période 2007-2013. La France et le Royaume-Uni, en revanche, pourraient se satisfaire d'une absence d'accord. Le rabais obtenu par Londres est inscrit dans les traités. Surtout, pour Paris, ce serait l'assurance de conserver le même niveau pour les aides agricoles, ce qu'elle n'a pas obtenu avec l'actuel projet de compromis.

Quid du Mali ou des accords de libre-échange?

Reste que la question du budget risque fort de faire passer tous les autres sujets importants à la trappe, comme la situation au Mali, la stratégie pour aider au suivi des Printemps arabes, ou encore la négociation des accords de libre-échange, notamment avec les Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2013 à 16:12 :
Je comprends mainteanant pourquoi De Gaulle ne voulait pas des Anglais.
Cela permet à l'Allemagne de jouer les arbitres. Il n'était pas bête nôtre "Je vous ai compris"
a écrit le 07/02/2013 à 18:23 :
Hollande est en train de raconter une vanne sur Barroso. Cameron fait comme s'il n'entendait pas en se disant "nom de Zeus, ils sont vraiment lourds ces français". Barroso qui a tout entendu fait la gueule et vient de noter le nom du gars qui rigole en Hollande et Cameron. Quant à Merkel qui voit l'incident arriver, elle se précipite pour faire diversion et rattraper le coup, mais comment faire? La brosse à reluire pardi! Ca marche toujours avec les français: "Hé François! Tu as un super costume vu de dos! Euh...Très élégant! Hé François, attends moi! Ah vous les français, toujours en avance!"
a écrit le 07/02/2013 à 17:31 :
On a beaucoup critiqué les anglais, et les allemands.
Il n'empêche, je comprend le royaume-uni. Les types ont fait en sorte de réduire drastiquement les dépenses publiques, tout en réduisant les impôts, afin que l'austérité tant décrié pèse moins sur les ménages et l'activité économique du pays, contrairement à l'Espagne ou l'Italie, voir la France(encore que nous on a seulement augmenté les impôts). Et on arrive à les critiquer.... Certes ils sont en récessions, c'est vrai et c'est normal sur du court terme, maintenant attendons de voir dans 5 à 10 ans les effets de tout ça, la France rira jaune à ce moment là.
Alors quand je vois Hollande arriver, critiquer les anglais, les allemands et autres, tout ça parce que ils ont eu le courage de dire stop aux faramineuses dépenses étatiques, que ces même pays ne veulent pas du pac parce que oui l'agriculture Française n'est même pas compétitive alors que la France en est la première bénéficiante, que ces pays ne sont pas prêts à payer pour les autres parce que eux même fournissent déjà de très gros efforts, alors oui je comprend ces états, et je me demande que cherche Hollande. Payer plus, pourquoi? La France dépense déjà assez à l'échelle nationale, non?. Que ces états paient pour nous? Mais d'abord faisons nos preuves au niveau nationale, peut être qu'après ces pays seront plus souples sur le budget alloué à l'UE. Facile de critiquer l'UE et d'autres pays, mais avant de critiquer regardons nous dans une glace, et voyons comment depuis 40 ans la dépense étatique à outrance qui continue malgré tout, qui affaiblit moralement notre nation qui pour sa population en a assez de trinquer et de payer parce qu'une bande d'incompétents assis sur le siège doré se croit mieux que tout le monde, et même que d'autres nations.
Le français est vaniteux paraît-il, en tout cas généralité ou non, Hollande la représente bien...
Réponse de le 07/02/2013 à 19:20 :
Que l'on prenne l'Allemagne en exemple, à la rigueur. Quoiqu'il faudrait demander aux 9 millions de salariés précaires, qui sont au seuil de pauvreté, ce qu'ils en pensent. Par contre pour le RU, vos compliments dithyrambiques semblent légèrement excessifs. En 2011, le déficit public du RU était de 7.8% (5,2% pour la France, et je pense qu'on est d'accord pour dire que ça n'est pas terrible) et la dette comparable à celle de la France. Donc, malgré les supposées coupes budgétaires de Cameron, la situation est loin d'être idyllique. Après, les blocages sur le budget de l'union, c'est juste histoire de faire de la politique intérieure sur le dos de l'UE. Vivement leur référendum et on ne pleurera pas s'ils faisaient le choix de partir.
Réponse de le 07/02/2013 à 19:20 :
Que l'on prenne l'Allemagne en exemple, à la rigueur. Quoiqu'il faudrait demander aux 9 millions de salariés précaires, qui sont au seuil de pauvreté, ce qu'ils en pensent. Par contre pour le RU, vos compliments dithyrambiques semblent légèrement excessifs. En 2011, le déficit public du RU était de 7.8% (5,2% pour la France, et je pense qu'on est d'accord pour dire que ça n'est pas terrible) et la dette comparable à celle de la France. Donc, malgré les supposées coupes budgétaires de Cameron, la situation est loin d'être idyllique. Après, les blocages sur le budget de l'union, c'est juste histoire de faire de la politique intérieure sur le dos de l'UE. Vivement leur référendum et on ne pleurera pas s'ils faisaient le choix de partir.
Réponse de le 08/02/2013 à 10:18 :
A comparer aux 2 millions de français bénéficiaires du RSA qui vivent vraiment au dessous du seuil de pauvreté sans espoir de travailler.
a écrit le 07/02/2013 à 16:04 :
Hollande est en train de raconter une vanne sur Barroso. Cameron fait comme s'il n'entendait pas en se disant "nom de Zeus, ils sont vraiment lourds ces français". Barroso qui a tout entendu fait la gueule et vient de noter le nom du gars qui rigole en Hollande et Cameron. Quant à Merkel qui voit l'incident arriver, elle se précipite pour faire diversion et rattraper le coup, mais comment faire? La brosse à reluire pardi! Ca marche toujours avec les français: "Hé François! Tu as un super costume vu de dos! Euh...Très élégant! Hé François, attends moi! Ah vous les français, toujours en avance!"
a écrit le 07/02/2013 à 15:29 :
Députés Européens : ils viennent "pointer", et encaissent des sommes faramineuses, SANS RIEN FAIRE! elle est pas belle le vie? ! il y a eu 1 émission sur ces gens là, il y a peu...c'est carrement scandaleux, mais il y a tant de choses scandaleuses, qu'on ne peut plus les compter...et puis, ça "entre dans les moeurs, ça se banalise et le peuple (peuples), ne bronche même plus.....
a écrit le 07/02/2013 à 15:19 :
Rogner sur les budgets de la recherche et de l'innovation,merci pour l'avenir!.
a écrit le 07/02/2013 à 15:11 :
dans compromis, il y a promis !!!
a écrit le 07/02/2013 à 14:56 :
Question idiote: d'après ce qu'on comprend, le parlement est absent de cette consultation. Von Rompuy est présent en tant que président du Conseil Européen. OK. Mais alors, à quel titre le président de la Commission est-il présent? Puisque depuis le Traité de Lisbonne la Commission Européenne n'est plus responsable devant le Conseil Européen mais devant le Parlement? On a vraiment l'impression que les notions de droit et de représentativité n'intéressent vraiment plus personne au niveau de l'UE. Démocratie?...
a écrit le 07/02/2013 à 14:06 :
J éspère que MME MERKEL et consorts ne vont pas faire de cadeau a notre FLAMBY meme si l ALLEMAGNE a gagnée sur le stade de FRANCE et j ose éspèrer que l entente entre MERKEL et CAMERON va etre entérinée ce soir et que notre président devra faire amende honorable en ne faisant pas de la surenchère et qu il fasse le dos rond car cela nous serait pas une bonne chose pour notre pays qui serait alors la mouche du coche NON MERCI
Réponse de le 07/02/2013 à 15:34 :
autrement dit, il faut saluer, se rabaisser devant ces deux donneurs de leçons Merckel et Cameron! il est vrai que leurs pays respectifs ont des leçons à donner aux autres : gabegies !
a écrit le 07/02/2013 à 13:55 :
cinéma..cinéma...cinéma...
fait hélas par de trés mauvais..très mauvais acteurs..
beaucoup trop bien payés...
Europe Fédérale : requiescat in pace.....
Réponse de le 08/04/2015 à 16:11 :
Et à Londres, Stockholm, ce sont d'affreuses dictatures qui ont "empêché les gens de prendre leur voiture."

Toujours aussi incompétente... et, on ne le répétera jamais assez, totalement illégitime. Elle a été battue aux législatives et n'a son poste que par le fait du Prince, son ex.
a écrit le 07/02/2013 à 13:32 :
On va encore avoir l'Europe du compromis sur le plus petit dénominateur commun. Donc les politiques de développement et de recherche vont être réduites pour maintenir la PAC pour éviter les "levées de fourche". résultat on hypothèque l'avenir et l'on continuera les contrôle tatillons pour les dépenses ce qui n'empêchera pas les abus de la PAC et les détournement de TVA "carbone" Pendant combien de temps la palisanterie va-t-elle durre . les peuples en on marre de cette Europe ventre mou qu'on nous présente comme la seule solution.
a écrit le 07/02/2013 à 13:20 :
Finalement, il est du même gabarit que Merkel !
a écrit le 07/02/2013 à 13:18 :
Il va falloir que je parle au chef de l'Elysée d'un régime basses calories !
a écrit le 07/02/2013 à 12:42 :
Décidément ça continu, il faut bien payer le coût de cette unitile du Mali, résoudre le trou béant de la sécurité sociale, de l'emploi, de l'économie et j'en passe, Hollande va mettre la France dans la même catégorie des pays du tiers monde et ça va continuer de jour en jour on auras des nouvelles qui seront hélas pas bonne voir désastreuse pour ce pays................
a écrit le 07/02/2013 à 12:07 :
on attend toujours les mesures d'économies de mr hollande pourquoi les allemands devraient payer pour nous ex le demenagement tous les 6 mois mr hollande refuse la pac bruxelles a subventionné l'arrachage des vignes maintenant ils veulent subventionner pour replanter !!!! etc etc
a écrit le 07/02/2013 à 11:58 :
Le parlement européen et l'administration verraient-ils rognés de 5% leurs propres avantages et même plus si le soutien aux européens les plus pauvres est maintenu? La comédie de l'Europe continue de coûter cher, même amputé de 5%, à 900 milliards soit plus de deux fois le budget de l'état Français suradministré. Il ne s'agit pas d'égoisme national, mais de limitation du gaspillage, selon le principe que plus il y a à distribuer plus le gaspillage bureaucratique est élevé en proportion.
a écrit le 07/02/2013 à 11:56 :
Pour créer des investissements créateurs d'emploi, il n'a qu'à créer dans tous les pays européens, des parlements identiques avec le même nombre de personnel, de celui do parlement de Strasbourg et le tour est joué!!!
a écrit le 07/02/2013 à 11:29 :
rassurez vous:plus de fonctionnaires européens mieux payés et non imposables.on ne change pas une équipe qui gagne
Réponse de le 07/02/2013 à 13:59 :
entièrement d'accord avec vous.
a écrit le 07/02/2013 à 11:06 :
Image d'une Europe en décadence!
a écrit le 07/02/2013 à 10:56 :
Allez, ils s'entendront bien entre eux! pour eux, de toute façon, quelque soit la situation, ça "tombe"! pôle emploi, "quézako? la misère? itou !
a écrit le 07/02/2013 à 10:36 :
Quelle comédie burlesque, que cette Europe!! mais ceux qui y assistent, rient jaune !!!
a écrit le 07/02/2013 à 10:36 :
C'est toujours le même problème, comme dans la société française: D'un coté ceux qui tendent la main, qui comptent sur les autres, et de l'autre, les travailleurs qui font des efforts et qui en ont marre de payer au nom de la sacro sainte ( et dévoyée ) "solidarité" !
Réponse de le 07/02/2013 à 11:50 :
c'est surtout ce qui arrive quand on n'a pas de projet à mettre en face d'un budget...... l'europe n'a aucune ambition, ni politique, ni sociale, même pas économique...... juste une juxtaposition d?intérêt bien compris.... la france avec son agriculture... l'allemagne avec un soi-disant libre échange... l'angleterre avec son je ne sais quoi..... les Landers allemands les plus ruches commencent à jouer la même partition, oubliant pourquoi ils sont riches.......
Réponse de le 07/02/2013 à 15:37 :
Bien dit

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :