La BCE abaisse sa prévision de croissance pour la zone euro

 |   |  266  mots
Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a tenu une conférence de presse ce jeudi 7 mars. Copyright Reuters
Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a tenu une conférence de presse ce jeudi 7 mars. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'institution bancaire européenne prévoit désormais un recul de la croissance de 0,5% au sein de la zone euro en 2013, contre -0,3% attendus précédemment. Les prévisions d'inflation ne sont pas modifiées, à 1,6%.

Mauvaise nouvelle pour les pays de l'Union, la Banque Centrale Européenne (BCE) rogne encore un peu sur ses prévisions de croissance au sein de la zone euro. Le PIB européen devrait reculer de 0,5% cette année, contre -0,3% prévu jusqu'ici. Et pour 2014 aussi, les prévisions sont dégradées : la croissance ne devrait pas augmenter de plus d'1%, soit 0,2 point de moins qu'espéré aupraravant.

"Une reprise (économique, ndlr) progressive devrait débuter au second semestre" de 2013, a assuré Mario Draghi lors de la conférence de presse annuelle de l'institution bancaire qui s'est tenue ce jeudi après-midi

Maintien d'une politique monétaire "accomodante"

Concernant l'inflation, les prévisions de la BCE demeurent inchangées. En 2013, les prix devrait augmenter de 1,6%, comme c'était déjà présagé en décembre. L'année prochaine, la hausse des prix devrait être moindre : +1,3%. Le mandat de stabilité des prix de la BCE stipule qu'elle doit veiller à maintenir l'inflation à un niveau proche mais inférieur à 2% à moyen terme. "Les pressions inflationnistes devraient rester contenues sur le moyen terme" ce qui va permettre à la BCE de maintenir sa politique monétaire "accommodante", a estimé Mario Draghi. Le mode d'allocation des liquidités reste illimité. En outre, l'institut d'émissions a décidé de ne pas modifier ses taux directeurs, étant donné que "la voie de la reprise (économique) grosso modo n'a pas varié et la projection d'inflation est conforme à nos objectifs à moyen terme". Malgré ces mauvaises perspectives et l'absence de risques inflationnistes, la BCE a néanmoins décidé de maintenir son taux directeur inchangé à 0,75 %.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2013 à 21:07 :
Les dictateurs soft de Bruxelles et Francfort ont déclaré la guerre à leurs populations : ils veulent préserver coûte que coûte leurs pouvoirs, leur monnaie idiote, leurs privilèges, quitte à sacrifier tout le reste. Les usines qui ferment ? Les hôpitaux qui ne reçoivent plus de médicaments ? Les écoles qui arrêtent ? Ils s'en fichent : chaque jour qui passe démontre que tout ce qu'ils nous avaient promis ne marchera pas. Rien de ce qu'ils avaient dit qu'il arriverait n'est arrivé. C'est lutte à mort : les eurocrates, les papy boomers et les banquiers d'un côté, les populations de l'autre. Ca va mal se terminer.
Réponse de le 07/03/2013 à 23:02 :
Vous oubliez l 'espoir
a écrit le 07/03/2013 à 20:27 :
Crise de l'euro : comment l Union européenne est tombée aux mains d'une élite kleptomane
L'Europe a fait l?objet d?une OPA par la finance mondialisée. La classe de la "ploutocratie kleptocratique" a remplacé celle des "boutiquiers" à l'origine du projet européen. La social-démocratie sert d alibi pour détourner l?indignation des peuples et les extrêmes sont mis hors-jeu du système. A quand une clarification du spectre politique fondée sur les vraies communautés d?intérêt ?

http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-union-europeenne-est-tombee-aux-mains-elite-kleptomane-bruno-bertez-371967.html?page=0,1
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 07/03/2013 à 18:34 :
"Une reprise (économique, ndlr) progressive devrait débuter au second semestre" de 2013, a assuré Mario Draghi. Les incantations de ce sinistre personnage, ex de GS, ne font plus espérer personne.
a écrit le 07/03/2013 à 18:13 :
Un taux a 0,25 ça n'aurait pas été du luxe. L'économie européenne a bien besoin d'un coup de pouce salutaire. Car a part l'Allemagne et quelque pays nordiques, ça va pas fort. La FED est à fond et pourtant l'économie US est en croissance, 2% de mémoire.
Réponse de le 07/03/2013 à 18:46 :
L'économie des pays occidentaux est à l'arrêt et ce n'est pas à coup de politiques "accommodantes" - comme ils disent - que ça va changer quelque chose, au contraire, cela provoque encore plus de bulles. Le problème, c'est le surendettement généralisé de la plupart des acteurs économiques (Etats, collectivités, banques...) qui nous enferme dans un cycle infernal, on n'est pas prêt d'en sortir !
Réponse de le 07/03/2013 à 18:57 :
Faut voir l'effet d'une telle politique au Japon pour constater son inefficacité. Il en va de même au RU et aux USA.
a écrit le 07/03/2013 à 18:00 :
hé bien si tout ce passe bien en France les prix arrêterons d'augmenter sans pour autant diminuer.. Mais bon, je croit bien que pour faire augmenter le PIB il faudrait remettre à jours toutes les dépense (( sans exceptions )) des Pays d'Europe qu'ils utilise ? / Dollard / Livre ou autres.. Sinon pas étonnant que rien n'avance.
a écrit le 07/03/2013 à 17:30 :
Globalement ... normal. Car tellement prévisible. Bon, sinon, les gars, vous commencez à dévaluer QUAND ..?? Car on a pas de pétrole, mais on a pas d'autre idée non plus... Soit, le lamentable se doit d'être partagé...
a écrit le 07/03/2013 à 16:58 :
Heureusement ! flanby nous a promis que tout irait mieux à la fin de l'année. On n'est donc pas concernés...
Réponse de le 07/03/2013 à 17:31 :
Tiens, Soulagé, tant que je te croise : explique pourquoi Flamby serait responsable d'une crise économique mondiale ..?? Vas-y, lance-toi.
Réponse de le 07/03/2013 à 18:19 :
Vu les politiques menées par Sarko 1er et Hollande 1er, c'est presque un miracle que l'on est encore des entreprises. Ils on tout fait pour dissuader d'y investir. Pas d'investissement = pas d'entreprises performantes = pas d'emplois = crise. Remettre la fiscalité sur les placements à se quelle était dans les années 90 est indispensable. Même Mittérand 1er n'avait pas été aussi loin, pourtant c'était pas vraiment un ultra-libéral!! La pompe à cash est HS et c'est pas la BPI qui va y changer grand chose.
Réponse de le 07/03/2013 à 19:19 :
C'est vrai. Il n'est responsable de rien. On se demande ce qu'il fait là, d'ailleurs. N'empêche qu'il nous a promis (et on le croit dur comme fer) que tout irait mieux en fin d'année...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :