Le Portugal enregistre une baisse de 3,2% de son PIB en 2012

 |   |  262  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La chute du PIB portugais est encore plus forte qu'en 2011. Le gouvernement table sur une baisse de 2% de celui-ci en 2013. Jeudi dernier pourtant, l'agence de notation Standard & Poor's relevait la perspective de la note BB du Portugal de "négative" à "stable".

La récession économique s'est accélérée au Portugal en 2012. L'institut national des statistiques (INE) a annoncé que le PIB portugais a baissé de 3,2% en 2012 par rapport à l'année précédente. En 2011, il avait déjà baissé de 1,6%. Au quatrième trimestre, le PIB a diminué de 1,8% en comparaison séquentielle, et de 3,8% en glissement annuel.

Pour 2013, le gouvernement et la Banque du Portugal table sur une baisse de 2% du PIB. Dans le cadre des mesures de soutien à l'Etat portugais par la Troïka (FMI, Union européenne, Banque centrale européenne), Lisbonne a lancé de vastes réformes structurelles, mais également un sévère plan d'austérité.

Ralentissement des exportations

"La diminution plus accentuée du PIB en 2012 a été provoquée par l'effet simultané (...) d'un ralentissement des exportations de biens et services, (...) et d'une réduction plus intense de la consommation privée", a expliqué l'INE.

En 2012, les exportations ont augmenté de 3,3%, après être montées de plus de 7% l'année précédente. Les importations ont toutefois baissé moins vite qu'en 2011 (-6,9%, contre -5,9%). La demande intérieure a diminué de 6,8% (-5,8% en 2011).

S&P confiant

Pourtant, le Portugal semblait avoir rassuré les investisseurs comme en a témoigné la baisse des rendements des obligations d'Etat portugaises jeudi dernier. Les marchés avaient alors réagi au relèvement de perspective par l'agence Standard & Poor's de "négative" à "stable". Tout en maintenant la note BB, S&P a estimé que le risque lié au refinancement de la dette portugaise était levé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2013 à 7:12 :
L'Europe, surtout du sud, se vide de son sang et agonise.
Dû à l'énorme excédent commercial de l'Allemagne (16 Milliards par mois, je répète : PAR MOIS, en moyenne et ceci depuis 17 ans) l'Euro, sous évalué pour l'Allemagne, est surévalué pour la plus part des autres pays de l'Union monétaire. Cela favorise les importations et pénalise les exportations, de la le déficit de la balance commerciale de la plus part des pays de la Zone Euro dont la France, de la le chômage en général mais surtout des jeunes et les déficits budgétaires qui en découlent par manque à gagner.
Pire encore, les bénéfices réalisés par les entreprises allemandes dans les pays déficitaires de la Zone Euro sont en grande partie réinvestis en dehors de celle-ci, souvent dans les pays de l'ancien bloc soviétique, ce qui en fait n'est autre qu'une fuite de capitaux légale. Conséquence, le centre politique et économique de l'UE se déplace vers l'est, plaçant ainsi l'Allemagne au centre de celle-ci.
Le chômage des jeunes dans les pays déficitaires qui en découle oblige beaucoup de ces jeunes hautement qualifiées à chercher fortune sur d'autres continents, ce qui est non seulement une tragédie humaines mais équivaut à un drainage de cerveaux qui à long terme s'avérera tragique économiquement pour toute l'UE.
Il faut revoir les traités pour pouvoir arriver à une plus grande convergence des économies de la Zone Euro et à une répartition plus équitable du travail si nous voulons réussir l'Europe.
a écrit le 12/03/2013 à 9:37 :
Si les financiers sont content tout va bien alors! que les gens crèvent ils s'en foute! il y a quelque chose de pourri en Europe!
Réponse de le 12/03/2013 à 10:06 :
Ce qu'il y a de pourri ce sont les gens qui votent pour le père Noel ou pour des arracheurs de dents qui promettent la lune et les gens les croient ... Après l'illusion, les dépenses/gaspillage à crédit, il faut un jour passer à la caisse. Je ne me réjouis pas de la situation, mais ce qui se passe est le résultat de manque de responsabilité de ceux qui ont mis au pouvoir pendant si longtemps tous ces menteurs et incompétents.
a écrit le 12/03/2013 à 8:02 :
pourquoi la droite demande-t-elle plus d'austérité si c'est nuisible à l'économie?
a écrit le 11/03/2013 à 23:11 :
Le Portugal a beaucoup d'atouts , mais ne sont pas exploités a cause de
mauvais gouvernements succéssifs.
L'opréssion actuelle contre les contribuables fait fuir tout le monde et personne fait
confiançe et c'est ça le problème actuel
a écrit le 11/03/2013 à 22:53 :
C'est la conséquence de la politique de l'austérité demandée par le FMI et ses potes. Un super succès; tiens je n'ai pas entendu le FMI s'auto féliciter, étrange, non ?
a écrit le 11/03/2013 à 18:06 :
le portugal n'a connu aucune bulle : pas de bulle immobilière, pas de bulle bancaire, pas de subprime. Il est simplement le victime collatéral de l'échec de la politique Européenne. Son principal partenaire commercial (et investisseur) l'Espagne s'est effondré réduisant les marchés d'exportation soudainement. La politique de l'Euro et le souhait affiché par Berlin au début de la Crise de ne vouloir laisser la BCE n'aider aucun des pays en crise, plus la politique d'austérité débile mise en place auront fini de détruire le peu d'industrie qui subsistait dans le pays.
Avec le cout du travail le plus bas d'europe qu'on ne vienne pas dire que les portugais ne sont pas "compétitifs".
Mme Merkel a felicité les portugais pour leurs efforts je suis sur qu'ils en sont ravis et qu'ils acceptent sereinement les cas de sous alimentation des enfants pour lesquels les cantines ont du rester ouvertes pendant les fêtes de Noel.
Le Portugal doit quitter l'Europe et se rapprocher de ses partenaires historiques : le Brésil tout d'abord et l'Afrique Lusophone ensuite.
Réponse de le 11/03/2013 à 20:09 :
Anexação pelo Brasil ?
a écrit le 11/03/2013 à 16:40 :
Le Portugal n'a aucun avenir, pas de ressource naturel, un petit pays qui sera une vaste de zone de villégiature et de résidences secondaires, le seul avenir est d'accueillir les riches Brésiliens fuyant la délinquance meurtrière..
Réponse de le 11/03/2013 à 16:53 :
un peu comme la corée du sud, hong kong, singapour, le japon, la NZ et le chili, et pourtant .... la prospérité ne dépend pas des ressources naturelles, mais du libéralisme ou pas appliqué ....
Réponse de le 11/03/2013 à 18:15 :
En revanche, avec des "productifs" du genre de Jojo, le PIB de la France ne peut que sombrer dans la récession...Publier en tant que fonctionnaire oisif des inepties sur la Tribune afin d'étaler sa "grande culture", à part consommer un peu d'électricité, ça ne compense pas l'effondrement économique !
Réponse de le 11/03/2013 à 18:26 :
Et si on appliquait une des règles du libéralisme sauvage à john (sociétaire à temps plein de la Tribune) : "tu ne travailles pas, tu ne manges pas" ?
Réponse de le 15/03/2013 à 14:30 :
@ il cavaliere : Le Portugal n'a aucun avenir, pas de ressource naturel...... Tu pense vraiment ce ke tu di car les portugais pense l'inverse de toi !!! Bon nombre de pays non ocune ressource naturel est importe le gaz, le pétrole et bien dotre produit, pourtant ils ne sont pas en crise comme john galt le di. Le portugal sen sortira bien mieu ke la france ou l'espagne vous véré d'ici 4-5 ans !!
a écrit le 11/03/2013 à 15:49 :
Bravo à tous ces dictateurs de l'ue/fmi pour leurs résultats oh combien brillants. Les peuples s'en souviendront le moment venu.
Réponse de le 11/03/2013 à 23:14 :
C'est un peu ça
la dictature Européenne est un peu responsable .
a écrit le 11/03/2013 à 15:49 :
Avec l'austérité tout devient possible. Le déclin ne vaut que s'il est partagé par tous. Euro de tous les peuples unissez-vous. La morue c'est du cabillaud et l'euro du Findus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :