Le Portugal obtient un nouveau délai pour réduire son déficit

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au Portugal, l'objectif de réduction du déficit public sous les 3% de PIB a été repoussé à 2015.

Encore un délai pour le Portugal. La réduction du déficit à 3% du PIB n?aura pas à être atteinte dès 2014, l?objectif ayant été repoussé à l?année suivante. "Les nouvelles limites du déficit sont de 5,5% du PIB en 2013, 4% en 2014 et 2,5% en 2015", a déclaré Vitor Gaspar, le ministre portugais des Finances, ce vendredi. En septembre, les conditions avaient déjà été assouplies. Lisbonne devait auparavant réduire son déficit à 4,5% du PIB en 2013, 2,5% en 2014 et 2% en 2015.

Une tranche d'aide de 2 milliards versée

Mais les créanciers du pays (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international, ou Troïka), à la suite de leur dernier audit ont semble-t-il jugé positivement la mise en ?uvre des politiques du gouvernement pour tenter de réduire la dette. "L'évaluation a été positive. Avec le versement de la huitième tranche de 2 milliards d'euros, nous aurons reçu près de 90% de l'enveloppe financière du programme" d'un montant global de 78 milliards d'euros et qui "sera conclu comme prévu en juin 2014", a indiqué le ministre. Ce dernier a ajouté qu?en 2012, le déficit public portugais a atteint 4,9% du produit intérieur brut.

Risques de poursuite de la récession

Face aux risques de poursuite de la récession et de progression du chômage, la ?Troïka? a accepté de laisser un peu d?air à Lisbonne. Pour cette année, le gouvernement table sur un recul du PIB de 2,3% après 3,2% l'année dernière et un chômage touchant 18,2% de la population active.

La question d?un retour à la croissance fait l?objet de discussions à Bruxelles où les chefs d?Etat et de gouvernement sont réunis en sommet.

>>Pour Hollande, la France est "le bon élève" européen sur le plan budgétaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2013 à 17:29 :
Mais qu'est ce qu'on s'en tamponne ! On commence à comprendre que la dette n'a aucune importance c'est juste une technique de vol de démocratie sinon pourquoi on prête ???!!!! Votre voisin aimerait une piscine il n'a pas un rond pas de travail mais vous lui prêtez car vous savez que ses parents payront un certain temps et qu'après avoir racketé ses parents vous pourrez lui reprendre sa maison pour pas grand chose, voilà c'est tout simple sinon il suffit de dire "NON" à votre voisin qui n'est pas solvable !
a écrit le 15/03/2013 à 15:29 :
Réflexions sur l'Europe

Article rédigé le lundi 27 décembre 2010 et toujours d'actualité...!

L'Europe a été créée en dépit du bon sens...! Tout comme l'euro...!

Cette monnaie ne connaîtrait pas les problèmes actuels si une analyse
objective avait été réalisée en amont, lors de la création de l'Europe,
savoir:

1- Aucun état membre ne peut afficher un déficit budgétaire; à défaut,
L'EUROPE NE POURRA VOIR LE JOUR.

2- Il aurait fallu "inscrire dans le marbre" cette obligation fondamentale.
Du fait de ladite obligation, chaque état devait comprendre que seules une
gestion rigoureuse et la concurrence fiscale devaient s'imposer; à chaque
état de prélever une part - la plus basse possible - sur leur secteur privé,
afin de rester compétitf vis à vis de ses concurrents; les règles sociales
suivent naturellement.

Au lieu de mettre en place, préalablement à toute avancée, ces principes, qui auraient permis d'éviter la crise actuelle de l'euro, nos technocrates et hommes politiques ont conçu une usine à gaz "fédéraliste" où il s'est avéré possible de faire n'importe quoi, le tout dans le cadre de structures
collectivistes dignes de l'ex-URSS ..!

Ces "génies" ont oublié la barrière des LANGUES, ce qui nous interdisait
déjà, à l'évidence, d'imiter les Américains..!

Les conséquences:

- Presque tous les états membres ont emprunté en euro au maximum; la règle
consistait à vivre au dessus de ses moyens...! sans que personne ne s'en
inquiète...???!

Nous avons vu le résultat; tous les états faisant partie de l'Europe et
utilisant l'euro sont, à l'exception de l'Allemagne, en faillite, compte
tenu de leur gestion catastrophique des finances publiques.

Concernant l'Allemagne, il faut être prudent car des prêts bancaires très
importants ont été consentis à certains autres pays Européens.
Comment ces pays pourront-ils rembourser....???

La situation actuelle globale ne peut, à mon sens, être redressée car le mal
est trop profond et les décisions absurdes qui sont en train d'être
décidées, vont AGGRAVER le phénomène.

Aucune mesure de soutien, tous les plans envisagés discutés actuellement par
la BCE (fonds de stabilisation en tout genre) sont voués à l'échec car ils
reposent sur une fuite en avant des dépenses basées sur la création d'ARGENT
VIRTUEL qui n'existe pas...! pourquoi imiter la FED....???

Une dévaluation de l'euro en l'état, ne semble pas possible puisqu'elle
s'appliquerait à chaque Pays, sans tenir compte des vertueux et des
autres....!

Dès lors, il resterait à organiser au plus vite la sortie de l'euro pour la
totalité des états concernés.

Les conséquences:

1- chaque état devra reprendre sa monnaie d'origine, négociera avec ses
créanciers, et dévaluera celle-ci massivement, en fonction de l'importance
de ses déficits et de sa mauvaise gestion et sera tenu d'imposer au minimum
à ses banques des règles strictes qui restent à inventer d'urgence.

2- Chaque Pays qui aura retrouvé sa liberté d'action se trouvera en
concurrence directe avec les autres... état de fait sain sur le fond même si
le niveau de vie de nombreuses populations sera, au départ, en chute
libre..! (il faut bien réparer un jour et payer les erreurs de nos
irresponsables).

3- Celui qui gérera le mieux ses finances publiques retrouvera peu à peu la
croissance en développant, grâce à son SECTEUR PRIVÉ, ses exportations
(recherche, créativité, etc...)

4- Le secteur privé retrouvera sa liberté de man?uvre - UNIQUEMENT si les
prélèvements obligatoires sont limités à 30 % de la richesse créée et cela
DE MANIÈRE DÉFINITIVE- et pourra à nouveau investir en fonction de la
confiance retrouvée.

5- La création de valeurs tangibles permettra de retrouver la croissance,
seul critère à considérer pour le bien être et le niveau de vie des
populations.

6- Le développement des échanges commerciaux entre les différents pays du
monde pourra fonctionner à nouveau, dès l'instant où le secteur privé ne
sera plus entravé par des réglementations INUTILES, IMBÉCILES et
PARALYSANTES.

A chaque Pays de démontrer qu'il peut être le meilleur ou le plus
mauvais...!? seule une économie de marché libre, non entravée, peut mettre
fin à tous les errements du passé et aux faillites....!

Nos gouvernants étant ce qu'ils sont ....! de nombreux référendums seront
éminemment souhaitables pour les aider.... à éviter de recommencer les
grosses bêtises.. à condition que les résultats soient pris en compte, ce
qui n'a pas été le cas concernant l'Europe récemment .....!?? ( l'on ne peut durablement se moquer des peuples...!)

Enfin, les dirigeants de l'Europe ne sont pas obligés de copier les mêmes
"crétineries" mises en place par M. BERNANCKE, Président de la FED, qui est
en train d'emmener tranquillement le monde entier vers l'abîme...! en
faisant "tourner au maximum" la planche à billets....!




a écrit le 15/03/2013 à 14:41 :
vivre QUE de crédits coûtent très cher . se promener par là-bas donne à réfléchir sur l'avenir de ces pays dits du sud et très chauds ... il va falloir emprunter pour raser l'immobilier invendable alors qu'il n'est même pas financé à la construction ! bonjour l'angoisse ! je me demande si l'europe ne s'est pas faite un lendemain de fête avec la gueule de bois !!
Réponse de le 15/03/2013 à 15:20 :
Si, si.. L'europe et l'euro vont faire crever tous les Pays du sud dont la France, mais tout le monde est content..! Il faut sortir de ce guépier D'URGENCE..
Réponse de le 15/03/2013 à 17:29 :
: votre vision des "pays dits du sud et très chaud" en dit long sur votre vision du monde. Vous enviez aussi les allemands et leurs grosses autos ? pourquoi voulez vous raser l'immobilier ? vous croyez que les portugais qui vivent "la bas" sont des fainéants qui vivent du crédit ? au lieu de vous y promener prenez le temps d'y passer plus de temps et de parler avec les gens.
a écrit le 15/03/2013 à 14:10 :
Comme le mauvais eleve francais ,le portugal se voit accorder un delai supplementaire pour revoir sa copie. Son deficite > a 3% ne sera pas sanctionne esperons que ce pays puisse retrouver bientot le chemin de la prosperite.
Réponse de le 15/03/2013 à 15:10 :
Pour cela il devra sortir de l'ue, cette usine à pauvres et à dette.
a écrit le 15/03/2013 à 13:56 :
Clair que dans le système actuel, c'est toujours demain que ça ira mieux... Tous des raseurs gratis, tous.
a écrit le 15/03/2013 à 13:31 :
ainsi l'effacement des dettes sera plus gros !
Réponse de le 15/03/2013 à 13:55 :
Bien vu, Hop. Et avec la récession qui avance bien, nous allons rire d'ici peu.
a écrit le 15/03/2013 à 13:20 :
C'est un scénario noir qui se prépare pour le Portugal. Le Portugal aurait besoin d'investissement public de qualité pour donner un nouvel élan au secteur privé et ainsi redémarrer...
Réponse de le 15/03/2013 à 14:55 :
@ Luis. Non mais où avez-vous vu que les investissements publics pouvaient donner un nouvel élan au secteur privé ???.
Lorsque le secteur public se substitue au privé, c'est la ruine assurée. Aucune notion de rentabilité. Regardez les budgets qui doublent qui triplent et plus encore...! il y a un trou, ce n'est pas grave,on lève un impôt...!!!!???
C'est précisément la raison pour laquelle nous sommes en train de crever économiquement...!
Réponse de le 15/03/2013 à 15:26 :
bah entre les USA qui font marcher la planche à billets en permanence
les Japonais qui dévaluent le yen en permanence
les Chinois qui produisent de la m.... en permanence

pourquoi n'aurions nous pas notre permanence nous aussi, celle de la dégringolade

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :