Chypre s'accorde avec l'UE et le FMI et restera dans la zone euro

 |   |  826  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Chypre a trouvé dans la nuit de dimanche à lundi un accord avec ses bailleurs de fonds internationaux pour éviter la faillite et la sortie de la zone euro, au prix de lourdes pertes pour les créanciers de la première banque du pays et la fermeture pure et simple de la deuxième. Les dépôts en dessous de 100.000 euros ne seront pas taxés.

Non, Chypre ne fera pas faillite ! Le pays évite in extremis la banqueroute grâce à un accord conclu dans la nuit de dimanche à lundi à Bruxelles. Il conservera l'euro.

C'est au terme d'une nouvelle journée de négociations tendues que Chypre, l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont finalement réussi à arracher un accord. En échange d'un prêt de 10 milliards d'euros, le président chypriote Nicos Anastasiades a accepté la fermeture pure et simple de la Popular Bank of Cyprus (Laïki) et la restructuration de la Bank of Cyprus.

Ultimes négociations

Nicos Anastasiades était arrivé dimanche en début d'après-midi au siège du Conseil européen pour une rencontre de la dernière chance. Il avait pu s'entretenir avec le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et celui de la Commission européenne José Manuel Barroso, bientôt rejoint par les présidents de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi et de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, ainsi la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde. Une rencontre de l'Eurogroupe a débuté à 18h pour s'achever tard dans la nuit.

Après pas moins d'une douzaine d'heures de négociations, l'accord conclu prévoit de liquider la Laïki, ce qui provoquera des milliers de suppressions d'emplois. Elle sera divisée en deux parts : l'une assainie ("good bank") et l'autre conçue comme une structure de défaisance ("bad bank") qui contiendra les actifs les plus dangereux. Les dépôts en deçà de 100.000 euros ne seront pas taxés. Ceux de la Laïki seront transférés vers la première banque du pays, la Bank of Cyprus. En revanche, les dépôts des deux banques allant au-delà de 100.000 euros seront gelés et serviront à régler les dettes de Laïki, et à recapitaliser la Bank of Cyprus, via une conversion des dépôts en participations. Les créanciers des deux banques seront donc lourdement touchés. Les pertes qu'ils subiront demeurent non chiffrées mais pourraient aller jusqu'à 40%.

La Bank of Cyprus sauvée

Mais ces prélèvements permettront à Chypre de lever 4,2 milliards d'euros, afin de compléter le plan de sauvetage international, comme l'a expliqué dimanche 24 mars Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe. Il a en outre reconnu que les porteurs d'obligations de Laïki verraient leurs titres anéantis et que ceux de Bank of Cyprus seraient mis à contribution. "Le Conseil des gouverneurs de la BCE alimentera en liquidités la Bank of Cyprus , selon les règles en vigueur" indique l'accord. La Bank of Cyprus se verra également verser les neuf milliards d'euros de liquidités allouées par la BCE à la Laïki, alors que la première banque chypriote a déjà reçu de son côté un milliard d'euros. Grâce à l'accord de cette nuit du 24 au 25 mars, la Bank of Cyprus, le premier établissement du pays qui compte beaucoup de déposants russes, ne disparaîtra pas. Une fermeture que les autorités voulaient éviter à tout prix.

"Cet accord est le meilleur que nous pouvions obtenir pour parvenir à une solution solide, soutenable qui restreigne le problème aux deux banques" à problème, a estimé la directrice du FMI. Des sources proches des négociations ont rapporté plus tôt dans la soirée que les négociations avaient été très difficiles et que le président chypriote Nicos Anastasiades, élu il y a à peine plus d'un mois, avait menacé de démissionner.

Une aide européenne versée dès le mois de mai

Au final, la première tranche d'aide en provenance de la troïka sera versée à Chypre au mois de mai. Selon le ministre des finances allemand, le texte sera appliqué quel que soit le résultat du vote par le Parlement chypriote. Celui-ci avait rejeté mardi dernier à l'unanimité un précédent accord, qui prévoyait de ponctionner les dépôts dans les banques chypriotes à hauteur de 6,75% en dessous de 100.000 euros et de 9,9% au-delà, afin de lever au total 5,8 milliards d'euros. "Il aurait seulement fallu adopter d'autres lois si une taxe sur les dépôts non assurés avait été évoquée, mais ce n'est pas nécessaire pour restructurer les banques en question", a estimé dimanche Wolfgang Schäuble.

Si à la Bourse de Tokyo et à Hong Kong, la nouvelle de cet accord a été bien accueilli, sur l'île méditerranéenne, la colère des habitants n'était pas retombée dimanche. Un engin explosif a même légèrement endommagé une succursale de la Bank of Cyprus dimanche soir, près de Limassol, selon des médias locaux. Les clients des deux plus grandes banques du pays doivent composer avec une nouvelle limitation des retraits aux distributeurs à 120 euros par jour et par personne à la Bank of Cyprus, et 100 euros à la Laiki, selon l'agence CNA.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2013 à 12:24 :
soyons clairs : ce n'est pas l'Etat chypriote qui est sauvé mais le système bancaire chypriote. On crée bien 2 banques : une "bonne" et une "mauvaise" qui contient les actifs pourris issus de la spéculation ; mais en fin de compte c'est le citoyen chypriote qui est lésé par les milliers de licenciements. L'assainissement (du secteur bancaire) est en cours, mais à quel prix !
a écrit le 25/03/2013 à 11:31 :
La troïka vient de décider d'écarter la banqueroute de Chypre en liquidant les deux principales banques de ce paradis fiscal. C'est une démonstration d'un pouvoir exorbitant implacable. En ce qui concerne le foirail européen des 27 comme des 17 maquignons en disputes, c'est une démonstration du réel pouvoir agissant sur le troupeau des moutons de Panurge. C'est une démonstration que le "despotisme éclairé" de cette Europe rejoint des valeurs russes qu'il abhorre comme la précarité de la propriété privée. C'est une démonstration du poids de la taille des malfrats, puisque nettoyer les écuries d'Augias d'une minuscule île "indépendante" est une opération de sauvetage de la Confiance, sans toucher à la Défiance pandémique naturelle envers les autres paradis fiscaux, effectifs plutôt que déclarés, qui pullulent dans cette drôle d'Europe comme au delà. La consécration des économies-casino comme de la cavalerie financière et des liquidités faciles vient d'être salué par la roulette russe des marchés boursiers.
Réponse de le 25/03/2013 à 12:10 :
+1000

On voit cette Europe spolier les habitants d'un pays, et l'imposer comme dans une république bananière, au nom de l'euro. On ne laisse pas le choix à Chypre, qui n'aurait jamais du adopter l'euro et qui aurait du saisir cette "opportunité" pour en sortir (et s'en sortir)...
Réponse de le 25/03/2013 à 13:41 :
Chypre avait le choix de refuser l'aide de l'Europe et de sortir de l'Euro. Vous regrettez qu'ils ne l'aient pas fait mais il faut respecter leur choix. Ce n'est l'Europe qui spolie les habitants d'un pays, c'est un état qui se met dans une situation telle que sa seule porte de sortie c'est de taper dans les économies des habitants. Il faudrait perdre cette habitude de reprocher le comportement des états à l'Europe
Réponse de le 25/03/2013 à 14:16 :
Europe = libre circulation de marchandises et des capitaux = chômage de masse dans les pays "riches" et/ou dumping social. Europe = obligation d'emprunter sur les marchés financiers (50 milliards d'intérêts/an pour la France) = augmentation mécanique de la dette publique et asservissement des peuples aux banques. Europe = dictature (référendums bafoués en france, hollande et grèce et chefs de gouvernement nommés et non élus en grèce et en italie, propagande média + trolls forums internet). VITE UN REFERENDUM EN FRANCE POUR LA SORTIE OU NON DE L'UE.
a écrit le 25/03/2013 à 11:31 :
D'un point de vue économique la solution retenue n' est qu' une faillite "ordonnée". La "taxe" sur les dépôts n'en est pas vraiment une, c'est la simple constatation de l'insolvabilité de la banque vis à vis de ses créanciers (les déposants sont des créanciers des plus ordinaires, des chirographaires comme on dit). La limite de 100 000 euros est la correcte application du principe européen de la garantie des dépôts. Tous les commentaires voyant la main des USA et leur appétit de liquidité sont hors du sujet, il n'y a aucun complot là dedans, mais juste la liquidation d'une mauvaise gestion.
a écrit le 25/03/2013 à 10:30 :
N'est pas Islandais qui veut et, malheureusement les chypriotes ont du se coucher devant la Troïka euro-atlantiste(BCE, Commission Européenne et FMI). Nous allons tous mourir pour le dogme de l'Euro.
Mais au fait, comment se fait-il que Chypre paradis fiscal mafieux ait pu encore une fois (après la Grèce) être admis dans l'Euro en 2008 en pleine crise !
Réponse de le 25/03/2013 à 11:25 :
Le plus extraordinaire c'est le traitement démocratique de l'ensemble de ces mesures ou plutôt l'absence de démocratie. Le prélèvement sur les comptes supérieurs à 100k? n'est pas une taxe .... donc le parlement chypriote ne votera pas !!!!! alors que d'autres parlements européens vont devoir voter la contribution de 10Mds? du MES !!!! on marche sur la tête et je pense que les déposants spoliés vont faire des procès. Ce qui était important était la sauvegarde du "système" même si tous les textes et principes de Droit sont foulés aux pieds. Chypre est sacrifiée et on ne lui laisse aucune chance, Bravo l'UE !!!
Globulus
a écrit le 25/03/2013 à 10:12 :
La taxation des comptes existe deja en France et tous nous trouvons cette situation normal, le taux de taxation pour une assurance vie et de l'ordre de 8,8% sur 8 ans actuellement et a partir de 2013 10,1% et meme si vous avez moin de 100k?, faite le calcul le rendement moyen est de 3,4% en realité avec les frais de gestion et les prelevement il vous reste 2,4 vous devriez sortir avec presque 130k?, vous allez sortir entre 118k? et 115k?, si vous aviez place la même somme a Chypre vous auriez apres prelevement de 9,9% 134K? et grace a qui a vous contribuable.
Réponse de le 25/03/2013 à 10:51 :
La différence avec votre exemple c'est qu'avec l'assurance vie on soucrit en toute connaissance de causes. Là c'est du racket pur et simple puisque les déposants sont pris par surprise.
a écrit le 25/03/2013 à 10:09 :
La 1ere proposition leurs aurait coûtée moins cher !
Réponse de le 25/03/2013 à 10:49 :
celle qui aurait coûtée moins chère était de sortir de l'Union Européenne
Réponse de le 25/03/2013 à 11:15 :
+1000
Réponse de le 25/03/2013 à 11:52 :
@toto: ils ont chaleureusement été inviter à la quitter; déjà la zone euro (et non l'Union); Alors à votre avis, ils sont si bête que ça? Vous n'insultez pas un peuple entier?
Réponse de le 25/03/2013 à 13:35 :
Selon les traités, pour sortir de la zone euro, il faut obligatoirement sortir de l'UE (article 50).
Ah bon vous savez ce qui est réellement passé, on a proposé aux chypriotes de sortir de l'euro. Vous êtes bien informé pour un troll.
Réponse de le 25/03/2013 à 17:20 :
je dirai même plus ARTICLE 50 mon troll. Les anglais aussi ont été invité à un référendum ainsi que le peuple grecque. Vous savez très bien que l'europe est une dictature et que personne ne doit y sortir pour ne pas montrer l'exemple et faire écrouler le château de carte.
a écrit le 25/03/2013 à 9:48 :
Depuis 3 ans que j'annonce la couleur, j'ai retiré tout mes fonds, banque, assurance vie, épargne et balancé la voiture, ceux qui sont encore endormi, j'espère que Chypre va enfin les réveiller. Nous sommes préservés, nous sommes la France, cela ne nous arrivera pas, les Grecs c'est des fainéants, Chypres des escrocs, et bla,bla. Que nos chers compatriotes continuent à partir en vacances pour oublier la réalité, une réalité qui chaque jour gagne du terrain. Vous jetez une grenouille dans l'eau bouillante elle en sort promptement, vous la jetez dans l'eau froide et faite monter la température jusqu'à ébullition, elle meurt ébouillantée. Depuis 2008 la température augmente... Les créanciers (ou épargnants si vous préférez !) finiront ruinés, pour alimenter les caisses des USA.
Réponse de le 25/03/2013 à 10:50 :
excellent commentaire Matus, dommage qu'il y a encore trop peu de personne comme nous qui comprenons le système
a écrit le 25/03/2013 à 9:43 :
vous ne pensez pas que moscovici va vous lire et remonter vos plaintes là-haut . les tribunes qui vous sont offertes servent d'éxutoire à colère de soupape de sécurité ! ainsi le calme règne après que vous avez posté votre bien pensante conviction sur le sujet .
Réponse de le 25/03/2013 à 10:11 :
Nous le savons the end !, mais regarde Matus il vient de te donner une info importante, sert de toi des supports qui te sont offert pour informer le plus grand nombre.
Un petit cadeau, savoir ou se taire !
http://www.youtube.com/watch?v=XV13CVcf_os
http://www.dailymotion.com/video/xkboo7_collapse-vostfr-1-2_news#.UVATr1dy-0c
Réponse de le 25/03/2013 à 10:52 :
moi j'ai une autre info pour le savoir, ça s'appelle u-p-r.fr c'est pour tout comprendre du fonctionnement euro-atllantiste
a écrit le 25/03/2013 à 9:37 :
Pour un peu plus de clarté !
Au sein de l?Union européenne, la crise financière chypriote n?est à nulle autre pareille. Pour la première fois des principes fondateurs de l?Union ont été mis en cause. Cette brèche ouvre un processus de décomposition politique qu?il sera difficile d?arrêter. C?est un choix de Washington de privilégier la captation des capitaux pour résoudre sa propre crise financière, plutôt que de maintenir une organisation politique structurée de sa zone d?influence.
Washington a été prompt à utiliser la crise financière chypriote pour mettre en ?uvre la stratégie de captation de capitaux que je décrivais il y a trois semaines dans ces colonnes [1]. Avec l?aide de la directrice du Fonds monétaire international, l?États-unienne Christine Lagarde, ils ont remis en cause l?inviolabilité de la propriété privée dans l?Union européenne et tenté de confisquer un dixième des dépôts bancaires, prétendument pour renflouer la banque nationale chypriote affectée par la crise grecque.

Il va de soi que la finalité annoncée n?est qu?un prétexte car loin de résoudre le problème, cette confiscation si elle devait être mise en ?uvre ne pourrait que l?aggraver. Menacés, les capitaux restants fuiraient l?île provoquant l?effondrement de son économie.

La seule véritable solution serait d?annuler les dettes en anticipant les recettes d?exploitation du gaz chypriote. Ce serait d?autant plus logique que ce gaz bon marché relancerait l?économie de l?Union européenne. Mais Washington en a décidé autrement. Les Européens sont priés de continuer à se procurer leur énergie au prix fort au Proche-Orient, tandis que ce gaz à bas prix est réservé à alimenter l?économie israélienne.

Pour masquer le rôle décisionnaire de Washington, ce hold-up bancaire n?est pas présenté comme une exigence du FMI, mais comme celle d?une troïka incluant l?UE et la BCE. Dans cette perspective, la confiscation remplacerait une dévaluation rendue impossible par l?appartenance à la zone euro. Sauf qu?ici la dévaluation ne serait pas une politique de Nicosie, mais un diktat du patron de la BCE, Mario Draghi, l?ex-directeur européen de la banque Goldman Sachs, qui est précisément le principal créancier de Chypre.

Madame Lagarde, ex-conseillère juridique du complexe militaro-industriel US, ne cherche pas à nuire à Chypre, mais à affoler les capitaux basés en Europe et à les guider jusqu?à Wall Street pour qu?ils relancent la finance US. Pourquoi s?en prendre à cette île ? Parce que c?est un des rares paradis fiscaux restant au sein de l?Union européenne et parce que les dépôts y sont principalement russes. Pourquoi le faire maintenant ? Parce que les Chypriotes ont commis l?erreur d?élire comme nouveau président l?États-Unien Nikos Anastasiades. Ils ont ainsi marché sur les pas des Grecs qui, victimes du même mirage américain, avaient élu comme Premier ministre l?États-unien Georgios Papandreou.

Cette petite cuisine a cependant mal tourné. Le Parlement chypriote a rejeté à l?unanimité des suffrages exprimés la taxation confiscatoire des dépôts bancaires. Il y a là un apparent paradoxe. Le gouvernement libéral veut nationaliser une dixième des capitaux tandis que le Parlement communiste défend la propriété privée. C?est que cette nationalisation ne se ferait pas au profit de la collectivité nationale, mais de la finance internationale.

Les conseils amicaux ont donc fait place aux menaces. On parle d?exclure Chypre de la zone euro, si les représentants de son Peuple persistent dans leur refus. Ce n?est pourtant guère possible. Les traités ont été ainsi conçus que la zone euro est un voyage sans retour. Il n?est pas possible de la quitter de son propre chef, ni d?en être exclu, à moins de quitter l?Union européenne.

Or cette option, qui n?avait pas été envisagée par les racketteurs, est redoutée par Washington. Si l?île sortait de l?Union, elle serait rachetée pour une dizaine de milliards de dollars par Moscou. Il s?agirait du plus mauvais exemple : un État de la zone d?influence occidentale rejoignant la zone d?influence russe, dans un chemin inverse à tout ce à quoi on a assisté depuis la chute de l?URSS. Il ne manquerait pas d?être suivi par les autres États des Balkans, à commencer par la Grèce.

Pour Washington, ce scénario catastrophe doit être évité coûte que coûte. Il y a quelques mois, il avait suffit au département d?État de froncer les sourcils pour qu?Athènes renonce à vendre son secteur énergétique à Moscou. Cette fois, tous les moyens, même les plus anti-démocratiques, seront utilisés contre les Chypriotes s?ils résistent. http://www.voltairenet.org/article177950.html
Réponse de le 25/03/2013 à 10:34 :
Traité de l Union Européenne (TUE)

Article 50

Tout état membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles de se retirer de l Union.

L état membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil Européen. A la lumière, des orientations du conseil européen, l Union négocie et conclut avec cet état un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l Union. Cet accord est négocié conformément à l article 188 N, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l Union européenne. Il est conclu au nom de l Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

Ministre de 2006 à 2008 de l économie et des finances de l Italie, Tommaso Padoa Schioppa, président du Think Thank «Notre Europe». Très grand responsable européiste. Les enseignement de l aventure européenne : revue commentaire n°87 1999.
«La constitution européenne est une révolution même si les révolutionnaires ne sont pas des conspirateurs, blêmes et maigres mais des employés, des fonctionnaires, des banquiers et des professeurs.
LEurope ne procède pas d?un mouvement démocratique, elle s est faite suivant une méthode que l?on pourrait définir du terme «despotisme éclairé».
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est

a écrit le 25/03/2013 à 9:28 :
A tout les commentateurs ci-dessous... Au lieu de cracher sur le systeme financier ou l'europe, vous devriez vous poser la question de pourquoi Chypre en est arriver la....
Réponse de le 25/03/2013 à 10:19 :
La reponse est simple, Chypres etait un paradis fiscal comme l Islande, les banques sont des caisses d'investissements qui prennent beaucoup de risques pour gagner beaucoup, si non comment servir 5 à 6% d'interets.
Réponse de le 25/03/2013 à 10:39 :
Parce que la Commission Européenne dévoyée les a admis dans la zone Euro en 2008 alors que la crise financière était installée. Ce n'est pas Chypre qui est responsable mais bien l Union Européenne. Après la Grèce cela fait le deuxième paradis fiscal mafieux que l'UE admet dans son sein !
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
Réponse de le 25/03/2013 à 11:00 :
pourquoi chypre, pourquoi la grèce, le portugal, l'espagne, l'irlande, sachant que la grèce a ouvert le bal en mai 2010 donc 5 pays sur les 17 de la zone euro sont en faillite en moins de trois ans !!! a qui le tour ? pour ce qui est du paradi fiscal je t'informe que le plus gros paradi fiscal du monde c'est Londres et il ne sont pas en faillite. Et la France elle fait pas un certain nombre de cadeaux financier ?
Réponse de le 25/03/2013 à 12:39 :
Les Paradis fiscaux dans l'UE se portent très bien et sont protégés.... On peut citer sans être exhaustif : Jersey, Guernesey, Ile de Man , L'Andorre, Monaco, Le Luxembourg , San Marin . Chypre a eu un accident de parcours très certainement et en partie à cause des turpitudes grecques. Penser que l'UE est "clean" est une vue de l'esprit. La faillite du système provient simplement du fait que grâce à l'Euro les pays ont pu s'endetter au delà des normes. Le 1er à avoir dérapé par rapport aux normes de Maasticht fut J. Chirac en 2003 ensuite ce fut la débandade, il ne faut pas s'étonner de la situation qui ne peut que s'aggraver.
Globulus
a écrit le 25/03/2013 à 9:19 :
On revient à la sagesse, et surtout à la légalité. Et oui, en cas de faillite des banques, vos avoirs liquides ne sont pas protèges, puisqu'ils rentrent dans le bilan' seuls sont protèges les titres, qui restent votre propriété. Ce nouvel accord est le seul qui pouvait voir le jour, tous les autres étant ni plus ni moins illégaux: illégal le fait de taxer des déposants qui ont leurs avoirs dans des banques qui ne posent pas problèmes. Il ne restait plus qu'à passer à la casserole les banques aux actifs douteux (et il serait bien de savoir quels sont justement ces actifs douteux, les obligations des états grecs et bulgares notamment..).
Réponse de le 25/03/2013 à 9:28 :
Merci de cette grande connaissance du droit et de l'économie.
Réponse de le 25/03/2013 à 12:55 :
Les banques ne seront pas déclarées en faillite..... ce serait trop simple. Le MES ou une autre entité devrait garantir les dépôts jusqu'à 100k? , pour le reste c'est au tribunal de commerce de régler la question. Il apparaît d'ailleurs dans les catégories de déposants les "dépôts assurés" assurés par qui et comment ????? Cela devrait vouloir dire que certains très conscients du côté "Casino en folie" des banques de l'île avaient pris leurs précautions.
a écrit le 25/03/2013 à 9:17 :
Faite le calcul vous avez place 200.000 euro à Chypre a 5% depuis 2009 vous avez apres la taxation encore 221000 Euro, vous avez en compte courant la même somme à la BNP vous avez - de 200 000 euro vu que pour gérer votre compte vous devez payer.
a écrit le 25/03/2013 à 9:17 :
toussa pour çà ! comme prévu et ça y-est l'euro est de nouveau sauvé ................pour la énième fois avec nos "sous" . maintenant attendons de savoir ce qu'il va récupérer , de la russie !
Réponse de le 25/03/2013 à 11:37 :
Les Russes ??? Il suffit de se souvenir des célèbres emprunts russes d'avant 1914, lorsque les cocos ont pris le pouvoir, ils n'ont plus reconnus ces emprunts, résultat : tout le monde spolié et ruiné, pourtant, cet argent ils s'en sonta bien servis pour installer leurs chemins de fer. Alors maintenant, c'est bien fait pour eux, et meme ce n'est pas assez!!
a écrit le 25/03/2013 à 9:13 :
Alors là, juridiquement, on est vraiment dans du racket pur et simple. Les taxes sur les dépôts au delà de 100000 ne passent même pas par le budget de l'Etat, mais elles sont directement affectées à la banque !!!!
a écrit le 25/03/2013 à 9:08 :
Reste un problÚme de fond prêter 10 milliards à un pays pour sauver deux banques qui n ont rien de banques de depots, vu que ces banques servent des interets à la hauteur de 5 à 6%, elles prennent donc des risques pour offrir des taux pareil, c est non pas prendre dans la poche des Chypriotes ou autres déposants mais dans celle des contribuables de UE pour sauver des spéculateurs. En France si vois avez un portefeuille avec des actions qui ont perdus 50% de leurs valeur la BCE ne rembourse pas.
a écrit le 25/03/2013 à 9:06 :
cette methode de mafieux va arriver chez nous la CE va preparer les peuples doucement le jour ou ceci va arriver les banques fermeront leurs guichets il sera trop tard, le mieux effectué le retrait de toutes nos economies ,j'ai fait un essais avec un ets du CAC40 celui ci a plutot etait menacant pour un retrait de 75000 euros ,il est deja trop tard
a écrit le 25/03/2013 à 9:02 :
Qui tente le pari avec moi que l on découvre que du fait des tergiversations (inévitables certes) bon nombre parmi les plus riches filous ont déjà réussi à quiter le navire (Retiré leur argent) grâce à des compliciés locales
a écrit le 25/03/2013 à 8:54 :
Hausse des bourses en vue ce matin ! Enfin une bonne nouvelle !
Réponse de le 25/03/2013 à 9:17 :
j'ai les boules ce matin !
a écrit le 25/03/2013 à 8:48 :
Chypre s'accorde avec l'UE et le FMI et restera dans la zone euro....pour la semaine!
a écrit le 25/03/2013 à 8:47 :
Ca va, mais jusqu'a combien temps?
a écrit le 25/03/2013 à 8:41 :
2 200 milliards de dette publique en France vs 6 000 milliards d'épargne financière des ménages français. Les marchés sont magnanimes avec la France parce qu'ils savent qu'il y a de quoi se servir en cas de problème de remboursement.....
a écrit le 25/03/2013 à 8:41 :
C'est un cauchemar cette Europe de bandits Non Non et Non
Réponse de le 25/03/2013 à 9:08 :
Et non...
a écrit le 25/03/2013 à 8:41 :
"Selon le ministre des finances allemand, le texte sera appliqué quel que soit le résultat du vote par le Parlement chypriote". Comme si, en plus, on devait respecter la démocratie! Et puis quoi encore! Et silence dans les rangs de la classe (et oui il fait être à tout prix le meilleur élève de la classe européenne ou comment infantiliser les peuples) ou je vous envoie la Wehrmacht nous dit Adolf Merckel. L'Europe ou cette dictature douce des banques et de la finance pour lesquelles elle est taillée. Gerbant!
a écrit le 25/03/2013 à 8:35 :
Est ce que les dépôts ponctionnés au delà de 100000e jusqu'à 40% concernent uniquement les ressortissants étrangers où aussi les Chypriotes? Avoir plus de 100000E sur un compte ne fait pas de vous un mafieux où un riche il suffit d'avoir vendue sa maison son commerce où son appartement et d'avoir déposé cet argent en banque etc etc..Quelle confiance peut on accordé maintenant aux banques dans toute l'Europe avec cette décision pour les épargnants? les votes en Europe des peuples étaient déjà ignorés dans certains cas et maintenant leurs représentants élus par eux ne servent plus à rien...







Réponse de le 25/03/2013 à 10:25 :
il est tout à fait normal une fois vendu son commerce de se précipiter pour aller déposer l'argent dans une banque chypriote.....

Et quand on est un épargnant doté d'un peu de bon sens, on limite son dépot à 100000 ? par banque et on réparti le risque entre plusieurs banques.

Je ne pleurerai pas sur le sort de ceux qui vont finir rincés... Ils l'ont bien cherché..
a écrit le 25/03/2013 à 8:19 :
Hier j'ai posté que tout ce carnaval était pitoyable et qu'il est INTERDIT de quitter une dictature. Et bien voilà comme pour la Grèce, voilà l'élite Chypriote à la botte du parti et ficeler à l'UERS ! Pourquoi ils restent en EUROPE ?! Ils n'ont strictement aucunes raisons de ne pas se déclarer en faillite, AUCUNES si ce n'est l'interdiction de le faire. Adieu Chypriote, Adieu Grec ... Espagne, Italie, France sont des plus gros morceaux mais ça devrait bien se passer, pas de révolte à prévoir avec des fonctionnaires et des RSA ! Bon de ce côté là les jeux sont faits, il ne manque plus que le KGB, vu qu'avec la PAC on a déjà les Kolkhoze !
a écrit le 25/03/2013 à 7:50 :
L'union européenne et l'euro sont morts. Beaucoup collabore avec la TROÏKA et quand tout sera lapidé qu'il ne restera plus rien les mêmes feront comme à la Libération de la résistance et crieront à mort la TROÏKA.
a écrit le 25/03/2013 à 7:50 :
Oh !!!!! Un accord de dernière minute !!!!!!
Oh mais quel surprise!!!! Mais quel suspense!!!!
Nous avons tous été tenus en haleine & nous avons tous tremblé dans nos braies !!!!

Meilleur scénario depuis la série B du "fiscal cliff".
La pitoyable tartufferie qui s'appelle Europe continue.
a écrit le 25/03/2013 à 7:41 :
Et voilà !! Comme d'habitude, les mendiants ont encore gagné.Les trafics en tous genres (armes, argent, drogue,..) continueront dans cette plaque tournante des terroristes de la région (hamas, hezbollah,..), le tout subventionné par cette UE aberrante.
a écrit le 25/03/2013 à 7:37 :
Allez, dans six mois il faudra leur prêter à nouveau des milliards puisque non seulement nous les ruinons mais en plus nous les maintenons dans la récession que leur garantit de rester dans l'euro et de ne pas pouvoir dévaluer leur monnaie nationale. Le tunnel n'a pas d'issue...
Réponse de le 25/03/2013 à 12:46 :
Il ne faut pas parler de "prêt" mais de don c'est comme pour la Grèce nous ne récupérerons pas un fifrelin....
Il faut se souvenir que l'UE a cédé au chantage de la Grèce à propos de l'entrée de Chypre dans la zone Euro , très certainement pour améliorer les connections financières qui devenaient plus faciles....
a écrit le 25/03/2013 à 7:33 :
Bruxelles pourrait peut-être envisager une contribution de la Turquie, qui occupe militairement la moitié de Chypre depuis 1974 ? Allo, allo, José...? allo Hermann...? allo Catherine...? allo Pierre...? Parlez plus fort, on ne vous entend pas !
a écrit le 25/03/2013 à 7:33 :
Tout ça pour ça. C'est bien flou et ce n'est peut être pas fini. Tout le monde (EU et gouvernement chypriote) a eu peur et la démocratie a été encore une fois foulée aux pieds. Qui a cédé ? L'UE, à mon sens. Et on va accueillir la Lettonie, la Croatie ...
Réponse de le 25/03/2013 à 13:56 :
La Lettonie fait partie de l'Ue depuis 2004. Si vous parlez de l'entrée de la Lettonie dans l'Euro ils satisfont aux critères d'entrée et on une économie plus saine que beaucoup de pays du sud. On a fait passer le politique avant l'économie lorsque l'on a accepter les pays du Sud de l'Europe mais ce n'est pas le cas pour tout les nouveaux pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :