Le sauvetage chypriote n'est pas un modèle mais... une source d'inspiration

 |   |  618  mots
La banque Laïki, à Nicosie, Copyright Reuters
La banque Laïki, à Nicosie, Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après les propos, corrigés, du président de l'Eurogroupe lundi, les responsables européens s'efforcent de rassurer : le plan de sauvetage de Chypre ne servira pas de modèle. Mais cela n'empêche pas plusieurs responsables officiels de réclamer de ne plus payer pour les banques. Et dans les faits, de nombreuses mesures sont en chemin pour que les contribuables cessent de payer.

"Non, le plan de sauvetage de Chypre n'est pas un modèle." "Oui, Chypre est un cas particulier." Mardi, de nombreux responsables européens tentaient de faire baisser la tension. Car lundi, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem avait effrayé les marchés, en déclarant qu'il fallait éviter de "reporter sur les épaules du public" le coût du sauvetage des banques... En clair : faire payer le secteur financier. Et donc reproduire le plan chypriote aux éventuels prochains pays à demander une aide européenne.

Dans la nuit de dimanche à lundi, les ministres des Finances de la zone euro ont validé l'aide de 10 milliards d'euros à Chypre. En échange, les dépôts des deux banques ayant besoin d'être recapitalisées seront gelés au delà de 100.000 euros et reconvertis en participations pour régler les dettes de Laïki et recapitaliser Bank of Cyprus. Les pertes des créanciers pourraient aller jusqu'à 40%.

"Il a eu tort"

"M. Djisselbloem a eu tort de dire ce qu'il a dit", a estimé le membre français du directoire de la BCE Benoît Coeuré sur Europe 1, mardi matin. "L'expérience de Chypre n'est pas un modèle pour le reste de la zone euro parce que la situation avait atteint une ampleur qui n'est comparable à aucun autre pays". "La solution sur Chypre ne concerne que Chypre en raison de son système bancaire particulier", a ajouté le ministre grec des Finances dans la journée.

"Arrêter de faire payer les contribuables"

Mais si le terme "modèle" doit être évacué des qualificatifs au plan de sauvetage chypriote, de nombreux responsables européens montrent leur ras-le-bol à faire payer les gouvernements pour sauver les banques en difficulté. "Nous voulons retrouver une situation où le contribuable arrête de payer pour les banques", a commenté mardi Chantal Hughes, porte-parole du commissaire européen aux Services financiers, Michel Barnier, à l'AFP.

Le Premier ministre finlandais a également appelé à faire payer la facture aux actionnaires et créanciers : "Partout, en Europe, nous devrions passer à une économie de marché normale, où les propriétaires et les investisseurs accusent des pertes en cas de débâcle de banque".

Vers un texte au Parlement européen ?

Un eurodéputé suédois membre du Parti populaire européen (conservateur), Gunnar Hökmarkva, va proposer au Parlement européen un texte faisant participer les dépôts à tout sauvetage bancaire. "Les dépôts inférieurs à 100.000 euros sont protégés. Les dépôts au-dessus de 100.000 euros ne sont pas protégés et doivent être traités comme une partie du capital qui peut être sollicité", a-t-il détaillé. Les règles proposées impliqueraient également des pertes pour les détenteurs d'obligations des banques. Elles pourraient s'appliquer en 2015.

Le "bail-in" déjà préféré

Dans les faits, l'Union européenne planche déjà sur des mécanismes allègeant le fardeau pour l'Etat en cas de faillite d'une banque. Ainsi, l'Union bancaire proposé en juin 2012 lors d'un sommet européen envisage que soit activé un mécanisme de renflouement interne. Soit un "bail-in", un sauvetage de la banque par ses actionnaires et ses créanciers, et non pas un "bail-out", un sauvetage par l'extérieur, mettant à contribution les finances publiques. La Commission tablait au départ pour une mise en 2015. Mais il ne pourrait ne pas voir le jour avant 2018.

En France, la réforme bancaire, qui vient d'être adoptée au Sénat, implique qu'en cas de défaillance d'une banque, les pertes seront imputées aux actionnaires et à certains créanciers.

Le "bail-out" n'a peut-être donc effectivement plus beaucoup de jours devant lui...

>> L'erreur (calculée) de Dijsselbloem

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2013 à 14:11 :
Pour comprendre cette arnaque européenne gangrenée par nos banksters : www.u-p-r.fr, le parti rébublicain caché par nos médias qui cartonne grâce au web et au bouche à oreille.
a écrit le 27/03/2013 à 11:09 :
Et ils espèrent rassurer avec ce genre de déclaration !!!!!! on rêve...
Globulus
a écrit le 27/03/2013 à 11:07 :
Vous inquiétez pas : si vous retirez votre pognon de la banque, ils augmenteront les impôts ou taxeront la détention d'immobilier, d'or etc. Si vous vous barrez : bonjour l'exit Tax. Vous pouvez planquer les biftons sous le matelas mais l'inflation (la réelle, pas celle de l'insee), les souris ou les voleurs vous les mangeront. Vous êtes pris dans la nasse, sauf si vous faites comme Pierre Bergé : vous achetez des œuvres d'art à l'étranger (pas d'ISF etc.), vous comprenez c'est la fameuse exception culturelle de la gauche caviar...
Réponse de le 27/03/2013 à 12:48 :
Sauf que si chacun retire son argent, l'europe et l'euro "sauteront". C'est tout ce que l'on peut souhaiter de meilleurs pour la France...!
a écrit le 27/03/2013 à 9:45 :
Je recommande sur Google la vidéo d'Olivier Delamarche du 26 Mars 2013 "le blogalupus".
Réponse de le 27/03/2013 à 14:05 :
Olivier Delamarche, Olivier berruyer, Paul Jorion, Jacques Sapir et d'autres nous informent et ne nous racontent pas de bobards.
a écrit le 27/03/2013 à 9:18 :
Au-delà de la garantie de 100.000 euros, vos dépôts (votre patrimoine) est mobilisable tant que de besoin. Au moins, c'est explicite. Et il faut dès a présent tire les conséquences de ce futur vol en bande organisé !
a écrit le 27/03/2013 à 8:07 :
"le plan de sauvetage de Chypre ne servira pas de modèle" il faut donc lire "le plan de sauvetage de Chypre servira de modèle" sauf si on est vraiment stupide ! Le mensonge est la norme il faut tout simplement toujours inverser les annonces. Celui qui a déclaré ça ne l'a surement pas fait par hasard et on lui a juste demandé de se la fermer car le vol n'est pas encore prêt !
a écrit le 27/03/2013 à 7:43 :
Qu'appelle-t-on dépôts inférieurs à 100000 euros ?
100000 euros par banque, tous types de comptes réunis ?
100000 euros, toutes banques confondues ?
Réponse de le 27/03/2013 à 12:59 :
Rassurez-vous vous serez plumé...!
a écrit le 27/03/2013 à 4:49 :
Si ça vous fait du bien "d'exiger" ceci ou cela, alors ne vous retenez pas.
Je connais plutôt bien le milieu bancaire. Les politiques apprennent lentement à le connaître, des plus grands aux plus petits. Il faut dire que l'économie touche à de nombreux domaines aux interactions hyper complexes, les économistes eux même sont souvent "désorientés", les statistiques moyennement fiables, les données peu stables dans le temps, peu comparables...Beaucoup de belles bêtises sont énoncées plus ou moins doctement...Dans ces conditions le public s'y perd . Pour en revenir aux banques, leurs communications sont peu claires, volontairement complexes, opaques. Les abus et anomalies sont dévoilés lentement. Les premiers experts des banques sont leurs syndicats, les journalistes, les universitaires. La "gouvernance " des banques est le problème le plus sensible, les pouvoirs mal équilibrés au sein des conseils d'administrations . Les banques ont récupérés des fonctions régaliennes au file du temps et concentrent trop de pouvoir sur la société. Les hommes politiques découvrent bien tard que leurs dysfonctionnements peu faire capoter des Etats, remettre en cause des modèles de développement historiques, voire la démocratie elle même .
Pour finir sur une note optimiste. Nous progressons collectivement dans la connaissance de ce milieu exotique mais il a d'infinies ressources d'adaptation et sait même se faire humble, le temps de se faire oublier!
a écrit le 27/03/2013 à 1:14 :
Les erreurs et l'incompétence des responsables mais pas coupables qui nous gouvernent seront payées par les contribuables avec une augmentation des impôts ou, si cela ne suffit pas, l'extorsion des fonds. Le fait d'affirmer le contraire suscite les pires inquiétudes. La défiance vis-à-vis des banques devient donc la règle.
a écrit le 26/03/2013 à 23:25 :
Ils veulent défendre leurs avantages énormes ils iront jusqu'au bout et tant qu'ils pourront man?uvrer un levier ils essaieront en refusant de s'avouer que c'est la fin. Les dirigeants d'entreprises en faillite (PMI) font comme ça. L'Euro est fini nous ne produisons pas suffisamment et cela ne va pas s'arranger en 6 mois, et pourquoi cela s'arrangerait-il ?
a écrit le 26/03/2013 à 22:24 :
Peut-être que cette CRISE (!) permettra que s'ouvrent les yeux d'une multitude de personnes étrangères aux milieux de la haute finance. Beaucoup vont-ils enfin se persuader de l'absurde logique du type d'Economie où nous sommes plongés ? Tant que le moteur affiché de la production sociale des marchandises et des biens nécessaires à la progression de la vie collective se cantonnera au collectage de profit, il n'est pas étonnant que la société en arrive au stade actuel...Comment empêcher ceux qui ( les groupes financiers) détiennent le pouvoir mondial par ''fondés de poivoir'' inter^posés d'édicter des mesures d'enrichissement encore plus absolues ? On a beau crier au scandale et en appeler à la ''justice'' fut-elle divine, pour changer fondamentalement les choses la seule voie ( historique) ne peut être que révolutionnaire...Hélas les grands partis prônant cette voie ne sont plus d'actualié...Un consensus occidental (ordinaire) les a rélégués pour un temps au sous-sol de l'histoire Mais pour untemps seulement...
a écrit le 26/03/2013 à 21:16 :
Une source d'inspiration ?! c'est une plaisanterie ????? C'est juste appliquer le modèle bien connu depuis des lustres de la faillite des personnes physiques ou morales, sans aucune morale comme d'habitude pour les clients baisés en retour.
La solution : ne plus être client des banques et autres établissements financiers et exiger la fin de leur monopole sur notre fric. Je ne tolère plus que l'on m'oblige de fait à avoir un compte en banque pour percevoir mes salaires et payer mes charges sans autre choix !!!!!!!!!!!!
J'exige, au nom du libéralisme et de la liberté que me garantit la constitution, d'exercer mon droit de propriété sur ce que je gagne par mon travail sans l'intermédiaire d'une banque. J'exige de pouvoir être payée en espèces par mon patron. J'exige que ma banque libère sans préavis entre mes mains et à tout moment ce que j'y ai déposé dès lors que je ne lui dois rien du tout. J'exige de décider de mes paiements et d'interdire tout prélèvements.
Bon ... il faut que je fasse un dessin ou c'est compréhensible par la maffia qui nous dirige ?
Parce que sinon nous pourrions être très nombreux à descendre dans les rues pour tout casser ...
Réponse de le 26/03/2013 à 22:13 :
Je suis d'accord avec vous que la situation sent le souffre. C'est le moins qu'on puisse dire... Pourtant, devons nous attendre d'être effectivement "baisés" pour protester massivement contre une gouvernance de l'UE totalement antidémocratique et manifestement inepte???
Je pense, moi, qu'il vaudrait bien mieux pour tout le monde de cesser de menacer en moulinant "dans le vide", et de nous bouger tous énergiquement les fesses DES MAINTENANT et SANS PLUS ATTENDRE !...
APRES, CE SERA TROP TARD POUR PLEURER !....
a écrit le 26/03/2013 à 20:42 :
1- D'abord, il y a eu la Grèce.
2- Ensuite, l'Irlande.
3- Ensuite, le Portugal.
4- Ensuite, l'Espagne.
5- Ensuite, Chypre.
6- Demain, ce sera le tour de la Slovénie.

Slovénie : Moody's abaisse la note de la deuxième banque du pays NKMB.

L'agence d'évaluation financière américaine Moody's a abaissé mardi la note de la deuxième banque slovène NKMB, en raison des craintes concernant l'économie du pays membre de la zone euro, qui pourrait être contraint de demander une aide européenne.
a écrit le 26/03/2013 à 20:41 :
il faut retirer tout l'argent des banques européenne cela commence a sentir mauvais surtout quand le président dit que cela ne peut pas arriver en France mefiance c'est tout le contraire qui peut arriver il y a déjà eu des précédents !!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 26/03/2013 à 22:06 :
Je conçois votre inquiétude tout à fait légitime. Mais...
Pour le mettre où ??...
Jusqu'à preuve du contraire, tous les dépôts inférieurs à 100.000 euros sont encore et toujours garantis par les banques de la zone euro.
Vous avez plus de 100.000 euros en banque, vous?
Si oui, vous en faites quoi à présent que vous l'avez retiré ?
De plus, si vous jouez la carte du "bank run", vous risquez fort de tout perdre en un clin d'oeil.
Réponse de le 27/03/2013 à 19:24 :
@Vulcan78 : la garantie n'est là que pour dissuader le bank-run car dans les faits, le fonds de garantie est très loin de couvrir tous les comptes d'épargne à cette hauteur.
Réponse de le 27/03/2013 à 20:09 :
@TC : si tout le monde retire d'un coup, je sais bien... :-(

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :