Suicides, criminalité, santé... l'austérité engendre un drame social en Grèce

 |   |  835  mots
Manifestation contre l'austérité - Copyright Reuters
Manifestation contre l'austérité - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les mesures drastiques d'austérité imposées en Grèce pour assainir les finances publiques du pays se sont accompagnées d'une explosion du nombre des suicides, des meurtres et d'une détérioration de la santé publique, selon une étude américano-grecque publiée jeudi soir.

L'Europe traverse une "énorme crise humanitaire", s'était alarmé l'ambassadeur des États-Unis à Bruxelles début mars lors d'une conférence organisée par le think-tank bruxellois Lisbon Council. Pour lui, le problème principal, c'est le chômage de masse. Pour ce qui est de la Grèce où le taux de chômage est passé d'un peu plus de 7% en moyenne avant la crise à plus de 27% aujourd'hui, les faits lui donnent raison.

Selon une étude américano-grecque publiée jeudi soir, la situation sociale dans la péninsule héllénique s'est dégradée dans des proportions désastreuses au fur et à mesure que la courbe du chômage grimpait. Ainsi les deux chercheurs ont-ils relevé, en se fondant sur les statistiques fournies par le gouvernement, que le taux de mortalité résultant de suicides et d'homicides a augmenté de 22,7% et de 27,6% respectivement de 2007 à 2009. Ils ont aussi constaté un accroissement du nombre de cas de troubles mentaux, d'abus de drogues et même de maladies infectieuses provoquées par le virus du Nil occidental et du sida.

Un véritable problème de santé publique

En même temps, les dépenses de l'Etat consacrées aux services publics ont été fortement réduites. Le budget du ministère de la Santé a notamment été diminué de 23,7% de 2009 à 2011. Cette diminution des services de santé publique s'est aussi produite au moment où un grand nombre de Grecs au chômage ont été contraints d'abandonner le recours aux soins médicaux privés pour se faire soigner dans des organismes publics dont les moyens étaient également très réduits et plus entièrement gratuits. L'effet a donc été doublement négatif. Quand on taille dans les programmes d'échange de seringues pour les drogués et la distribution de préservatifs, le risque de contracter le virus du sida augmente, soulignent les auteurs. De fait, les nouveaux cas d'infection par le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) ont augmenté de 57% de 2010 à 2011 (607 à 954).

"Nous nous attendions à ce que les mesures d'austérité aient des effets négatifs sur les services de santé et la santé publique mais l'impact a été beaucoup plus sévère que nous ne l'avions imaginé", a expliqué le principal auteur de cette étude, Elias Kondilis, chercheur à l'Université Aristote. Citant la situation grecque, ces chercheurs mettent en garde contre des effets néfastes similaires sur la santé publique dans d'autres pays européens confrontés à une situation économique difficile et même les Etats-Unis où on évoque des coupes dans les programmes de couverture médicale des retraités et de santé publique.

Quelles solutions offrent les dirigeants européens ?

Seront-ils entendus ? On est en droit de se le demander. A la Commission européenne, on dit avoir conscience des difficultés rencontrées par les citoyens européens en proie à l'austérité. Et on réfléchit à des mesures rustines pour tenter d'endiguer ses conséquences néfastes. "Nous devons absolument introduire un volet social dans notre budget," avait plaidé le commissaire européen aux Relations interinstitutionnelles Maros Sefcovic, lors d'un entretien accordé à La Tribune. "Nous nous rendons compte que l'on peut perdre une génération", s'était alarmé le social-démocrate slovaque. Et de souligner, évoquant la garantie de l'emploi pour les jeunes décidée par l'UE en décembre, que des efforts ont été faits.

Autre piste évoquée par le commissaire, la politique de croissance. "Nous sommes conscients que la situation est très dure pour les citoyens et les jeunes, donc nous voulons tout mettre en ?uvre pour repartir vers la croissance", a-t-il insisté. Un v?u pieu, au regard du pacte de croissance étriqué obtenu par François Hollande au printemps dernier, et de la volonté partagée par le Royaume-Uni, l'Allemagne, et leurs alliés du nord de l'Europe d'appliquer la rigueur budgétaire à la Commission comme aux États-membres en difficulté.

Jeudi, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaire Olli Rehn a déclaré que la priorité donnée à la réduction de la dépense publique immédiatement après le déclenchement de la crise était nécessaire pour rassurer les marchés mais que cette époque était révolue. "Il n'y avait pas le choix. (...) Maintenant que nous avons rétabli la crédibilité à court terme, cela nous donne la possibilité d'emprunter une voie plus modérée pour l'ajustement budgétaire à moyen terme" a-t-il ajouté selon les propos recueillis par Reuters. Du côté du Conseil européen mené par Angela Merkel, une légère inflexion s'est faite entendre dans le discours lors du sommet des 14 et 15 mars, on attend toujours les actions concrètes.

>> LIRE AUSSI Pour les États-Unis, l'Union européenne traverse une crise humanitaire grave

>> LIRE AUSSI La croissance et l'emploi, enjeux de luttes intestines entre les leaders européens

>> LIRE AUSSI Les dirigeants européens souhaitent-ils vraiment une baisse du chômage en zone euro ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2013 à 21:46 :
Dans certaines familles les momes vont a l'ecole sans manger. C'est aussi ca l'austerite et il faut en avoir pleinement conscience. Maintenant il serait trop facile de rejeter la faute exclusivement sur Merkel et consorts, les grecs et leurs dirigenats tout comme l'europe ont une part de responsabilite indeniable. L'histoire, c'est certain, jugera durement la gestion de cette crise dans laquelle on est passé d'un pays pouvant s'endetter a hauteur de 200% de son GDP et qui sans transition a du se conformer a une rigueur budgetaire theorique peu ou prou jamais respectee.
a écrit le 20/04/2013 à 14:00 :
Le CHAOS ! ni plus, ni moins ! triste, très triste !
a écrit le 20/04/2013 à 13:07 :
Qu'est ce qui attendent pour venir s'installer en France. Au moins ils pourraient bénéficier de la CMU, des restaurants du Coeur, du RSA, de la prime de Noël, de l'allocation scolaire, des allocations familiales, etc..
Réponse de le 20/04/2013 à 13:52 :
on en a plus les moyens, déjà qu'il rentre pléthore d'étrangers chaque mois en France! les "caisses sont vides"...chez nous !
a écrit le 20/04/2013 à 11:14 :
Les infatigables tortionnaires de la Troika ( BCE/UE/FMI) sont mandatés par Hollande-Merkel-Rakoy-Monti etc pour tenter de sauver la mise des usuriers du capitalisme financier. Cette histoire se terminera devant la Cour pénale de La Haye.
Réponse de le 20/04/2013 à 11:46 :
Ben, si la Grèce le veut, elle peut bien sortir de la zone euro et dire bye bye à ses "tortionnaires" comme vous aimez les appeller.

Alors pourquoi ils ne le font pas ?
Réponse de le 20/04/2013 à 13:22 :
parce que les gens n'ont pas leur mot à dire! ce sont les énarques qui dirigent non? il y avait eu un temps une idée de référendum...que croyez vous qu'aurait dit le peuple?...mais , ça s'est limité "à une idée" seulement qui a bien vite avorté...
Réponse de le 20/04/2013 à 13:49 :
@cad: "pourquoi ils ne le font pas?". Juste une petite idée, en passant: les français ont voté non à la constitution européenne, eh bien, on l'a revotée dans leur dos! Alors, si la France veut... pas si simple.
Réponse de le 20/04/2013 à 14:03 :
+ 1000 souvenez vous le traité de Lisbonne..on a voté "NON "!, transformé d'un coup de baguette magique en un "OUI", par SARKOZY...CQFD
a écrit le 20/04/2013 à 9:06 :
11 millions habitants 500 milliards de dette . BRAVO les grecque
Réponse de le 20/04/2013 à 9:50 :
Effectivement.
Et on se demande toujours où cet argent est aujourd'hui. Il a quand même pas disparu en fumé ...
Réponse de le 20/04/2013 à 11:05 :
dans la poche des gras, et de ceux qui n'ont jamais rien payé : armateurs, églises richissimes etc...les petits " les ont payé ! mais ils ont la double peine, ils sont étranglé, crevé par leurs politiques qui, eux, ont commis les erreurs que malheureusement paye douloureusement aujourd'hui les pauvres Grecs!!! guère de compassion des internautes devant ce qu'il se passe d'affreux, là bas, c'est loin, "ils ont fautés", tant pis pour eux, qu'ils se demmerdent! etc, etc ! lorsque ça arrivera ici, on verra leurs réactions, ne pas être d'accord avec les c..neries , les fautes de nos politiques, haro, honte à eux ! pour l'instant, ça peut encore aller, alors on critique, c'est tellement facile...et des gens sont au desespoir, meurent, ne mangent plus, un peuple si gai, si bon enfant, c'est d'une tristesse! c'est tout bonnement dégueulasse! ça, il faudra un jour le payer !:!!
Réponse de le 20/04/2013 à 11:06 :
parti ds les jo , la corruption et la fraude fiscale generalisée..
Réponse de le 20/04/2013 à 11:43 :
alors on peut quand même demander pourquoi ils ne reprennent pas l'argent où il est maintenant ...

C'est tout de même mieux que de demander aux travailleurs européens de payer qui eux aussi ne sont pas riches.

C'est sûr que bcp des gens simples en Grèce paye pour les âneries de leurs politiciens mais il ne faut pas néanmoins s'aveugler avec la compassion que l'on peut avoir avec ceux qui sont frappé de cette misère sans avoir eu un grain de responsabilité dedans. Il y a aussi des gens simples qui eux ont profité de l'endettement de l'état grecque. Quand un cheminot gagne 6000 ? par mois, quand ils partent à la retraite très tôt, quand certains d'entre eux trichent pour obtenir frauduleusement des aides, cela coûte sans que cela produit qc.
Peut-être pas tous mais bcp des Grecques ont vecu bien en-dessus de leurs moyens et maintenant on leur presente la facture.

Est-ce juste que ceux qui n'ont pas participé dans cet pillage de l'état Grecque par les Grecques ? Non, ce n'est pas juste. Mais il n'est pas just non plus de prendre l'argent des non-Grecques pour payer cette facture ...

Il faut non plus oublier que l'économie de l'ombre est d'un grand ampleur: elle est estimée à 25% du PIB. Alors si cette économie serait soumise à l'imposition la dette de la Grece disparaîtra dans qq années ...
Réponse de le 20/04/2013 à 13:28 :
et pourquoi donc, l'UE estime et oblige les "non grecs", à payer pour eux? pourquoi s'obstiner tout vent dehors pour les garder dans cette nébuleuse? pourquoi? n'y a t-il pas interêt quelque part? !
a écrit le 19/04/2013 à 22:18 :
Ja , mais c'est pour leur bien !
a écrit le 19/04/2013 à 20:59 :
C'est bizarre cette manie d'accuser l'Europe de nous voler alors que nos dirigeants made in France nous ont fait les poches, et veulent maintenant nous ruiner pour garder leur train de vie! L'Europe me coute chaque année quelques euros qui reviennent dans la poche de nos pauvres agriculteurs, la France (charges + impots +tva) 80% de ce que rapporte mon travail pour financer des feignants arrogants.
Réponse de le 19/04/2013 à 22:04 :
Moi elle me coûte 110% !!
Réponse de le 20/04/2013 à 13:53 :
moi , itou !
Réponse de le 21/04/2013 à 17:51 :
Moi c est 155% de ce que je gagne !
a écrit le 19/04/2013 à 19:55 :
les malheureux juifs ne savaient ce qui les attendait...nous si et alors ?
Réponse de le 19/04/2013 à 21:25 :
Vous n'êtes plus a une ignominie près...
a écrit le 19/04/2013 à 18:21 :
UE que devait garantir le travail , les échanges, plus de justice etc, etc ! et QUOI à la place ????????Misères+Désespoir+lamination, et personne ne bronche? l'Humanité est en voie de disparition , point !!
Réponse de le 19/04/2013 à 19:33 :
les grecs doivent casser la figure aux politiques qui les ont mis dans la merde........................
Réponse de le 19/04/2013 à 21:57 :
L'humanité ne se résume pas a l'Europe. 90% de la population n'est pas européenne.
Réponse de le 20/04/2013 à 11:06 :
@claudus : moi je ne vais pas les plaindre : les grecs etaient les champions du monde de la fraude fiscale et du travail au noir !! qd on generalise le chacun pr soi et qu'on pretend a avoir une societe moderne avec ttes ses infrastructures et services publics et sociaux et qd en meme tps c'est la course a qui va le + entuber l'etat faut pas s'etonner d'avoir 500 million de dette...
Réponse de le 20/04/2013 à 11:20 :
milliard vs m'aurez compris ..
Réponse de le 20/04/2013 à 11:22 :
et que faisaient donc les politiques? ils laissaient faire, alors qu'ils auraient du se bouger les fesses pour abolir les fraudes fiscales, se battre contre le travail au noir...en attendant les ouvriers Grecs, eux, n'étaient pas oubliés et payaient leurs impôts, tandis que les ologarches passaient à travers; et à présent c'est encore eux que l'on pressure, est ce normal ??
Réponse de le 20/04/2013 à 11:24 :
allez donc prendre l'apéro, ça vous éclaircira les idées...
Réponse de le 20/04/2013 à 12:59 :
non: les politiques ne laissaient pas faire ms etaient partie prenante en participant a la fraude generalisée. etes vs deja allé en grece?? le backchiche y est monnaie courante , ss parler du travail au noir. c'est culturel , et maintenant la note est salée . c'est un peu facile de taper sur ceux qui st au pouvoir aujourd'hui , tapez plutot sur papandreou qui est responsable ( avec ses concitoyen riche ou pauvre)
a écrit le 19/04/2013 à 17:57 :
Sauvez le peuple Grec! Rien ne peut justifier un tel traitement de la part de l'Europe sur qui tous les peuples européens accordent leur confiance!
Réponse de le 19/04/2013 à 19:47 :
Oui, faisons ripaille entre voisins en signe de solidarité. Moi , je commence dimanche...
Réponse de le 20/04/2013 à 11:17 :
@ au secours + 1000
a écrit le 19/04/2013 à 17:50 :
Aujourd'hui la Grèce, l'Espagne, le Portugal. Demain l'Italie et la France. Au moins on sait ce qui nous attend.
a écrit le 19/04/2013 à 17:50 :
c'est normal que tout cela occasionne des misères, les unes derrière les autres! c'est scandaleux! voilà ce qu'entrainent certaines politiques néfastes qui placent avant " L'HUMAIN", le pognon , écoeurant, lamentable, impardonnable !!!!!!! un genre de génocide, ni plus, ni moins !
a écrit le 19/04/2013 à 16:24 :
"Suicides, criminalité, santé" Qu'en pense les saigneurs du peuple grec?
Réponse de le 19/04/2013 à 18:23 :
ils en ont rien à foutre ! occupés qu'ils sont à faire crever ce peuple, qui soit dit en passant PAYE les c..neries, erreurs de ses oligarques !
a écrit le 19/04/2013 à 16:10 :
Ce vieux troll état déjà utilisé par la propagande de la DDR pour montrer le malheur des allemands de l'ouest;Quand un journal en est réduit a relayer ce genre de choses...
a écrit le 19/04/2013 à 14:49 :
Ca c'est l'UE. Misère, misère et misère. Seuls les ignorants, les corrompus et les c.... ne souhaitent pas en sortir.
Réponse de le 19/04/2013 à 17:52 :
...parce qu'ILS Y ONT LEUR INTERET !!! ils défendent becs et ongles cette EU de m..de, même si'il faut faire CREVER des individus dans leurs sillages!!! HONTE à ces GANGSTERS !!!
Réponse de le 19/04/2013 à 18:29 :
Faites donc le compte de tout ce que nous a apporté cette UE de POSITIF depuis plus de 10 ans?? ALLEZ! comptez bien , n'oubliez rien....le compte sera vite fait !!!!!
Réponse de le 19/04/2013 à 23:53 :
Ah oui, si la France sorte elle devrait bien subventionner ses agriculteurs elle-même parce que vous ne croyez quand même pas que l'UE continue à payer la PAC à la France si elle n'est plus membre. De plus, tous les produits agricole de la France seront soumis aux taxes d'importation ... Ben, quelque part j'aimerais bien voire si vous chanteriez encore cette chanson après une sortie ...
Réponse de le 20/04/2013 à 11:09 :
après une sortie?? on y était bien dedans, chez nous, non, avant! et alors, ça marchait non ? ça change quoi pour les agriculteurs? les 1/3 et plus se suicident ! vous trouvez que tout va si bien que cela? nous ne devons pas avoir la même vue sur le sujet
Réponse de le 20/04/2013 à 11:09 :
sans parler du commerce exterieur qui serait 10 fois difficile ( alors que ca l'est deja grandement) , de la conservation de notre patrimoine culturel et historique etc...
a écrit le 19/04/2013 à 14:13 :
c'est exactement la politique de Hollande,successeur des soviets, affamés le peuple français, n'est-ce pas une atteinte aux interets vitaux de la nation ?

Réponse de le 19/04/2013 à 15:00 :
ah bon , ? c'est hollande qui prone l'austerité??
je savais pas. !
Réponse de le 19/04/2013 à 17:57 :
c'est PREVU en HAUTS "LIEUX" de toute façon de faire crever tout ce qui ne les interessent pas, font obstacle! oui! il s'agit d'une atteinte anx interets vitaux de la nation!! QUELLES SERONT les représailles , les concernant dans ce cas? Croyez vous vraiment qu'il y en aura un jour???Fariboles ! ils ne risquent RIEN !
a écrit le 19/04/2013 à 13:53 :
C'est juste la conséquence de 40 ans de mensonges et de dettes accumulées, on ne peut rien y faire c'est trop tard. Il fallait réfléchir avant.
Réponse de le 19/04/2013 à 17:31 :
@indiag: vous vous érigez en moralisateur, alors qu'en France, on "découvre" l'ampleur de la corruption etc.? C'est ça le problème de la France: faire la morale aux autres et ne pas voir la saleté dans sa propre maison.
Réponse de le 19/04/2013 à 18:25 :
+++ 10000
Réponse de le 19/04/2013 à 18:52 :
indiag vous allez dire la même chose quand ça arrivera en France?? c'est notre faute, notre très grande faute à nous autres, ou à celle de nos chers" politiques?
Réponse de le 19/04/2013 à 22:13 :
40 années de compromis foireux, de lâchetés et d'abandons, de mensonges démagogiques, pour en arriver avec 1900 milliards de dettes, plus aucune marge budgétaire et une armée de chômeurs qui enfle de jour en jour. On peut les remercier nos politicards de droite dégonflée et de gauche molle. Il n'y en a pas un pour racheter l'autre. Ca fait 40 ans qu'ils accaparent le pouvoir, les uns se complaisant à défaire ce que les autres ont fait la veille, et ça continue de plus belle aujourd'hui.
Il y a maintenant le feu à la maison, mais on n'a rien de mieux à proposer que le mariage gay. C'est à pleurer de bêtise...
Réponse de le 20/04/2013 à 11:14 :
eh! oui, il n'y a que ce mariage gay de primordial en France actuellement ! on s'ECHARPE même à l'assemblée, c'est vous dire!! personne ne s'écharpe pour des choses graves et urgentes, l'échelle des priorités est fabuleuse chez nous ! faut dire aussi que c'est le moins dur à réaliser, alors on le vote! pour ce qui est du gravissime, aucun courage, lacheté extrême, couardise,interets que l'on ne veut en aucun cas lacher, on est bien lotis en France avec de tels phénomènes !!
a écrit le 19/04/2013 à 13:17 :
C'est l'austérité ou la crise économique qui favorise ces désordres sociaux ? Mais c'est sûr que le titre aurait été moins accrocheur !
Réponse de le 19/04/2013 à 13:49 :
Tout à fait. L'austérité a bon dos pour masquer le détournement des aides européennes.
a écrit le 19/04/2013 à 13:16 :
Ce ne sont pas les "mesures d'austerité" qui sont à l'origine des problèmes, mais la dilapidation de l'argent obtenu pendant des années (prêts et aides directes) qui a été consommé ou détourné sans bâtir un modèle économique viable.
Réponse de le 19/04/2013 à 13:26 :
Parce que vous croyez que les banques centrales hors Zone Euro pourront continuer à faire tourner leurs planches à billets sans conséquences collatérales..?? Vous êtes bien le seul à penser ça, alors. Regardez déjà les taux d'inflation en Amérique du Sud, du Nord, GB, Chine, vous ne serez pas déçu. Et ce n'est qu'un début.
Réponse de le 19/04/2013 à 15:15 :
d'accord avec "jb". 40 ans de gabegie clientéliste + une technocratie gavée de privilèges + construction de l'Europe des mafias. Bravo l'umps. et ils continuent à festoyer dans nos palais.
Réponse de le 19/04/2013 à 17:59 :
...festoyer à nos dépens, en se gaussant de notre inertie !!!! ils n'ont pas fini de nous le m..tre !!!
a écrit le 19/04/2013 à 13:09 :
Rasssurez vous les politico financiers se portent bien....peut etre un peu de cholesterol car nourritture trop riche et abondante....heureusement ils viennent consulter gratuitement en France en jet privé avec un arret en Suisse pour se delecter de leur argent si durement gagné sur le dos de ce fainiant de peuple europeen
a écrit le 19/04/2013 à 13:02 :
Ces soit disant "solutions" europeennes n'en sont pas. La seule solution a la crise est la diminution drastique du nombre de fonctionnaires, accopmagnee par une reduction drastique de reglements en tous genres et par la diminution des prelevements obligatoires et augmentation de productivite des fonctionnaires. En un mot, comme en dix: MOINS d' ETAT et MIEUX d'ETAT.
L'equation est donc lus que simple, elle est limpide: moins d'Etat = plus de pouvoir d'achat = plus de production = moins de chomage. CQFD.
Réponse de le 19/04/2013 à 13:21 :
C'est pourtant exactement ce qui est en train de se passer en Grèce, moins de fonctionnaires et moins payés. Et c'est un des éléments qui fait que le pays va très mal. Moins d'Etat, ça ne veut pas forcément dire, plus de croissance et plus de bien-être. Au contraire !
Réponse de le 19/04/2013 à 13:23 :
La Grèce avait déjà tout vendu ce qui appartenait à l?État Grec et ce n'est le résultat de cette dilapidation. La baisse du pouvoir d'achat n'est pas du aux impôts mais à l'absence de l?État. Faire confiance au privé: une seule chose que l'on peut être sur : ils prennent le pognon le foute dans un paradis fiscal et ne laisse que des ruines sociale. Le libéralisme est arrivé à son terme. L'égoïsme sur lequel il s'est bâti n'est qu'un mensonge énorme
Réponse de le 19/04/2013 à 13:28 :
En effet. Comme aux US. D'où est venue la crise.
Réponse de le 19/04/2013 à 13:34 :
C'est un peu simpliste...
A partir d'un certain point : Moins d'Etat = moins de capacité à passer des commandes publiques et à garantir la collecte des recettes = moins de commande aux entreprises = moins de production = plus de chomage....
Mais votre équation aurait pu être plus exacte en remplaçant "moins d'Etat" par "mieux d'Etat". Reste à savoir comment l'on obtient "mieux d'Etat"... Et là, la réponse reste à trouver...
Réponse de le 19/04/2013 à 13:55 :
@ visionrealiste Le libéralisme est arrivé à son terme. En 1989 le socialisme était arrivé à son terme. L'égoïsme de la "Nomenklatura" des pays dites socialiste bâti sur quoi? Quelqu'un peut expliquer?
Réponse de le 19/04/2013 à 13:58 :
C'est connu tout ce qui est consommé en France est produit en France....quelle naïveté...

moins d'Etat = plus de pouvoir au privé = plus de production en Chine = moins de chomage en Chine CQFD

Réponse de le 19/04/2013 à 14:15 :
Voici la vraie équation: plus d'Etat = plus d'impôts = moins de compétivité en France = plus de production en Chine CQFD
Réponse de le 19/04/2013 à 14:22 :
En effet, jamais les marchés n'auront été aussi truqués par des intervenants extérieurs que sont les Etats et le banques centrales. Il ne s'agit donc pas d'une crise du libéralisme, mais bel et bien des Etats hypertrophiés, qui s'occupent de ce qu'ils ne savent pas gérer : l'économie.
Réponse de le 19/04/2013 à 15:17 :
Vous pensez sérieusement que le but d'une entreprise dans un monde capitaliste est la création d'emploi?? Non c'est la recherche du profit, et les français sont pour l'instant plus chers que 90% des travailleurs du globe, impôts ou pas.
La baisse des taxes dans la restauration en est aussi un beau contre-exemple de vos théories qui ont couté des milliards à l?État et donc à nous tous, pour un résultat insignifiant que se soit pour les clients, les employés ou les chômeurs.
En ce qui concerne les États, qui sont bien les seuls à se préoccuper de l'avenir des citoyens, ils n'auraient jamais dû emprunter à des groupes privée à des taux scandaleux alors que ces mêmes banques appellent à l'aide la BCE quand tout va mal, cette dernière étant elle-même une pure création des États l'UE.
Réponse de le 19/04/2013 à 19:36 :
Toutes les sociétés avec une économie dirigée par l'Etat se sont effondrées ou ont fini dans la misère. C'est le capitalisme qui enrichit les peuples et le socialisme qui les appauvrit, et pas l'inverse.
Réponse de le 20/04/2013 à 13:27 :
@@ BR Je suis parfaitement du même avis que vous. Tôt ou tard, le socialisme est toujours le problème et jamais la solution. Partager les richesses conduira toujours à une diminution des richesses crées et cela parce que les plus productifs partent ou réduisent leurs activités économiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :