Beppe Grillo se veut le seul vrai opposant à la classe politique italienne

 |   |  385  mots
Beppe Grillo. Copyright Reuters
Beppe Grillo. Copyright Reuters
Le leader du Mouvement 5 étoiles dénonce un "coup d'Etat" après la réélection de Giorgio Napolitano à la présidence de la république italienne. Il y voit le résultat d'une collusion entre centre-droit et centre-gauche pour éviter le changement demandé, selon lui, par la population.

La réélection à la présidence de la république italienne de Giorgio Napolitano n'est pas du goût de tout le monde, en particulier de la troisième formation du pays, le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, qui l'a qualifiée de « coup d'Etat ».

Giorgio Napolitano a obtenu 738 votes (sur 1007 grands électeurs participant au scrutin), provenant du Pd (centre-gauche) de Pier Luigi Bersani, du PDL (centre-droit) de Silvio Berlusconi, de la Ligue du nord ainsi que de la liste civique de Mario Monti, le premier ministre sortant.

L'autre candidat, Stefano Rodota, a obtenu 217 votes, recueillant les faveurs du parti SEL de Nichi Vendola et du Mouvement 5 étoiles.

C'est la première fois dans l'histoire récente de l'Italie qu'un président exerce un deuxième mandat. Ce statu quo pour une élection dont les analystes considéraient qu'elle devait voir l'émergence d'une nouvelle génération de responsables politiques sonne comme un échec, les différents leaders restant en place.

"La république, fondée sur le travail, est morte samedi"

Si dans un premier temps, Beppe Grillo a appelé à refuser le résultat du vote, il s'est ensuite ravisé craignant des débordements violents. Dimanche, plusieurs milliers de personnes manifestaient devant le palais de Montecitorio, le siège de la chambres des députes, à Rome, scandant des slogans hostiles à la classe politique italienne.

Sur son blog Beppe Grillo a posté un billet intitulé « Blue Sunday », où il écrit : « C'est un moment décisif pour l'histoire de l'Italie, même dans les périodes les plus sombres de l'histoire de la république, il n'y a jamais eu un fossé aussi grand entre le palais et les citoyens. La république démocratique, fondé sur le travail, est morte samedi 20 avril. » Le leader du Mouvement 5 étoiles affirme que désormais, la seule véritable opposition dans le pays réside dans son parti.

« Ceux qui ont été nommés à la tête de la nation sont désormais responsables de sa destruction. Ils gouvernent depuis 20 ans et ils ne sont pas parvenus à améliorer la situation du pays, s'ils avaient un peu de dignité, ils devraient se retirer, comme cela se fait dans d'autres pays. Dans quelque mois, la facture finale sur la situation économique sera présentée, et elle sera lourde.»

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2013 à 13:56 :
Il fait un peu coquelet avec son double menton
Réponse de le 23/04/2013 à 14:18 :
Vous voulez un scoop? Je crois qu'il s'en fout...
a écrit le 23/04/2013 à 13:49 :
France Terre brûlée ! On a encore des actualités chargées dont la fermeture de Florange, la proie du diable qui ferme. On annonce 16000 défaillances de grosses PME, une augmentation de 12% par rapport à l?an dernier. Ce n?est pas un hasard ! Les entreprises créent de la richesse, seulement si on les fait fermer, il n?y a plus que la pauvreté à partager, c?est pas très malin comme politique. Qui veut la peau du peuple français ? Ainsi les syndicats ne veulent pas de la sécurisation du travail pour les salariés et l?on incite à la violence sociale avec l?affaire des peines en baisse contre l?avis général et l?amnistie. En parallèle le chômage monte et le désastre social empire : on déplore des morts comme par exemple récemment une femme gardien de la paix suicidée suite au harcèlement. On appelle cela le progrès, voire ! Ainsi le moral tombe à un plus bas historique après 2009. L?économie papier, ça ne fonctionne pas ! On nous annonce une dette à 100% dans les deux ans? ainsi se profile le scénario à la suédoise, la catastrophe ! On est loin des excédents allemands avec notre déficit? alors comment l?Etat compte-t-il payer ses fonctionnaires ? Et l?Angleterre vient de prendre une torpille, on se croirait dans les tontons flingueurs? Alors à quand le coup de 12 ? Voila un mauvais système? tant de chômage et en parallèle nos diplômés sur le carreau et seulement 3% d?investissement. On nous écrit la peau de chagrin ! Pendant que Rastignac fait ses comptes en Suisse, on compte nos chômeurs? encore 500 000 officiels à la fin de l?année, peut mieux faire ! Les Allemands sont moins bêtes, n?est-ce pas louche ? Au sujet des institutions, si 50% n?ont pas voté aux dernières législatives, pourquoi ne pas proposer autre chose, n?y aurait-il pas des places à prendre ? On nous sert une vraie fausse justice : la précarité pour les uns, la sécurité pour les autres, le déficit d?innovation qui produit la sous compétitivité, voila le mal. On monte au lampadaire pour nous sortir des salades et on écrase les entreprises et les foyers !
Réponse de le 23/04/2013 à 14:15 :
Merci de vous relire, cela n'a ni queue ni tête. Et puis quant on fait des copiers coller de texte existant, il faut toujours reprendre la ponctuation sinon on se retrouve avec des ? partouts.
a écrit le 23/04/2013 à 12:19 :
cela pourrait être une tragédie a la grecque antique ? , non c'est italien et c'est pathétique de voir comment une classe politique qui était bien au chaud se retrouve sur le grill , ah ils se rappellent pas les années noires italiennes des années 20 et 30 ? , ils en re-veulent ?? , a quand les italiennes qui donneront leurs bagues de mariages a l'état pour sauver le pays ? , ce que dit pas ce comique c'est que ce sont les italiens qui détiennent la dette de l'état a grande majorités , drôle de suicide collectif , triste bilan de 30 ans de connivences entre politiques , clientélisme débridé et surtout démagogie a tous les etages .. il faut envoyer Heracles nettoyer les écuries d'augias et non ce monsieur qui en colère n'aspire qu'a une chose , être le chef a la place du chef pour être a l'aventure
Réponse de le 23/04/2013 à 13:48 :
Heracles connait pas...??? en revanche ils ont au moins un agitateur de la fourmilliere politique et je trouve cette premiere etape tres bien et j aspire la meme chose en France... les Heracles De Gaulle n existe plus...un autre temps...
Réponse de le 23/04/2013 à 14:07 :
Vous connaissez mal Beppe Grillo et son mouvement. Si il vous rappelle un certain Mélanchon vous faites fausse route. Ce genre de leader manque cruellement en Europe, il n'existe aucune formation alternative actuellement en France par exemple. Pourtant la place est libre et il y a vraiement de quoi faire!
a écrit le 23/04/2013 à 3:06 :
bonsoirs ,
Je ne suis plus très sûr du dicton , c'est "Vox Populi , vox dei" ou "Vox Flanby , vox dei" a moins que ce soit "Vox Fillon , vox couillon"....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :