Ces pays européens dont le taux de chômage fait rêver

 |   |  667  mots
Agence pour l'emploi à Munich. Copyright Reuters
Agence pour l'emploi à Munich. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
3,2% en Suisse, 3,6% en Norvège, 4,8% en Autriche... Il y a des pays dont le taux de chômage fait rêver, notamment la France où plus d'un actif sur trois est sans emploi. Mais derrière ces chiffres se cachent de fortes différences sociales.

Suisse : 3,2% en mars

"Bientôt 150.000 chômeurs en Suisse", semblait s'effrayer le journal suisse Le Temps, en janvier. "La Suisse a une prospérité liée à son rôle de place financière", explique Jacques Freyssinet, économiste au Centre d'études sur l'emploi. Mais elle n'échappe pas à la morosité européenne : elle attend une croissance de 1,3% du PIB en 2013, et de 2,1% en 2014. Et la presse nationale s'inquiète des restructurations, notamment dans le secteur bancaire.

"Elle utilise très largement la régulation de l'immigration, qui est surtout sur des contrats courts", poursuit Jacques Freyssinet. Difficile de décrocher un CDI si l'on n'est pas suisse, la préférence nationale est effective. Il se murmure également que, de honte, certains Suisses au chômage ne s'inscriraient pas...

Norvège : 3,6% en janvier

La Norvège ne connaît pas le chômage. Son faible taux est structurel. Car le pays dispose de trois atouts. "N'étant présente ni dans la zone euro ni dans l'Union européenne, elle n'est pas soumise aux contraintes des réductions d'endettement", relève Jacques Freyssinet. Surtout, elle dispose d'importantes ressources pétrolières dont elle place les revenus dans un fonds... qu'elle peut utiliser en période creuse. Enfin, le pays profite de sa forte cohésion sociale, "il n'est pas question de laisser se développer un chômage de masse", explique l'économiste.

Autriche : 4,8% en février

Objectif : personne sur le bord de la route. Résultat : plein-emploi depuis de nombreuses années. "En Autriche, le consensus social est extrèmement fort pour combiner une politique de modération salariale et des politiques économiques pour éviter une dégradation de la conjoncture", explique Jacques Freyssinet. Le modèle combine la flexibilité pour l'employeur et la sécurité pour le salarié.

En 2009, lorsque la crise a commencé à frapper l'économie, le budget de l'agence norvégienne pour l'emploi avait fortement augmenté. Les travailleurs licenciés sont pris en charge dans des "fondations du travail", dans lesquels ils suivent des activités de formation professionnelle, relate l'économiste. Ils ne sont alors pas inclus dans les statistiques du chômage. Celui des jeunes y est d'ailleurs très faible : 8,9% en février, selon Eurostat. L'Autriche met en avant le succès des formations en entreprise garanties pour obtenir ce chiffre

Allemagne : 5,4% en février

Avec un taux de chômage qui a diminué depuis le début de la crise... à un niveau inférieur à celui du début des années 2000, l'Allemagne fait envie. Mais ce chiffre cache une plus grande précarité des salariés, à la suite des réformes du travail engagées au début des années 2000. Au cours de la crise, des emplois ont été maintenus grâce au chômage partiel - il concernait 1,5 million de personnes en 2009. Les travailleurs peu qualifiés, eux, se sont vu proposer des "mini-jobs" payés 400 euros par mois ou des "midi-jobs", entre 400 et 800 euros mensuels, tous exonérés de cotisations sociales. Les chômeurs peuvent également cumuler leur indemnité chômage à un contrat aidé de quelques heures par semaine, payés entre un et deux euros de l'heure. "Cela a créé des emplois bon marché dans le secteur des services", ajoute Jacques Freyssinet, "mais cela s'accompagne d'un accroissement de la pauvreté et des inégalités salariales"

Car la baisse du taux de chômage ne peut s'expliquer uniquement par la population vieillissante de l'Allemagne. La population active n'a pas en effet diminué et, dans le même temps, le taux d'activité des seniors et des femmes a augmenté, explique une note de conjoncture de l'Insee sur le sujet. De même, l'Allemagne peut de moins en moins compter sur sa croissance pour améliorer la situation de l'emploi, puisqu'elle subit le contre-coup de la crise de la dette de ses partenaires commerciaux européens. Les instituts économiques allemands s'attendent à un taux de croissance de 0,8% en 2013, mais le gouvernement est plus pessimiste et table sur 0,4%.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2014 à 11:34 :
Ne pensez-vous pas que nos problèmes proviennent simplement de nous français ?? 35 heures, des avantages sociaux, une culture de la pause et de la grève, un refus de revenir sur des décisions passées... Ne devons-nous pas nous remettre en question et changer ?!!
a écrit le 26/03/2014 à 16:52 :
Des erreurs concernant les chiffres du chômage en Suisse, c'est faux, les chiffres du chômage en Suisse sont faux et il faut arrêter de nous bassiner avec ça, pas de plein emploi ici ! Un tas de personnes sortent des chiffres du chômage ici quand ils sont en fin de droit, de plus les frontaliers eux, une fois licenciés vont s'inscrivent au pole emploi de leur pays d'origine ( Allemagne, Suisse, Italie ) pas en Suisse ! cherchez l'erreur...Py c'est bizarre car je connais beaucoup de chômeurs dans mon entourage en Suisse , et pas que des jeunes... étrange non??? La suisse veut défendre son système libéral et ne veut pas s'assimiler à la France, mais les politiques ici mentent et truquent les chiffres comme partout en Europe .
a écrit le 20/05/2013 à 12:38 :
De toutes façons en Suisse les chômeurs ne gagnent pas plus que certains actifs comme dans un pays voisin... Par ailleurs le CDI n'existe pratiquement pas puisqu'un salarié peut-être remercié d'un jour à l'autre. Il y a encore la semaine de 40 heures.Quant à la France elle ne compte pas évidemment tous les emplois fictifs dans les Collectivités ou le monde associatif. Sans oublier les fameux intermittents du spectacle avec des journalistes, des électriciens, des tapissiers etc.
a écrit le 29/04/2013 à 13:48 :
Parce que selon vous , 3 à 5 % de chômage , c'est le plein emploi?...Qu'en pensent ceux qui font partie de ces 5 % ?
Réponse de le 29/04/2013 à 14:27 :
Il y a toujours un peu de chômage même quand c'est le "plein emploi" car des gens peuvent être au chômage pendant quelques semaines/mois entre deux emplois. L'important est que le taux reste bas et que les gens retrouvent rapidement du travail et ne restent pas sans emploi pendant très longtemps, voir pour "toujours".
Réponse de le 01/06/2013 à 11:43 :
l'automation,la modernisation,la robotisation, bref ,le progrès appel de plus en plus de chômage. A la vitesse
ou avance la modernité de nos jours, l'heure n'est pas loin ou nous allant atteindre une saturation du chômage.
Pour moi : plus de modernité égale plus de chômage.La démonstration est faite dans la paysannerie ,il y a
un siècle a peine, nous avions 90 /100 de paysans ,aujourd'hui il en reste moins de 3/100 et ça diminue encore.... Et s'est comme ça dans presque tous les autres domaines. là ou passe le progrès le chômage arrive.C'est simple, le vrai responsable c'est le progrès,si le progrès est source de richesse ,alors que celui-ci devrai profiter a tous le monde
a écrit le 29/04/2013 à 12:49 :
"N'étant présente ni dans la zone euro ni dans l'Union européenne, elle n'est pas soumise aux contraintes des réductions d'endettement"

Ca n'a rien à voir avec la présence dans la zone euro ou l'UE. Les Norvégiens n'ont simplement pas de dette greâce aux revenus pétroliers.
a écrit le 29/04/2013 à 12:43 :
La seule chose que je dirais au sujet de la France est que tant que l'on gagnera plus à rien faire plûtot qu'à venir bosser on améliorera pas notre taux de chomage. La france est devenue un pays de fainéants et d'assistés. A contrario les bosseurs et ceux qui veulent avancer et faire évoluer les choses on les plombe ! Que l'on ne s'étonne pas si la France est en régression.
Réponse de le 29/04/2013 à 15:01 :
Personne ne gagne plus à ne rien faire. C'est une idée que répandent les crédules ou les culpabilisateurs ou les incultes. Je te souhaite d'être au chômage de longue durée pour comprendre que ce que tu dis est une ineptie.
Réponse de le 29/04/2013 à 16:18 :
Cher THORE,

Je suis entièrement d'accord avec XXXX car pour l'avoir vécu, je peux vous dire que ce qu'il (ou elle d'ailleurs) dit n'est pas faux. J'ai été au chomage pendant huits mois et figurez-vous que depuis que je me suis remis à travailler j'ai plus de mal à boucler les fins de mois. Oui, il est vrai que j'ai bénéficié du système, je ne le nie pas car je ne pouvais faire autrement. Et je l'ai d'ailleurs très mal vécu, le fait de ne pas trouver du boulot. Je suis même allé à des entretiens et ai proposé de gagner un peu moins, tellement j'étais désespéré. Et pourtant tous le monde me disait que j'avais le bon profil, l'expérience. A n'y rien comprendre. J'ai finalement décidé de monter ma structure. Même pas 6 mois d'activité et un chiffre d'affaire de 4 500.00 ? et on me réclame déjà 3980.00 ? de charges !!!!! C'est ça encourager les gens à bosser et créer leur entreprise???!!! J'ai pourtant été suivi par un conseiller et un coptable pour choisir le statut, etc ... Ne croyez surtout pas les gens qui vous disent que la première année il n'y a rien à payer.

Alors avant d'accuser les gens de raconter des conneries, renseignez vous.
Réponse de le 29/04/2013 à 17:21 :
on en trouve toujours mais il faut montrer un peu de flexibilité. Jacques
Réponse de le 29/04/2013 à 17:34 :
C'est vrai! Mais dans un pays comme la France où les gens ne veulent pas revenir sur un acquis et ce même quand l'avenir de tout un système en en jeu, bon courage pour la flexibilité.
Réponse de le 30/04/2013 à 12:53 :
Cher Thore, ton voeux a été exaucé plus d'une fois puisque j'ai été au chomage de nombreuse fois figures toi et je sais de quoi je parle. Pour ton info, je travaille dans les Ressources Humaines depuis plus de 10 ans et j'ai actuellement dans mon quotidien 213 salariés et une centaine d'intérimaires à gérer. Donc coté Humain je sais de quoi je parle, je les pratique tous les jours !!! et je peux t'assurer que la France est bel et bien un pays d'assistés et de fainéants. Bien entendu je ne mets pas tout le monde dans le même sac, des bosseurs il y en a des tas mais ce seront toujours eux qui seront les plus lésés. C'est ca la vie il y a d'un coté les baiseurs et de l'autre les baisés. Ce que je veux simplement dire, c'est que la France a toujours tout donné, les francais veulent tout sur tout. Les Francais estiment que la France leur doit quelquechose pour ne pas dire leur doit TOUT mais je suis désolée c est pas ca la vie. La vie c'est du donnant donnant, on prend mais on donne aussi et de ma fenêtre le Francais prend mais ne veut surtout pas se fouler en retour. J'en ai la preuve au quotidien dans mon travail et dans mes recrutements, aujourd'hui tout doit être un dû pour tout le monde.
Vous savez quelle sont les premières question que l'on me pose lors d'un entretien ??? quels sont les avantages, la mutuelle est elle bonne. Je peux comprendre certaines questions mais pas toutes, aujourd'hui le Francais a oublié une loi essentiel du droit du travail
"Le salarié sera rémunéré et gratifié en contrepartie d"un travail effectué".
Tu sais Thore, on peut ne pas etre d'accord sur le sujet mais est il vraiment nécessaire d'être agressif ??? je ne pense pas non, c'est stérile
Réponse de le 10/06/2013 à 6:47 :
rectification .le rsa c est 425 euros par mois. il fo arreter de faire de la politique avec des chiffres incorrect...merci.
d autre part . il n a jamais était mit en place complètement (le r s a) qui consistait a faire travailler quelques heures par semaines ses bénéficiaires comme l indique l intitulé revenue de solidaritée ACTIVE. merci les politicos.
ce qui permetai de garder le contact avec l emploi et la société.
De plus avant de remplacer ce systhème (d assistanat...) comme certains le pense , il faudrai mettre en place autre chose....je crois que certains patrons profittent du chomage et et du r s a autant que ses propres bénéficiaires , il n y a pas deux poids et deux mesures , tout le monde profitent de cette situation. vive les cdd et la main d oeuvre pas cher que l on dispose a volonté. Le statut d ouvrier est dévalorisé depuis longtemps .
Alors quand je lis ci dessous (pourquoi aller travailler alors qu uon peut toucher le r s a !!!°c simple mon pote kowalsky , c pour manger et se loger et vivre dignement !!!parceque 425 euros c pas 1200 euros (pour 35 h semaines et congé payé inclu) c assez simple a comprendre monsieur kowalsky !!! le rsa c 425 euros dans la drome en tout cas monsieur jo. et surtout mes amis , n oubliez pas que vous avez votez pour des menteurs....vous donnez du travail et des gens pas sérieux , ne critiquez pas la politique que vous avez instauré.....je propose une période d essai pour nous élus.....!!!! fini le mensonge et la démagogie. a bon entendeur.merci.
Réponse de le 09/08/2013 à 16:33 :
Cher xxxxx,
Je partage votre analyse mais ce n'est pas la faute des chômeurs, mais plutôt celle du gouvernement, qui est dénoncée depuis des années, du fait qu'un chômeur gagne plus au chômage qu'en étant actif avec les frais que cela engrange ou est la logique dans tout ça. Si le chômage paie plus que l?activité, mécaniquement il y a des chômeurs.
De même que plus on taxe les investissements, les investissements diminuent et les investisseurs fuient, c'est mécanique. La faute a la mauvaise gestion politique qui a mené a trop d'assistanat, arrêtons d?être con et rétablissons les choses [modérément] pour que l?économie du pays reparte elle en a les moyens, nous sommes malgré tout cela encore la 5eme économie mondiale.
a écrit le 29/04/2013 à 11:04 :
Le journaliste dit: "Mais derrière ces chiffres se cachent de fortes différences sociales." Et si c'était tout simplement ça le problème de la France? Si c'était l'égalitarisme à tout crin qui générait le chômage?
En effet, pourquoi aller travailler quand on peut toucher le RSA?
Réponse de le 29/04/2013 à 12:48 :
Les revenus sociaux sont + élevés en Norvège. Ca empêche pas les gens de travailler.
Réponse de le 29/04/2013 à 12:54 :
Premièrement, on peut travailler ET toucher le RSA.
Deuxièmement, le RSA s'élève à 483 euros par mois, ce qui ne fait pas spécialement rêver ...
Réponse de le 29/04/2013 à 15:20 :
MESSAGE POUR KOWALSKY
Ta phrase : pourquoi aller travailler quand on peut toucher le RSA?
Ma réponse : POUR ENFIN VIVRE ET NON SURVIVRE !!!
Explication : Percevoir le RSA ou l'ASS (pour ceux qui ont travaillé au moins 5 ans sur 10 ans) cela veut dire que le quotidien se complique sérieusement et devient une source de stress quasi quotidien. Cela veut dire que les distractions payantes et les vacances nous sont interdites. Sans compter, que chercher un travail cela demande du temps, du travail et de l'argent !! Que vu le nombre de gens qui se présentent au même poste, on se prend refus sur refus (malgré tous nos efforts !!). Se prendre refus sur refus, ça devient de plus en plus insupportable avec le temps. Cela fait grandir en nous une colère (car on le vit comme une injustice) ou un détachement (quand on a passé le cap de la colère. Ce détachement permet de se préserver psychologiquement. Le problème, c'est qu'à notre insu, il nous fait, ralentir le rythme de recherche d'emploi). En plus, il y a les gens comme toi qui ne savent pas se mettre à la place d'autrui mais qui savent bien le culpabiliser.

Si j'avais du travail, je ne stresserais pas fréquemment (15 jours sur 30) parce que je me demande comment (avec si peu d'argent) payer le loyer, la nourriture, les ordures ménagères (on la paie en totalité), l'électricité, la taxe d'habitation (on a un abattement mais on la paie !), la taxe TV (j'ai jeté la mienne pour ne plus la payer), les frais de déplacement, le téléphone, etc.

En outre, par manque d'argent, je me nourris essentiellement de pâtes et de soupe à moins d'1?. J'en ai assez de manger mal. Alors, oui j'espère bien retravailler au plus vite parce que manger mal cela a un impact sur la forme, la santé et le moral.

Tout ce que j'ai raconté là (et je n'ai pas tout raconté !), ceux qui perçoivent le RSA ou l'ASS le vivent. Mais beaucoup se taisent par honte, par isolement (moins on a d'argent et d'activité, plus cela nous isole socialement) et parce qu'ils sont fatigués d'entendre tous ces discours culpabilisateurs.
a écrit le 29/04/2013 à 10:52 :
"Difficile de décrocher un CDI si l'on n'est pas suisse, la préférence nationale est effective."
Force est de constater que le journaliste n'a aucun idée de son sujet car en vertu du droit Suisse un CDI n'apporte que très peu de protection juridique en comparaison avec un CDD. Un CDI peut-être rompu à tout moment avec un préavis allant de 1 à 3 mois (en fonction de l'ancienneté) par le travailleur ou l'employeur sans besoin d'aucun motif particulier. Le CDI lui ne peut pas être rompu, sauf motif justificatif (absence du travailleur non justifiée, vol dans la caisse, ...) avant son terme sans compensation pécuniaire de la part de celui qui y met fin.
a écrit le 29/04/2013 à 10:49 :
Etonnant, en Allemagne, les prévision de croissance du gouvernement sont inférieures à celles des analystes... (juste pour s'assurer une bonne surprise sans doute). En France, on table sur des chiffres farfelu pour prévoir un budget déficitaire avec des chiffres surgonflés... On voit le résultat sur la dette...
a écrit le 29/04/2013 à 10:37 :
Heu, vous devriez citer et vérifier vos sources avant d'écrire n'importe quoi. Alors quoi? maintenant n'iùporte qui raconte toutes els sornettes qu'il imagine et on le publie comme etant une vérité ?
a écrit le 29/04/2013 à 9:29 :
QUOI ??!! 1 actif sur 3 au chômage en France ??!! Merci aux "journalistes" de bien vouloir vérifier leurs infos et leurs sources avant d'écrire n'importe quoi. Le taux de chômage s'exprime sur le nombre d'actifs (et non pas sur le nombre de français), donc un taux de 10% (à peu près notre taux de chômage de France) signifie qu'1 actif sur 10 est au chômage. A la louche, il y a 30 000 000 d'actifs en France et l'on tourne autour de 3 000 000 de chômeurs = donc 1 sur 10.

Réponse de le 29/04/2013 à 9:54 :
C'est vrai qu'ils disent n'importe quoi...
En revanche, le nombre de chômeurs en France, si on l'élargit à tous ceux qui ne travaillent que quelques heures par mois alors qu'ils veulent bosser à temps plein, est plus près des 5 millions que des 3...
Réponse de le 29/04/2013 à 10:13 :
Désolé ! Pas un sur 10, mais un sur 6 !!! En effet en plus du nombre des chômeurs, et reconnus comme tels, que vous citez il faut aussi tenir compte des autres actifs sans emploi mais "hors" chômage (RSA,...) on se trouve alors avec un chiffre d'environ 5 millions d'actifs théoriquement en recherche d'un emploi... :(
Réponse de le 29/04/2013 à 10:53 :
Attention, ici on parle bien d'actifs! Les personnes à la recherche d'un emploi, qui sont inscrits au pôle emploi, qu'ils touchent des indemnités de chômage ou le RSA ou même rien, sont considérés comme actifs donc sont comptabilisés dans les 3 000 000 de chômeurs. Les personnes qui ne sont pas à la recherche d'un emploi sont considérés comme inactifs et ne sont donc pas pris en compte dans ce calcul. On reste donc bien sur un ratio d'1 actif sur 10 au chômage. (et non pas 1 actif sur 3 comme il est affirmé dans l'article.
Jojo a cependant raison de souligner que certains chercheurs d'emploi sortent de ce calcul alors qu'ils ne travaillent que quelques heures par mois, notamment avec des petits emplois précaires.
Réponse de le 17/02/2015 à 20:00 :
Désolé pour le déterrage mais je ne peux pas laisser trainer des sottises pareils, y'en a qui pourrait y croire !
30 millions d'actifs, aujourd'hui 3,5 millions de chômeurs catégorie A uniquement (il y a 5 catégories) et quasi 6 millions toutes cat, ajoutez à cela les 2,5 millions de bénéficiaires du RSA et AAH, plus le quasi million de (principalement) jeunes qui n'ont droit à rien donc inscrit nul part, on est donc très très proche du 1 inactif sur 3 actifs.
Est-ce qu'on ajoute à cela les quasi 7 millions de fonctionnaires ? Certes actifs mais qui ne rapportent rien (j'ai pas dit inutile non plus !) et sont payés par les (30-9-7=)14 millions de travailleurs du privé
14 millions de gens qui travaillent et cotisent pour les (65-14=) 51 millions restant ! Et oui, il faut bien élevé ses gosses et payer les retraites de ceux qui en ont bavé toute leur vie...
a écrit le 29/04/2013 à 8:05 :
Et si les journalistes arrêtaient de débiter des âneries ! je sais je suis une grandes optimiste.Je suis d'accord avec Jacques (suisse devenu français) l'article sur les suisses est faux. Je suis frontalière. Toutes les femmes de la famille travaillent à Genève donc je sais de quoi je parle.
a écrit le 29/04/2013 à 7:43 :
Coquille à l'antépénultième paragraphe : "l'agence norvégienne pour l'emploi" en Autriche ?
a écrit le 29/04/2013 à 0:59 :
chili 5.9 venez tous
a écrit le 28/04/2013 à 23:41 :
Pitié, parlez français!
on dit "elle n'est pas près de..." et " elle n'est pas prête à..."
Réponse de le 29/04/2013 à 7:08 :
@un prof on s'en fou royalement. Je suis linguiste moi meme, ici c'est un forum, les personnes qui s'expriment ici ne sont pas en classe et ne repondent pas aux questions d'un devoir ou un test. Ici c'est le registre familier. Par ailleur depuis longtemps il ya une theorie linguistique - qui se'est basee entre autre sur des recherches anthropologiques- qui stipule que l'essentil dans l'echange linguistique entre personnes et/ou autre(s) n'est pas la confirmite du "texte" lui meme en termes de grammaire etc.., mais le plus important est d'instaurer une communication. C'est bel et bien le cas ici. On communique, on se comprend, et on s'en fout qu'il y ai un prof jaloux pour sa petite langue/gagne pain. Alors svp guardez vos instruction pour la classe.
Réponse de le 29/04/2013 à 8:51 :
L'article n'est pas un forum, et les fautes, non on ne s'en fout pas.
Après, dans les commentaires, là on échange, on communique et effectivement les fautes on s'en fout.
Mais visiblement vous aimez avant tout donner des leçons; eh bien permettez-moi de vous en donner une; et tout linguiste que vous êtes vous devriez soit apprendre à écrire, soit apprendre à vous relire.
Réponse de le 29/04/2013 à 10:03 :
vous êtes hors sujet ! tous les trois !
Réponse de le 29/04/2013 à 15:27 :
Euh désolé, mais communiquer ne suffit pas, il faut se faire comprendre, et pour cela respecter les règles de la langue, sinon on se retrouve avec un délictueux conflit à la place d'un délicieux confit, et moi qui ai une capacité d'interprétation limitée, j'en perds mon latin.
Bon concernant la Suisse, j'y vis et j'essaye de décrocher un CDI CDD ou n'importe quoi depuis un an.
J'ai décroché 2 entretiens d'embauche sur une centaine de candidatures pour des postes correspondant à ce que je faisais depuis 10 ans en France.
Alors je pense être en mesure de confirmer le bidonnage des chiffres du chômage et surtout la pratique de la préférence nationale à outrance. Mais j'ai bon espoir, maintenant que les Suisses ont fermé les portes de l?immigration en raison du ralentissement économique, je serai le premier sur place lors du prochain frémissement économique!
a écrit le 28/04/2013 à 22:23 :
Ce qu'aucun journaliste dit c'est que l'Allemagne et l'Autriche sont les pays du plein emploi pour les hommes et les femmes sans enfant! Avec des enfants de moins de 3 ans en Allemagne ou en Autriche c'est maman à la maison car il n'existe que très très peu de mode de garde!!! (région de Stuttgart: 20 places pour 200 demandes en crêche et encore si votre enfant à plus de 1 an... avant vous oubliez!)
Réponse de le 29/04/2013 à 11:26 :
Arch, mais c'est terrible, les femmes allemandes s'occuppent de leurs enfants jusqu'a ce qu'ils aient deux ou trois ans au lieu de les confier a des "etrangeres". C'est un scandale. Et ca suffit a expliquer un taux de chomage deux fois plus bas qu'en France... Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu, aussi ?
Réponse de le 29/04/2013 à 20:40 :
C'est bizarre, j'ai beau me relire, je ne vois pas où j'ai écrit que ma remarque était la seule et unique explication du faible taux de chômage.. !
Je dis juste que dans tous les articles, on nous fait reluquer l?Allemagne et l'Autriche comme le paradis et qu'à mon sens c'est loin d'être si rose! Au niveau de l'égalité homme femme c'est le moyen âge! Au XXIème siècle, après 6ans d'études après le bac, je ne vois pas ce qu'il y a de mal à vouloir travailler! (J'ai un gamin de 6 ans qui a été gardé par une nounou pendant que je travaillais à plein temps dès ses 3 mois; il n'en est pas plus malheureux pour autant et il sait parfaitement qui est sa mère!) Le minimum est à mon sens d'avoir le choix de travailler ou pas quand on a des enfants et en Allemagne ce n'est pas le cas! Le seul choix qu'on a c'est travailler OU avoir des enfants!
Réponse de le 01/03/2016 à 15:11 :
Excellent comme sa nos cher amis de l'ei pourront voyager en lowcost pour venir à paris. Super bonne nouvelle
a écrit le 28/04/2013 à 19:38 :
Quelle désinformation... l'Allemagne a certes un faible taux de chômage au niveau national, mais les régions de l'Est sont proches des 10%! La Saxe-Anhalt en a même 12,3%... (http://statistik.arbeitsagentur.de/Navigation/Statistik/Statistik-nach-Regionen/Politische-Gebietsstruktur/Sachsen-Anhalt-ab-07-2007-Nav.html?year_month=201303 regarder "Arbeitslosenquote insgesamt")
Mais ça bien sûr, il faut le taire: ça fait tellement du bien de cracher sur la France... cela dit, vous avez souligné le fait que e nombreux postes sont des métiers précaires, et c'est la triste réalité de l'emploi allemand. 400? par mois pour un travail en mi-temps, c'est la réalité de pas mal de gens, dont la mienne à un certain moment. C'est ça que vous voulez? C'est ça que la France veut?
Réponse de le 28/04/2013 à 22:25 :
Et ce que vous oubliez de dire c est que ces pays la on connu les graces du communisme... on voit ou ca les a mene!!! C est ca que vous voulez?
Réponse de le 28/04/2013 à 22:32 :
Je lis dans l'encadré "Sur le même sujet": " 12% ! Le taux de chômage toujours au plus haut en Europe". Finalement, les statistiques que vous donnez ne sont pas si éloignées des moyennes européennes... Est-ce étonnant? Non, bien sûr que non. N'importe qui sait très bien qu'on fait dire ce qu'on veut aux chiffres.
Par ailleurs, est-ce que le chômage touche de la même façon toutes les régions en France, du Finistère à la Côte d'Azur, du Pas-de-Calais aux Pyrénées, de Paris à Mayotte ou Pointe-à-Pitre? Non, bien sûr que non. Alors pourquoi en irait-il différemment en Allemagne?
a écrit le 28/04/2013 à 18:59 :
La Suisse: Corvéable à merci, car on vous met à la porte dès qu'il y a un peu moins de place...
L'Autriche: salaires de misère, pas de SMIC....
La Norvège: Salaires bas et 6 mois de nuits par an!
Réponse de le 28/04/2013 à 19:32 :
La Norvège, salaires bas? Franchement! Vous vous êtes un peu renseigné sur ce pays avant de poster? Le niveau de vie est parmi les plus élevés au monde.
Réponse de le 28/04/2013 à 20:09 :
@ Poutine : L'Autriche salaire bas ... Euh non cher faut pas croire les journalistes au pied de la lettre... j'y travaille depuis 7 ans et je peux te dire que je gagne largement mieux ma vie ici qu'en France ! Les salaires versés sont NET d'impôts donc plus rien à penser à part les dépenses courantes & ils sont versés sur 14 mois ! Selon les compétences et les entreprises ont y est bien loti !
Réponse de le 20/05/2013 à 14:58 :
Vous avez raison j'ai travaillé plusieurs années en Allemagne et les salaires sont bien plus élevés qu'en France , le niveau de vie également
a écrit le 28/04/2013 à 18:36 :
C'est vrai qu'on n'aime pas les suisses : leur hypocrisie, leur amour de l'argent, leur rigidité, leur intolérance... C'est vrai que tout ça ce sont des clichés, comme eux en ont de nous, (pas meilleurs d'ailleurs), et qu'on ne les connais pas vraiment, mais les idées subjectives qu'on se fait viennent souvent de signaux ou d'expériences objectives. Pourquoi aime t-on les belges qu'on ne connait pas mieux que les suisses ?
Réponse de le 29/04/2013 à 13:19 :
Les suisses travaillent plus d'heures, je suis infirmière (Française non frontalière) et à heures égales il n'y aurait que 500 euros de différence avec un salaire Français............à savoir que les loyers sont beaucoup plus chers (à part grande ville comme Paris), peu d'aide sociale, donc je me dis qu'il faudrait peut-être commencer par travailler plus..................en France...........................
a écrit le 28/04/2013 à 17:41 :
ce pays,totallement inconnu de la France qui ne voit qu'un mauvais petit canard qui attire les fortunes du monde entier, est, en fait, un pays qui travaille dur et plus longtemps que les autres voisins et qui en plus accueille 22% de sa population qui est venue de l'étranger et qui ne repartiraient pour rien au monde dans leurs pays d'origine. En Suisse, on travaille 38 à 40 heures par semaine avec 5 semaines maxi de vacances par an. Le pays ne vit pas de ses banques mais de son industrie très développée dans tout le pays. de Genève jusqu'à la frontière autrichienne, on ve voit que des usines grandes, moyennes et petites dont les produits haut de gamme se vendent très bien à l'export. Ce pays de 8 millions d'habitants a un PIB d'un pays bien plus important et exporte plus qu'il n'importe.
Je conseille aux français qui n'arrêtent pas de critiquer ce pays d'y aller et d'étudier un peu ses structures politiques et économiques qui font rêver les pays qui l'entourent.
350000 frontaliers français passent la frontière chaque jour pour aller y gagner des salaires
qui sont le double de ceux de la France. De même pour les allemands et les italiens. Eux ne critiquent pas la Suisse car c'est leur gagne-pain journalier!!!
La Suisse est en plus un très bon client de la France et l'attitude du gouvernement français est vraiment injuste car la Suisse a beaucoup de possibilités de rétorsions en cas de mesure prises contre elle tels que renvois et boycotts.
Il faut donc réfléchir avant de parler trop vite en termes négatifs contre la Suisse dont le système politique est probablement le plus démocratique car le peuple peut agir rapidement contre des mesures prises par son gouvernement si elles ne plaisaient pas!!
Ceci est le droit de référendum populaire qui est utilisé plusieurs fois chaque année.
En conclusion, allez voir ce pays avant de le critiquer sans rien savoir de son fonctionnement.
Jacques - un suisse devenu français!!!
Réponse de le 29/04/2013 à 7:39 :
Tu poses les éléments de la réponse. 8 millions d'habitants... ça ne se gère pas de la même façon que 65. Idem pour la superficie, ne serait ce qu'en terme de gestion des informations, des financements, des investissements, pour les infrastructures par exemple. Cherches une entreprise de 50000 salariés en Suisse ou en Autriche aussi d'ailleurs. ou même en Norvège Suède etc... la problématique n'est pas du tout la même. C'est beaucoup plus compliqués pour des gros pays comme la France , L'Allemagne. Ne serait ce qu'au niveau des choix politiques. Si la France se mettait à contrôler ses flux migratoires de la même façon que ces petits pays on nous taxerait tous de fascistes.
Réponse de le 29/04/2013 à 8:26 :
tu oublies que la Suisse a le record du monde d'immigrés qui ont tous trouvés du travail en venant en Suisse (23% de la population.)
En plus c'est un pays qui travaille au lieu de polémiquer contre les autres car le français se sent toujours supérieur même avec 2000 milliards d'euros de dettes!!! Alors sois réaliste car il est temps que la France se réorganise TOTALLEMENT. Jacques
Réponse de le 29/04/2013 à 8:54 :
travailer en suis ça ne vos ne vos plus le coup,j'habite en haute savoie (ANNECY) et aller travail en suisse non merci .
la suisse a le taux de chomage qui est entrains monter en flèche ce que on ne le dit pas,en plus il y a une discrimination anti français il est de plus en plus difficiles de trouver du boulot car pendant les entretiens d'embauche il te pose des questions pièges du stil combien qu'il y a de langues parler en suisse tu va dit 2 le français et l'alland bien non il doit en avoir 5 .
et moi habitant a ANNECY j'ai beaucoup d'amis Suisse et il le dise aussi il y a de plus en plus de pauvre en suisse et ça aussi on ne le dit pas et que le tôt de chomage augmente.
cette les salaire sont élevée un exemple très sinefèquatif un employer dans la grande distribution en France ce fait 1200 ? pour 35 H en Suisse le m^me ce faite 2800 /3000 ? pour 40 H ou un chef de chantier ce fait 5000 / 5800 ?
mais ce que l'on dit pas aussi sais qu'il faut payer sa propre sécurité sociale plus les frais de route gasoil autoroute ,changer de voiture environ tout les 2 ans car elle 's'use plus vite,faire le trajet sans conté le temps perdu dans les bouchons surtout a la frontière; et bien sûr que tu peut te faire virée du jour au lendemain sans aucune explications.
j'ai des collègues dont le conjoint des amis et de la famille qui travail en Suisse et pense revenir travail en France, l'eldorado Suisse c'était bien il ya une dizaine d'année en arrière maintenant non
on veut nous faire croire que dans tout le pays citées dans l'enquête sont des pays formidable pour le boulot mais il faut voir la face cacher et la on ce rencontre que sais pas vraiment top
Réponse de le 29/04/2013 à 10:06 :
il ne faut pas confondre, frontalier et immigré....personne ne t'empêche de t'installer en Suisse. La seule contrainte logique est de parler/écrire au moins une des langues correctement...Cela s'appelle de l'immigration choisie..(tient tient ça me rappelle le concept d'un certain président...)
bref pour ceux qui en ont l'ouverture d'esprit et les capacités linguistes franchement tentez votre chance, pour les autres continuez votre quotidien mais par pitié arrêtez de baver sur vos voisins...
Réponse de le 29/04/2013 à 12:12 :
Des entreprises suisses de plus de 50'000 employés il y a : entre autres Nestlé 265'000 / Novartis 130'000 / Roche 80'000
Réponse de le 01/05/2013 à 2:23 :
NESTLE n'est pas une entreprise, c'est un groupe, au mieux une Holding. pour les autres , tu as quasiment fait le tour. Quand bien même, cela reste très limité, ne t'en offusque pas. Ce que je voulais démontré, et je suis d'accord avec le fait qu'ils soient travailleurs, que ce soit un très beau pays bien organisé, bien structuré et qui plus est, très démocratique (fréquents référendum), c'est que les contraintes ne sont absolument pas les mêmes.
Réponse de le 01/05/2013 à 10:44 :
avec ton orthographie, tu dois avoir de la peine à trouver du travail, même en France !!!
a écrit le 28/04/2013 à 17:33 :
Un actif sur 3 en france est sans emploi ?! Vous êtes surs de vous ? 10% de chômage ça fait pas un actif sur 3 chez moi !
Réponse de le 28/04/2013 à 19:34 :
Mais si, c'est possible. 10% de la population, ça peut faire 1/3 des actifs. Entre les enfants, les retraités, les étudiants, ce n'est pas particulièrement étonnant.
Réponse de le 29/04/2013 à 9:17 :
Non non non Vicrol a bien raison. 10% de chomage c'est bien 10% du nombre d'actifs !! Il y a à la louche 3 000 000 de chômeurs en france sur 30 000 000 d'actifs... On est bien à 10%. Donc 1 actifs sur 10. L'Espagne est actuellement à 1 actif au chômage sur 4 avec un peu plus de 25% de taux de chômage. Merci à la journaliste Jessica Dubois (si on peut appeler ça journaliste) de vérifier ses sources avant d'écrire n'importe quoi.
Réponse de le 29/04/2013 à 11:34 :
La journaliste a "faux" mais pas sur le chomage des jeunes, effectivement proche des 35%. En outre le vrai nombre de chomeurs est bien plus eleve en France que ce que les chiffres officiels disents. Il y aurait au bas mot 5,5 million de personnes en recherche d'emploi, et si on ajoute le temps partiel non choisi, on est effectivement pas tres loin du tiers des actifs touches par le sous emploi. Surtout si on exclut du calcul les 6 milions de fonctionnaires et assimiles, non concernes par ces problemes.
a écrit le 26/04/2013 à 11:20 :
C'est amusant de regarder quels sont les pays qui se portent le mieux en Europe :
1/ En haut du podium, ceux qui ne sont pas dans l'Union Européenne (donc a fortiori pas dans l'euro). Et ils sont loin devant...
2/ Ensuite, ceux qui sont dans l'UE mais pas encore dans la zone euro.
3/ Finalement ceux qui ont le combo infernal et subissent les deux.

En France, les UMP blâment les vilains syndicalistes, les FN blâment les vilains immigrés, les PS/FdG blâment les vilains patrons. Jusqu'à preuve du contraire, ce ne sont pas eux qui empêchent aux états européens toute régulation sur les flux matériels et financiers avec les pays tiers (nous rendant impuissant face aux délocalisations et à la désindustrialisation du pays) : c'est l'article 63 du TFUE (traité sur le fonctionnement de l'union européenne). Ce ne sont pas non plus eux qui font que notre monnaie est dangereusement surévaluée et plombe notre économie.
Je croise les doigts pour qu'un jour le bon peuple de France s'élève au delà de la propagande pro européenne dans laquelle le pays baigne et finisse par s'attaquer aux vrais responsables.
En attendant, il y a l'UPR. =)
Réponse de le 27/04/2013 à 8:19 :
Quand la France entière aura pris un peu de son temps pour s'instruire devant l'u-p-r.fr alors nous serons sauvé.
Réponse de le 28/04/2013 à 18:13 :
La Suisse et la Norvège, hors UE et donc hors zone euro. Mais l'Allemagne et l'Autriche font partie de la zone euro. De quels pays membres de l'UE mais hors zone euro parlez-vous ?!
Réponse de le 29/04/2013 à 3:56 :
J'avais en tête la Suède et le Danemark, qui sont des pays qui se portent le mieux en Europe. Mais pour une remarque d'ordre plus général et appuyée par les chiffres, il s'agit de statistiques officielles d'Eurostat du 8 Janvier 2013 : "Nombre de chômeurs : + 2 015 000 dans la zone euro en un an ? 3000 dans l?UE hors zone euro " pour l'année 2012.
Les chiffres parlent d'eux même : même si la baisse du chômage est minime pour la zone hors euro, il s'agit davantage d'un signe que ces pays résistent mieux au déluge. La zone euro quant à elle, + 2 000 000 de chomeurs, je n'ai même pas besoin de commenter.
Mais ça, les médias officiels se sont encore abstenus d'en parler...
( http://www.u-p-r.fr/actualite/france-europe/nombre-de-chomeurs-2-015-000-dans-la-zone-euro-en-un-an-3000-dans-lue-hors-zone-euro )
Cordialement.
Réponse de le 29/04/2013 à 7:43 :
votre raisonnement est plus que simpliste et dénué de tout fondement ! le FN ne chasse pas les étrangers mais veut seulement la préférence nationale pour l'emploi et le logement ce qui est le cas dans un grand nombre de pays notamment au Maroc qui je ne pense pas qui soient pour autant des SS non ?
Réponse de le 29/04/2013 à 11:15 :
À Phalanx alias monsieur-le-représentant-de-d'UPR (inconnu au bataillon) : le Danemark fait partie À LA FOIS de l'Union Européenne (la Suède aussi) et de la zone euro (contrairement à la Suède). En plus si le Royaume-Uni fait partie de l'UE, il n'a pas adopté l'euro et ça ne lui réussit manifestement pas plus que cela.
Par ailleurs, l'Autriche, comme le Danemark, paye en euro et fait partie de l'UE. Donc tenir l'euro ou l'UE pour seuls responsables du chômage de masse ou je ne sais quoi, c'est tout simplement un énorme mensonge, orienté politiquement. Vous ne nous ferez pas avaler de telles couleuvres, désolé.
Pour ce qui est du FN tenant de la "préférence nationale", c'est un peu court pour un parti de poseurs de bombes fondé par des nazis et des membres de l'OAS et son fameux "quarteron de généraux en retraite". Non, il n'a pas pour vocation la seule "préférence nationale". Les activités criminelles de ses colleurs d'affiches sont légendaires. Il cherche juste à se faire passer pour respectable mais son fond raciste et réac reste le même, d'où ses provocations et dérapages habituels sans oublier l'ambiance style panier de crabes à sa tête.
a écrit le 26/04/2013 à 10:51 :
Suisse, Norvege des pays qui n'ont pas la monnaie d'escrocs:l'euro..
Réponse de le 29/04/2013 à 12:55 :
Voilà. Et qui ont une TVA à 25%, une taxe à 100% sur les bagnoles neuves, et je ne parle pas de l'immobilier. Parallèlement à ça, pas assez de crèches, Infra routière/train ridicule...

Mais à part ça, l'UE et l'Euro c'est le mal.
a écrit le 26/04/2013 à 6:36 :
Soyons pragmatiques.
Comment cela fonctionne t il à tous les étages chez eux ? Et chez nous ?
Et appliquons la recette.
Je suis même certain qu'il n'est pas nécessaire d'avoir fait l'ENA pour pouvoir faire l'exercice...
a écrit le 25/04/2013 à 22:03 :
Non seulement la suisse a un taux de chômage très bas, mais en plus un travailleur peut recevoir 100 % de son salaire si il est licencié grâce aux assurance chômage privées
Réponse de le 25/04/2013 à 22:48 :
oui, mais il n'y a aucune contrainte aux licenciements en autriche, d'où une grande flexibilité du travail, un turn over volontaire trés important... donc le plein emploi qui permet de faire du social mesuré et responsabilisant, pas notre sécurité du dernier carré d travailleurs, ce qui augmente le chomage, donc sécurité pour quelques uns au détriment des licenciements supplémentaires... toute l'absence totale de logique de nos politiques et syndicats politiciens et démagos qui détruisent les entreprises
a écrit le 25/04/2013 à 21:28 :
les politiques et administratifs crient de concert contre l'autérité quand il est possible de gérer simplement en réduisant la dépense inutile pour financer la relance, parce qu'ils sont les premiers intéressés à ne toucher à rien !! soyez solidaires qu'ils nous disent, solidaires de quoi ? de leur train de vie, effectifs d'une armée, et qui nous saignent au lieu de faire des économies !!!! attention au piège, ne soyez pas solidaires de leur gaspillage !!! c'est nous qui payons les pôts cassés !!! piège à consn on n'a pas la garantie de l'emplois et ils nous tuent nos emplois !!!
a écrit le 25/04/2013 à 17:00 :
tel que bien dit ci dessous, la seule cause de la crise en france est la dépense publique pharaonique, inefficace, avec des résultats en baisse. une source de financement énorme pour aider les pme, baisser les impôts et charges, relancer l'emploi, solution évidente maisil faut du courage politque... on n'est pas dansle spays du nord, on a une monarchie figée, à coté de la plaque et en dehors du temps, c'est bien ça le problème majeur ...le reste est une recherche d'alibis pour ne rien faire...
Réponse de le 25/04/2013 à 21:23 :
totalement d'accord, ça m"agace d'entendre tous les dsicours théoriques qui se voilent la face, cherchent le sbons alibis pour fuir la solution évidente, on a une capacité de financement de la relance énorme par la baisse des dépenses inutiles, le grand gâchis, et on cherche à s'endetter encore plus alors qu'on en peut peut plus rembourser les intérêts de la dette publique, c'est le délire total au niveau politique à droite comme à gauche, il faut les mettre au chomage d'office tous ces incapables qui nous ruinent !!
a écrit le 25/04/2013 à 16:09 :
Faut-il sortir de l Euro de Jacques Sapir, éditions du Seuil
De la Grèce à l Italie, en passant par l Irlande, le Portugal et l Espagne, la zone Euro est en feu. La Monnaie Unique censée nous protéger se révèle un piège dangereux. Tout cela avait été prévu car les défauts structurels de la Zone Euro étaient notoires et bien connus des économistes.
L Histoire dira la responsabilité de nos gouvernements qui, par idéologie, par conformisme et parfois aussi par lâcheté, ont laissé la situation se dégrader jusqu'à l irréparable. Elle dira aussi l immense culpabilité de ceux qui ont cherché à imposer une Europe Fédérale en contrebande, par le biais de la Monnaie Unique, à des peuples qui n en voulaient pas.
Aujourd hui, c'est aussi une certaine conception de l Europe qui agonise. La crise actuelle solde à la fois les erreurs d'une financiarisation à outrance et la faute politique que furent le Traité de Lisbonne et le Déni de Démocratie qui suivit le referendum sur le projet de Traité Constitutionnel en 2005.
Faut-il dans ces conditions, sortir de l Euro ? Ce livre tente de répondre à cette question. Il se propose d examiner la crise actuelle, de mettre en évidence tant ses origines que la conjonction de politiques particulières qui l ont rendu inévitable. Il entend montrer au lecteur comment nous en sommes arrivés là, à partir des espoirs - pour certains réels et pour d autres imaginaires - qui avaient été mis dans l Euro à l origine. Il se propose enfin de montrer les solutions possibles qui s offrent à nous, et d évaluer objectivement si nous avons un intérêt à rester dans l euro.
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/10-raisons-sortie-de-l-union-europeenne
Réponse de le 25/04/2013 à 16:56 :
arrétez de prendre exemple sur les cancres, ceux qui n'ont jamais rien géré, qui ont triché, qui ont une administration incapable, qui dépensent plus qu'ils n'ont de revenus....on a ce qu'on mérite.. prenez exemple sur les courageux, ceux qui ont réduit drastiquement la dépense publique en mettant à plat leur organisation, en professionnalisant les services... le québec, la finlande, la suéde ... ils peuvent financer la relance grâce aux économies intelligentes réalisées et ils s'en sortent trés bien....comme l'aurait fait n'importe quel ménage ou pme gestionnaire... le recherche de boucs émissaires pour fuir ses responsabilités ne sert à rien si ce n'est aggraver la situation et repousser les échéances...et la france a la solution parce qu'elle a la "chance" d'avoir le plus haut niveau de dépenses improductives, donc la plus grosse capacité d'autofinancement par la réduction de dépenses inutiles ou inefficaces...
Réponse de le 25/04/2013 à 17:05 :
les économistes sont des fumistes, des philosophes qui brassent des concepts, mais où ne nepeut rien vérifier, où on peut dire tout et son contraire parce qu'il n'y a aucune construction. il faut de sgestonnaires, des gens qui soient capables comme dans toute entreprise (sinon elle disparait) de faire des diagnostics majeurs, de prioriser, de simuler les conséquences, et surtout d'agir...or ce qu'aucun ne voit, c'est l'éléphant dans la couloir, la colossale dépense publique, les effectifs innobrables et désorganisaés, le mille feuille.... q=autant de sources de gaisn qui peuvent facilement autofinancer la relance ... de grpace, laissons les économistes tergiverser sur Arte, il faut de vrais gestionnaires et agir rapidement sur ce qui est majeur, le gain sur la mauvaise dépense somptuaire est la solution à tous nos maux
a écrit le 25/04/2013 à 15:26 :
leur recette particulière : la saine gestion publique et le pragmatisme : pas de clause de licenciement en autriche, peu de chomage et un turn over naturel élevé, pays du nord ? réforme en profondeur du secteur public et politique : pragmatisme, mesure de performance, efficacité, optimisation des organisations, suppression des fonctionnaires en suéde... des politiques gestionnaires, pour un service public et politique rationnalisé, efficaces, peu dépensier... et donc des économies trés importantes mobilisables sur le secteur industriel qui créé la richesse...tout l'inverse de la france : la haine des entreprises et de la réussite, le mille feuille politique, aucune mesure d'ampleur, gestion de la continuité, gaspillages records, dépense publique et effectifs les plus élevés et les plus inefficaces d'europe, aucun management, aucune mesure d'efficacité, roue libre totale, ... et donc des impôts et taxes pour financer ce gouffre insatiable qui asphyxient les ménages et les entreprises, d'où chômage record... mesures prises ? on sécurise l'emploi des derniers qui en ont encore un !!! bravo, n'ont pas tout compris nos politiques et administratifs !!!! ils ne font que détruire la france par l'antigestion et la fuite en avant, la lâcheté...et impossible d'en sortir, ils ont tous les rouages...
Réponse de le 25/04/2013 à 16:51 :
mille fois raison avec ce commentaire qui résume tout : solution évidente et désinformation permanente pour enfumer les citoyens et les faire se chaparder sur de faux problèmes. Une saine gestion publique et politique, c'est environ 300 milliards d'économies par an tout en apportant plus de service set donc sans "austérité" dans sans réduire les prestations. Et c'est parce que le gvt ne veut pas s'attaquer aux réformes et à la dépense improductive qu'il fait de l'austérité, baisse les retraites, augmente les impôts....ce qui tue l'emploi et aggrave la dette ...d'où l'enfumage, regardez ailleurs..la soif du pouvoir n'a pas de limites, peu importe si on tue le peuple ...
a écrit le 25/04/2013 à 15:11 :
la réalité c'est qu'il y a des pays ou l'on fait moins de blabla, on travaille dans la durée et on se met autour de la table pour traiter les problèmes au lieu d'user d'invectives à tout bout de champ. En France c'est l'inverse.
Réponse de le 25/04/2013 à 15:32 :
bien d'accord, trés fort pour le blabla en france, mais rien d'efficace n'est fait et la dépense publique est le cancer de la france, un record de dépense improductive qui serait bien plus utile pour financer la relance en autofinancement (avec baisse des impôts et charges), mais les politiques préfèrent les surendettement du surendettement qui plombe l'emploi et mème à la faillite !!! des nuls en gestion qui passent leur temps à ne rien faire et dire que c'est la faute aux autres !!!
a écrit le 25/04/2013 à 14:03 :
Réduire la santé du marché du travail de la Suisse à la place financière et des CDD pour les étrangers, c'est un peu court! La finance ne produit que 100'000 emplois sur les quelque 4 mio d'emplois dans le pays, et même avec les effets induits, elle ne comble pas la différence. Si les étrangers ne trouvaient que des jobs de courte durée voire précaires, l'immigration (1% de la population/an) ne serait pas aussi élevée!
En revanche, l'économie est en croissance (pharmas, machines, services non-bancaires, etc.) et le marché du travail bien plus flexible qu'en France. Et les salaires, en moyenne, bien plus élevés.
a écrit le 25/04/2013 à 12:49 :
Cette Europe est malade parce qu?on en fait une zone archaïque en terme technique. C?est la seule zone sans ressources naturelles. C?est plutôt inquiétant alors qu?elle est en récession, elle ne se remet pas en cause, c?est qu?on veut la peau de la population ! C?est une Europe malade qui empêche les jeunes générations d?accéder à la vie active. C?est une Europe malade qui fait des bulles immobilières qui explosent la société, on connait l?exemple suédois des années 90.
a écrit le 25/04/2013 à 12:40 :
Il existe des pays qui préfèrent le chômage au travail, comme la France ou l?Espagne. La situation est claire : chômage, récession et déficit? si les uns n?ont pas d?avenir faute d?activité, les autres ont la sécurité d?emploi, mais c?est payé sur le déficit justement. Tant que l?Etat peut payer. On voit l?Espagne à 12% de déficit, la France à 5%. Ne devrait-on pas déterminer les causes de cette calamité alors que certains pays ont des taux très bas, par exemple l?Allemagne comme grand pays. En France on compte entre 25 et 50% de diplômés sans travail? La situation empire puisque nous avons le déficit, il vaudrait mieux prévoir ! On nous annonce un déficit cette année de 130 milliards? ce qui fait une bonne centaine pour l?Etat, quelles dépenses seront réduites ? Nous avons une vraie crise à venir? pour 120 milliards de salaires et pensons au niveau de l?Etat. Alors qui paye ? Et ne devrait-on pas dans cette Europe pointer du doigt les mauvaises politiques, voire les évasions et les comptes, en particulier la sous croissance chronique ! Et pourtant nous avons des qualifications? ensevelir la société dans la misère, est-ce là le but ? Nous avons là un mauvais système?
a écrit le 25/04/2013 à 11:44 :
Cela prouve surtout que les parents devraient un peu plus réfléchir avant de faire apprendre l'espagnol plutôt que l'Allemand à leurs enfants : les germanophones trouvent bien plus facilement un travail dans un groupe allemand ou en Allemagne, Autriche, Suisse voire Luxembourg et République Tchèque
a écrit le 25/04/2013 à 11:36 :
l'analyse sur la Norvège est partielle et incomplète : "n'étant pas dans la zone euro, elle 'nest pas soumise à des contraintes d'endettement" ????? sauf que la Norvège présente des budgets en équilibre, elle ne s'endette pas, c'est tout l'inverse, c'est peut-être cela la cause principale du plein emploi ????
Réponse de le 25/04/2013 à 12:19 :
très partial en effet ... la couronne est une monnaie matière première, c'est largement moins un avantage que l'euro c'est même handicapant... de plus pas un mot sur la crise de 98 et la façon admirable de la résoudre ... ni même sur l'excellence de la formation et de "l?économie nature"
Réponse de le 25/04/2013 à 12:48 :
Parfaitement d'accord avec vous. Cet argument de ne pas être dans la zone euro et faux. La Norvège dégage des excédents, et elle touche très peu à sa rente pétrolière. La raison de sa bonne santé est ailleurs.
a écrit le 25/04/2013 à 11:35 :
votre article est bien fait mais il faut dire que les norvégiens on la rente du gaz et du pétrole ce qui permet de donner des subsides sociaux et l'Allemagne a un chômage quand meme elevé mais pas de smic et des bas salaires de misères depuis Halzt4 , un job a 1 euro par jour , ce qui est sidérant c'est qu'on se focalise sur le chômage qui n'est qu'un révélateur , en fait la masse du chômage est faite uniquement de pression sur les chômeurs pour qu'ils acceptent n'importe quel job et a un cout dérisoire pour le chef d'entreprise , c'est une méthode qui eu une efficasitée dans certains pays a d'autres périodes de l'histoire , mais on peut dire aussi que la crise a renforcé le système en question vu l'effondrement des ventes , donc on va avoir dans quelques années beaucoup de nouveaux salariés avec des salaires de misères qui paieront aucun impôt vu leurs revenus et donc aussi les charges seront payés par qui ?? .. le contribuable .. ben oui .. c'est cela les bas salaires , pas que des avantages ..
Réponse de le 25/04/2013 à 12:53 :
Les salaires norvégiens sont deux à trois fois plus élevés que les salaires français en plus.
a écrit le 25/04/2013 à 11:33 :
c est normal vous mettez 10 personnes dans une barque qui a de la place pour 4 et bien vous couler
déjà que la france c est le binnze total la preuve 100 million d euro verser a tort aux militaires cause problème
a écrit le 25/04/2013 à 11:21 :
La Suisse limite son flux d'immigration ? Vous êtes déjà allée à Genève ?
Réponse de le 25/04/2013 à 12:26 :
En suisse il y a 30 fonctionnaires pour 1000 habitant alors qu'en france il y a 90 fonctionnaires/1000 habitants et
les budgets sont en équilibres - Au lycée en france on fait de la philo pendant que les suisses ont des cours d'économie- et le robinets de l'immigration peut se fermer facilement pour éviter de tirer les salaires vers le bas.
En suisse on fait 42 heures en france 35- Et il y a une qualité dans le travail qui est tip top..qu'on ne retrouve pas forcément en france.
Réponse de le 25/04/2013 à 12:52 :
Faites un tour sur les pages de l'ocde et cherchez la rubrique "nombre d'heures travaillées". Les français travaillent 35heures selon la loi. La réalité est tout autre. Et vous constaterez que les pays qui travaillent le moins sont aussi ceux qui se portent le mieux. La flexibilité et les charges sont sans doute un argument plus réel. Et regardez donc le nombre de fonctionnaires et d'entreprises possédées par l'Etat en Norvège. Il y a même des situations de monopole étatique. Quand aux salaires, ils y sont bien plus élevés que les nôtres.
a écrit le 25/04/2013 à 11:12 :
Pourquoi l'exemple suisse fonctionne : http://agefi.com/fileadmin/user_upload/documents/Hollande_en_Suisse/Agefi_Supplement_France_19.11.2012_PDF_light.pdf
Réponse de le 25/04/2013 à 12:02 :
Excellent !
Réponse de le 25/04/2013 à 16:12 :
Très intéressant.
Réponse de le 12/06/2013 à 13:45 :
RIEN A FOUTRE!!
a écrit le 25/04/2013 à 10:23 :
Un simple exemple pour illustrer la difficulté à embaucher : en auôut 2010, j'ai embauché une salariée, qui est en maladie peretuelle depuis ! impossible de mettre fin à sn contrat ! Même le médecin du travail m'a confirmé que JAMAIS elle ne pourrait reprendre son poste ... Mais comme elle est hospitalisée, on ne peut la convoquer chez le médecin du travail pour prendre une décision sur son inaptitude ... résultat : elle reste dans nos effectifs, et je ne peux donc pas la remplacer !! ça peut durer encore 10 ans comme ça ???
Réponse de le 25/04/2013 à 11:16 :
@Lyon69: C'est situation effectivement difficile, je crains que cela ne dure des années effectivement. Par extension, je pourrais vous citer les innombrables cas d'arrêts maladie chroniques, qui s'étendent sur des années (!!) en raison du stress causé par de méchants supérieurs/responsables/clients (même eux, rendez-vous compte) qui demandent simplement à ce qu'un travail soit fait, et, si possible, bien. Dans ce dernier cas le stress se transforme très vite en dépression profonde... Sans nier le stress causé par l'activié professionelle et les cas REELS de maladie, voici une phrase de W. Churchill: "If it's too hot in the kitchen, don't stay in the kitchen"
a écrit le 25/04/2013 à 10:20 :
"Les instituts économiques allemands s'attendent à un taux de croissance de 0,8% en 2013, mais le gouvernement est plus pessimiste et table sur 0,4%." ... c'est marrant : en France, on a plutôt le déni de réalité, et le gouvernement essaie toujours de nous faire croire que les taux de croissance seront toujours 2 à 4 fois supérieurs à toutes les prévisions des analystes de tout bord !!!
Réponse de le 25/04/2013 à 14:15 :
La France à besoin d?optimisme pour favoriser la confiance...L'allemagne de pessimisme pour éviter la mise en place du salaire minimum.
a écrit le 25/04/2013 à 10:01 :
A lire les divers commentaires ci-dessous la colère gronde dans une France plus que jamais inégalitaire entre le secteur non-marchand (la fonction publique) privilégiés et secteur non-marchand (privé) qui subit la crise de plein fouet dont l'envie de descendre dans la rue est de plus en plus forte...
Réponse de le 25/04/2013 à 10:10 :
Dans le principe vous voulez vous révolter contre quoi ? qui ? C'est tout le problème, il faut attendre la fin du RM APL ALLOC ... pour commencer à imaginer un soucis, pour le moment "du pain pour le peuple" fonctionne très bien, le privé n'est pas solidaire, il y a d'énormes différences de revenus. Les fonctionnaires sont les nantis mais ils ne le savent même pas ! Alors sincèrement la révolte ce n'est pas pour demain, il faut des leaders pour ça !
Réponse de le 25/04/2013 à 10:33 :
Ah...donc le coeur du problème pour vous, c'est la fonction publique " privilégiée", pas le fait que les conditions se dégradent de plus en plus pour tout le monde. Diviser pour mieux régner, c'est vieux comme le monde, mais ça marche toujours aussi bien.
Réponse de le 25/04/2013 à 11:00 :
+ UN
Réponse de le 25/04/2013 à 11:11 :
... sauf que les fonctionnaires ne veulent surtout rien changer pour conserver leurs privilèges ... sauf pour en rajouter (cf. les jours de carence !) Pourtant, les syndicats surtout représentatifs de la fonction publique à décidé paritairement de mettre en place des jours de carence pour "éviter les abus et impliquer le salarié en arrêt dans les conséquences financières de son arrêt de travail" ! .. mais ce qui s'applique au privé ne doit pas concerner la base électorazle de ces mêmes syndicats, alors un seul jour de carence, c'est encore trop pour eux !!! ... alors, à quand un appel de Piaf a un contrat unique pour tous ... y compris pour les fonctionnaires !!
Réponse de le 25/04/2013 à 11:57 :
je vous soutiens entièrement dans votre raisonnement et me montrerais plus virulent en disant que cette "caste de nababs de république bananière" ce que dit un lecteur du forum cette caste ne fait aucun effort au redressement de notre pays. La fonction publique comme les entreprises publiques envoient notre pays à la ruine et à la perte de notre protection sociale à cause de ses dépenses dispendieuse et inconsidérés. Le deuxième poste de dépense de l'état sont les salaires des fonctionnaires et territoriaux donc un moyen de faire des économies dans ce poste...
Réponse de le 29/04/2013 à 8:42 :
Personnellement je suis fonctionnaire territorial et je TRAVAILLE, oui j'ai bien dit je travaille dans une municipalité de puis plus de 20ans. J'étais menuisier dans le privé je gagnais 6200Frs et je suis rentré menuisier dans le public et y gagner 4200frs. Alors + de 20ans de travail et - de 1500? par mois, je ne me sens pas nanti, ni nabab. Le seul avantage que j'ai c'est de ne pas avoir peur de perdre mon emploi, oui j'ai bien dit mon EMPLOI du jour au lendemain.

a écrit le 25/04/2013 à 9:52 :
Il vaut mieux un mini-job qu'être au chômage. Le mini-job évite de payer les gens à rien faire et leur permet de valoriser leur CV (valorisation relative, mais valorisation quand même). Il permet au pays aussi de gagner en compétitivité. La France ferait bien de s'inspirer de ses voisins :), personnellement je n'y crois pas, les français sont trop frileux et préfèrent s'enfoncer dans leur marasme et leur autisme sur un modèle sociale coûteux et obsolète..
Réponse de le 25/04/2013 à 10:30 :
@ eolivier D'accord sur le principe mais un boulot payé 1 ou 2 euros de l'heure en allemagne est-il humain?celà tend vers un esclavagisme moderne.Il est facile pour l'Allemagne d'avoir peu de chômeurs.Une population vieillissante, un rapport classe d'actifs favorable,c'est sûr que vu de ce coté là ils sont meilleurs que nous.Les suisses et autrichiens idem pour d'autres raisons.une préférence nationale qui n'est pas tabou et qui fonctionne bien parce que les règles sont fixées à l'avance.Tu es étranger et veut travailler chez nous?soit, mais pas de cdi et des titres de séjours difficilement donnés . Surtout, c'est une règle qui s'impose à tous et qui est connue de tous .
En France, les bobos socialos écolos gauchos à combustion lente s'offusqueraient de ce mode de travail non-politiquement correct.Résultat, une société d'assistanat qui se réfugie dans son rôle désuet de pays des droits de l'homme, bafouée par l'ensemble de la planète mais l'Honneur est sauf....
Réponse de le 25/04/2013 à 10:33 :
Surtout pour les entreprises...
Réponse de le 25/04/2013 à 10:37 :
@ eolivier: le pays qui mériterait les plus d'éloges en toute relativité c'est effectivement l'Allemagne qui s'est plongé dans une crise économique sans précédent grâce à sa réunification. La France connaît actuellement une phase de fermeture d'usines record (à un rythme de plusieurs centaines de fermetures de sites / an) mais l'Allemagne a fermé pratiquement la totalité des industries est-allemande. C'est là ou se trouve un viviers de "travailleurs peu qualifiés" (les services aussi, mais ils ont mieux préservés (hôpitaux / écoles / créches, garage/blanchisseries etc) L'Allemagne a fait des progrès incroyable en termes de résinsertion des travailleurs peu qualifiés" (il faut savoir que socialement cette population germanique ressemblait étrangement à une -trop- grande part de la population française avec ses attitudes déconcertantes) Et en termes de qualité d'éducation les progrès on été fondamental pour au moins relevé fortement le niveau de base pour lire, compter et écrire;( le "duales Ausbildungssytem" est un facteur de succès pour insérer les jeunes, mais pas les jeunes trop peu qualifiés) Il ne s'agit pas que de créer des élites dans un pays et de créer des barrières d'entrées de plus en plus sophistiquées à l'image de la France; donnons du boulot au peu qualifié et à tous les jeunes et vieux! L'Allemagne a brillamment réussi. Ce sont les facteurs du consensus social qui sont important,(come l'article le dit mais exclusivement pour l'Autriche ! ?) en sachant que le niveau du consensus dépend du niveau d'éducation: Français rééduquez et réinserez vos jeunes et vos vieux et remettez vos neurones en marche, il y a urgence!
Réponse de le 25/04/2013 à 11:05 :
et puis travailler ok, mais pour un salaire qui ne permet absolument pas de vivre, payé une rond! elle de saucisson, vous faites quoi? il sert à quoi votre travail si vous ne vous en sortez pas car exploité et pouvant tout juste payer le loyer...et le reste? !! on prend3, 4 jobs alors? faut trouver aussi, et puis bonjour le stress ! dire travailler et ne pas être au chomage etc, c'est bien, mais faut pas dire n'importe quoi non plus !
Réponse de le 25/04/2013 à 11:37 :
C'est sûr, mieux vaut vivre chichement mais avec l'aide sociale, les APL, CMU, etc. qui tombent sans avoir besoin de lever le petit doigt !
Réponse de le 25/04/2013 à 12:09 :
cette réponse là, c'est vous qui la faites et non moi !je ne parle pas de vivre aux crochets de la société", je vous parle d'avoir un job payé correctement, vous connaissez? il faut dire qu'à présent, ça se fait aussi rare que neige dans le midi! alors faut accepter la poignée de dattes en guise de salaire, payer modeste" loyer, et pour bouffer, on ira aux restos du coeur, comme beaucoup! vous m'avez donné une bonne idée, tiens! à faignant, faignant et demi ! bonne journée !
Réponse de le 29/04/2013 à 8:20 :
Le job est payé un ou deux euros, mais est en plus des allocations chômage ça peut être une solution pour ne pas perdre l'envie de travailler
a écrit le 25/04/2013 à 9:41 :
Le taux des demandeurs d'emploi est calculé différemment selon les pays. Il faut en tenir compte dans les comparaisons : le chiffre après la virgule est-il significatif ?
Ce taux n'est qu'un indicateur du problème essentiel : le déséquilibre offre/demande sur le marché du travail.
Le problème, c'est le marché du travail avant celui de l'emploi salarié.
a écrit le 25/04/2013 à 9:31 :
..."la France où pluis d'un actif sur trois est sans emploi"...

vous êtes certain que la France a un taux de chômage supérieur à 33%?... c'est pas brillant, c'est certain, mais on en est pas encore là quand même... même si demain peut-être...
Réponse de le 25/04/2013 à 11:47 :
Une 40aine de comm et un seul qui voit l'erreur dans le sous-titre!!!! Vous êtes tous en train de gueuler mais aucun ne sais lire.
a écrit le 25/04/2013 à 9:23 :
Panne de croissance en France, devrait correspondre à abscence de revalorisation de toutes les prestations sociales, retraites et autres dépenses sociales. C'est le mini que l'on puisse attendred'une classe politique dépassée par les évènements, et surtout clienteliste. et pour le reste, engageons la restructuration de notre représentation politique, et de nos structures administratives. Pour l'emploi, c'est bête à dire mais cela fait 50 ans que l'on sait l'inefficacité de nos gouvernements (on ne leur reproche pas, mais on leur reproche de faire comme s'ils avaient trouvé la martingale.;). A trop finasser, on en arrive à se demander quel a été l'apport de 50 ans de démocratie, 50 ans de représentation nationale: des textes de Lois à n'en plus finir, mais une société liquéfiée, et une Europe exangue. Bilan pas glorieux et surtout trop couteux!
a écrit le 25/04/2013 à 9:15 :
On endette le pays on taxe les entreprises pour alimenter la CAF dont le rôle est d'alimenter l'assistanat et de subventionner une natalité digne du tiers monde, après on brait !
a écrit le 25/04/2013 à 9:15 :
MDR La Suisse = Pas dans l'Europe - Norvege = Pas dans l'Euro Couple Allemagne-Autriche = Les BOSS de l'Europe ! l'Europe sert donc à quoi ? = RIEN ! Exp : Espagne prête à DONNER le pays à Bruxelles avec 30% de chômage, ça va changer quoi ? Même l'Angleterre en grosse galère est à 7.8 %, s'ils étaient dans l'Euro ils seraient à 15% avec des restructuration à la Grecs tout les 3 jours ! On a la preuve que la richesse/le travail ne dépendent pas de l'Europe/EURO; c'est au pays de créer SA richesse et de la redistribuer équitablement..
Réponse de le 25/04/2013 à 11:10 :
...créer sa richesse et de la redistribuer "équitablement"...ce qui ne se fait plus! c'est pourqoi certains se misérabilisent, et d'autres pètent dans la soie...on veut bien le concevoir, mais là, trop c'est trop !!
a écrit le 25/04/2013 à 9:01 :
Je discutais pas plus tard qu'il y a huit jours avec un jeune italien employé à temps partiel chez nous, en France.
Malgré ses difficultés, ses parents et amis italiens lui disent : " Surtout ne reviens pas en Italie, il n'y a pas de travail, au moins en France tu as les aides sociales".
Pour info.
Réponse de le 25/04/2013 à 11:11 :
ben, oui! nous avons de quoi", c'est normal, comme la politique du Flamby chantilly !
a écrit le 25/04/2013 à 8:54 :
Il y a quelques erreurs macroéconomiques au sujet de la Suisse, l'accroissement du pnb est dû aux secteurs non marchands depuis 1992 à 2012 selon le KOF (centre d'étude économique de Bâle), l'augmentation du la population active dans les secteurs non marchands a été de 192000 employés (infirmiers médecins administratifs) autrement dit l'augmentation du pnb est fictive car elle vient d'un transfert des impôts vers ces emplois, au lieu d'avoir deux hôpitaux les Suisses en ont fait trois, évidemment cela ne sert à rien, car l'augmentation de la croissance provient d'un transfert d'impôt et pas du commerce. Ensuite cela a une implication sur la population étrangère, car au lieu d'avoir 269000 frontaliers, la moitié suffirait, les impôts seraient moins élevés et il y aurait moins d'étrangers avec leur implication sur le climat, les transports publics et le logement. Autrement dit au lieu d'avoir deux infirmières françaises à Genève payées à prix d'or, une seule suffirait, cela ferait baisser les impôts et d'autre part aurait une implication favorable sur l'environnement.
a écrit le 25/04/2013 à 8:50 :
Pourquoi 5 millions de chômeurs en France ? Les planqués ont choisi le chômage pour se protéger eux et leurs petits avantages : rentiers immobiliers, fonctionnaires, cadres en CDI des grosses boites, des associations et des établissements publics, élus divers... bref tous ceux qui sont épargnés par la globalisation !
Réponse de le 25/04/2013 à 9:24 :
Vous exagérez... mais je vous donne mon avis : Je ne vois en quoi quelqu?un qui a une bonne qualité de vie un boulot avantageux à voir avec le nombre de chômeurs. moi je ne vois qu'une chose et c'est que les gens font comme ils peuvent et se débrouillent (les entreprises PME aussi) Et que les RALEURS devraient simplement se débrouiller aussi dans ce "merdier" . car les politiques s'en moquent comme de leur premier amours....Nous sommes rentrés dans un monde "fascisant-totalitaire" et la seule lutte sera individuelle : Faire avec ..et comme on peut......
Réponse de le 25/04/2013 à 10:36 :
La politique du bouc émissaire...on ressort les classiques c'est bien.
a écrit le 25/04/2013 à 8:28 :
En Suisse la proportion de la population immigrée atteint près de 30 % dans les grands centres et d'autre part plus de 200000 travailleurs frontaliers viennent chaque jour de France, Allemagne et Italie. Il faut donc relativiser les propos de M. Freyssinet! Par aileurs le véritable moteur de l'économie suisse n'est de loin pas le secteur bancaire mais la grande diversité du tissu industriel et la forte densité des PME. Ajoutez à cela :un secteur de la fonction publique performant bien que relativement peu important, une législation qui n'étouffe pas les entrepreneurs, etc.
Réponse de le 25/04/2013 à 8:46 :
+1
Réponse de le 25/04/2013 à 9:02 :
Chut il na faut pas casser le mythe sur la suisse enfin.

Si vous commencer a informer les gens avec des vérités mais c'est la fin du monde?
Réponse de le 25/04/2013 à 9:19 :
à Genève, 40% de la population est d'origine étrangère.
Réponse de le 25/04/2013 à 9:49 :
Explication : le rôle de la place financière suisse.

La culture de l'ignorance crasse a encore fait des siennes....

La Suisse a un secteur industriel très important et diversifié, spécialisé dans les produits à très haute valeur ajoutée.. Elle ne connait que très peu de grèves et dispose d'un droit du travail réduit à sa portion congrue. Voici les principaux facteurs qui font que la Suisse a un taux de chômage très bas.

C'est incroyable comme les Français méconnaissent totalement la Suisse...Je suis allé à New York récemment et les Américains que j'ai rencontrés (qui étaient certes éduqués) connaissaient mieux la Suisse que beaucoup de Français....
Réponse de le 29/04/2013 à 2:19 :
Si la Suisse a un tel pourcentage d'étrangers, c'est que la naturalisation est difficile, donc même des gens nés en Suisse peuvent rester des étrangers.
Réponse de le 29/04/2013 à 8:06 :
parfait
a écrit le 25/04/2013 à 8:11 :
Extraordinaire les raisons donnée pour expliquer la réussite des autres pays! Il y a en réalité une seule que Monsieur l'expert Freyssinet n'a pas osé mettre en avant de peur de se faire lyncher: Il s'agit de pays du Nord de l'Europe de tendance protestante qui ont toujours mis en avant les notions de "travail" et d' "effort" plutôt que celles plus méditerranéennes de "far niente", "profitons des aides sociales", etc.

Maintenant que M. Freyssinet nous a expliqué pourquoi selon lui cela fonctionne chez les autres, il n'a plus qu'à nous expliquer comme faire pour sortir la France du trou. Allez l'expert, au boulot, à la Nordique!
Réponse de le 25/04/2013 à 8:42 :
Je suppose que vous parlez des salariés français de la fonction publique et territoriaux lorsque l'on prend connaissance des différentes études indépendantes sur les heures de travail, heures supplémentaires non justifiés, de l'absentéisme, des congés payés supplémentaires au-dessus de l'égal, consommation de gasoil des VL supérieure au KM réellement effectués etc de la fonction publique votre mot pour cette catégorie " fainéant " n'est pas assez forte. N'oubliez pas que les salariés du privé à la meilleure productivité au monde à part ceux qui vivent au crochet de l'état et des contribuables...
Réponse de le 25/04/2013 à 12:10 :
Le problème de la France est d'avoir des entreprises privées qui croulent sous les directives gouvernementales et dont les salariés se crèvent à la tâche pour des salaires de misère et des fonctionnaires plétoriques qui profitent à l'envie des avantages payés grâce aux directives gouvernementales éditées par eux pour tirer de l'argent du secteur privé. Hollande, le roi de la dialectique, pourra nous inventer un nouveau terme pour cela (après le "mariage pour tous", "le choc de compétitivité", etc.): "le cercle vertueux"
a écrit le 25/04/2013 à 8:04 :
"mini-jobs" payés 400 euros par mois ou des "midi-jobs", entre 400 et 800 euros mensuels", "mais cela s'accompagne d'un accroissement de la pauvreté et des inégalités salariales" L?Allemagne ne fait pas de miracle en faisant un léger copier-coler des méthodes des pays émergent exploitant la misère des travailleurs avec des conditions sociales inégalitaires indignent d'un pays avancé...
Réponse de le 25/04/2013 à 8:27 :
Le commentaire est tellement logique, la pauvreté en Allemagne à cause de mini-jobs. La prospérité en France grâce aux CDD, alloc.,chômage, commerce dans certains cités et j'en passe!
Réponse de le 25/04/2013 à 10:38 :
C'est vrai que le modèle allemand est tellement beau avec ses 20% de travailleurs pauvres. C'est une utopie sur terre. Sans parler de leur dumping social, parce que le modèle allemand fonctionne sur l'exportation, si tout le monde fait comme eux....ben c'est qui qui va acheter ? C'était un cours d'économie niveau CP.
Réponse de le 25/04/2013 à 11:03 :
l?économie allemande s'appuie sur son commerce extérieure avec un effet réducteur de la consommation interne.De ce fait, elle a pu se permettre de baser sa compétitivité sur une dérèglementation sociale.Aujourd'hui,cette situation met en péril son économie.Si l?Europe ne retrouve pas de croissance elle sera entraînée comme les autres vers la récession.
Retrouver ou maintenir une croissance en s'appuyant sur le marché des pays émergents demande du temps d'autant que les politiques économiques des autres pays devraient entrer en concurrence en suivant le même axe.
Il n'existe pas de politiques économiques vertueuses de par les effets de l?inertie de celles existantes adaptées hier, soit disant obsolète aujourd'hui et, peut être de nouveau vertueux, avec des adaptations, demain.
Réponse de le 25/04/2013 à 14:59 :
Ah, la méchante Allemagne, seulement, les salaires si misérables dans ce pays, ce n'est pas le gouvernement qui les dicte mais bel et bien les accords entre partenaires sociaux, les Allemands sont masochistes ou c.... Jusqu'à présent on n'a pas entendu qu'un Allemand serait mort de faim ou se serait suicider par chagrin/déprime, comme ça arrive en France. Par contre en France ce sont des citoyens ayant un emploi qui se suicident. Pourquoi, avec des salaires élevés il y a suicides? Trop riche, peut-être?
Réponse de le 29/04/2013 à 12:44 :
trop de stress

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :