Le Portugal doit sortir de l'euro : c'est le best-seller local de l'année qui le dit

 |   |  678  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
« Pourquoi nous devons sortir de l'euro », ouvrage d'un économiste portugais, est la meilleure vente de livre actuellement dans le pays. Un signe, dans ce pays jusqu'ici très europhile, que l'austérité commence à provoquer des interrogations.

Si on jette un ?il sur la liste des meilleures ventes de livres de n'importe quel pays européen, on trouve quasi-immanquablement la série des best-sellers britanniques porno-chics « 50 nuances... » Mais, au Portugal, un autre livre s'est invité dans ce classement. Son titre : « pourquoi nous devons sortir de l'euro » (Porqué Devemos Sair do Euro). 7.000 exemplaires de cet ouvrage écrit par un professeur d'économie de l'université technique de Lisbonne de 64 ans, Joao Ferreira do Amaral ont été vendus, ce qui est énorme pour le marché lusitanien. Une quatrième édition a été mise sous presse...

Gagner aisément de la compétitivité

Dans ce livre, l'économiste défend l'idée que l'entrée du Portugal dans l'euro n'a pas été le choix du peuple portugais (il n'y a pas eu de référendum au Portugal en 1992 sur le traité de Maastricht), mais celui de ses élites. Ce choix n'était pas adapté à la situation de l'économie portugaise et la tourmente financière dans laquelle s'est enfoncé le Portugal depuis 2010 en est, selon lui, la preuve éclatante. Suit une démonstration pour prouver qu'une sortie du Portugal de la zone euro est possible et souhaitable.

Selon Joao Ferreira do Amaral, la dévaluation du nouvel escudo qui suivra la sortie de l'euro permettra de relever rapidement la compétitivité du pays et de réaliser rapidement ce que les deux derniers gouvernements s'échinent à réussir depuis trois ans à coup de coupes budgétaires et de « réformes structurelles. » Il ne cache pas que sa proposition qui entraînerait une dévaluation de 15 % et une inflation de 20 % ne soit par ailleurs douloureuse, mais elle offrirait des possibilités de développement que la participation à la zone euro ne permet pas d'utiliser aujourd'hui.

« Persister dans une attitude suiviste face à l'Europe - attitude qui était déjà inadéquate lorsque l'Europe fonctionnait bien, mais qui devient incompréhensible quand l'Europe se transforme en un espace d'exercice du pouvoir allemand - serait non seulement inadapté, mais positivement une erreur et le Portugal mérite mieux », conclut l'auteur.

Une situation politique difficile

Le succès de ce livre est certes peu étonnant au regard de la situation du Portugal, un pays qui a demandé une aide financière de 78 milliards d'euros au FMI et à l'UE à l'automne 2010. Le PIB a reculé de près de 13 % depuis, le chômage frôle les 15 % de la population active et les perspectives de redressement de l'économie sont très faibles, malgré des chiffres de déficit public et d'exportations encourageants.

Au premier trimestre 2013, le PIB portugais a ainsi connu la plus forte baisse de l'ensemble de l'UE avec un recul de 1,8 % par rapport au trimestre précédent. Le Portugal a, du reste, été secoué par de nombreuses manifestations ce printemps quand près de 10 % de la population étaient descendus dans la rue. Pour autant, l'attachement à l'euro est resté un élément assez fort dans la société lusitanienne. Le dernier sondage sur la question, qui date néanmoins d'il y a un an, précisait que 72 % des Portugais ne souhaitaient pas quitter l'Union économique et monétaire.

Une classe politique encore très europhile

Il est vrai qu'à l'exception de l'extrême-gauche, la classe politique portugaise demeure très favorable à l'euro et a fait une très mauvaise réception de cet ouvrage. Les Sociaux-démocrates de centre-droit au pouvoir ont fait du retour du Portugal sur les marchés leur priorité et ils ont tenu à remplacer les mesures d'économies censurées en avril par la cour constitutionnelle à hauteur de 1,3 milliard d'euros. Selon les derniers sondages de ce mois de mai 2013, la poussée des partis eurosceptiques est assez faible : les Communistes sont donnés à 9,5 %, soit 1,5 point de plus qu'en 2011 et le Bloc de gauche, qui regroupe plusieurs formations d'extrême-gauche, est donné à 7 % contre 5 % en 2011. On est loin des raz-de-marée de Syriza en Grèce ou de Beppe Grillo en Italie. Néanmoins, le succès de ce livre montre combien le Portugal s'interroge sur sa place actuelle dans l'Europe.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2013 à 19:27 :
La piraterie anglo-saxonne continue à faire ses ravages contre la "périphérie" européenne. L'Espagne (isolée pour réserver l'Amérique latine jardin US). Le Portugal, ancien protectorat britannique, pareil, utile pour isoler le Brésil. Chypre, etc. La Grande-Bretagne n'en reste pas là, la Scandinavie aussi fait partie de sa "zone d'influence". Progressivement la puissance anglo-saxonne s'étend, jusqu'au centre de l'Europe, à travers les institutions et la législation, après un long siège financier de l'euro, pour selon Cameron "I want to reform the EU", "follow the British leadership in Europe" ou selon Hague, imposer une "red card" à la législation européenne. Le tout dans l'objectif final d'absorber l'Europe dans une union transatlantique déjà très avancée aux points de vue financier, commercial et industriel. Cameron "I want a transatlantic union". A bon entendeur... on ne pourra pas dire que l'on n'a pas été prévenus explicitement.
Réponse de le 26/07/2013 à 20:55 :
"Le Portugal, ancien protectorat britannique" je ne croi pas... Dire çá, est pas comprendre la histoire du Portugal, et je trouve triste votre aproche napoleonique. On a heritage à Portugal, e je suis desolé que vous pouvez pas comprendre que l'idee de empire ne fait pas sucess dans le pays matitime de l'Europe. Mais, je crois se la France continue dans cet Aventure emprerial, elle averá la suprise que le dominateur hourjourdoui est l'Alemagne, pas la france
a écrit le 01/06/2013 à 10:24 :
Le dire s est bien mais le faire s est mieux avec intelligence et concerté! il est bien d avoir des débats pour la sortie de l union de euro ou je pense que le navire prend l eau et sanctionner les responsables de cette dictature non voulu par les peuples ! il est temps que justice soit rendu pour les dégâts occasionner .
a écrit le 01/06/2013 à 8:45 :
Même pas peur
En un mutualisations des dettes des 17,on ne rembourse que l'emprunt à prendre ou a perdre,pour les banquiers,pas de bad bank,vu les montants en jeu ils vont pas pleurer longtemps.
En deux l'union bancaire prêts directs aux états via la BCE,en terminer avec les taux usuraire.En trois écrémé l?excédent en fin d'année,les riches aides les pauvres(qui ne pourront jamais devenir riche par définition).Grosso modo une façon de pratiquer plutôt us dans le style.Maintenant qui fait quoi en matières industrielles,agricole etc ...là cela s'appelle de la réal politik,à partir de maintenant nous n'avons plus besoin de la commission à Bruxelles mais d'un directoire européen élu au suffrage universel,et d'une chaine lcp europe,en France plus de sénat plus d'assemblée nationale mais deux musées remplacent avantageusement tous ce joli monde.Elle est pas belle la vie.
a écrit le 31/05/2013 à 13:04 :
La monnaie doit refléter le niveau économique d'un pays ,c'est sur cet écueil qu'a échoué l'intégration européenne avec la monnaie unique ,plus l?absence de politique commune mais cela c'est un autre chapitre.La solution maintenir l'euro pour les transactions internationales,remettre la monnaie nationale dans chaque pays ,problème en France on sait plus faire merdre probléme ?.Avant l'euro on faisait comment ?
a écrit le 31/05/2013 à 10:08 :
Les Portugais pourraient s'affranchir de l'Union Européenne, ils ont deux relais de croissance, l'Angola et le Brésil. Les Portugais pourraient apporter les ressources humaines qualifiées qui fait défaut dans ce pays. Le Brésil est miné par un système judiciaire et policier complétement corrompu, pour pouvoir s'en sortir ce pays devrait les remplacer par de jeunes Portugais diplômés plus respecteux vis à vis de la vie humaine.
a écrit le 31/05/2013 à 8:37 :
Au prochaines élections européennes je ne me dérangerai pas. Pour moi cette Europe n'est que misère retour en arrière et STO en Allemagne un génocide psychologique.
Réponse de le 31/05/2013 à 9:21 :
Marine c'est toi?
Réponse de le 31/05/2013 à 9:36 :
Super pertinent votre post. Parce qu'être eurosceptique c'est être FN ? Je ne crois pas, c'est juste du bon sens. Aller, en cadeau pour votre culture politique un lien vers un parti REPUBLICAIN qui explique le dessous des cartes sur cette UE que vous chérissez : www.u-p-r.fr
a écrit le 31/05/2013 à 7:49 :
on commence enfin par comprendre! ! Un pays qui n a pas un grand secteur d industrie a tout perdu en rejoignant la CEE. Elle est taillee pour le grand secteur industriel allemand. L illusion francaise va tomber d ici peu: son secteur industriel se reduit a grande vitesse (a part les entreprises transfontalieres). Quant aux fonctionnaires,bien sur qu ils preferent etre payes en euros. L Allemagne a reussi a creer un marche "interieur" de plus de 300 millions de consommateurs! ! (sans un coup de feu). Echec et mat! !
a écrit le 31/05/2013 à 4:34 :
L'implosion prévisible et inéluctable de la zone euro laissera un champ de ruines derrière elle avec des dizaines de millions de chômeurs et la misère pour tous ou presque. Mouvements sociaux et émeutes en perspectives. Bonjour tristesse.
a écrit le 30/05/2013 à 22:48 :
il faut dire que les Chinois ont cassé l?Europe ils ont commencé par le sud avec leurs textiles et chaussures pas cher, maintenant ils arrivent au nord du continent avec leurs technologies piratées aux entreprises occidentales avec 290 milliards d'importations pour 144 d'export l'Europe est au bord du précipice ....le remède qu'on a trouvé au manque des milliards de pertes dû à la fermeture de milliers d'entreprises et du chômage de millions de personnes fut de virer les fonctionnaires et baisser l'investissement et vendre le patrimoine.... aux chinois!!!!! ....
Réponse de le 31/05/2013 à 13:54 :
@ Ricky. Ce ne sont pas les Chinois qui ont "cassé l'Europe". Ils ont juste profité du boulevard que leur a ouvert l'U.E. en ne faisant rien fait pour protéger les industries européennes.
Réponse de le 01/06/2013 à 13:02 :
a riky , désolé mais c'est le laxisme européen et des traités farfelus qui ont crée cette situation vis a vis d'un pays encore plus libéral que les USA , nous avons ce que nous avons dogmatisé en culte , le libre echange sans droits de douane , on voit ce que cela donne , les delocalisations qui permettent de faire de sacrés bénéfices , voir apple et d'autres , que meme aux USA ils ont une législation très dure ' la loi 301 qui régule les importations si elles sont de facto du ( dumping social ou monétaire avéré ) , en europe nous n'avons pas cette législation car les allemands n'en veulent pas , les anglais soutiennent les allemands dans ce domaine , il suffirait de réviser certains traités européens vis a vis de l'extérieur pour rendre de la credibilitée a l'UE , mais on en est a des années lumières et chaque année a présent que l'euro est là la crise se renforcera tant que l'on restera dans le dogme du libre echange qui n'est qu'une fumisterie , l'Europe est la seule zone du monde ou l'on peut importer des produits exempts de droits de douane a de rares exceptions comme des broutilles avec le roquefort et le poulet a la javel mais coté chinois a part les panneaux solaires on a pas voulu se protéger réellement
Réponse de le 02/06/2013 à 19:32 :
@ Balzac - Excellente observation. C'est effectivement la déréglementation financière et commerciale imposée par Washington/Londres au sein des institutions européennes qui est à l'origine de la crise. Et ce n'est pas fini : après la déréglementation des marchés financiers et commerciaux, ce sont maintenant les marchés publics ("Union Transatlantique) qui sont menacés.
a écrit le 30/05/2013 à 22:03 :
Seule l?Allemagne doit rester dans l'Euro. Elle le rebaptisera MARK
Réponse de le 31/05/2013 à 5:22 :
Non seule a sortir !
a écrit le 30/05/2013 à 21:48 :
Inutile de sortir de l'euro ! Il est équivalent de baisser les prix, salaires, loyers, retraites, rentes... avec l'avantage de le faire par tranches successives de 2-3%...
a écrit le 30/05/2013 à 21:38 :
7000 exemplaires, c'est rien pour un pays de plus de 10 millions d'habitant !!!
a écrit le 30/05/2013 à 19:07 :
et la France aussi..!!!
a écrit le 30/05/2013 à 18:40 :
La sortie est de toute façon inéluctable, alors autant la faire de manière ordonnée.
a écrit le 30/05/2013 à 18:39 :
Dévaluation de 15% et inflation de 20% sont des chiffres très sympathiques, mais qu'en sera-t-il dans la réalité? La Livre anglaise a déjà perdu 30% par rapport à l'Euro depuis 2001...
Et si tout le Sud sort de l'Euro et dévalue aucune amélioration de la compétitivité par rapport aux pays du Sud.
On ne sait pas ce qui est bien, c'est sûr que la dévaluation interne subie par le Portugal est abominable, mais les incantations des apprentis sorciers de la sortie de l'Euro ne garantissent rien et la sortie de l'Euro est peut-être pire que la situation actuelle.
Réponse de le 31/05/2013 à 8:03 :
Vous préférez les incantations des pseudo experts qui nous ont vendu prospérité et plein emploi. Ces gens se trompent depuis 20 ans et on devrait encore leur donner de la crédibilité ? La réponse est non. Marre de nourrir ceux qui nous "tuent" à petit feu. Les européens dans leur grande majorité n'en veulent plus de cette UERSS.
a écrit le 30/05/2013 à 18:25 :
Mais qu'ils sortent ! Par pitié , on ne les retient pas !
Le problème est que la décision de sortie de l'Euro s'accompagnera immédiatement d'un blocage des comptes en banques. Avant la faillite des banques et un bon "hair cut " sur les comptes. Qu'ils sortent : on va rire.
Réponse de le 30/05/2013 à 18:50 :
Ca, c'est ce qui arrive quand on reste dans l'euro pas quand on en sort ! Chypre par exemple !
Réponse de le 31/05/2013 à 1:38 :
Ce n'est pas ce qui est arrivé à Chypre qui est de plus un cas spécifique avec un aspect casino et de l'argent (notamment russe) principalement là pour blanchiement. Les particuliers n'ont dans leur très grande majorité pas été touchés. Ce qui ne serait pas le cas en cas de sortie de l'euro et de plus avec aucune aide de l'Europe.
Réponse de le 31/05/2013 à 17:59 :
Un cas spécifique ? Alors pourquoi une directive va être votée, prévoyant la ponction des sommes supérieures à 100000 ? en cas de besoin si c'est si spécifique ? Pourquoi toujours jouer à faire peur pour entretenir ce qui ne fonctionne pas ? C'est la dernière ligne de défense ?
Réponse de le 13/08/2013 à 18:50 :
C'est à cause de la France que le Portugal et d'autres pays Européens sont dans cette situation.La France est à l'origine de la création de l'Europe de Maastricht Ce sont les Français avec leurs mentalités Napoléonienne(jaloux) qui nous ont mis dans cette pauvreté.Avant nous vivions très bien, nous n'étions pas riche mais nous ne souffrions pas.Napoléon à créé des lois afin les pauvres ne puissent pas s?enrichir et ces lois n'ont pas été abolis, car elles font le bonheur des riches Français.Maintenant la stratégie Française est de pouvoir contrôler l'Europe toute entière.
J'ai récemment été interdit bancaire pour des impayés, car en France quand tu es immigré c"est très difficile d'obtenir un emploi.En voulant ouvrir un compte dans une banque Portugaise en France, surprise impossible pour moi de souscrire un contrat avec cette banque à cause de mon interdiction bancaire.Merci à vous encore une fois.Quand est-ce que l?extrême droite Portugaise passera au pouvoir?
Nous les Portugais, nous devrions tous partir chez nous dans notre beau et merveilleux pays le Portugal.Vive la suprématie Portugaise.
a écrit le 30/05/2013 à 17:28 :
Mais nous devons tous sortir de l'euro et l'ue et pas besoin d'un best seller pour le savoir. juste un regard lucide et un zeste de bon sens.
Réponse de le 30/05/2013 à 17:41 :
sauf l'Allemagne et quelques autre pays comme le Luxembourg, l'Autriche...
Douloureux dans un premier temps à cause de l'inflation mais ça irait mieux rapidement grâce à la compétitivité retrouvée.
Réponse de le 31/05/2013 à 1:43 :
Erreur totale puisque tout le monde fait baisser sa monnaie et la compétitivité ne tient pas seulement à la monnaie loin s'en faut. Par contre les importations explosent donc la recette ne mène la plupart du temps à rien et surtout en Europe où il n'est pas besoin de rappeler l'histoire et les tensions tout comme les multiples dévaluations qui n'ont jamais rien réglé durablement. Si c'était si simple les entreprises n'auraient qu'à baisser leurs prix sans jamais faire d'efforts sur leurs produits et il est évident que seul le prix ne fait pas l'achat d'un produit. C'est pareil pour un pays.
Réponse de le 31/05/2013 à 10:04 :
Il est quand même étonnant que le reste de la planète, et particulièrement les économies en plein boum, aient leurs monnaies qu'ils n'hésitent pas a dévaluer. Vous nous dites que la dévaluation a des effets sur les prix des matières premières importés, mais dans le prix de vente d'un bien en Europe quelle est la part du prix des matières premières ? "Les dévaluations n'ont rien réglées", au delà de la véracité de cette affirmation, on note aujourd'hui que ne pas dévaluer n'a pas réglé grand chose non plus, et qu'en France c'est la volonté politique de coller au DM qui a entrainé les réajustement sous Mitterrand. Vous nous dites les tensions de l'histoire, mais on a l'UE et l'Euro est la pire germanophobie depuis des décennies.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :