"L'Europe peut mieux coordonner les efforts dans la lutte contre le chômage des jeunes"

Le chômage des jeunes poursuit son ascension des plus hauts sommets. En avril, les jeunes actifs européens étaient 23,5% à être sans travail. Au point que les dirigeants européens appellent à un conseil européen sur le chômage des jeunes en juin. Mais que peut faire l'Europe ? Christine Erhel, maître de conférence à Paris 1 et chercheuse au Centre d'étude de l'emploi (CEE), fait le point.

4 mn

Devant une agence pour l'emploi espagnole. Copyright Reuters
Devant une agence pour l'emploi espagnole. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

LaTribune.fr : Existe-t-il des pays européens où le chômage des jeunes est faible ? Quelles sont les politiques efficaces ?

Christine Erhel.C'est le cas en Allemagne, qui affiche un taux de chômage des jeunes de 7,5% en avril 2013, selon les chiffres d'Eurostat. C'était le cas du Danemark, mais la crise est passée par là. En avril, le taux de chômage des jeunes y était de 12,2%, deux fois plus qu'en 2007. Au Royaume-Uni aussi, le taux était de 20,2% en février, contre 14% en 2007. La moyenne européenne est de 23,5%. Les personnes les plus touchées par le chômage sont celles qui sont peu qualifiées, qui sortent du système éducatif avec peu ou pas de diplômes.

En Allemagne, le faible taux de chômage est dû aux effets positifs de l'apprentissage, qui facilite l'insertion des jeunes dans une entreprise. Et qui apporte une expérience professionnelle. Il s'agit d'une solution qui fonctionne mais qui ne résout pas tous les problèmes. En France, cela se développe, mais il y a des jeunes qui ne trouvent pas d'entreprises où effectuer leur stage.

Il y a également une spécificité pour les pays nordiques : les écoles de la seconde chance, qui restent encore assez peu développées en France. Cela permet un véritable retour en formation pour compenser le manque de diplômes.

A peu près tous les pays européens ont des mesures spécifiques pour les jeunes, avec un mix de formations et de dispositifs qui permettent un accès à l'emploi, par des stage, l'apprentissage.

Qu'est-ce qui peut être développer en temps de crise ?

En matière de chômage des jeunes, la dimension conjoncturelle est très importante. Il augmente fortement lorsque le chômage est élevé.

En période de crise, les dispositifs comme les emplois aidés peuvent faciliter l'insertion des jeunes et réduire leur taux de chômage. Traditionnellement, la Suède a beaucoup recours à ce type de dispositifs. Il s'agit du seul levier dont on dispose vraiment en temps de crise qui ait un effet à court terme. Et qui a un effet bénéfique à plus long terme à condition que l'on mette en place des formations.

Que peut faire l'Union européenne que ne peuvent pas faire les Etats ?

 L'Union européenne peut arriver en renfort sur des dispositifs nationaux. On peut tout à fait imaginer un financement de mesures ciblées sur les jeunes chômeurs. Cela pourrait apporter plus de solidarité entre les pays européens, par un mécanisme de redistribution en interne de l'Union européenne.

L'Europe peut aussi apporter de la coordination. Cela a d'abord une dimension symbolique, mais un outil harmonisé entre les pays peut avoir une portée dans le fonctionnement des politiques de l'emploi. Cela permet d'afficher des priorités en terme de formation, pour préparer les jeunes à la reprise économique. Et cela apporte une dimension dans laquelle chaque Etat ne privilégie pas son intérêt.

Existe-t-il déjà des politiques européennes de lutte contre le chômage des jeunes?

l y a une coordination des politiques de l'emploi via la stratégie européenne pour l'emploi, depuis 1997. Cette stratégie fixe des objectifs en matière de niveau d'éducation. Ce n'est pas formulé en terme de lutte contre le chômage mais avec des objectifs de formation des jeunes peu diplômés.

Les jeunes sont plus mobiles au sein de l'Union européenne que leurs aînés - on parle beaucoup des jeunes Espagnols qui partent chercher du travail en Allemagne. Est-ce que cela ne complique pas une politique européenne?

Cela reste minoritaire. Certes, il y a des départs d'Espagne, mais cela reste un pays avec un taux de chômage des jeunes très élevé, 56,4% en avril. La mobilité ne peut pas tout résoudre, mais elle contribue à un besoin de plus de coordination en Europe. Il y a des pays avec des pertes de population active et des pays avec un afflux. En Espagne, cela va poser problème à l'avenir.

 Plusieurs dirigeants européens appellent à un conseil européen sur le chômage des jeunes en juin. Pourtant le chômage des jeunes a toujours été montré du doigt parce qu'il était plus élevé que celui de l'ensemble de la population. La volonté est-elle véritablement plus forte aujourd'hui ?

C'est une préoccupation partagée par une grande partie des pays européens. Il y a une augmentation du chômage dans la plupart des pays mais le chômage des jeunes pose des défis supplémentaires. Si cela aboutit à une génération sacrifiée, cela aura des effets plus durables sur leur trajectoire, avec un accès à un emploi stable repoussé. Et c'est à craindre en Espagne ou en Grèce (62,5% de jeunes actifs au chômage en février, ndlr). Ce n'est pas le seul problème, mais c'est un point qui concentre l'attention.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 12/06/2013 à 13:22
Signaler
?UE va financer des agents pour contrer les eurosceptiques sur Internet " en vue des élections de 2014. Le Parlement européen va débourser environ 2,5 millions d?euros environ pour lancer une armée de « trolls » sur Internet, et en particulier les ré...

à écrit le 12/06/2013 à 12:15
Signaler
Oui l Europe est en échec, c est évident. Regardons simplement la situation de notre voisin : moitié moins de chômage et pas déficit pour plomber la société. Ils n ont pas chaque jour des fermetures de sites. C?est notre système qui déraille complète...

à écrit le 12/06/2013 à 11:22
Signaler
Connaissez-vous les conséquences perverses de l'application de certains articles du Traité de Lisbonne régissant l'Union Européenne, notamment l'article 63 du Traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne concernant la lutte contre les délocalis...

à écrit le 12/06/2013 à 11:19
Signaler
Antoine Peillon est l'invité de la matinale de France Inter, Journaliste, il est l'auteur de "Ces 600 milliards qui manquent à la France". (Editions du Seuil) Retrouvez tous les invités du 7/9. 10 minutes très éclairantes, les hauts fonctionnaires ...

à écrit le 12/06/2013 à 9:46
Signaler
Tout est fait pour augmenter la mobilité des jeunes, on pourrai dire le nomadisme des jeunes dans la création dogmatique d'une "Europe"! Le but n'est pas de les stabiliser ce qui ralentirai la dégradation des États mais au contraire de compliquer la ...

à écrit le 12/06/2013 à 9:19
Signaler
C'est facile de parler le problème depuis Bruxelles. Tant que la contribution de chaque l'Etat membre ne baisse pas 50% on ne vois pas la lumière au bout du tunnel.

à écrit le 12/06/2013 à 8:31
Signaler
Les pays qui sont à la traine, n'ont qu'à s'inspirer de ceux ou il n'y a pas beaucoup de chômage des jeunes; Allemagne, suisse, Autriche etc. Ce n'est pourtant pas compliqué, même pour un gouvernement socialiste, mais il faut se remettre en question ...

le 12/06/2013 à 11:31
Signaler
Connaissez-vous les conséquences perverses de l'application de certains articles du Traité de Lisbonne régissant l'Union Européenne, notamment l'article 63 du Traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne concernant la lutte contre les délocalis...

à écrit le 12/06/2013 à 8:07
Signaler
coordination de l'Europe contre le chômage des jeunes, laissez-moi rire

à écrit le 12/06/2013 à 7:52
Signaler
Pipeau habituel... Je cite de mémoire (j'avoue ne pas être allé plus loin): le chômage des jeunes est plus fort en temps de crise, mais si on aide leur embauche, ça s'améliore. Mais pour que cette amélioration ne soit pas un feu de paille, alors ensu...

à écrit le 12/06/2013 à 6:18
Signaler
Pour la nouvelle génération c'est bonjour tristesse. Aucune perspective, aucun avenir. Chômage, emplois précaires, déprimes et suicides sont devenus le lot quotidien de ceux qui ont vingt ans aujourd'hui. C'est bien cela l'horreur économique avec ses...

à écrit le 11/06/2013 à 23:41
Signaler
Ecraser l?humanité, je ne suis pas sûr que ça soit le but de la société. On pourrait faire de la croissance ou bien céder la place. Ou peut être aider les gens à trouver un emploi adéquat. Se développe la pauvreté et le chômage.

à écrit le 11/06/2013 à 21:56
Signaler
Il faut arrêter de déglinguer la vie des gens pour le plaisir ! D?un côté on bousille l?industrie, par exemple -50% d?automobiles produites en une poignée d?années, on rend la vie chère et on fait une génération de martyres et on supprime l?emploi pu...

le 12/06/2013 à 9:04
Signaler
Il faut surtout arrêter de voir le monde d'une manière aussi simpliste. Le niveau de production d'une usine ne se décrète pas ! Et ça n'est certainement pas en créant de l'emploi public que l'on va résoudre le problème. En France la charge du public ...

à écrit le 11/06/2013 à 21:44
Signaler
Prenez les témoignages sur internet, vous verrez, c?est édifiant. Après les études à l?université ou en école, on pôme les gens dans l?administration. On va même financer des formations bidons mais on n?aide pas les gens à trouver du travail. Il exis...

à écrit le 11/06/2013 à 20:42
Signaler
Il n'y a plus te travail. Les jeunes ne veulent pas se lever avant 10h du matin. Où est l'avenir de l'Europe, mais surtout de la France, qui, avec son assistanat, rend les jeunes, paresseux et exigeants des aides sociales en tout genre?

le 12/06/2013 à 12:18
Signaler
@emi 26 ans c'est vieux ? Levé 6h pour prendre le train à 7h10 pour arriver au boulot à 8h30 c'est quoi ? (Je fais 220km AR/jour) Et je ne suis pas le seul !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.