L'arrêt de la TV publique grecque entraîne une grève générale et une crise politique

 |   |  379  mots
Des manifestants rassemblés devant le siège de l'ERT à Athènes. La Grèce se prépare à vivre jeudi une nouvelle journée de grève générale pour protester contre la fermeture temporaire des trois chaînes de télévision et des radios du service public par le gouvernement du Premier ministre Antonis Samaras. Les deux principaux syndicats du pays prévoient un arrêt de travail dans le secteur privé et dans l'administration pendant 24 heures. /Photo prise le 12 juin 2013/REUTERS/John Kolesidis
Des manifestants rassemblés devant le siège de l'ERT à Athènes. La Grèce se prépare à vivre jeudi une nouvelle journée de grève générale pour protester contre la fermeture temporaire des trois chaînes de télévision et des radios du service public par le gouvernement du Premier ministre Antonis Samaras. Les deux principaux syndicats du pays prévoient un arrêt de travail dans le secteur privé et dans l'administration pendant 24 heures. /Photo prise le 12 juin 2013/REUTERS/John Kolesidis (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Grèce tournait au ralenti jeudi matin, après un appel à la grève générale lancé par les deux principaux syndicats grecs, du privé et du public, pour protester contre la fermeture autoritaire de la radiotélévision publique ERT mardi, qui a choqué l'opinion grecque et le reste de l'Europe.

Autobus à l'arrêt, métros fermés, administrations vides. La Grèce tournait au ralenti jeudi matin, après un appel à la grève générale pour protester contre la fermeture temporaire des trois chaînes de télévision et des radios publiques. Le mouvement a été lancé dans l'urgence, après l'émotion soulevée par ces fermetures mardi décidées par le gouvernement du Premier ministre conservateur Antonis Samaras, qui supprime d'un coup 2.700 emplois du secteur public.

Pas de bulletin d'information

Les journalistes de l'audiovisuel étant aussi en grève, aucun bulletin d'information n'était diffusé. Les quotidiens sont parus jeudi mais ne paraîtront pas vendredi en raison d'une grève des journalistes de la presse quotidienne. Un dizaine de vols de l'intérieur à l'aéroport international d'Athènes seront annulés et une cinquantaine ont été reprogrammées dans la journée en raison d'un arrêt de travail des aiguilleurs du ciel, selon une source aéroportuaire.

Des manifestations devant le siège de la ERT étaient prévues en fin de matinée.

"Une nouvelle station sera créée prochainement"

Antonis Samaras, dont le parti Nouvelle Démocratie est le seul de la coalition gouvernementale à soutenir cette fermeture a défendu la décision mercredi soir en qualifiant l'ERT de "foyer d'opacité et de gaspillage". "L'ERT des privilèges s'est écroulée (...) on ne ferme pas la télévision publique, une nouvelle station sera créée très prochainement", a-t-il assuré. "Nous protégeons l'intérêt public", "notre projet de loi (qui sera discuté au parlement) visant à la création d'une nouvelle télévision grecque" sera "la réforme la plus radicale et la plus démocratique jamais faite dans le pays", a-t-il déclaré.

Mais dans un pays où six ans de récession ont abouti à un taux de chômage à 27%, qui explose à 60% chez les moins de 24 ans, opposition et syndicats accusent le gouvernement d'avoir fomenté un "coup d'état" contre le peuple grec, avec cette fermeture autoritaire d'une société très chargée symboliquement. Dans toute l'Europe, plusieurs organisations professionnelles des médias ont aussi exprimé leur condamnation, tandis que l'embarras était perceptible du côté des autorités des pays européens partenaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2013 à 17:00 :
Pour obtenir l'aide de la Troika soit 8,8 milliards de prêts, la Grèce doit supprimer 15000 postes d'ici à 2014, dont 4000 en 2013. Voilà 2700 viennent d'être supprimés. La situation est très grave en Grèce, comme chacun sait. Je pense qu'il y a plus grave actuellement que de s'inquiéter de la suppression de la radio télévision publique là-bas. http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130415trib000759475/la-grece-s-accorde-avec-la-troika-pour-le-deblocage-de-88-milliards-d-euros-de-prets.html
Réponse de le 13/06/2013 à 17:19 :
@linus, voilà la démonstration comment on peut faire disparaitre la plus ancienne démocratie avec la dette créée artificiellement par de l'argent virtuel. Cela devrait vous faire réfléchir plus avec votre cerveau que lire les médias.
a écrit le 13/06/2013 à 14:36 :
Comment les journalistes, les lecteurs, les téléspectateurs, les citoyens peuvent-ils ne pas comprendre que tous les secteurs sont liés? Réalise t-on qu'en coupant, sans aucun préavis, une chaîne nationale, on est dans un acte totalitaire? Le fait même que des dirigeants politiques élus "démocratiquement" aient pu trouver normal de faire cela, dit le niveau de détérioration civique de nos sociétés. Non, ce n'est pas une histoire grecque. C'est une histoire de notre monde à tous. En France, quand un syndicat de chefs d'établissements, repris la bouche en c?ur par les télévisions, annonce que "le Bac coûte cher", il faut avoir peur pour nos enfants. Du moins pour la majorité des enfants. "Le Bac coûte cher", mais aussi la TV publique, l'école, l'hôpital, les retraites et mêmes les retraités. Supprimons l'école. Allez hop, les fils de pauvres à l'usine et à la mine. Oh zut, il n'y a plus d'usines ni de mines. Ne les soignons plus, ils mourront de maladie et de faim, comme avant. Les enfants de riches auront des précepteurs, comme avant. Leurs docteurs, comme avant. Les survivants pourront lire (s'ils ont appris) des journaux qui leurs parleront de la vie des princes est princesses, comme avant. Ah non, pour la presse c'est déjà fait. Le "20 heures" est plein de petites histoires lénifiantes où des "grecs fainéants " risquent d'envahir le beau royaume de France et où de méchants grévistes ne veulent pas partir à Pôle-pas d'emplois.Ici les princes qui nous gouvernent ne détournent jamais de l'argent public, tout en demandant au bon peuple de se serrer la ceinture. La Suisse n'est pas un paradis fiscal. La Révolution française n'est plus qu'un (mauvais) cauchemar.
Vivement que tout redevienne comme avant.
Réponse de le 13/06/2013 à 15:20 :
"Vivement que tout redevienne comme avant." Le changement c'est maintenant ! Renseignez-vous sur FRANCOIS..............ASSELINEAU.
Réponse de le 13/06/2013 à 16:10 :
La théorie de la répartition des richesses. France, Allemagne, USA Japon, se partageaient les richesses du monde. Devenant plus riches, nous avons pu mettre en place des acquis sociaux. Pour réaliser de meilleurs profits (ou pour rester concurrentiel), les entreprises se délocalisent la ou cela leur coutera moins chère; C'est à dire la ou la main d'oeuvre est bon marché avec une bonne stabilité politique...puisque la notre est devenu hors de prix. A moyen terme, notre économies se ralenti, nous ne pouvons plus conserver tous os acqui (ça fait mal mais on a pas le choix puisqu'on ne peut plus tout payer). Il se passe actuellement en Roumanie, en Chine... ce qui s'est passé chez nous lors des 30 glorieuses. La preuve en Chine, il n'y avait jamais de grèves mais depuis qu'ils accumulent des richesses, les ouvriers commencent à réclamer plus de salaire, plus de droit, plus de partage des richesses. Internet aide pas mal dans le sens ou des peuples se rendent compte de leur condition en se comparant à d'autres, ce qui légitimes d'autant plus leurs requettes afin d'améliorer leur quotidien. En gros, ça va faire mal chez nous mais c'est juste un meilleur partage des richesses au niveau mondial. Le PS et le PC devraient donc adorer l'idée de la mondialisation puisque cela contribu à un meilleur partage si j'en crois leur idéologie.
Réponse de le 13/06/2013 à 16:13 :
OUI! simplement REGRESSONS! avant c'était avant", c'était mieux, donc retournons au moyen âge !! nous sommes dans la "descente aux enfers". y a interêt de se bouger grave, c'est URGENT !
Réponse de le 13/06/2013 à 16:18 :
il s'agit, si je ne me trompe de u-p-r ? pourquoi ne pas se lancer dans ces conditions, se présenter pour les élections,proposer autre chose de mieux que ce qui nous oppresse ? pourquoi ne pas être le leadeur qui nous manque tellement,? ? proposez un programme, faites le connaitre et les individus l'étudieront !
Réponse de le 13/06/2013 à 16:19 :
Mais nous sommes en regression depuis 40 ans, la fameuse loi 1973 et cette prétendue construction européenne qui nous mène .....au moyen-age.
Réponse de le 13/06/2013 à 17:05 :
"proposez un programme, faites le connaitre et les individus l'étudieront !" Tout est disponible depuis 2007 sur le site (www.u-p-r.fr). Se faire connaitre, c'est ce qu'ils font mais pas facile de toucher les "masses" sans une présence dans les grands médias qui préférent donner la parôle à ceux qui nous trompent depuis 30 ans.
a écrit le 13/06/2013 à 12:48 :
L'Europe a manqué à tous ses"devoirs", elle avait annoncé être sociale", avait fait des "promesses, on se rappelle cette liste qui devait apporter harmonisation, travail , etc, etc....Elle n'a aucune harmonisation FISCALE, ni SOCIALE, comme base....actuellement , seule l'EU de l'argent, des lobbyes existe et règne en Maître impitoyable ! Beaucoup ne veulent plus de cette EU , là ! Aux prochaines élections 2014, je ma promets de voter n'importe quel parti qui placera la SORTIE de l'UE dans son programme, parce que SUFFIT !!!Beaucoup feront sûrement de même, car la patience , si on peut appeler cela comme ça, a des limites ! faut arrêter le massacre!
Réponse de le 13/06/2013 à 13:35 :
Magali, l'Europe et l'arnaque du siècle, c'est bien une dictature qui a été mise en place sous la pseudo Europe où ils sont en train de tester sur les petits pays les prochaines étapes de ce qui nous attends, soit bancaires soit de la privation de la liberté.
Réponse de le 13/06/2013 à 13:35 :
Renseignez-vous sur celui que nos grands médias nous cachent : Francois asselineau de l'UPR (www.u-p-r.fr). Vous allez voir que votre regard va changer sur la politique.
Réponse de le 13/06/2013 à 13:50 :
@ Magali-Léo et @ MAGALI je vous rejoins + UN !
a écrit le 13/06/2013 à 12:02 :
Quand les Grecs crévent de faim, que les enfants sont obligés de fouiller les poubelles pour manger, quand les grecs n'ont plus accès aux soins etc cela ne fait pas la une des médias.
Par contre quand l'appareil à crétiniser les masses (ou plutôt comme le disait par l?ancien PDG de TF1 qui avait expliqué le plus sérieusement du monde - mais il ne pensait pas être enregistré- que le « métier de TF1 c?était de vendre du temps de cerveau disponible à Coca-Cola »?), s'arrête, oh mais quel scandale, comment peut-on vivre sans sa dose de lobotomisation journalière ?
Au moins, au lieu de rester vautrédevant un écran à regarder une quelconque crétinerie , les grecs pourront peut-être enfin réapprendre à communiquer & à échanger des idées (Si les gens commencent à penser sans la TV, c'est une très mauvaise nouvelle pour la palanquée d'incapables profiteurs qui s'auto-proclament des élites.)
Réponse de le 13/06/2013 à 12:38 :
Merci pour ce commentaire réaliste !! + ++++++
Réponse de le 13/06/2013 à 12:59 :
@fatalitas, certe mais il ya aussi toute les radios publiques et c'est aussi un moyen d'informations sur les luttes sociales (http://www.bastamag.net/article3117.html)
Réponse de le 13/06/2013 à 13:33 :
@ fatalitas: les Grecs avec un G majuscule. Ils ont droit à cela, quand même!!!
Réponse de le 13/06/2013 à 13:55 :
ce n'est qu'un oubli, mais oui, c'est tout ce qu'il leur reste, ce pays charmant avec un peuple si sympathique, eux, qui ont inventé" la Démocratie! Quelle déchéance voulue par tous ces gangsters.....Aucun pays ne s'en tire, c'est bizarre...les Grecs avaient parait il camouflé leur vraie situation...ok! mais les autres?......à BAS L'UE !! et le plus tôt sera le mieux !!
Réponse de le 13/06/2013 à 18:45 :
@Fatalitas : c'est toujours le deux poids deux mesures qu'on peut observer régulièrement dans le traitement de l'information, vous faites bien de le rappeler. C'est comme la culture qu'il faut à tout prix épargner dans les négociations du futur marché transatlantique. Pourquoi ce seul secteur de la culture et pas les autres ?
a écrit le 13/06/2013 à 11:26 :
La Grèce est en faillite. Nous, Français, devons regarder attentivement ce qui est en train de se passer en Grèce. Ce qui est en train de se passer en Grèce se produira en France dans un mois, dans six mois, dans un an, peu importe. Mais ça arrivera en France. La France va se déclarer en défaut de paiement. En Europe, une dizaine d'Etats vont se déclarer en défaut de paiement. Et dans le passé, quels sont les Etats européens qui ont été en défaut de paiement ?

Réponse :

1- L'Espagne a été 13 fois en défaut de paiement.

2- L?Allemagne a été 8 fois en défaut de paiement.

3- La France a été 8 fois en défaut de paiement. Rappel : le dernier défaut de paiement de la France remonte au 30 septembre 1797 (les historiens l'appellent "la banqueroute des Deux Tiers").

4- L?Autriche a été 7 fois en défaut de paiement.

5- La Hongrie a été 7 fois en défaut de paiement.

6- Le Portugal a été 6 fois en défaut de paiement.

7- La Turquie a été 6 fois en défaut de paiement.

8- La Grèce a été 5 fois en défaut de paiement.

9- La Russie a été 5 fois en défaut de paiement.

10- La Pologne a été 3 fois en défaut de paiement.

11- La Roumanie a été 3 fois en défaut de paiement.

12- L?Italie a été 1 fois en défaut de paiement.

13- Les Pays-Bas ont été 1 fois en défaut de paiement.

(Carmen Reinhart, Kenneth Rogoff, « Cette fois, c?est différent », édition Pearson, page 120)
Réponse de le 13/06/2013 à 13:01 :
+1000 c'est reculer pour mieux sauter, et qui va payer le défaut ? les riches qui détiennent la dette ! Voilà pourquoi ça se presse pas !
Réponse de le 13/06/2013 à 13:41 :
@bob44 ce ne sont pas les riches qui vont payer la dette c'est bien nous tous avec nos petits dépôt bancaires et la vente des richesses du pays qu'on appelle pour faire jolie privatisation.
Réponse de le 13/06/2013 à 15:57 :
@Leo ça c'est si ça se passe mal (comme à Chypre ou en Grèce) mais par définition le pauvre n'a pas de dépot, c'est bien les riches qui détiennent la dette avec les fonds de pensions divers, les placements... moi j'ai rien sur mon compte ! La vente des richesses du pays c'est si on l'accepte comme en Grèce, mais le jour où on choisira de rembourser par nos biens ou dire aux prêteur d'aller se faire voir je sais de quel côté je serais ! Tout ça n'est pas encore venu et je doute (peu être à tort) que le peuple français ne se laissera pas dépouiller sans réaction de masse. Qui vivra verra...
Réponse de le 13/06/2013 à 16:12 :
Bravo Magali,


Je n'allais plus voter, mais cette occasion de voter contre L'EU me redonne espoir.

Réponse de le 13/06/2013 à 17:08 :
@bob44, même si vous n?avez rien sur votre compte vous aller payer comme les autres indirectement, ce sont plus les pauvres qui vont payer que les riches dans le cas d'une faillite du pays, ce sont plus les pauvres qui aurons plus du mal à payer c'est factures et qui n'aurons plus d?assistance sociale.
Réponse de le 13/06/2013 à 17:56 :
com d'hab, c'est toujours les mêmes! c'est "chronique, récurent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :