L'Eglise d'Angleterre veut créer la banque du peuple

 |   |  492  mots
Justin Portal Welby, le chef de l'Eglise Anglicane, veut créer une coopérative d'organismes de crédits pour concurrencer les payday lenders  / Reuters
Justin Portal Welby, le chef de l'Eglise Anglicane, veut créer une coopérative d'organismes de crédits pour concurrencer les "payday lenders" / Reuters
Après avoir lancé un service de crédits réservé à ses salariés et aux membres du clergé début juillet, l'Eglise d'Angleterre aimerait créer une coopérative d'organismes de crédits pour l'ensemble des citoyens britanniques. L'archevêque de Canterbury, Justin Portal Welby, explique vouloir mettre fin aux pratiques des "payday lenders". Des compagnies de crédits qui prêtent sur Internet de petites sommes d'argent sur le court terme à des taux très élevés.

Il aimerait tout simplement les supprimer... Le chef de l'Eglise d'Angleterre est ouvertement parti en guerre, mercredi 24 juillet, contre les "payday lenders", ces compagnies de crédits proposant des prêts à très court terme sur Internet. Justin Portal Welby vise notamment le site Wonga, qui prospère en vendant des crédits très bas - d'un montant maximum de 400 livres (463 euros) - sur une durée maximale de 46 jours. Le principe ? Plus le prêt est long, plus les taux sont élevés. Un internaute qui emprunte 100 livres sur une journée devra ainsi rembourser 106.56 livres et jusqu'à 154.03 livres sur 46 jours.

Revoir le système bancaire

"J'ai rencontré le patron de Wonga (...) Je lui ai dit franchement que nous n'allions pas essayer de lui faire mettre la clé sous la porte grâce à des arrangements juridiques, mais en lui faisant concurrence... C'est un homme d'affaires, il l'a bien pris", a déclaré l'Archêveque de Canterbury dans un entretien, paru mercredi, sur le site du magazine Total Politics. En 2011, les revenus de la Church of England s'élevaient à 900 millions de livres (1.042 milliard d'euros) pour des frais de fonctionnement évalués à 1 milliard (1.15 milliard d'euros). Début juillet, l'Eglise Anglicane a déjà lancé la "Clergy Mutual Credit Union", un service de crédits réservé à ses employés et aux membres du clergé.

Justin Welby, ancien employé de l'industrie pétrolière et membre de la commission parlementaire sur le système bancaire, s'intéresse de près aux questions économiques. Il est d'ailleurs devenu l'une des figures d'opposition au système bancaire britannique. Lors d'un discours en avril dernier, il avait déclaré que les banques devaient enfin "rendre service à la société" en se basant davatange sur "les réalités de la vie quotidienne" et en arrêtant de vivre dans un "nivarna fantastique". Selon le chef de l'Eglise Anglicane, le système bancaire britannique devrait être redessiné : "Au moins une partie du système devrait être local". Il faudrait "recapitaliser au moins une grande banque et la diviser en plusieurs banques régionales", estime-t-il.

38 millions de livres pour les organismes de crédits

L'archevêque souhaiterait, dans le futur, créer une coopérative d'organismes de crédits. Si elle ne serait pas directement gérée par l'Eglise, cette dernière s'y impliquerait, par exemple, en lui prêtant ses locaux ou en lui offrant les expertises professionnelles de certains ecclésiastiques qualifiés.

Une idée officiellement bien accueillie par Wonga. "Nous apprécions toujours les nouvelles initiatives qui permettent aux gens de bénéficier d'une offre plus large pour résoudre leurs défis financiers", a réagi son patron, Errol Damelin. En avril, le gouvernement a dégagé 38 millions de livres (44 millions d'euros) pour développer le secteur des organismes de crédits et leur permettre de diversifier leurs offres pour éviter aux Britanniques de requérir aux services des payday lenders.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2013 à 18:57 :
L'Angleterre n'a pas de taux d'usure ? En France pour la consommation c'est 20 %/an environ .Ca fait un taux journalier de 20/365 =0.0547 % /jour ,rien à voir avec les taux delirants anglais.En fait l'avenir c'est les banques musulmanes .Le Coran interdit de demander des interets .......
Réponse de le 28/07/2013 à 23:13 :
La finance islamique est une hypocrisie, car la banque achète le bien en faisant payer une mensualité constante sur x années, calcul incluant une marge très sécurisante pour ladite banque.
a écrit le 26/07/2013 à 15:46 :
Une banque au service de la population, ce serait une grande nouveauté, par rapport aux grandes banques anglaises et autres qui sont avant tout au service de leurs traders pour les aider à rafler un maximum de bonus souvent aux frais du contribuable qui doit payer la facture dès le moindre problème.
a écrit le 26/07/2013 à 13:55 :
J'imagine que les enfants auront le droit à quelques avantages en nature ?...
Réponse de le 26/07/2013 à 16:07 :
Pour l'autorisation au crédit likid les enfants devront avoir un tuteur.....Et bien sur être aussi comme un matin de canicule sans un poil de vent....
Réponse de le 29/07/2013 à 11:29 :
Merci au modérateur de supprimer le commentaire de Chich, qui tombe sous le coup de la loi Gayssot contre le racisme

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :