Le scénario de "grande coalition" se renforce en Allemagne

 |   |  381  mots
Angela Merkel et son adversaire social-démocrate Peer Steinbrück
Angela Merkel et son adversaire social-démocrate Peer Steinbrück (Crédits : Reuters)
Deux sondages publiés ce dimanche donnent plus de poids à la possibilité d'une alliance entre Angela Merkel et les Sociaux-démocrates

Alors que les Bavarois votent ce dimanche pour renouveler leur parlement régional une semaine avant les élections fédérales dans toute l'Allemagne, la gauche confirme sa remontée dans les sondages.

Affaiblissement du parti d'Angela Merkel

Deux enquêtes publiées ce dimanche indiquent que la CDU d'Angela Merkel et son allié bavarois la CSU semblent devoir renoncer à passer au-dessus des 40 %, ce que les sondages lui promettaient depuis quelques semaines. Selon l'institut Emnid, l'union de ces deux partis obtiendrait 39 % des suffrages, 38 % selon l'institut Insa.

Renforcement des Sociaux-démocrates

Parallèlement, les Sociaux-démocrates de la SPD semblent s'installer durablement au-dessus de 25 % des voix. Emnid leur promet 26 % et Insa 27 %. Leurs alliés « naturels », les Verts, confirment, quant à eux, leur affaiblissement actuel. Si les deux instituts de sondage ne prédisent pas un passage sous les 10 % comme l'a envisagé en début de semaine Forsa, Emnid ne les voit qu'à 10 % et Insa à 11 %. Voici quelques semaines, les Verts s'approchaient encore des 15 %.

Recul des Verts

Autrement dit, il y a à gauche un transfert de voix en faveur des Sociaux-démocrates et au détriment des Verts. Les transferts de la CDU/CSU vers la SPD demeurent très limités. Sans doute faut-il voir dans ces changements un effet de la campagne désormais très agressive du candidat social-démocrate Peer Steinbrück.

Les Libéraux en difficulté

Quant au parti libéral FDP, actuel partenaire de coalition d'Angela Merkel. Emnid lui promet les 5 % nécessaires à l'entrée au Bundestag, tandis qu'Insa ne lui attribue que 4 %, ce qui laisserait les Libéraux hors du parlement pour la première fois depuis 1949.

Quelle coalition ?

Mais l'enjeu du score libéral semble désormais moins crucial. Même si la FDP entre au Bundestag, l'actuelle coalition semble désormais ne plus être en mesure d'arracher la majorité au Bundestag. Insa n'attribue que 43 % des voix à une alliance libérale-conservatrice, tandis que l'ensemble de la gauche obtiendrait (avec les néo-communiste de Die Linke) 46 % des voix. La gauche pourrait donc être majoritaire, même avec la présence des Libéraux au Bundestag, mais comme une alliance entre Die Linke et la SPD est assez peu probable, la seule solution restante sera alors une « grande coalition » entre CDU/CSU et SPD dirigée par Angela Merkel. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2013 à 18:46 :
entre le spd et die linke, y a pas grand chose de commun
a écrit le 15/09/2013 à 17:48 :
Ils peuvent être fiers, de cette UE! y a pas à dire....!! p.. ain !
Réponse de le 16/09/2013 à 0:31 :
Quel est le rapport avec l'UE ? On parle des élections législatives allemandes. C'est comme si vous disiez que la majorité PS élue en France en 2012 était du à l'UE ....
Qu'est-ce qui vous choque d'ailleurs dans la situation allemande ? Que 2 partis puis faire alliance pour gouverner plutôt que de paralyser le pays ? Ou alors c'est l'idée d'une alliance "gauche" / "droite" qui vous rebute ? Juste pour information "gauche" et "droite" en politique cela prend un sens différent selon les pays (pour les américains l'UDI est un parti de "gauchistes" par exemple). Il y a certainement plus de chose en commun entre le SPD et la CDU qu'en le SPD et Die Linke.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :