Les Pays-Bas et leur très mystérieux triple A

Alors que le gouvernement néerlandais présente de nouvelles coupes budgétaires ce mardi, le pays est dans une situation de plus en plus critique tant sur le plan économique que politique. Comment expliquer qu'ils conservent la notation suprême?
(Crédits : Reuters)

Il est parfois des grands mystères que sur lesquels bute inexorablement la raison. La notation des Pays-Bas en est un. Ce pays dispose en effet de la meilleure note auprès des agences de notation : un triple A qui a été encore confirmé fin août par Fitch. Certes, toutes les agences ont mis en garde contre une possible dégradation, mais le gouvernement de La Haye dispose toujours pour le moment d'une étonnante confiance auprès des investisseurs.

Croissance en berne

Étonnante, car l'économie néerlandaise est loin de se porter mieux que celle de la France qui, non sans raison, a désormais perdu la note suprême. Au deuxième trimestre, les Pays-Bas ne sont pas, à la différence de la France, sortis de la récession. Leur PIB a encore reculé de 0,2 %. Pour l'année 2013, le recul devrait atteindre 1,25 %, alors que l'Hexagone devrait connaître une croissance nulle. Surtout, en 2014, la situation ne devrait pas être meilleure. Lundi, l'office des statistiques CPB a revu pour la troisième fois à la baisse sa prévision de croissance à 0,5 %. La France espère 0,9 %.

Situation budgétaire difficile

Sur le plan budgétaire, la situation n'est guère plus riante. La commission a donné à La Haye un an de plus pour faire repasser son déficit budgétaire sous les 3 % du PIB, mais compte tenu de la faiblesse de la croissance, ce sera difficile. Le CPB estime que le niveau du déficit public atteindra encore 3,2 % en 2013 et 3,3 % en 2014. En France, le déficit est certes plus élevé, mais il prend un chemin inverse puisqu'il est prévu à 4,1 % du PIB cette année et 3,7 % l'an prochain.

Même sur le plan du chômage, les Pays-Bas, qui, pendant des années ont été un modèle avec un des taux les plus faibles d'Europe, commencent à souffrir. En un an, le taux de chômage néerlandais est passé de 5,3 % à 7 %. Là encore, la France fait pire, mais la progression du chômage est plus faible sur la même période (de 10,6 % à 11 %).

Endettement des ménages record

Économie traditionnellement ouverte sur l'extérieure, les Pays-Bas ne semblent que profiter très partiellement de la reprise mondiale. En réalité, leur économie est plombée par l'austérité et la bulle immobilière. Si le gouvernement libéral-travailliste de Mark Rutte a pris des mesures pour stabiliser la situation sur le marché immobilier, les ménages ont vu leurs revenus reculer et, ce qui n'est pas mieux, continuent à craindre une baisse de leurs revenus. On les comprend : la dette des ménages représente 250 % de leurs revenus, ce qui est le niveau le plus élevé de la zone euro. A titre de comparaison, ce niveau est de 83 % environ en France.

6 milliards d'euros de coupes budgétaires supplémentaires

A cela s'ajoute une politique très sévère de coupes budgétaires qui a encore amputé la demande intérieure. Pour 2014, ces coupes pourraient atteindre 6 milliards d'euros, comme l'a annoncé ce mardi le gouvernement. Ce qui menace les Pays-Bas, ce n'est rien moins que cette course aux objectifs de déficits perdue d'avance qui a plombé les économies des pays périphériques pendant trois ans.

Les Travaillistes en grande difficulté

Reste le plus inquiétant : le système politique néerlandais est extrêmement fragile et instable si on le compare à celui de la France. Certes, la poussée du FN en France est inquiétante, mais le pays reste gouvernable. La question se pose pour le royaume néerlandais qui a connu deux élections législatives et trois coalitions différentes en trois ans. Aujourd'hui, la confiance dans le gouvernement est à un niveau historiquement bas. Seuls 12 % des Néerlandais lui font confiance, selon une enquête récente de TNS.

Un paysage politique en lambeaux

Ceci redessine intégralement le paysage politique du pays. La participation au gouvernement des Travaillistes du PvdA semble ainsi leur avoir fait perdre toute crédibilité dans l'opinion. Les Sociaux-démocrates passeraient ainsi, si les élections avaient lieu dimanche de 30 à 11 sièges. Du jamais vu depuis la fondation du parti en 1946 !

Parallèlement, les extrêmes ont le vent en poupe. Les populistes de droite du PVV de Geerts Wilders deviendraient le premier parti avec un tiers des sièges sur les 100 de la Tweede Kammer, la chambre basse du parlement. Quant aux néo-communistes du SP, ils glaneraient 24 sièges. Autrement dit, en cas d'élections, les partis de gouvernement n'auraient plus de majorité. Or les tensions sont vives au sein du gouvernement et, surtout, il n'a pas de majorité au Sénat, la chambre haute du parlement qui, théoriquement, peut le faire chuter. Bref, la situation est des plus instables.

Quelle valeur pour le triple A néerlandais ?

Situation politique instable, dette publique et privée élevées, déficit au-delà des 3 %, croissance en panne… On aura du mal à penser que les Pays-Bas méritent plus leur triple A que la France. Quelle peut être alors la motivation des agences de notation ? Peut-être une forme de confiance irrationnelle dans la capacité « calviniste » des anciennes Provinces-Unies. Ou la défense affichée sur la scène européenne par Mark Rutte et son ministre des Finances (et président de l'Eurogroupe) Jeroen Dijsselbloem de la discipline budgétaire. Ou encore un soutien implicite de ces agences à la politique d'austérité, fût-elle dangereuse. Le mystère du triple A n'en reste pas moins épais…

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 26/09/2013 à 21:52
Signaler
Qu'est-ce qui vous permet de dire que la montée du fn est "inquiétante" ? Cette reflexion est peut objective tout comme traiter d'extrême le parti de mr wilders.cet homme est 100 fois plus cultivé que ce qui nous sert de président actuellement.il es...

à écrit le 19/09/2013 à 11:41
Signaler
Dette inférieure à la France. Indicateurs économiques au moins équivalents et à déficit inférieur. Celà justifie totalement une notation supérieure. Ce qui ne change pas le problème de fond : pourquoi nos états payent des intérêts monstrueux à de...

à écrit le 18/09/2013 à 9:04
Signaler
Il est sans doute plus facile de garder un triple A lorsque l'on fait parti de l"Europe et que l'on en profite comme paradis fiscal, plaque tournante de la drogue et des trafics de diamants et que, parallèlement, l'on est un gros client des USA (et d...

à écrit le 18/09/2013 à 5:11
Signaler
Zonka deklarer la guerre au Bosch et sa repartira comme en 40

le 10/10/2013 à 19:56
Signaler
Allons allons, laissez donc l'électroménager tranquille...

à écrit le 18/09/2013 à 0:34
Signaler
il merite leur triple A tous leur chiffres se dégradent mais ils ne sont pas catastrophique comme ceux de la France et au moins ils essayent de faire des éconnomies continuer a faire des articles qui discréditent la diminutions des dépenses et un...

à écrit le 17/09/2013 à 22:19
Signaler
"Situation politique instable, dette publique et privée élevées, déficit au-delà des 3 %, croissance en panne? " et triple A maintenu . Pourquoi ? PARCE QUE C'EST UN PARADIS FISCAL !! Que le pays soit en déroute, en lambeaux et peuplé de ménages sure...

à écrit le 17/09/2013 à 21:42
Signaler
Eh oui , au grand dam du journaliste ,les marchés apprécient les pays qui font des efforts pour assainir leurs finances publiques en réduisant les dépenses . Mais est ce donc si difficile à comprendre pour un journaliste ?? Cela est inquiétant ;.Arg...

à écrit le 17/09/2013 à 20:18
Signaler
Parce qu'ils achètes des avions de combat américains. C'est comme cela que l'on récompense ses alliés politico-économiques.

à écrit le 17/09/2013 à 17:49
Signaler
Triple A comme Anglo-saxon...

à écrit le 17/09/2013 à 17:32
Signaler
L'article répond à ses propres questions, sur le PIB, le chômage, le déficit, qui sont tous nettement meilleurs qu'en France même s'ils ne s'améliorent pas... pas d equoi en faire un article, même s'il peut générer des polémiques ...

à écrit le 17/09/2013 à 17:29
Signaler
Dette publique/ PIB = 72% fin 2012 hors engagements au titre du MES et autres FESF...Donc les Pays Bas ont encore de la marge par rapport à nous, à L'Allemagne ou la GB et puis ils continuent à brosser les amerlocs dans le sens du poil...ils achètent...

le 17/09/2013 à 23:49
Signaler
Les frenchies aussi... Voyez AirFronce entr'autres. Tous les Français et leurs entreprises ne sont pas obtus voyez-vous !!! :)))

à écrit le 17/09/2013 à 17:17
Signaler
"Certes, la poussée du FN en France est inquiétante"-> vous avez fait une école de journalisme ou vous vous contentez de passer les plats à l'UMPS ? Cela ne vous est pas venu à l'esprit que pour un électeur du FN, 40 ans d'échecs sur tous les plans p...

le 17/09/2013 à 20:50
Signaler
j'aime

le 17/09/2013 à 23:51
Signaler
...bien dit (je ne suis pas Français, mais la logique est juste!) Médias frenchie ? Rose-gaucho!

à écrit le 17/09/2013 à 16:57
Signaler
malte + luxembourg + chypre + estonie + lettonie + slovenie + lituanie + croatie + irlande + finlande + bulgarie + autriche + pays bas = 13 commissaires = 66 millions d'habitants france = 1 commissaire pour le même nombre d'habitants Tout est dis

le 17/09/2013 à 17:12
Signaler
Vous m'avez devancé, tout à fait d'accord avec vous. Le gros problème c'est que nos anciens commissaires ont laissé des souvenir ..? ????? De toute façon l'Europe sera notre tombe et dire que j'avais tant d'espoir de cette organisation

le 17/09/2013 à 17:29
Signaler
+1000. En complément et pour aller plus loin dans la compréhension de cette arnaque européenne, je vous invite à regarder les analyses de Francois Asselineau sur l'UE et l'euro : www.upr.fr

le 17/09/2013 à 21:02
Signaler
D'un autre côté que l'Allemagne aie plus de commissaires que la France ne vous plairait certainement pas non plus

à écrit le 17/09/2013 à 16:54
Signaler
L'auteur de l'article aurait-il ommis les réserves de gaz naturel non encore exploitées qui constituent des réserves de revenus en cas de besoin ... Pourtant on parle d'économie Hollandaise ou du syndrome Hollandais en référence au fait que leur gaz ...

à écrit le 17/09/2013 à 16:40
Signaler
Sans les importations de chinoiseries, les Pays-Bas n'existent pas. Un ralentissement économique en Europe implique nécessairement que les hollandais doivent se mettre au régime. Il est tout à fait normal que les Pays-Bas ne profitent pas de la repri...

à écrit le 17/09/2013 à 16:34
Signaler
L'Europe est un conglomérat de pays où chacun espère avoir davantage d'aides Lorsque la France sera arrivée à 1OO % de dettes, ce château de cartes se cassera la gueule, trop de différence entre les pays et parfois de rancunes ancestrales . L'Europe ...

à écrit le 17/09/2013 à 16:14
Signaler
Ils doivent bien faire quelque chose comme il faut pourtant. La preuve, ils maintiennent leur triple A, ne sont le sujet d'aucun harcèlement malgré leurs options fiscales.D'ailleurs le président de l'Eurogroupe n'est-il pas lui-même Néerlandais? Ils ...

le 17/09/2013 à 16:31
Signaler
les revenus fiscaux sur les coffee shop , sont importants, constants, et asurés . . .

à écrit le 17/09/2013 à 16:13
Signaler
C'est parce qu'ils achètent américain... http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20130917trib000785460/defense-quand-les-pays-bas-tournent-le-dos-a-l-europe-de-la-defense-en-choisissant-le-f-35.html

à écrit le 17/09/2013 à 16:12
Signaler
Si le journaliste avait pris la peine de se renseigner il aurait vu que la dette publique des Pays-Bas est de 65% du PIB contre 95% pour la France, il aurait trouvé l'explication à ses interrogations et se serait épargné un article inutile.

le 17/09/2013 à 16:38
Signaler
Si vous preniez la peine de vous renseigner, vous sauriez que la dette totale des Pays Bas est la plus élevée d'Europe (publique + ménages + entreprises), ce qui nous éviterait un commentaire parfaitement inutile ...

le 17/09/2013 à 16:49
Signaler
Tout à fait! Cet article est édifiant d'amateurisme! Il oublie la principale donnée (le taux d'endettement). Sur le reste des indicateurs, il montre qu'ils sont tous bien meilleurs que ceux de la france, et s'étonne d'un écart dans les notations? Mai...

le 17/09/2013 à 17:02
Signaler
Le commentaire de Tolomei est parfaitement pertinent. Une agence de notation ne note pas la dette "totale"! On parle de dette de l'état. votre commentaire est désobligeant et à côté de la plaque.

le 17/09/2013 à 17:12
Signaler
A la personne qui a répondu en premier à mon commentaire : les agences de notation ne prennent pas en compte la dette privée dans le calcul de rating des dettes publiques. Votre commentaire est donc hors sujet et pour le coup aussi inutile que cet ar...

le 17/09/2013 à 19:32
Signaler
pas totalement d'accord parce que sinon le Japon aurait été déclaré en faillite... les agences tiennent compte de l'endettement des ménages parce que cela joue sur leur capacité à financer l'état. Un pays endetté ou les ménages seraient très riches n...

le 17/09/2013 à 20:45
Signaler
Ceux qui font encore l'amlgame de la dette publique et la dette privée ne comprennent définitivement pas comment le monde réel fonctionne: dpuis quand le fit ue vous ayez emprunter pour votre logement devrait mettre en péril la solvbilité d'un état a...

le 18/09/2013 à 0:23
Signaler
"dpuis quand le fit ue vous ayez emprunter pour votre logement devrait mettre en péril la solvbilité d'un état a remboursé sa dette" , parce qu'en période de récession ou stagnation les recettes fiscales stagnent aussi , que les dépenses publiques a...

à écrit le 17/09/2013 à 16:06
Signaler
c'est simple ils achetent le JSF le super avion de chasse de Lookheed Martin

à écrit le 17/09/2013 à 16:05
Signaler
réaction typique du français moyen en fait, jaloux et sans le sou, il va voir chez le voisin..

à écrit le 17/09/2013 à 16:03
Signaler
Merci pour cet article aussi précis qu'exact. Concernant le mystere du triple A hollandais, on pourrait par analogie le lever en evoquant celui qui a fait que le RU a ete degrade bien plus tardivement que la France avec des situations tres proches et...

le 17/09/2013 à 16:55
Signaler
Pour le mystère du triple A néerlandais il y a peut être une réponse plus simple : la notation correspond au risque de défaut du pays concernant sa dette. En France depuis 5 ans une partie des politiques (par exemple le FdG) et de l'opinion milite po...

le 17/09/2013 à 18:01
Signaler
Votre conclusion va dans le bon sens. faites en l'intro et nous sommes d'accords. D'autre part le niveau d'endettement public est certes important mais la dette privee doit aussi etre prise encompte en particulier qd elle porte sur l'immo. Apres bien...

le 18/09/2013 à 0:33
Signaler
...le fait que les balances commerciales sont à l'opposé : la France est traditionnelement négative & les Pays-Bas traditionnellement en positif... Faites le compte! :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.