"Le peuple grec ne peut plus rien donner", avertit le président Karolos Papoulias

 |   |  383  mots
Le président grec, Karolos Papoulias.
Le président grec, Karolos Papoulias.
Le président de la République hellenique a tenu à prévenir les créanciers du pays que le peuple grec a déjà donné "ce qu'il pouvait pour surmonter la crise", alors qu'un nouvel audit de la Troïka doit avoir lieu au début du mois prochain.

"Le peuple grec ne peut plus rien donner": voilà les représentants de la Troïka (UE -BCE - FMI) prévenus par le président grec lui-même. Ce lundi, Karolos Papoulias s'est exprimé à la fin d'une parade militaire organisée à Thessalonique en commémoration de la résistance grecque au fascisme.

"Nous n'allons pas céder au chantage. (Nous) ne l'avons jamais fait", a ajouté le président grec, qui a pour habitude de tenir un discours critique envers ses créanciers de la Troïka.

Prochain audit début novembre

"Aujourd'hui, les Grecs ont donné ce qu'ils pouvaient pour surmonter la crise, et cela doit être respecté par l'Europe", a-t-il insisté alors que le prochain audit fiscal du pays en vue de nouveaux emprunts auprès de l'Union européenne et du Fonds monétaire international approche. Il doit avoir lieu début novembre.

Une équipe de vérificateurs de la Troïka doivent passer au crible les réformes mises en place dans le pays. Leur rapport déterminera l'émission d'une tranche de crédit supplémentaire d'un milliard d'euros du fonds de sauvetage grec.

D'après les estimations de ses créanciers, la Grèce est exposée à une insuffisance financière de 10,9 milliards d'euros d'ici à 2015, dont 4,4 milliards en 2014.

Le taux de chômage multiplié par 3 depuis 2008

Les experts devraient pousser à plus de coupes budgétaires, mais la fragile coalition gouvernementale d'Antonis Samaras a prévenu que le pays, frappé par la récession, ne pouvait pas se permettre de baisser davantage les salaires et les pensions. Depuis trois ans, le gouvernement grec a dû augmenter les taxes tout en taillant dans les allocations, les salaires et les emplois.

La Grèce a plongé dans la récession en 2008, après avoir été frappée par la crise économique mondiale. Les coûts d'emprunt élevés sur sa dette massive l'a poussé à chercher une aide financière en 2010. Jusqu'à maintenant, l'Union européenne et le Fonds monétaire international ont engagé un total de 240 milliards d'euros pour la Grèce dans le cadre de deux plans de sauvetage. Depuis 2008, le taux de chômage a triplé, à 27,6%, tandis que l'économie s'est repliée de 22%.

LIRE AUSSI:

>> L'Irlande dira adieu à la troïka le 15 décembre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2013 à 12:31 :
C'est officiel ou officieux?
a écrit le 29/10/2013 à 11:52 :
Pauvres petites "gens de la Grèce, ce qui se passe est monstrueux ! les gras" , les 'ventripotents", s'en sortent plus que bien...lamentable!
a écrit le 29/10/2013 à 11:27 :
Pas de problème : les Contribuables français payeront !
a écrit le 29/10/2013 à 11:09 :
bla bla bla...il suffirait que les grecs menacent de quitter l euro la troika accepterait toutes les conditions des grecs et oui ce sont les grecs qui décident et non les fmi l u.e et autres ...surtout les allemands qui sont les grands gagnants de ce euro pourrri ils paieront sans broncher sinon ils auraient tout à perdre si l euro disparaissait à qui ils refileraient leur camelote ne pas oublier que les pays de la zone euro absorbent 50% des exportations allemandes alors encore du bluff cette troika à athénes en novembre ils iront se baigner bien manger et bien boire du uzo et repartiront illico avec des promesses bidons et surtout ils signeront un chéque de qqs milliards d euros pour les pauvres grecs
a écrit le 29/10/2013 à 11:06 :
Les Grecs ont-ils fait pression sur la Suisse et le Luxembourg pour rapatrier ce qui a été sorti du pays?
J'ai un léger doute...Le petit peuple a déjà donnée, mais les gros c'est bien moins certain...
a écrit le 29/10/2013 à 10:34 :
Les grecs ont été rincés... sur le papier. Il n'y a guère que les populistes (dont on en voit un paquet parmi les commentaires sur ce site) qui le croient encore. Etre grec signifie prendre ses dispositions... pour échapper à l'impôt. Je ne critique pas, c'est comme ça, c'est un état d'esprit avant tout. Ne comparez pas avec la France car nous, on se fait vraiment rincer par l'impôt. Mais pas les grecs, désolé. La fraude fiscale est toujours là, et ne disparaîtra pas de sitôt. Hier on découvrait qu'ils ne payaient que 20% de la TVA, avant-hier on apprenait qu'ils ne payaient pas d'impôt foncier, demain on nous dira qu'ils ne déclarent que 25% de leurs revenus (le reste est payé au noir). Je suis allé dans un hôpital à Thessalonique il y a 1 an. J'ai reçu une facture qui représentait 1/3 de ce que j'ai payé en réalité (tout en cash). Je n'ai trouvé qu'une seule station service qui acceptait la CB sur une dizaine... Tout le monde demande du cash. Ceux qui critiquent ne connaissent pas le fonctionnement de ce pays. ENCORE UNE FOIS : RIEN A VOIR AVEC LA FRANCE. Donc la Troïka (et les autres) ont très vite compris que s'ils voulaient faire rentrer l'argent dans le caisses de l'Etat... Il valait mieux éviter qu'il n'en sorte ! D'où les coupes sombres dans les traitements des fonctionnaires, dans le paiement des pensions, etc.
a écrit le 29/10/2013 à 10:07 :
La Grèce a été noyée par les subventions et les prêts de l'UE. La plus grande partie de ces fonds a été détournée : il suffit de retrouver les bénéficiaires de ces détournements (Grecs pour la plupart) et de leur demander de participer aux remboursements. L'autre solution, la plus facile, est de faire appel à la générosité de l'UE, et notamment du Gouvernement français, toujours prêt à faire payer toutes les additions à ses propres Contribuables. Le système de soins français est également prêt à prendre en charge gratuitement les Grecs qui auraient besoin de se soigner, en particulier pour les pathologies les plus lourdes.
a écrit le 29/10/2013 à 10:02 :
La Grèce a été noyée par les subventions et les prêts de l'UE. La plus grande partie de ces fonds a été détournée : il suffit de retrouver les bénéficiaires de ces détournements (Grecs pour la plupart) et de leur demander de participer aux remboursements. L'autre solution, la plus facile, est de faire appel à la générosité de l'UE, et notamment du Gouvernement français, toujours prêt à faire payer toutes les additions à ses propres Contribuables. Le système de soins français est également prêt à prendre en charge gratuitement les Grecs qui auraient besoin de se soigner, en particulier pour les pathologies les plus lourdes.
a écrit le 29/10/2013 à 9:58 :
ehhhh monzami moi ji mi balance pooor les grequessssss di gauche a droite et di droite a gauche eeeehhh oué
a écrit le 29/10/2013 à 9:54 :
as t on démandé aux armateurs ?? a l'église grecque ? aux hommes politiques de ce pays qui n'a jamais remboursé ses dettes depuis 1830 de donner ??
a écrit le 29/10/2013 à 8:17 :
l'europe ,le fmi et tous ces technocrates qui se gavent avec notre pognon ont mis les pays européens à genou ;la gréce est l'exemple type du pays et du peuple que l'on a assassiné avec une politique d'austérité catastrophique imposée par les requins de la finance mondiale ; malheureusement rien ne peut assouvir l'appétit de ces tueurs et ils continueront jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de ce pays ; après ils passeront à une autre victime jusqu'au jour ou les peuples se lèveront contre ces assassins ; c'est à vomir ;il faut que les banques centrales nationales reprennent la main sur leurs finances et que l'on mette à l'écart la bce ; l'euro est une catastrophe ; il suffit de voir des pays comme les usa , le royaume uni , le japon .....leur crise il la gère sans qu'on leur mette des bâtons dans les roues comme le fait ,le fmi , la bce et la commission européeenne aux pays de la zone euro
Réponse de le 29/10/2013 à 8:30 :
Excellent !
Réponse de le 29/10/2013 à 9:11 :
Sachant que le peuple grec ne paye que 20 % de sa TVA, et encore moins son impôt foncier,... j'ai un certain mal à prendre sa plainte au sérieux...
a écrit le 29/10/2013 à 7:17 :
Trop tard, il ne fait plus que semblant, c'était avant qu'il fallait agir.Maintenant la Grèce est ruinée, les investisseurs institutionnels ont pratiquement racheté toutes les entreprises Grèques.

La seule consolation que peuvent attendre les grecs, c'est que tous les pays d'Europe, dont la France à brève échéance, les rejoindrons au club des peuples ruinés esclavagisés.

Si ce président était un honnête homme, il y a longtemps qu'il aurait démissionné ou aurait sorti son peuple des griffes des systèmes financier mondialistes.
a écrit le 29/10/2013 à 6:23 :
Que la Grèce quitte l'Europe afin d'amorcer le démantèlement de cette arnaque qui a appauvri les peuples.
a écrit le 29/10/2013 à 6:21 :
Qu'il se rassure, le peuple Grecque n'est le seul, les Français aussi.
Réponse de le 29/10/2013 à 8:31 :
on va finir comme eux !! ainsi on finira de les critiquer et on verra enfin qui sont les criminels !
a écrit le 29/10/2013 à 6:14 :
On pourrait supprimer un ou deux repas par semaine dans les cantines scolaires, non? Les enfants peuvent bien se saigner un peu pour les banquiers, quand même !
a écrit le 29/10/2013 à 6:11 :
Allez ! Pour la Goldman Sachs, on pourrait bien fermer quelques écoles supplémentaires? Ou au moins arrêter de soigner quelques vieux? Allez encore un p'tit effort !
a écrit le 29/10/2013 à 4:19 :
Les Grecs ont fait des réformes ? C'est nouveau ça... Des vraies réformes ? Ou des réformes à la française ? Il n'ont même pas encore terminé le deuxième volet qu'ils nous remettent une louche "tous à vos mouchoirs". Et Papouias ne vaut guère mieux, comédia dell' Arte....
Réponse de le 29/10/2013 à 4:29 :
On étrille d'abord les peuples, on brade les richesses des pays, et après viendront les réformes que vous attendez tant, une chose en son temps, soyez un peu patient !
a écrit le 29/10/2013 à 2:01 :
Quand melenchon denoncait le systeme capitaliste de l'europe qui prevoyer le pire pour la grece tout le monde mediatique et politique n'ont eu que du mepris a son egars alors que son analyse politique etait juste . J'invite le plus grand nombre a voir ses intervention sur sont blog. Depuis j'ai decide de.le soutenir et de croire enfin a la politique.
Réponse de le 29/10/2013 à 3:52 :
Mélenchon est un européiste de la première heure. 30 ans au Parti Socialiste, pro Traité de Maastricht, pro ouverture à tous vents des frontières et pro immigration massive donc en réalité pro ultra-libéralisme.
Réponse de le 29/10/2013 à 8:45 :
Prêt à envoyer avec frère la truelle Manuel, les antifas défoncer à 5 contre 1 la gu.... de tout opposant ou les hystériques dépoitraillées profaner les lieux de culte catholiques, chrétiens orthodoxes ou musulmans (mais bizarrement jamais un certain culte...)
a écrit le 28/10/2013 à 23:34 :
Oui ! Travaillez plus pour gagner moins ! Merci à nos politiques avec leur vision à Long terme du bonheur de l'homme. Travailler pour vivre ou vivre pour travailler ? Fais ton choix camarade. Merci la mondialisation. Nous allons à notre perte Grace a ce système qui fait chaque mois plus de milliardaires et de pauvres ....
Réponse de le 29/10/2013 à 8:32 :
tout à fait en accord avec vous !
a écrit le 28/10/2013 à 17:10 :
il a sans doute raison et son peuple souffre tandis que riches armateurs et autres grecs ont mis leurs fortunes hors de grèce ! toujours les mêmes qui trinquent ....
Réponse de le 28/10/2013 à 18:13 :
En ce qui concerne quelques armateurs, et les vraies fortunes (en général, comme partout de nos jours, mais jusqu'à quand?) c'est vrai. Mais il ne faut pas perdre de vue que cette histoire est une gigantesque escroquerie au service du Cartel bancaire; + de 95% du fric alloué aux "grecs" a été alloué aux banques étrangères - qui se sont goinfrées avec les intérets tonitruants sur la dette grecque, garantie par...l'Euroland, c-a-d l'Allemagne!
a écrit le 28/10/2013 à 16:18 :
c'est logique... , le peuple a tellement prit et reçu ...sous le gouvernement socialiste de Papandréou ... qu'un retour à la ' normale 's'annonce difficile... !
Réponse de le 28/10/2013 à 16:37 :
@ Mr Pipolino

N'oubliez la droite irresponsable ND des Karamanlis.
Tout mettre sur le dos des socialistes est facile.
Réponse de le 28/10/2013 à 17:34 :
Ma lecture des résultats d'une gestion improductive ...est la plus récente ...je ne vais pas écouté Zapatero qui dira que c'est la faute à Franco et Hollande à Sarkozy...!
Réponse de le 28/10/2013 à 18:29 :
Zapatero pouvait dire merci à Aznar pour avoir créé la magnifique bulle immobilière.
la croissance de l'Espagne n'était pas du béton

Vous avez un raisonnement faussé.
Moi je peux dire que que je ne vais écouter Rajoy dire c'est à la faute Zapatero.
Réponse de le 28/10/2013 à 18:39 :
Sarkozy est à moitié grec : tout s'explique !
a écrit le 28/10/2013 à 15:57 :
Si les Grecs étaient revenus à la drachme il y a 2 ou 3 ans, ils en auraient payé un prix plus fort d'emblée mais auraient posé les bases d'une reprise en restaurant leur compétitivité. Là, en restant à tout prix dans l'euro, ils ont baissé leur salaire de 25 à 50 % selon les catégories (pire qu'une dévaluation de 70 %), ont ruiné leur économie, mis leur pays à terre pour... rien puisque la situation a continué à empirer. Le dogme de l'euro est une hérésie qui tue.
Réponse de le 28/10/2013 à 16:10 :
le retour au drachme aurait eu des avantages si les grecs exportent .. sinon cela aurait paupérisé la population de la meme manière , que dire d'une grande banque qui a aidé la grece a entrer dans l'euro en trafiquant ses dettes , cette meme banque qui recevra sa dime jusqu'en 2026 .. par contre si la grece sort de l'euro , les banques françaises et allemandes seront en grand danger ( surtout les allemandes ) , l'Allemagne pour protéger son système bancaire les a soumis au régime sec voir très sec , sinon ce sera l'hallali , enfin le clientélisme politique avec l'église , les armateurs les supra riches donc certains se sont enfuis au début de la crise vers monaco , la suisse ou le luxembourg , ceux là sont sorti gagnants de la crise , quand aux fraudes des commerçants sur la TVA , le foncier et autres impôts , le travail au noir il faudrait que les grecs acceptent les conditions d'appartenir a l'euro , si ils sortent de l'euro qui leur prêtera de l'argent ? personne .. a 22% d'intérêts cela calme .. leur solution ne serait que militaire .. sur les turcs membre comme eux de l'Otan et ce serait un désastre régional .. donc ils n'ont pas le choix que de payer l'addition et surtout que les dirigeants politiques actuels soient envoyés aux oubliettes de l'histoire et qu'une plus réaliste , moins démagogue et moins clientéliste prennent les affaires en disant un sou est un sou et qu'il doit revenir a qui de droit et non de passe droit au nom de ceci ou de cela .. mais bon ils ont voulu l'euro .. qu'ils en paient le prix ou qu'ils assument les conséquences d'une sortie de manière imprévisible ..
a écrit le 28/10/2013 à 15:52 :
Et voilà...maintenant que les con-tribuables européens ont prêté à la Grèce pour faire sortir les créanciers privés, la Grèce peut faire défault.
On privatise les bénéfices et on socialise les pertes. Un grand classique!
a écrit le 28/10/2013 à 15:45 :
"Le peuple grec ne peut plus rien donner"
Après la mise en esclavage...
Si, vous pouvez vous prostituer, et ensuite, il reste le don d'organe...
Donc vous voyez! il vous en reste encore?
a écrit le 28/10/2013 à 15:29 :
Le peuple Grec non, mais les milliardaires, les armateurs grecs et l'Eglise Grecque peuvent contribuer. Ils n'ont jusqu'à présent rien donné.
a écrit le 28/10/2013 à 15:29 :
Sachant que le peuple grec ne paye que 20 % de sa TVA, et encore moins son impôt foncier,... j'ai un certain mal à le prendre au sérieux...
a écrit le 28/10/2013 à 15:29 :
Il pourrait peut être commencer a taxer les armateurs les milliardaires l épargne qui est stocké en suisse faire un cadastre etc . .
a écrit le 28/10/2013 à 15:21 :
il faut envoyer une délégation française. Pour la ponction fiscale on est champion.
Réponse de le 28/10/2013 à 15:38 :
Excellente idée. Leur envoyer nos têtes fiscales pensanteset en même temps on pourrait proposer de les leur laisser en crédit bail pour nous éviter de nouveaux impôts ou taxes
Réponse de le 28/10/2013 à 23:01 :
Mosco et zairo. En route pour allez vous faire voir chez les grecs
a écrit le 28/10/2013 à 15:18 :
J'imagine qu'il en faudra plus pour stopper la prédation de la troïka, drapée de pseudo-science économique infallible ou presque (une erreur dans une feuille excel est si vite arrivée).

Qu'on a faire les détenteurs de la dette grecque (banques allemandes, anglaises et françaises) du peuple grec ?
Réponse de le 28/10/2013 à 15:34 :
Il faut arrêter avec les poncifs populistes: la seule prédation de la Troïka est de prêter des sommes pharaoniques à la Grèce à des taux très bas, alors que plus aucun autre préteur ne veut le faire en dessous de environ 8.35% (taux du marché secondaire ce jour).
a écrit le 28/10/2013 à 15:16 :
Il annonce un défaut de paiement ?
a écrit le 28/10/2013 à 15:10 :
Et j'espère que l'Europe répondra qu'elle a déjà donné beaucoup (trop) et qu'elle ne peut aller plus loin avec l'argent des contribuables européens. Le chantage peut aller dans les deux sens.
a écrit le 28/10/2013 à 14:54 :
Le peuple c'est sur n'en peut plus de cracher au bassinet, mais les banques, les hauts fonctionnaires, les élus et les supers riches peuvent faire un petit effort pour une fois.
Réponse de le 28/10/2013 à 15:27 :
Non il donnerait l'exemple et je tien trop à mes indemnités !petite gens prétentieuse !!!!
Réponse de le 28/10/2013 à 15:27 :
Non il donnerait l'exemple et je tien trop à mes indemnités !petite gens prétentieuse !!!!
Réponse de le 28/10/2013 à 16:40 :
Sachez que Papoulias a renoncé à ses indemnités de Pdt de la République en février 2012.
a écrit le 28/10/2013 à 14:46 :
La cour internationale de justice représentée par des représentants de tous les pays qui ont eu à souffrir de la TROÏKA devrait juger tous ceux qui ont détruit leur pays au profit d'intérêts privés ou personnels et faire comme Louis XI les laisser croupir dans les oubliettes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :