L'Irlande en a terminé avec l'aide européenne mais pas avec l'austérité

 |   |  678  mots
Pour le ministre des Finances irlandais Michael Noonan: Nous devons continuer le même genre de politique car le déficit (public) est trop élevé
Pour le ministre des Finances irlandais Michael Noonan: "Nous devons continuer le même genre de politique car le déficit (public) est trop élevé" (Crédits : Reuters)
L'Irlande est officiellement sorti ce dimanche du programme d'aide financière européenne, dans le cadre duquel elle avait reçu 85 milliards d'euros, pour revenir se financer sur le marché. Mais la politique de rigueur devrait se poursuivre.

L'Irlande est devenue officiellement dimanche le premier pays de la zone euro sous assistance financière à s'affranchir de l'aide de ses partenaires, mais l'heure n'était pas à la fête dans ce pays où l'austérité se poursuit.

L'explosion de la bulle immobilière

Ce pays de 4,6 millions d'habitants retrouve son indépendance économique et financière après avoir dû recourir à un plan d'aide international de 85 milliards d'euros en 2010, quand l'explosion de la bulle immobilière a ravagé son secteur bancaire.

L'Irlande, qui a reçu ses dernières tranches d'aide de la zone euro et du Fonds monétaire international (FMI) cette semaine, fait ainsi figure d'exemple pour les trois autres États européens sous assistance financière: Chypre, la Grèce et le Portugal.

Crédibilité restaurée

Seul événement marquant pour cette journée symbolique, le Premier ministre Enda Kenny devait s'exprimer en soirée à la télévision.

Le chef du gouvernement, arrivé au pouvoir en 2011 avec la lourde tâche de redresser l'ancien "tigre celtique" plongé dans la crise, s'est réjoui cette semaine de voir la "crédibilité" de l'Irlande restaurée sur la scène internationale.

Mais il doit désormais s'adresser à une population durement éprouvée par les hausses d'impôts et les réformes imposées par le plan d'aide de la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et FM.

"Ce serait une erreur de la part du Premier ministre de suggérer que la sortie du plan d'aide signifie la fin de nos problèmes", mettait en garde l'Irish Sunday Times dans un éditorial. "Comme pour un patient qui sort de soins intensifs, cela peut prendre du temps avant de recouvrer une pleine santé", avertissait le journal.

Pas d'enthousiasme populaire

La sortie du plan d'aide est d'ailleurs loin de susciter l'enthousiasme populaire, à en croire un sondage en ligne du site d'informations The Journal.ie dimanche: seule une minorité de 5% des 2.000 participants disent être "plus heureux aujourd'hui".

Aucune manifestation anti-austérité significative n'était pour autant organisée dimanche dans ce pays, qui n'a pas connu ces trois dernières années de mouvement de protestation d'ampleur comme en Grèce.

La politique de rigueur devrait s'adoucir en 2016

Le gouvernement, qui doit annoncer la semaine prochaine ses intentions pour l'après-plan d'aide, n'a pas caché que les mesures d'austérité allaient se poursuivre. "Nous devons continuer le même genre de politique car le déficit est trop élevé", a averti le ministre des Finances Michael Noonan.

Après un nouveau budget difficile l'année prochaine, les mesures d'austérité devraient toutefois s'adoucir avant 2016, à temps pour les prochaines élections générales, selon l'Irish Independent.

Le FMI, tout en saluant la mise en œuvre "sans relâche" du programme de réformes par les autorités de Dublin en annonçant un treizième et dernier versement de 650 millions d'euros vendredi, a souligné que l'Irlande était "encore confrontée à d'importants défis".

Le secteur bancaire toujours faible

Malgré l'assainissement des établissements bancaires irlandais, les tests de résistance de ce secteur menés à travers l'Europe l'an prochain risquent de mettre en lumière des faiblesses héritées des prêts hypothécaires risqués.

Le pays, de retour sur les marchés, emprunte à des taux convenables. Mais la croissance est en dents de scie, le taux de chômage reste élevé (12,8%) et la demande intérieure déprimée.

Émigration massive des Irlandais

Signe d'un malaise, les Irlandais émigrent en masse, avec près de 90.000 départs chaque année. Plus d'un quart de la population a été touché par le départ d'un proche et la moitié des 18-24 ans envisagent d'émigrer, selon l'organisation de jeunesse NYCI.

Malgré ces ombres au tableau, le gouvernement a choisi de sortir du plan d'aide sans filet, renonçant à demander à ses partenaires internationaux une ligne de crédit de précaution.

La Commission européenne continuera toutefois de surveiller de près les progrès de l'Irlande jusqu'à ce que 75% des aides soient remboursées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2013 à 19:06 :
Rappelons quand même que la situation dans laquelle se trouve l'Irlande est due à :
1- des banques privées qui ont pris des risques inconsidérés - au bénéfice, dans un premier temps de leurs actionnaires - et qui se sont retrouvées en faillite.
2 - l'UE, qui pour éviter ces faillites et consécutivement des pertes aux créanciers de ces établissements, principalement anglais et hollandais, a fait pression pour que l’État irlandais reprenne et honore les dettes de ces banques.
Ainsi les Irlandais ont été ponctionnés pour protéger les intérêts des créanciers étrangers au mépris et de la sacro-sainte "concurrence libre et non faussée" et tout simplement du droit.
Réponse de le 16/12/2013 à 19:43 :
Très juste mais la situation du peuple français, un des plus économes de la planète avec une épargne record, et malgré tout accablé de dettes à cause des oligarques au pouvoir depuis 73, n'est pas mal non plus ...
a écrit le 16/12/2013 à 9:30 :
Mêmes causes mêmes effets.L'Irlande,la Grèce c'est plié.Au suivant.
a écrit le 16/12/2013 à 7:32 :
Il faut bien payer pour les banques et sauver les actionnaires, les financiers, les bonus etc etc...normal non? regle europeenne
a écrit le 16/12/2013 à 7:09 :
L' Irlande est sauvé mais pas les Irlandais
a écrit le 15/12/2013 à 22:34 :
Sous-titré : Mort aux pauvres. Cela ne trompe plus personne.
a écrit le 15/12/2013 à 20:42 :
a pardon je n'ai pas tout compris personne ne parle de rembourser ?? l'aide est à titre gratuit c'est un cadeau ??? leurope et le FMI seront ils remboursés ?? personne n'en parle
a écrit le 15/12/2013 à 19:38 :
L'aide financière européenne avec le FMI est la plus injuste des austérités.
a écrit le 15/12/2013 à 18:36 :
Au lieu de faire subir aux classes moyennes et pauvres des cures d'austérité, l'Irlande devrait aligner ses taux d'imposition sur ceux de l'Europe. Les entreprises paieraient ainsi leur part normale et l'argent ainsi recolté pourrait être utilisé pour développer l'économie du pays sans avoir à pomper l'argent des autres contribuables européens !!!
Réponse de le 16/12/2013 à 7:59 :
si les taux d'imposition sont pareils qu'en Europe les entreprises concernées iront
s'installer dans d'autre paradis fiscal et les emplois avec
Réponse de le 16/12/2013 à 8:29 :
Il est bien connu que les Îles Caïmans sont un gisement d'emplois ...
Réponse de le 16/12/2013 à 18:19 :
@jacotte: tu confonds paradis fiscal pour planquer son pognon et paradis fiscal pour ne pas payer d'impôts. Pour croire qu'on installe une usine et qu'on la démonte si facilement, tu dois pas avoir un grand sens du business :-) Dis-nous par exemple combien de grandes entreprises délocalisent leur production aux Caimans par exemple :-)
Réponse de le 24/01/2014 à 8:01 :
non mais en chine ou en Indonésie ou????? .........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :