La zone euro débloque l'aide de 1 milliard d'euros à la Grèce

 |   |  422  mots
La zone euro a donné son feu vert au versement d'un milliard d'euros d'aide.
La zone euro a donné son feu vert au versement d'un milliard d'euros d'aide. (Crédits : reuters.com)
Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a annoncé mardi qu'Athènes recevra cette semaine un versement bloqué depuis des mois.

1 milliard débloqué. La Grèce a finalement obtenu mardi l'accord de la zone euro pour le versement d'une tranche d'aide prévue dans le cadre du second programme d'aide. 

Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem, a annoncé cette décision mardi. Il a déclaré dans un communiqué:

"Je note avec satisfaction que la Grèce a répondu aux quatre demandes de la troïka (BCE, UE et FMI) représentant ses créanciers."

Bons points pour la restructuration des entreprises publiques

Le président de l'Eurogroupe a salué certaines réformes engagées par Athènes notamment celles qui concerne l'administration publique ainsi que la restructuration ou liquidation de trois entreprises publiques qui devaient être privatisées, mais aussi une réforme concernant le statut des avocats et une autre pour améliorer la situation financière des deux compagnies fournissant l'eau dans le pays. 

Il a ajouté qu'il souhaite que les autorités grecques et la troïka vont "rapidement terminer leurs discussions afin de permettre l'achèvement de l'examen en cours du programme d'ajustement économique du pays".

Blocage sur le sort de plusieurs entreprises semi-publiques

Jusqu'à lundi les négociations sur le versement de cette nouvelle tranche d'aide bloquaient en particulier sur l'avenir de l'entreprise semi-publique de défense EAS, lourdement endettée.  Selon la télévision publique grecque (DT), l'accord avec la troïka sur l'EAS porte sur le maintien de trois des cinq usines de l'EAS tandis qu'un plan de départ volontaire de 500 employés sera mis en place.

Un moitié pour le FESF, l'autre pour le MES

Dans le détail, la moitié de la somme sera versée cette semaine et proviendra du FESF, le fonds de secours de la zone euro. Elle servira à couvrir les besoins financiers du pays, a indiqué dans un communiqué à part le FESF, qui a rappelé qu'il devait encore verser 10,2 milliards d'euros à la Grèce.

L'autre moitié correspond aux bénéfices restants des banques centrales de la zone euro sur les obligations grecques et sera versée dans le même temps sur un compte bloqué via le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Représentants de l'UE, de la BCE, du FMI devaient quitter mardi Athènes où ils étaient de retour depuis la semaine dernière. La troïka sera de nouveau à Athènes en janvier pour tenter d'en terminer avec les autres points sensibles de son audit trimestriel des réformes du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2013 à 14:43 :
Et le prochain milliard, c'est quand ?
a écrit le 18/12/2013 à 14:12 :
Si l'Etat pouvait m'accorder 100 euros pour finir le mois...
Réponse de le 18/12/2013 à 17:54 :
@à votre bon coeur: ce que tu suggères existe déjà, cela s'appelle le RSA :-) On supprime ton emploi, on t'oblige à réduire encore plus tes dépenses et on te verse une aumône de survie (le RSA) :-)
a écrit le 18/12/2013 à 12:14 :
ne rouspete pas ,car les suises payent pour nous !
a écrit le 18/12/2013 à 12:09 :
Rien de plus oppressant que le supplice du goutte à goutte. Des queues de cerises (1 milliard), annoncées des mois à l'avance, différées pour chantage aux économies supplémentaires et royalement versées avec trompettes et tambourins pour satisfaire la com des financiers européens. Mais c'est vrai qu'un bon gros défaut de la dette embêterait tout ce petit monde parce que les intérêts rapportés sont quand même royaux...
a écrit le 18/12/2013 à 9:45 :
Avions nous un autre choix ? A chaque nouveau "cadeau" à la Grèce on nous fait ressentir un suspense alors que nous sommes l'otage complaisant d'un pays qui nous tient et qui menace de ne rien rembourser des milliards d'armes et de produit que nous leur avons vendu dans une totale irresponsabilité !
a écrit le 18/12/2013 à 9:11 :
en langage courant se dit " abandon de créances "
a écrit le 18/12/2013 à 9:07 :
Payer pour les grecs, payer pour les roumains, les bulgares, les portugais, les palestiniens, les espagnols etc ..; etc ...
+ que marre ! et vous voulez les ukrainiens ? la situation actuelle ne vous suffit pas ?
Réponse de le 18/12/2013 à 9:28 :
Tout a fait d'accord avec vous, et nous pendant ce temps on nous pressure de
taxes
Réponse de le 18/12/2013 à 12:58 :
et n'oublions pas les milliards engloutis par les printemps arabes, le mali, et maintenat la Centrafrique ..., les centaines de millions inscrits tous les ans dans le budget de l'Etat pour l'Aide Médicale aux Etrangers. Et a coté de ça, on laisse crever nos vieux, et ne donnons plus d'espoir à nos jeunes.
et nous, on nous garotte un peu plus tout les ans ... pour essayer de colmater un puit sans fond...
Réponse de le 18/12/2013 à 14:13 :
La CMU européenne est en place...et pour longtemps

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :