L’ex-patron des patrons allemand devient tête de liste des eurosceptiques

 |   |  1094  mots
L'ancien patron des patrons allemand Hans-Olaf Henkel sera tête de liste des eurosceptiques allemands
L'ancien patron des patrons allemand Hans-Olaf Henkel sera tête de liste des eurosceptiques allemands (Crédits : Reuters)
Hans-Olaf Henkel devrait mener la liste d’Alternative für Deutschland en mai prochain. Un libéral très opposé à la monnaie unique qui pourrait sauver un parti en proie à des dissensions internes. Et gêner Angela Merkel.

Après un mois de tergiversations et d'hésitations, l'ancien patron des patrons allemands, Hans-Olaf Henkel devrait, selon la presse allemande, se présenter comme tête de liste du parti anti-euro Alternative für Deutschland (AfD) aux élections européennes de mai prochain. Avec un objectif qui semble loin d'être inatteignable : passer la barre des 3 % des suffrages exprimés pour entrer au parlement européen. Le 22 septembre dernier, lors des élections fédérales, AfD avait frôlé les 5 % qui lui auraient permis d'entrer au Bundestag en récoltant 4,7 % des voix.

Un parti déchiré

Ceci peut paraître paradoxal, mais le choix de Hans-Olaf Henkel ressemble à une opération de la dernière chance. Le parti est en effet en pleine crise de croissance et de conscience. Les fédérations régionales sont à feu et à sang, deux ailes semblent s'opposer : une aile droite tentée par une rhétorique islamophobe et qui tente de séduire les électeurs du parti néo-nazi NPD menacé par la faillite et une aile « libérale » tentée de se concentrer sur la critique de l'euro. Le chef du parti, Bernd Lucke, est très clairement dans le second camp. Mais il est aussi très contesté.

L'anti-Bernd Lucke

Protestant rigoureux et réservé, économiste sérieux de l'école ordolibérale allemande, exemple de ce que pouvait jadis être le citoyen bourgeois de la ville hanséatique de Hambourg, Bernd Lucke souffre d'un manque cruel de charisme et d'aisance médiatique. Ce n'est pas le cas de Hans-Olaf Henkel. Chroniqueur au vitriol dans le quotidien économique Handelsblatt, l'ancien président de la puissante fédération de l'industrie allemande (BDI) jusqu'en 2000, est un habitué des médias allemands. Et surtout, il est réputé pour son franc-parler.

La « chancelière à la langue fourchue »

Hans-Olaf Henkel n'hésite pas à qualifier Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral des Finances, de « professionnel de la tromperie » et d'Angela Merkel de « chancelière à la langue fourchue. » A chaque sortie médiatique, il part en guerre contre les « fanatiques de l'euro. » Son discours « anti-système » a toute les chances de plaire aux nombreux électeurs d'AfD issus de l'ex-RDA et jadis partisans du parti de gauche Die Linke. Mais Hans-Olaf Henkel pourra aussi satisfaire l'aile droite du parti : il a longtemps été partisan de Thilo Sarrazin, cet ancien élu social-démocrate et membre du directoire de la Bundesbank, auteur d'un pamphlet anti-immigration L'Allemagne se Défait ») et anti-euro (« L'Europe n'a pas besoin de l'euro »).

« Sauvez Notre Argent ! »

Mais celui qui siège encore dans de nombreux conseils de surveillance des grandes entreprises allemandes et qui a longtemps dirigé la filiale allemande d'IBM est aussi un vrai libéral. Il a longtemps été proche du parti libéral, la FDP, aujourd'hui éjecté du Bundestag. C'est au nom du libéralisme qu'il combat l'euro, instrument qui, selon lui, détruit la responsabilité des Etats et conduit à la centralisation bureaucratique bruxelloise. Dans ses nombreux livres, et notamment dans « Sauvez Notre Argent ! », un des best-sellers de ces dernières années outre-Rhin, Hans-Olaf Henkel s'insurge contre la mise en gage de l'épargne des Allemands au profit des autres pays de la zone euro, notamment ceux du sud. Le libéralisme de Hans-Olaf Henkel est un libéralisme à l'allemande, fondé sur un cadre de responsabilité national, un Etat national protecteur mais non intrusif, une banque centrale indépendante et soucieuse de la stabilité monétaire.

Critique libérale de l'euro

Pour lui, la monnaie unique est une remise en cause de ce cadre. C'est un encouragement à l'irresponsabilité, à la mise en commun des dettes, au laxisme monétaire. Un tel discours à un impact non négligeable dans une Allemagne qui est extrêmement mal à l'aise avec la politique de taux bas et les sommes engagées dans les différents « plans de sauvetage. » Il porte notamment chez les électeurs déçus de la FDP, qui voient dans la politique d'Angela Merkel un abandon du socle théorique économique qui a fondé la République fédérale.

Au moment des élections au Bundestag, la presse allemande s'interrogeait sur le devenir du « libéralisme allemand. » Hans-Olaf Henkel, lui, apporte une réponse claire : « AfD est la seule alternative à l'eurocentralisme défendu par la CDU, la CSU, la SPD et la FDP. » Et c'est pourquoi depuis le moment où Angela Merkel a fait du sauvetage « à tous prix » de l'euro sa priorité, Hans-Olaf Henkel pilonne chaque semaine sa politique dans les colonnes du Handelsblatt. Aucune des concessions et garanties que peut arracher le gouvernement fédéral en Europe ne lui semble suffisant. Même la très diluée et peu concentrée union bancaire va, pour lui, trop loin.

Une conversion réussie à la politique ?

Médiatique, anti-système, libéral, Hans-Olaf Henkel a donc tous les atouts pour remettre AfD sur les rails et même faire progresser le parti. Mais sa tâche ne sera pas aisée. La politique est un monde à part et bien des chefs d'entreprise ou des ex-chefs d'entreprise s'y sont cassés les dents. Récemment, le patron austro-canadien Franz Stronach en a fait l'amère expérience avec son parti personnel « Team Stronach », qui n'a guère percé dans les élections fédérales autrichiennes, avec un discours assez proche de celui d'AfD. Hans-Olaf Henkel a beau avoir 74 ans, il est un débutant en politique et il arrive au milieu d'un chaos. Il lui faudra tenir ses troupes, contenter tout le monde sans blesser personne et maintenir une ligne d'équilibre précaire entre le sérieux de ses arguments anti-euro et une certaine forme de démagogie nécessaire pour fédérer les mécontents.

Menace pour Angela Merkel ?

Reste que si l'arrivée de Hans-Olaf Henkel dynamise à nouveau AfD, toujours donnée à environ 5 % des intentions de vote dans les sondages, ce sera une bien mauvaise nouvelle pour Angela Merkel. La chancelière, qui doit en grande partie, rappelons-le, sa nouvelle « grande coalition » au bon score d'AfD et à l'effondrement de la FDP, craint toute poussée eurosceptique. C'est pour cette raison qu'elle a fait abandonner à la SPD l'essentiel de son projet sur l'Europe. Si AfD progresse, Angela Merkel répondra par un durcissement de sa position européenne et sans doute insistera pour imposer avant les élections de mai ses fameux « contrats de compétitivité » qui vise à imposer dans la zone euro le modèle de compétitivité allemand. D'ores et déjà, l'influence des eurosceptiques allemands dépasse largement leur poids électoral.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2014 à 13:29 :
Excellente nouvelle !
Une grande partie des élites dirigeantes allemandes, et notamment du monde des affaires, souhaite plus ou moins publiquement un rapide démantèlement de l’euro.
En ce sens l'analyse de Monsieur François Asselineau, président de l'Union Populaire Républicaine est bien fondé
a écrit le 11/01/2014 à 14:32 :
Ca fairt des années que Olaf Henkel dénonce le dysfonctionnement de l´Euro du fait qu un certain nombre de pays se foutent royalement des accords de Maastrich lequel - si il avait ete appliqué - aurait garanti la stabilité de la monnaie et empeché le gonflement des dettes dans certains pays.
Cela fait des années qu il plaide pour une division de la zone et la mise en place d´une zone " Neuro" et d´une zone "Sudo"
Réponse de le 12/01/2014 à 18:05 :
l'allemagne devrait sortir de l'euro. Il ne reste plus que ça à faire.
a écrit le 10/01/2014 à 13:14 :
Pauvre Allemagen... Sans les autres pays européens, elle n'en serait pas arrivée là où elle en est. Certes, leur gestion est rigoureuse... Quoique... Mais surtout, les allemands ont oubliés que leur premier marché, c'est l'Europe. Et si l'Europe vacille, l'Allemagne suivra.

Et si la politique allemande s'oriente vers un euroscepticisme... elle commencera à scier la branche sur laquelle elle est assise...
Réponse de le 11/01/2014 à 1:56 :
Et après, les Allemands vont tous mourir dans d'affreuses douleurs. Surprenante cette réthorique eurobéate. Pas touche à mon UE technocratique et anti-démocratique au possible, qui foule au pied les souverainetés nationales.
a écrit le 09/01/2014 à 16:08 :
pour les Allemands la banque centrale doit être indépendante tant qu'elle fait ce que l'Allemagne veut, elle est superbe l'indépendance de la BCE...
a écrit le 09/01/2014 à 15:13 :
Hans-Olaf Henkel veut couler l'allemagne.
Réponse de le 11/01/2014 à 1:57 :
Quand a vous, vous pourriez vous couler un bain apaisant, ça vous éviterait d'écrire des âneries.
Réponse de le 12/01/2014 à 18:04 :
pourqoui vous dites ça ? L'allemagne a besoin de l'euro. Sans l'euro, l' Allemagne serait en déclin.
a écrit le 09/01/2014 à 13:58 :
Enfin, un patron sensé ! d'autres en France et ailleurs pourraient bien s'y inspirer.
a écrit le 09/01/2014 à 12:47 :
100 % d accord !!!!
Hans-Olaf Henkel est un libéralisme à l'allemande, fondé sur un cadre de responsabilité national, un Etat national protecteur mais non intrusif, une banque centrale indépendante et soucieuse de la stabilité monétaire.
Olaf Hnekel ( ancien patron IBM Allemagne) était un invité régulier apprécié sur les podiums télévisés des grandes chaines . On ne le voit plus. C est clait, il a ete ecarté !
Les 2 grandes chaines TV allemandes sont indirectement téleguidées par les grands partis politiques !
Réponse de le 10/01/2014 à 17:23 :
Il est urgent pour l'Europe, que des politiques RESPONSABLES et déterminés puissent enfin mettre de l'ordre dans le système européen type usine a gaz et avantages en tous genres !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :