Compétitivité, déficit... ce que Bruxelles espère de la France

 |   |  884  mots
Bruxelles a sévèrement mis en garde la France sur son déficit public et sur sa compétitivité mercredi. La Commission européenne attend une réduction drastique des dépenses publiques et un renforcement de la compétitivité des entreprises françaises. (Photo : Reuters)
Bruxelles a sévèrement mis en garde la France sur son déficit public et sur sa compétitivité mercredi. La Commission européenne attend une réduction drastique des dépenses publiques et un renforcement de la compétitivité des entreprises françaises. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Bruxelles a placé la France sous "surveillance renforcée", dans le cadre du semestre européen, et dresse un diagnostic sévère de l'économie française. Paris se défend timidement et surtout, s'apprête à donner des gages.

C'est un coup de semonce qu'a asséné Bruxelles à François Hollande, malgré ce qui a été qualifié par certains de "virage social libéral". La France a en effet été placée sous "surveillance renforcée" en raison notamment de l'inquiétude d'un dérapage de ses finances publiques en 2014. La deuxième économie de la zone euro se retrouve ainsi aux côtés de l'Espagne et de l'Irlande, à une différence prêt. Ces deux pays sont sous surveillance "post-programme", c'est-à-dire qu'ils sont "sur la bonne voie" après avoir été placés sous assistance financière, mais qu'ils ne sortiront de la procédure que lorsqu'ils auront remboursé une part substantielle de l'aide.

Bruxelles incrédule sur le déficit public

Pour la France, le diagnostic est bien plus sévère. La Commission européenne considère en effet qu'avec un déficit public nominal estimé à 4% du produit intérieur brut en 2014, Paris n'est pas en mesure de remplir sa promesse de passer en dessous des 3% en 2015.

Elle explique en effet que malgré les mesures prises depuis 2010, la France n'a cessé de faire croître sa dette, s'exposant, elle et toute la zone euro en raison de son caractère "systémique", à un risque de "turbulences" sur les marchés. "Ce n'est pas uniquement son économie qu'elle met en péril, mais toute la zone euro," insiste-t-on à Bruxelles.

Sans coupe dans les dépenses, risque de sanctions

Si du point de vue du déficit nominal, c'est-à-dire sans correction de la conjoncture, Bruxelles considère que Paris n'a aucune chance de rentrer dans les clous, un espoir est en revanche permis s'agissant du déficit structurel, c'est-à-dire corrigé de la conjoncture. A ce titre, la recommandation est simple et sans surprise : il faut couper dans les dépenses. Faute de quoi, l'objectif d'un déficit structurel maîtrisé ne pourra pas être atteint non plus.

Ceci n'est certes qu'une recommandation, mais si le tir n'est pas corrigé par Paris d'ici là, Bruxelles pourrait alors passer à la vitesse supérieure en demandant au Conseil européen, qui réunit les chefs des État membres, de constater l'absence d'effort. Dernière palier avant des sanctions financières.

Rétablir les marges des entreprises

Comme si cela ne suffisait pas, Bruxelles s'inquiète aussi de la perte de compétitivité de la France à l'export, soulignant la "détérioration de la balance commerciale". La France a perdu 14% de parts de marchés à l'export, souligne-t-on à la Commission.

Là encore, la solution est toute trouvée. Il faut rétablir les marges des entreprises en réduisant les charges pour faire baisser les coûts. Seul moyen, selon Bruxelles, de dégager des capacités d'investissements créateurs d'emplois. En ce sens, le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) est jugé inefficace.

Le virage "pas assez libéral" de François Hollande

A la Commission, on insiste aussi sur les rigidités du marché du travail français, malgré la réforme du contrat de travail adoptée en janvier dernier. Le salaire minimum est lui aussi pointé du doigt car, jugé trop élevé, il n'inciterait pas les salariés à se former pour augmenter leurs qualifications. Selon la Commission, cette augmentation des qualifications permettrait pourtant à l'industrie d'augmenter sa compétitivité hors coût. Bref, d'améliorer l'offre des entreprises françaises à l'international.

De quoi rappeler les propos récents de François Hollande lors de la présentation de son Pacte de responsabilité fait de réduction des dépenses publiques et de baisse des charges pour les entreprises. Il s'était alors rangé ouvertement du côté de la politique de l'offre en reprenant les mots de l'économiste libéral Jean-Baptiste Say. Malgré tout, son Pacte est encore jugé très flou à Bruxelles.

Bercy juge la vision de Bruxelles partielle

En somme, François Hollande devra donner des gages sur à peu près tout, avec guère de choix quant à la manière. Pour l'heure, à Bercy, on rappelle dans un communiqué les mesures d'économies jugées "considérables" par la Cour des comptes en 2013. On se félicite par ailleurs du fait que la Commission ait validé les prévisions de croissance du gouvernement à 1% en 2014 et 1,7% en 2015.

On rappelle aussi que la vision du déficit public qu'a Bruxelles pour 2013 n'est que partielle car elle ne comporte pas les données concernant les administrations publiques. Celles là mêmes qui présentent souvent des surprises, admet-on à la Commission. Elles seront publiées par l'Insee le 31 mars prochain.

Paris va donner des gages

En ce qui concerne la compétitivité, un accord vient d'être signé entre le patronat et les syndicats sur les contreparties apportées par les entreprises en terme d'emploi en échange des allègements de charges prévus par le Pacte de responsabilité.

Le gouvernement fixe le prochain rendez-vous à la mi-avril, lorsqu'il présentera au parlement son "programme de stabilité et son programme national de réforme", qui comprennent un volet compétitivité et un volet dépense publique. C'est sur la base de ces données que Bruxelles devra juger "la situation précise" de la France, selon Bercy. Bref, à Paris, on se défend mais aussi… on veut donner des gages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2014 à 11:54 :
On peut récupérer 7 milliards d'euros facilement en demandant que Bruxelles ne s'occupe que de la Belgique...
a écrit le 11/03/2014 à 14:12 :
Et pour le 1000 feuilles, on divise par deux les régions avec nos 36000 communes? C'est bureauland, le royaume du gras bureaucrate fainéant qui empêche la croissance et l'emploi! Résultat le PIB par habitant se réduit, le tout en déficit de 4 points! On ne fait pas dans le démagogue qui fait des chômeurs et en profite bien, on fait dans le gépéiste et le politbureau qui efface les citoyens des listes?
a écrit le 10/03/2014 à 0:25 :
Peut importe ce que les syndicats signent avec les patron, les entreprises ne marcheront pas mieux. Même en y injectant d'énormes quantité d'argent, l'économie est depuis trop longtemps sous perfusion pour être capable de devenir compétitive, ce qu'elle n'a plus été depuis des décennies. Le gavage de subventions et optimisations fiscales a rendu nos entreprises inaptes à la compétition économique. Même l'état nous montre qu'il ne sait pas améliorer sa productivité avec la gestion déplorable des finances du pays. En France, personne n'a la recette : une belle brochette de vainqueurs !
Réponse de le 12/03/2014 à 15:14 :
Tu parles d'un vainqueur, c'est le royaume du boulet! Voyez l'école qui fabrique des diplômés exclus et des illettrés! On joue à Vercingétorix... le roi de la défaite! On est fier d'être nuls!
a écrit le 08/03/2014 à 11:12 :
La France et l'Europe du Sud ne font pas assez d'efforts pour détruire leurs économies avec l'austérité. La Commission européenne antidémocratique dit n'importe quoi
Réponse de le 12/03/2014 à 15:12 :
En effet le sud européen est suicidaire!
a écrit le 07/03/2014 à 14:39 :
La Commission de Bruxelles est aux mains des libéraux, bien soutenue par le félon Barosso. Cet organe anti-démocratique est à supprimer de toute urgence. Il n'y a pas besoin d'une telle Commission qui ne cherche à harmoniser qu'en nivelant par le bas ou en faisant appliquer des directives qui lui sont soufflées (imposées...) par les lobbies.
a écrit le 07/03/2014 à 11:43 :
Il faudrait cesser de couper les cheveux en 4... Si les 81% de français opposés à la politique de chômage se fédéraient, ça ferait bobo! Si Bruxelles demande des réformes de structure, on demande aussi que l'Etat se remette en cause! On nous prévoit au FMI 1% de croissance 2014, rien n'est moins sûr vu le recul du PMI malgré la hausse en Europe, nous sommes victimes de notre manque de compétitivité dans la zone et hors zone... Le FMI annonce aussi une hausse du chômage cette année... encore du bon travail! On parle de dégraisser le Léviathan tentaculaire, on fait des JO du gras? L'exception française c'est la maladie des bureaux, des politbureaux et des gépéistes rois! Ainsi on voit des organisations de salariés dont les doléances ne sont pas celles des organisations étatiques subventionnées... Il parait qu'on fait dans l'emploi réservé. Et toujours 50% de diplômés au chômage... Et le FMI demande de baisser les dépenses et les électeurs les impôts... Ne ferait-on pas dans la démocraSSie avec des élus sur un malentendus et des malentendants? Résultat, 2/3 des salariés ont peur au travail. Cela manque de grands électeurs dans cette Europe pour éviter que des gens malveillants prennent le pouvoir, dévastent le pays et font fortune au détriment des autres... heureusement que nous ne sommes pas dans ce type de démagogie de mots crasseux! Si la cote de la présidence est faible, c'est que notre système est déviant... on ne finance pas la croissance, à quand les subventions aux diplômés? Sur le chômage on respecte l'engagement... par radiation? Alors notre antienne: la croissance, c'est pour quand? Bonnes cigales à la Gaston en espagrilles, chantons: on dirait le sud...
Réponse de le 07/03/2014 à 12:34 :
le problème c'est l'optimisation fiscale et pas les fonctionnaires souvent smicards mdr
Réponse de le 07/03/2014 à 13:35 :
vous ne devriez plus avoir accès aux soins pour faire des économies.
a écrit le 07/03/2014 à 11:19 :
baisse générale des salaires à commencer des pdg du cac 40 pour améliorer la compétitivité par rapport au tiers monde
Réponse de le 12/03/2014 à 15:19 :
Tout à fait, on tire sur la population, on détruit nombre de foyers et on laisse les comptes à l'étranger des grandes fortunes! On parle d'économies, pourquoi ne pas dérembourser les médicaments, puisqu'on fait du social à l'envers! ANTI SOCIAL ET CONTRE PERFORMANT, voila un bon système! Gaston le roi faignant en espadrille!
a écrit le 07/03/2014 à 0:28 :
Pouvez-vous commenter ce qu'on trouve dans la presse: Bruxelles place notre pays "sous surveillance renforcée", cherche à nous sauver du naufrage vers lequel la politique du gouvernement nous conduit irrémédiablement. La vérité, c'est que la France est très gravement malade et que son état de santé empire chaque jour, contrairement au discours officiel qui voudrait nous faire croire que les choses sont en train de s'arranger grâce aux courageuses réformes engagées. La Commission pointe du doigt la poursuite simultanée de la dégradation des finances publiques et de la compétitivité. Elle constate qu'à cause d'un coût du travail trop élevé, la France continue à perdre...
Réponse de le 07/03/2014 à 10:34 :
oui il faut baisser les salaires de toute urgence.
a écrit le 07/03/2014 à 0:11 :
C'est amusant, on pourrait imaginer que Bruxelles envoie des choux: régler les déficits, la compétitivité et réformer le marché aux puces du travail! Alors ça nous fait un bon plat de choux de Bruxelles et de saucisse d'Eurofort, ça change de la tête de veau! On arrive sur la zone lourde au dessus des 1,40?
a écrit le 06/03/2014 à 22:34 :
De toute façon toute la zone doit faire des efforts... de tels niveaux de chômage ne sont pas acceptables!
Réponse de le 07/03/2014 à 11:17 :
les pays du sud n'ont pas encore fait assez d'efforts. le problème c'est que les efforts qu'ils font détruisent leurs économies
a écrit le 06/03/2014 à 21:41 :
Je suis d accord avec bruxelle , on doit baisser les charges sur les salaires et laisser chacun cotiser à sa convenance pour les protections ou cotisations retraites et autres ... Baisser le smic des collaborateurs non qualifiés , comme en ALlemagne car non productifs ... Empêcher les lobbies de l immo de ne pas construire assez pour maintenir des prix élevés ... Les prix baissent ... Un peu de déflation pour s allonger sur les premiers ( Allemands).
a écrit le 06/03/2014 à 18:54 :
à quand la fin de la dictature de la Commission non élue par le peuple qui fait peur aux gouvernements européens élus?
Réponse de le 06/03/2014 à 19:41 :
Tout à fait d'accord et ceux qui en remettent une couche contre le secteur public au passage parce que ça leur tient lieu d'argument unique me font bien rire : la dictature de Bruxelles qu'ils défendent au passage n'est rien d'autre qu'une oligarchie de fonctionnaires .....mais apatrides ceux là ...
Réponse de le 06/03/2014 à 20:46 :
Je partage votre point de vue d'avoir une commission élue et je rajouterais, de donner plus de pouvoir au parlement européen par rapport a la commission.
a écrit le 06/03/2014 à 18:53 :
Shangai Kid de Popincourt de Sully de Bettancour de Monaco ,
Oui , bah quoi , j'ai allongé mon blaze en ayant eu recours à la corruption. Ils sont tous corrompus , non , alors , pourquoi j'y aurai pas droit , moi aussi ???
Hein ???

Ha oui , c'était pour vous dire que , moi aussi , je trouve que l'europe , c'est le crime parfait.
a écrit le 06/03/2014 à 18:48 :
Je crois que vous n'avez pas compris la gravité de la situation.
Bruxelles vient de mettre en garde la France sur sa gestion.
Hollande a été d'accord sur tous les objectifs.
Cela signifie que nous allons tous ...je dis bien tous...passer à la moulinette...
Jeunes , vieux , entre-deux et autres cantals , ils vont pressurer au MAXIMUM.
Ce n'est pas seulement la classe laborieuse des employés qui va souffrir , la classe moyenne , comme c'est le cas aux USA va disparaître. Par excès de prélèvements.
Plus vous attendrez , plus ils sauront que vous pouvez être prélevés davantage encore.
La Grèce et Chypre n'étaient que des répétitions.
Maintenant , vous êtes dans la Générale.
Réponse de le 08/03/2014 à 17:34 :
@Shangai kid 18.48
Votre position m'évoque les conversations de mazarin et colbert dissertant sur l'impôt et en l'occurrence sur ...à qui peut-on encore piquer des sous ???... !!! Sinon, votre solution ?
Extrait d’une conversation entre Colbert et Mazarin sous LOUIS XIV
Nos gouvernants n’ont rien inventé, même méthode que sous l’ancien régime
Colbert : Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…
Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l’Etat… L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’Etat en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les Etats font ça.
Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
Mazarin : On en crée d’autres.
Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
Mazarin : Oui, c’est impossible.
Colbert : Alors, les riches ?
Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.
Colbert : Alors, comment fait-on ?
Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d’un malade) ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !
Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…
C’est un réservoir inépuisable.
Extrait du Diable rouge d'Antoine RAULT.
Réponse de le 10/03/2014 à 17:21 :
Tellement vrai. Pour une fois j'aime bien votre commentaire Godrev.
a écrit le 06/03/2014 à 18:40 :
Bravo à l'Europe. La France ne fait aucune réforme de fond, notre gouvernement est pitoyable. Troupeau de ministres pléthorique, parlementaires en surnombre, fonction publique à crever avec des avantages exorbitants par rapport au privé, régimes spéciaux toujours à nous vampiriser, agences d'état inutiles toujours pas balayées, aucune réforme de l'empilement administratif. Le gouvernement nous promet du vent et propose des emplois-cul-de-sac pour les jeunes. Une dépense publique insoutenable et un endettement toujours grossissant. On nous annonce une hausse du chômage comme étant une baisse. Si l'Europe n'était pas là pour nous rappeler les réformes indispensables pour survivre et prospérer, ne comptons pas sur nos gouvernements successifs pour le faire car les gouvernants pensent plus à leurs ré-élections qu'à la bonne gestion.
Réponse de le 06/03/2014 à 18:47 :
Il faut sortir de'l'union le plus vite possible et retrouver notre monnaie nos frontieres et notre identite les europeistes sont des traites a la nations et seront demain juges comme tel .
Réponse de le 06/03/2014 à 19:18 :
nous ne faisons pas les réformes qui ont coulé la Grece et une partie de l'Europe du Sud. désolé
Réponse de le 06/03/2014 à 20:44 :
Des traites a la nation. ?? Comme vous y allez...ce n'est pas parce qu'ils ont une opinion différente de la votre qu'ils n'aiment pas leur pays. Ils pensent que l'Europe est une chance pour le France là où vous, vous pensez l'inverse. C'est tout. Et pas plus que ca.
Réponse de le 07/03/2014 à 17:23 :
@CQFD
merci,
enfin un avis clairvoyant.
Il faut commencer par rationaliser les dépenses et les rentrées d'argents !
Trop de micro taxes débiles et opaques : taxe sur les soda :(, sur les Mickey :(, éco taxe :(, CGS RDS ... tout ça ne sert à rien il faut juste un prélèvement à la source et une TVA.
Trop de gaspillage. On va devoir prendre l'argent là où il est :
- salaires de nos PDG
- de nos élus
- retraite : les retraités gagnent plus que les actifs en France ! On marche sur la tête !!!!!
- régime spéciaux
- frais de nos élus entièrement remboursés !! Un cigare très cher ? Allez je t'invite chez Bernard Loiseau !
- gaspillage public très important
- trop de remboursement des soins (pas toujours, mais c'est un sacré business dans l'ensemble) ou des médicaments
a écrit le 06/03/2014 à 17:05 :
Pourquoi la France reste-t-elle encore attachée à cette monnaie de singe que c'est l'euro et à cette oligarchie parrainée par l'Allemagne ? c'est parce que notre pays doit énormément à Bruxelles ou alors parce que nous sommes toutes des lâches qui ambitionnent toujours d'avoir le beurre et l'argent du beurre ? mais de quel beurre, bon sang ?? l'Europe est endettée jusqu'au cou et l'Allemagne freine l'essor de la France, on restera dans ce bourbier pour des générations, croyez-moi. Quittons vite cette mascarade qui s'appelle UE et cette monnaie de singe, revenons à notre France éternelle, à notre vraie monnaie nationale et à notre indépendance !!
Réponse de le 06/03/2014 à 18:52 :
félicitations. SI UN HOMME POLITIQUE TENAIT CE DISCOURS JE VOTRAIS POUR LUI
Réponse de le 07/03/2014 à 14:26 :
@ Stephane
Il n'y a dans ce cas que le FN.
Réponse de le 07/03/2014 à 17:32 :
lol Falcon !
Le problème c'est l'UE. Pour sûr. Après ce sera quoi ? Les immigrés?

Non non je vous assure le problème est bien franco-français! Ce n'est pas la faute des autres, inutile d'aller chercher ailleurs.

Nous sommes dirigés par des amateurs carriéristes qui n'ont aucun courage politique. Ils ne veulent surtout pas de changement car cela signifierait leur fin à tous. Le système est devenu tellement compliqué que plus personne ne peut rien y changer. Ce qu'il faut c'est une bonne révolution.
Vive la VIème République !
a écrit le 06/03/2014 à 14:56 :
Bruxelles exige que la France baisse le smic ou le supprime sous menace de sanctions financières. Ou va t on ?
Réponse de le 06/03/2014 à 17:22 :
Dans 10 ans ce sera toujours pareil j'entendais déjà se refrain en 1981 ...

Vous rêvez les yeux ouvert, il n'y aura aucun changement de gauche a droite aux extrême , il veulent tous la meme chose le pouvoir pour s'en mettre plein les fouilles.

Non ça n'a plus d’intérêt, tant que tous sera régulé par l'état et ces branque de fonctionnaire et de politicien, rien de bougera, par contre gare au retour de manivelle mais dans tous les cas ce sera encore le peuple qui trinquera ....
a écrit le 06/03/2014 à 14:25 :
Bruxelles vampirise l'Europe du sud avec son austérité coupes budgétaires pour l'Allemagne.
a écrit le 06/03/2014 à 14:20 :
En fait, ce que veut Monsieur OLI REHN, c'est un programme ultr-libéral ? Et pourquoi n'a-t-il pas fait les mêmes reproches depuis 2010 ?
a écrit le 06/03/2014 à 13:49 :
Ou est passé mon commentaire de fin de matinée ? Possible de l'afficher ? GRRRRRRRR.
Merci.
a écrit le 06/03/2014 à 13:44 :
L'U.E., tu la quittes ou elle te tue !
a écrit le 06/03/2014 à 13:44 :
Et si l'Europe s'occupait de ce'elle devrait faire : Le protectionnisme absent de l'Europe alors que présent au USA, en Chine, et sur 80 pour-cent de la planète. Que le Yen et le Dollars sont artificiellement bas, et que cela ralentie nos exportation ? Que 95 pour-cent des échanges de devises sont le fait des banques qui spéculent contre nous (avant de nous prêter de l'argent à des taux incroyables). Des mille milliards de d'euros non soumis au Fisc dans les paradis fiscaux... Toute ces choses qui nous permettrait de sortir la tête de l'eau sans transformer nos travailleurs en esclave chinois.
Réponse de le 06/03/2014 à 15:20 :
L'Europe c'est le "buffet" du monde, il n'ont plus qu'a se servir! C'est la vengeance de l'histoire?
a écrit le 06/03/2014 à 13:24 :
La commission europeenne étant composée de 21 membres de droite sur 27, il ne fallait donc pas s'attendre à un autre discours d'autant qu'ils étaient persuadés que la droite repasserait en 2012 d'ou une grosse deception de la plupart des membres de cette commission .Ils font donc tout aujourd'hui pour destabiliser le gouvernement actuel.
Réponse de le 06/03/2014 à 13:35 :
Vous êtes un populiste vous niez l évidence l incompétence et le mensonge récurent de nos politiques .la dette c est pas seulement des chiffres avec des moins demander au grecs
Réponse de le 06/03/2014 à 13:54 :
C'est tout l'UMPS française qui était pour cette Europe des européistes, comme ils ont aussi voulu et imposer l'Euro à la France en la mettant de fait sous tutelle monétaire de Bruxelles. Alors votre petit couplet partisan pour une des franges politiques de l'UMPS n'a aucun intérêt, vos amis conservateur et collectivistes sont les seuls responsables en France, pour un info il n'existe aucun parti libéral en France et jamais la France ne fut dirigée par eux depuis des décennies, malheureusement, on voit le résultat.
a écrit le 06/03/2014 à 13:15 :
Bruxelles exige que le France baisse le SMIC ou le supprime pour être compétitive sous menace de sanctions financières. Ou va t on ???
Réponse de le 06/03/2014 à 13:36 :
BRUXELLES A RAISON. LE SMIC DOIT REVENIR A 7,50 EUROS POUR QUE LA FRANCE REDEVIENNE COMPETITIVE.
REGARDEZ EN IRLANDE CE QUI A ETE FAIT,ET CELA VA MIEUX DEPUIS........
Réponse de le 06/03/2014 à 14:58 :
vous cautionnez ça. les riches toujours plus au détriment des pauvres toujours moins pour être compétitifs
Réponse de le 07/03/2014 à 17:27 :
Je pense que le problème vient surtout des charges sur le travail. Si on taxait les bénéfices d'une boîte et non ses salariés il y aurait moins de chômeur (=> moins d'indemnités à reverser pour l'état), plus de création d'entreprise, plus de compétitivité de la France sur le plan international et au final ça pourrait rapporter autant aux caisses de l'Etat.
a écrit le 06/03/2014 à 12:06 :
Il est grand temps que Monsieur Hollande prenne ses responsablités et envoie paitre Bruxelles! Les coupes de dépenses ne font que ralentir le progrès de l´économie.
a écrit le 06/03/2014 à 11:42 :
l'économie française est convalescente:sans les rentrées de l'écotaxe,de nombreux projets sont abandonnés,c'est un scandale!l'écotaxe sera rétablie en juin après les élections.il ne serait pas absurde de l'appliquer a tous les véhicules(véhicules sans permis et deux roues inclus).l'écotaxe pourra ensuite s'appliquer a tous les outils avec moteur thermique du style tondeuse,tronçonneuse etc...
a écrit le 06/03/2014 à 11:24 :
Merci à LA tribune pour ces vrais informations qui interessent les francais alors que sur tf1, ---i tele et bfb nous n'avons que de l'intox buisson jupe etc umps confondus
a écrit le 06/03/2014 à 11:15 :
Il n'est pas défendu d'attendre et il est toujours agréable d'espérer.
(Carmen de Bizet acte II)
a écrit le 06/03/2014 à 10:38 :
Remettez nous nos frontières et la compétitivité reviendra!
Réponse de le 06/03/2014 à 18:42 :
C'est bientôt nous qui devrons aller en dehors de France chercher du travail, pas l'inverse. Ouvrez les yeux.
a écrit le 06/03/2014 à 10:20 :
On tire que les actifs: on supprime des emplois publics inventés et on fait fermer des sites de production. En revanche on conserve le bac... on réforme les taxis précaires mais pas les fonctionnaires qui ont l'avancement travail ou pas. C'est le règne de l'arbitraire... On nous annonce que la compétitivité recule...
a écrit le 06/03/2014 à 10:09 :
D'accord sur le déficit public, il faut surtout éviter de passer la barre des 2000 Mds d'endettement car si les taux FR. dérapent, alors cela devient dangereux et c'est ce qui fait peur à la Commission à juste titre. Pour la compétitivité, c'est plus discutable, même si bien sur il est nécessaire de l'améliorer. On ne connaît pas exactement les coûts respectifs, et surtout cela dépend des secteurs, des branches et même entreprise par entreprise...en fait, la Commission ne se base que sur les positions respectives dans le commerce international ,et en plus en valeur relative. Ce n'est pas complètement significatif, même si ce n'est pas anodin.
a écrit le 06/03/2014 à 10:07 :
Ah on parle compétitivité, emploi, croissance et déficits... ce qui nous amène à la question de la dette et de son remboursement. Cela ne change rien au fond du problème: on compte 50% de diplômés sans travail. et même sans droit avant 25 ans, qui parle de régime social? Tant qu'à faire qu'on alligne tout le monde et qu'on mitte-raille tout ça! On fait dans la crapule anti jeune et anti emploi au sud de l'Europe!
Réponse de le 06/03/2014 à 13:42 :
Anti jeune... mais aussi anti vieux! Essayez donc de trouver un job passé 50 ans, vous verrez la galère!

En fait, l'employabilité en France, c'est de 30 à 45 ans. Avant, on est trop jeune et on manque d'expérience, après, on est trop vieux et trop cher( bien que cela soit très discutable...), alors que l'on vit de plus en plus longtemps, et en bonne santé... C'est un comportement typiquement français, qui n'a pas cours dans les autres pays européens. Et si l'on y ajoute le culte du diplôme, alors là, c'est la fin des haricots! Vous vous étonnez du taux de chômage en France? Vous avez là l'une des explications...
a écrit le 06/03/2014 à 10:00 :
Nous sommes censés être le berceau de la démocratie suite à la révolution de 1789. Mais où est cette démocratie quand nos politiciens nous imposent des décisions qui vont à l'encontre du choix des français. Et qui sont ces décideurs de Bruxelles membres d'une commission non élue démocratiquement pour oser nous imposer des restrictions qui vont à l'encontre d'une reprise économique. Il a été prouvé que le modèle de calcul qui a servi aux économistes de Bruxelles pour nous imposer la politique de restriction était faux. Aujourd'hui il faut rééquilibrer la différence entre le coût du capital et le coût du travail. Les actionnaires reçoivent de plus en plus depuis des années et des années alors que le coût du travail cotisations comprisent ne fait que diminuer !!! Donnez du pouvoir d'achat aux Français cela relancera l'économie, et enfin la crise sera derrière nous, le chomage diminuera et automatiquement les rentrées fiscales diminueront la dette et la baisse des prestations de chomage diminueront elles aussi ce qui permettra aussi de faire baisser la dette. Mais pour que cela arrive il faudrait qu'au pouvoir nous n'ayons pas des profiteurs qui sont guidés par l'appat du gain et manipulés par le monde de la finance et du capital !!!
Réponse de le 06/03/2014 à 10:19 :
+1
Réponse de le 06/03/2014 à 11:55 :
D'accord avec Dume, les préconisations de la Commission sont purement idéologiques.Depuis quand la CE s'inquiète de la compétitivité?. Si l'on suit Barroso, il faudrait mettre les salaires français au niveau des salaires chinois, pour être compétitifs. C'est vraiment n'importe quoi !.
a écrit le 06/03/2014 à 9:09 :
le smic est trop élevé pour les ultralibéraux de Bruxelles ? Ils ne doivent pas être smicards
a écrit le 06/03/2014 à 9:06 :
Moi j'espère que la France va sortir de l'euro. La Franceest la grande perdante de cette monnnaie à la différence de l'Allemagne grande gagnante.
a écrit le 06/03/2014 à 8:58 :
cette commission n' a pas à nous menacer de sanctions comme si nous étions des enfants; Les français font des efforts. La commission veut de toute façon que nous supprimions la secu et le smic
a écrit le 06/03/2014 à 5:15 :
ils sont en retard à Bruxelles cela fait plus de 40 ans que la France n'est pas gouvernée économiquement mais les affaires actuelles montrent également que politiquement nous sommes gouvernés par des clowns et cela au plus haut niveau entre les enregistrements les frais de meeting des réunions de ministres des affaires étrangères dans les palais de dorures , un chef de parti condamné pour abus de biens sociaux osant faire la morale, la France politique est au niveau du caniveau en dehors des militants, un nombre infime de courtisans, qui croient encore dans leur champion du cirque. La majorité des français ont compris depuis bien longtemps que notre pays joue dans le concert des républiques bananières dans lesquelles en général les magouilles minables de politiciens sans envergure est au dessus de l'intérêt des citoyens. La semaine dernière un chef de parti disait stop aux tous pourris mais ce monsieur vit en dehors de la vérité politicienne.
a écrit le 06/03/2014 à 0:15 :
Bruxelles comprends que notre parole ne vaut rien et ça ne date pas d hier pendons les énarques et tous ira bien
Réponse de le 06/03/2014 à 9:04 :
c'est sur avec votre solution l'économie va repartir
a écrit le 05/03/2014 à 22:19 :
Il faut les dégager tous!
a écrit le 05/03/2014 à 22:18 :
Que ce soit l'europe ou les différents gouvernements qu'il y a eu ces 30 dernières années, c'est toujours la pagaille budgétaire. Ils en profitent tous de cette situation. À croire que c'est fait exprès d'enterrer la France par leur ingérence....Bande de nazes ces politiciens
a écrit le 05/03/2014 à 22:08 :
Mais non, c'est juste un pudique effet de présentation pour nous annoncer la bonne nouvelle : si M. BARROSO annonce 11 milliards d'euros sur deux ans pour l'Ukraine, c'est qu'il va nous en donner 300 dans quelques jours, forcément ! Il lui faut juste encore un peu de temps pour travailler l'Allemagne au corps...Sinon, ce serait faire deux poids deux mesures, et aucun peuple ne pourrait l'accepter, n'est-ce pas ?
a écrit le 05/03/2014 à 22:06 :
Baissons les salaires des gens qui a Bruxelles disent qu'il faut baisser le dette. Ce sont nos impots qui payent leurs gras salaires pour nous parler d'austérité
Réponse de le 06/03/2014 à 8:04 :
C'est déjà fait et ça va continuer. La réforme entrée en vigueur au 1er janvier 2014 abaissé les salaires d'environ 5 à 10% et les augmentations sont bloquées depuis 5 ans. En France, ça aurait déclenché une révolution et 3 millions de personnes dans la rue.
Réponse de le 06/03/2014 à 9:26 :
il faut baisser les salaires des Barosso, Draghi, Monti, des commissaires européens au niveau du smic qui est trop élevé pour eux.
a écrit le 05/03/2014 à 22:02 :
Je vous prédis un raz de marée FN aux prochaines échéances en réponse au diktat eurocrate !
Réponse de le 06/03/2014 à 7:35 :
ca, c'est sur !
a écrit le 05/03/2014 à 21:56 :
Il est bien de reprendre les éléments fournis par Bruxelles et repris par la plupart des journalistes mais il serait bon de les mettre en relation avec les chiffres disponibles. Avec une baisse de 9% du déficit commercial de la France, il me semble quand même très limite de parler de détérioration de la balance commerciale. Elle pourrait aussi nous parler de l'impact sur le déficit français du financement des différents fonds anti-crise comme le MES.
a écrit le 05/03/2014 à 21:49 :
Il faut lire le livre de Bové sur la commission. il parait que c'est intéressant
Réponse de le 06/03/2014 à 7:22 :
comment peut il etre interessant alors qu'il n'y met jamais les pieds !
Réponse de le 06/03/2014 à 7:55 :
Bové ce n'est pas celui qui était pas capable de vivre de son troupeau de chèvres et qui vient vous expliquer comment gérer l'Europe ?
a écrit le 05/03/2014 à 20:44 :
Hollande n est pas plus blamable que ses predecesseurs, aucun gouvernement n a été capable de présenter un budget a l'équilibre depuis 1974 ,un fait unique en europe.
La France est impropre a la réforme, il faut lire le dernier livre de Védrine , on est structuré comme sous l'ancien régime, avec une société de rentes de et privilèges pour tous, la si couteuse rente sociale atteint 66% des suffrages exprimés!
Nos gouvernants ont beau etre conscient de la situation ils ne peuvent rien faire , s ils disent blanc l'administration en quasi autonomie et les députés rebelles disent noir. L exectutif n a strictement aucun impact sur ceux qu il est censé diriger.
On va continuer a s enfoncer, c est meme salutaire, tomber très bas jusqu a l electrochoc salutaire
Réponse de le 05/03/2014 à 21:06 :
Tout a fait, ce qui est étonnant, c'est qu'un personnage comme vedrine, qui a appartenu à des gouvernements responsables sous Mitterrand, vienne nous donner la bonne parole ... Nous avons les politiques que nous méritons, des lâches et des aboyeurs
Réponse de le 05/03/2014 à 21:44 :
les autres pays en Europe et dans le monde n'avaient pas de budgets à l'équilibre. La France n'est pas un cas isolé.
Réponse de le 15/03/2014 à 12:00 :
Tout cela est vrai. Par contre quand une grosse catastrophe arrive et qu'on a bien peur on fait très rapidement (beaucoup plus que les autres pays) de très grandes choses : regardez donc ce qui a été fait dans les périodes 1795-1805 ou 1944-1950. Alors gardons espoir !
a écrit le 05/03/2014 à 20:41 :
Bruxelles est une mendiate avec son pit bull! Elle nous coûte 10 milliards de paiemement nt net et veut nous faire chiez. Terminonsons en avec ce délire, et marre d'arroser un baroso à 25 000 € par mois,hors avantages...
Réponse de le 05/03/2014 à 21:01 :
Belle analyse. C'est encore la faute de l'autre... Un pays qui me sait pas se remette en cause est un pays sans avenir
Réponse de le 05/03/2014 à 21:15 :
@Lolo : Barroso et sa caste d'eurocrates incompetents se remettent quand en question ?
a écrit le 05/03/2014 à 20:33 :
Fichtre, Madrid, Rome et Athènes ont pourtant appliquées les recettes de Bruxelles. Résutat: -10% de croissance depuis 5 ans et un timide +0,2% début 2014 qui font rapidement dire à certains que l'Europe du Sud est sortie de crise.
Réponse de le 05/03/2014 à 21:11 :
Et oui, c'est la faute de l'Europe....nous ne sommes que des victimes....ce sont les méchants et nous les gentils, c'est tellement simple
Réponse de le 05/03/2014 à 21:46 :
on dit juste que l'austérité ne marche pas. c'est un constat
a écrit le 05/03/2014 à 20:20 :
Une raison de plus de dire non à l'Europe
Réponse de le 05/03/2014 à 20:30 :
Non, plutôt une raison de dire oui sinon ce serait encore, pire.
Réponse de le 06/03/2014 à 13:17 :
je vois pas comment ça peut être pire c'est du lavage de cerveau de le faire croire
a écrit le 05/03/2014 à 20:17 :
L'UE attend la même chose que des autres pays, soit une remise en question et des réformes de l'état avec les économies qui en découle. C'est pourtant simple, mais à ce jour, le gouvernement n'a encore rien fait du tout.
Réponse de le 05/03/2014 à 21:48 :
En Grèce ça a bien marché. LA GRECE EST PERDUE
a écrit le 05/03/2014 à 20:13 :
C'est la faute aux patrons... C'est la faute a l'Euro... Etc,

Et Flamby dans tout ça ?

C'est pas sa faute a lui et a sa bande d'incapables ?
Réponse de le 06/03/2014 à 9:29 :
Flamby n'est qu'un pion sans trop de pouvoir
Réponse de le 06/03/2014 à 9:33 :
sauf que Hollande n'a rien dit de tel, enlevez donc vos œillères ideologique
a écrit le 05/03/2014 à 19:58 :
Réaction prévisible de la Commission face à l'incapacité de nos gouvernants à relever la barre (déficit supérieur, secteur marchand en chute libre, multiplications des faillites etc). Les multiples mensonges des socialistes ne marchent que sur les moutons et non sur les économistes européens. Les sanctions économiques sont inévitables sauf si le gouvernement tranche à la hache dans les dépenses ...Ils ont une responsabilité sur la France mais aussi sur l'Europe. Le courage, c'est maintenant ! C'est ça ou la mise sous tutelle comme l'Italie.
Réponse de le 05/03/2014 à 20:09 :
Vu leurs compétences je pense plutôt à une curatelle de très longue durée
Réponse de le 06/03/2014 à 9:28 :
en Grèce ils ont fait des merveilles. L'économie est bien repartie
a écrit le 05/03/2014 à 19:58 :
Et certains s'émeuvent des ingérences russes en Ukraine , à juste titre sans doute....et bien qu'on me dise par la même occasion qui a élu Baroso patron de mon pays!
a écrit le 05/03/2014 à 19:41 :
pour la compétitivité il suffit de sortir de l'euro au lieu de baisser les salaires et la protection sociale (on dit le cout du travail en politiquement correct)
Réponse de le 06/03/2014 à 21:33 :
ok ecrit le06/03/2014
pour la competevitè il suffit de sortir de l euros et de votez tous marine au prochaine election europeenne et d arretè de nourrire toutes cette bande de thecnocrates de bruxelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :