La BCE aurait modélisé l'effet d'une injection de 1.000 milliards d'euros sur l'inflation

 |   |  221  mots
La BCE teste les marchés
La BCE teste les marchés (Crédits : reuters.com)
Selon le quotidien allemand FAZ, la BCE aurait construit un modèle d'assouplissement quantitatif et estimé son impact sur l'inflation. Les marchés et l'euro ont vite réagit.

L'information parue dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung a fait bondir les marchés. Selon le quotidien allemand à paraître demain, la BCE a « modélisé » une action d'asouplissement quantitatif de 1.000 milliards d'euros permettant de relever de 0,2 à 0,8 point le taux d'inflation. Les marchés boursiers se sont envolés lorsque cette annonce a été connue, alors même que l'article de la FAZ n'est pas encore disponible. L'euro, de son côté, a encore reculé, passant sous les 1,37 dollar.

L'attente du QE

Cette réaction montre la nervosité et l'attente des marchés concernant une action de la BCE après les déclarations de Mario Draghi jeudi, alors même que l'on ignore la nature et les détails de ce modèle. Plus que jamais, en tout cas, les marchés semblent avides de liquidités que pourraient leur fournir la BCE. Ils sont aussi convaincus que sans assouplissements quantitatif, il n'y aura pas d'action efficace contre le risque déflationniste.

Equation difficile

Mais l'équation n'est pas simple pour l'institution de Francfort et la voie est étroite. La BCE avance donc prudemment, lançant en direction du marché des « ballons d'essai » pour tester les effets d'un éventuel QE. Au final, ce qui semble ressortir, c'est principalement la nervosité qui préside actuellement dans la politique monétaire européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2014 à 20:09 :
Moai on va filer 1000 milliards aux banques pour qu elles aient les moyens de garder leur actifs a la valeur qui les arrangent (forte).
On ferait mieux de laisser aller la deflation et d insiter les banques a brader leurs actifs afin que tous le monde en profite des bonnes affaires.
La baisse des actifs est surtout prejudiciables pour les banques. Les entreprises ont peu d actifs au bilan (voiture, marchandises, argent) et es particuliers (un appart ou 2 pour qq uns) encore moins.
La BCE protege qui? Je vous le demande.
a écrit le 06/04/2014 à 15:40 :
Et que l'allemagne ne vienne pas pousser davantage les feux.
C'en est fini , de la croissance , même pour elle. L'allemagne tombera dès 2015.
a écrit le 06/04/2014 à 15:34 :
La BCE n'a pas fait mieux que la FED. Nuls , nullissimes.
Il faudra que Bruxelles et Francfort , comme Washington , rabattent de leur arrogance , car ils ont " brûlé " en pure perte des milliers de milliards d'euro et de dollars.
Sans rien arranger à la situation...Au contraire , c'est pire maintenant.
Sans solution radicale , les 2 zones imploseront.
a écrit le 06/04/2014 à 11:42 :
boff , cette aubaine ne touchera que les banques qui seront a leur tour assistées , plus besoin de chercher le client , la BCE est là , sauvés .. ouff comme pour les entreprises qui se dirigent vers le gouvernement en pleurant pour avoir encore des aides et toujours plus , le client en europe on en veut plus , on veut de l'état qui lui paie sans discuter ni meme broncher .. mais vu hors d'Europe cela devient risible et insupportable pour le monde des affaires
a écrit le 06/04/2014 à 11:18 :
De ce qui précède , on s'aperçoit que le problème n'est pas seulement technique , il est surtout politique.
Bruxelles nous a conduit dans une aporie , une voie sans issue.
Il faut savoir faire preuve d'honnêteté intellectuelle , technique et politique .
Si Bruxelles était cohérente , elle démissionneariat. Si Junker était hônnete , il démissionnerait , et si Super-Mario était franc , il avouerait son impuissance technique , ce qui est le cas.
Vous connaissez le Paradoxe du noeud Gordien...On ne peut pas le défaire.
Il reste à l'Homme d'une Vision , d'une volonté et d'une Intelligence de porter le coup de glaive qui nous débarrassera , définitivement , de cette mauvaise farce.
Pour moi , à l'humble avis qui est le mien , cet Homme s'appelle François Asselineau...Il a fondé l'UPR.
a écrit le 06/04/2014 à 9:52 :
L'inflation est cent fois pire que la déflation : le Japon en déflation depuis 20 ans a 5% de chômeurs, le second PNB par habitant de l'OCDE et une balance commerciale excédentaire ! Si certains Etats rêvent d'inflation, comme la France, c'est surtout pour détruire leur dette publique !! Accessoirement, cela ruinera les salariès (les salaires ne sont plus indexés) et les épargnants... Et l'inflation peut conduire à l'hyper-inflation...
Réponse de le 06/04/2014 à 10:39 :
@ Justinien
Nous sommes actuellement dans le schéma japonais.
Une très longue déflation , avec deleveraging.
A l'issue de ce cycle , si rien n'est fait et si nous sommes toujours dans l'europe , oui , ce sera l'hyper-Inflation.
Réponse de le 06/04/2014 à 10:48 :
Les salariés ruinés... parce que leurs salaires ne couteraient pas alors que les prix baissent ??? Ca s'appelle une augmentation du pouvoir d'achat, ca !!! Alors que vous expliquiez que l'investissement se stopperait parce que non rentable: ok... mais pas n'importe quel argument contraire à une réalité !!!
a écrit le 06/04/2014 à 9:39 :
L'euro a été construit par des américanophile( la majeure partie de notre élite européenne passée par des universités américaines) pour être une monnaie de paix, c'est à dire non dévaluable par le déficit d'un état lié à l'augmentation du budget militaire, un gage de la soumission de l'europe. Depuis 2 siècles aucun pays ne peut faire la guerre s'il ne peut imprimer sa monnaie. Le dollar reste la monnaie de guerre, celle de l'arsenal des démocraties( en échange des stocks d'or et d'achat de dette, c'est une relation vassal-suzerain comme au moyen-âge), cela suppose que la BCE ne puisse avoir le droit d'acheter des obligations d'états européens( ce qui va dans le sens d'une proposition d'un américain que la BCE achète des obligations américaines). La BCE ne peut pas devenir la FED, ni copier la politique de cette dernière.
Nous sommes dans du story telling, on "fait croire que", on énonce des "si", pour manipuler le taux de change car rien d'autre ne peut être fait. Pour l'instant l'euro est seulement sorti du gouffre( et depuis n'a fait que remonter) à cause d'une phrase, celle de Draghi disant qu'il ferait tout pour sauver l'euro.
Je pense que les américains n'auront aucune pitié et chercheront à détruire l'euro si ce dernier, par la force des choses, se réforme pour permettre les euro-bonds. Nous européens devons être sournois et contourner les intérêts américains en leur vendant que les euro-bonds servent à relancer les dépenses d'infrastructure en Europe, ce qui compte c'est de mettre en place l'outil, il s'agit à mon avis de la seule solution pour éviter que la France ne quitte d'elle-même l'euro sous la pression de ses finances.
a écrit le 06/04/2014 à 9:35 :
La déflation est là; les salaires baissent, les prix aussi; les taxes et impôts vont augmenter et il n'y a aucun remède. L'injection de liquiditiés ou quantative easing ne va permettre que de boursicoter un peu plus pour les traiders.....
a écrit le 06/04/2014 à 1:20 :
mille milliards de dettes pour 0,2 à 0,8 d'inflation, mais de qui se moque-t-on ?
Réponse de le 06/04/2014 à 10:07 :
@ Dalys
1000 Milliards qui ne serviront strictement à rien d'autre qu'enrichir les banques.
Les citoyens n'en verront même pas la couleur , mais c'est EUX qui rembourseront.
Et tout cela pour MASQUER les erreurs de l'europe , de la BCE et de Bruxelles.
a écrit le 05/04/2014 à 21:30 :
De fait , la France est attaquée au niveau continental par les USA et la Chine : dumping monétaire.
De plus , elle est attaquée en Europe par la volonté de l'Allemagne de maintenir une parité élevée de l'euro , parce qu'elle bénéficie , elle seule de cette situation.
Il ne sert à rien de produire des biens quand ils sont invendables parce que trop chers.
Continuer ainsi , c'est se diriger vers une ruine généralisée.
Il existe UNE SEULE solution : Cf UPR-François Asselineau. La sortie de l'euro.
Réponse de le 06/04/2014 à 10:00 :
Pourquoi pas un ajustement des prix des biens a leurs juste valeur? Par exemple commencer par l'immobilier qui gonfle artificiellement les prix de tout?
Réponse de le 06/04/2014 à 10:55 :
@ tt
Cette hypothèse de baisse répercuté des coûts sur la base de la baisse de l'immobilier a été proposée par Monsieur Louis Gallois.
L'idée est bonne en théorie. En pratique , vous vous attaquez frontalement au Lobby Immobilier , très puissant dans TOUS les gouvernements.
Réponse de le 06/04/2014 à 11:37 :
pour ce qui est de l'immobilier , les niches fiscales et les aides sur les travaux alimentent de fait une machine infernale a faire monter les prix des divers prestataires , on le voit depuis deux ans déjà ou les prix remontent en flèche , l'état croit gagner quelque chose là dessus mais en fait c'est tout le contraire et enfin ce qui est rare est cher ce qui explique aussi comment le mécanisme est grippé , il profite a certains mais pour se loger ou la demande est très très forte par endroits devient un luxe pour être locataire ou a défaut dans un truc insalubre , tant qu'on posera pas a plat les aides de ceci et de cela et leurs impacts réels sur tous on sera pas sorti de l'auberge et ce n'est qu'un cas économique parmis tant d'autres
a écrit le 05/04/2014 à 19:57 :
Je ne sais pas que pensez de cette deflation qui devraient nous enterrer mais si la deflation est le reflet de la baisse en valeur de l immobilier alors je pense qu elle est salvatrice et va redonner du pouvoir d invesstissement aux entreprises et d achats au particuliers... non?
Réponse de le 05/04/2014 à 20:45 :
@ Z
La déflation , mais surtout le Deleveraging va faire baisser quasiment TOUS les actifs . Concernant l'immobilier , il a déjà baissé et continuera à baisser. Pendant encore au moins 5 à 6 ans.
Oui , cette baisse de l'immobilier d'entreprise , comme vous l'avez spécifié sera une opportunité d'investissement. C'est le principe même du Deleveraging.
a écrit le 05/04/2014 à 18:21 :
Je ne comprends pas grand chose mais si l'on fabrique de l'euro il va perdre un peu de valeur.le dollar est roi et le monde est ainsi fait U S A maître de du monde ne beaucoup de de choses (gendarme, affaires etc... mais la CHINE arrive ... ou v t’ont?
Réponse de le 05/04/2014 à 18:43 :
La valeur de l'Euro est celle que lui fixe la BCE par son taux de change par rapport aux autres monnaies. Contrairement à une action valorisée par la confiance des actionnaires d'une société, la valeur d'une monnaie ne représente aucune confiance sinon une volonté politique de manipulation de marché favorisant la consommation intérieure ou l'exportation. L'utilisation massive du Dollar dans les échanges internationaux permet aux USA de manipuler l'économie mondiale à sa guise. Pour diminuer l'influence du Dollar les européens ont (sur le papier) décidé d'employer une monnaie commune sauf qu'en réalité l'Euro s'échange très peu à l'international et sert plutôt les intérêts de l'Allemagne qui pratique le cannibalisme européen.
Réponse de le 05/04/2014 à 20:19 :
Vous oubliez surtout que l'Euro est trop fort et que la prochaine zone de libre échange entre les US et l'Europe laminera ce qui reste de l'économie européenne.
Réponse de le 05/04/2014 à 21:10 :
@ Michel
C'est cela même. Non seulement les USA attaquent l'euro , mais aussi les chinois. ( Seconde monnaie mondiale ). Plus précisément , ils utilisent la dévaluation monétaire. C'est une arme de destruction massive.
Réponse de le 05/04/2014 à 21:47 :
@Caran

Il n'est pas trop fort pour l'Allemagne car comme je l'ai précisé la taux de change est une manipulation du marché des devises orienté au commerce intérieur ou extérieur selon la politique monétaire des états.
a écrit le 05/04/2014 à 18:06 :
Cette manne inattendue pourrait servir a débloquer les salaires de la fonction publique et donner un coup de pouce a l'éducation nationale qui fait face a un afflux d'élèves sans précédent
Réponse de le 05/04/2014 à 18:31 :
Arrêtons plutôt notre politique familiale nataliste fabrique à chômeurs et vous observerez une réduction drastique du nombre de têtes "blondes" issues de l'économie de la dette sociale.
Réponse de le 05/04/2014 à 18:39 :
c'est ca la fonction publique nous détruit on détient déjà le record des cout des fonctionnaires
Réponse de le 05/04/2014 à 21:16 :
@ May Lang Chong
Cette " manne inespérée " si manne il y a , se déversera dans les banques sans alimenter les circuits de production . De là , elle disparaîtra.
Au bout du compte , vous aurez un endettement supérieur , puisque c'est vous , citoyen , qui rembourserez cet " assouplissement monétaire " et une commission de Bruxelles qui vous obligera à rembourser plus et plus vite.
a écrit le 05/04/2014 à 18:05 :
Sauf que l'Euro n'est pas la monnaie mondiale... Si l'effet de la dilution n'a pas tué le Dollar, je ne suis vraiment pas certain qu'on puisse se permettre de jouer à ce jeu sans courir de gros risques. Sans compter que si les USA veulent nous faire un coup fourré, ils relèvent leurs taux et l'Euro connaitra le sort qui fut celui des monnaies émergeantes en 2013...
Réponse de le 05/04/2014 à 20:58 :
L'euro est seulement la 3ème monnaie mondiale.
Pour ne pas être victime de ce jeu , la solution est de sortir de l'euro et retrouver le Franc , comme François Asselineau , de l'UPR le préconise.
Les bandes de fluctuation protègeront alors le Franc.
a écrit le 05/04/2014 à 17:55 :
Ah oui, à la BCE, on modélise, on suppute, on tergiverse, tandis que la déflation, niée par cette même BCE il y a 3 mois, s'amplifie.... Et que dans le même temps, de véritables imposteurs nous disent que l'euro "faiblit" alors qu'il est presque 40% plus cher que le dollar !!! L'impuissance à gérer une monnaie commune sans pouvoir politique unifié est ainsi démontrée de façon éclatante, malheureusement pour nous.
a écrit le 05/04/2014 à 15:45 :
Il y a longtemps que les USA utilisent le QE , sans du reste qu'il y est un retour à la FED , et l'économie Américaine se porte beaucoup mieux que celle de l'Europe.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:55 :
En effet : 45 000 000 de food stamps : la soupe populaire.
Les gouverneurs de la FED elle-même avouent leur échec.
Réponse de le 06/04/2014 à 1:24 :
l'économie réelle n'est pas impactée par le QE, c'est juste du cash gratuit pour que les marchés s'amusent ! aux US le taux de chomage réél est plutôt de l'ordre de 12%; les revenus baissent et la conso stagne, la dette us explose et les américains vivent à crédit, mais tout va bien madame la marquise !
a écrit le 05/04/2014 à 15:22 :
Si vous avez la situation comparée des USA et de l'europe en tête , vous vous apercevrez que les politiques monétaires convergent.
Le'assouplissement monétaire , ou , appelons les choses par leur nom : le Quantitative Easing , est la touche fianale.
Les USA en sont au 3ème...et cela n'a toujours pas marché , au contraire. Les USA sont devenus insolvables. Ce n'est pas moi qui l'écris , c'est Kerry .
Et nous sommes devenus l'équivalent d'un état des Etats-Unis , sans aucun contrôle sur les affaires.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:36 :
Si Kerry est votre référence, on ne peut hélas rien faire pour vous...
Réponse de le 05/04/2014 à 15:52 :
C'était logique...Mario Draghi était directeur pour l'europe de Goldman Sachs...la banque qui a précipité la crise des subprimes en laissant tomber Lehman Brothers.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:53 :
Ma REFERENCE , c'est le Général de Gaulle , pour qui j'ai " servi ".
Réponse de le 05/04/2014 à 16:18 :
De Gaulle a fait la guerre à l'abri des lignes ennemies cependant c'est un "héro" pour de nombreux français... c'est le syndrome gaulois typiquement français.
Réponse de le 05/04/2014 à 19:03 :
Mon dieu ce qu'il faut pas lire... De Gaulle à l'abri des lignes ennemies ? Et il a juste dirigé la contre attaque contre les allemand en 40 avec les divisions de blindés qu'il avait lui même demandé mais non non c'est bien connu, il n'a fait que remplir de la paperasse.
Réponse de le 05/04/2014 à 19:19 :
Il vous reste beaucoup de documents historiques à compulser.
Le colonel de Gaulle a été parmi ceux qui ont infligé le plus de dommages à l'envahisseur...
Réponse de le 05/04/2014 à 19:27 :
Vous savez le métier de général ce n'est pas s'exposer inutilement au feu des ennemies mais plutôt de diriger les troupes depuis un camp retranché... ne faites pas semblant d'être offusqué car vous le savez que trop bien.
a écrit le 05/04/2014 à 15:01 :
Comme on le voit , la difficulté vient du fait que les banques ne prêtent pas.
Or , ce sont elles qui profitent des LTRO et des quantitative easings ou autres assouplissement monétaires.
Il y a une façon simple de les contraindre à faire leur travail...C'est de réduire l'effet de levier qu'elles utilisent dans leurs opérations financières.
L'effet de levier consiste à spéculer sur 1 Million de dollars au moment même où elle ne dispose dans ses coffres que de 100 000dollars...Le rendement est très fort , la banque préférera cela plutôt que de prêter aux entreprises.
Je souligne q'en faisant cela , utiliser des leviers trop forts , la banque ne respecte pas les ratios prudentiels de liquidité.
En limitant la force du levier , on oblige la banque à moins spéculer et consacrer davantage d'argent à la Vraie économie.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:09 :
Incidemment , on oblige la banque à ne pas faire faillite pour ensuite être renflouée par le citoyen.
N'est-ce pas , Dexia ???
Réponse de le 05/04/2014 à 15:17 :
Et l'effet levier du SRD ne sert pas à "investir" dans des sociétés qui ont pignon sur rue? Cela me fera toujours sourire des expressions du style "économie réelle" ou "vraie économie" comme si l'investissement n'avait aucun lien avec l'entreprise.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:41 :
@ Michel
L'effet du SRD est un excellent exemple.
Quand on parle d'économie réelle , on a affaire à une économie réglementée au minimum , un gentlemen-agreement qui permet à tous de travailler et vivre.
La fausse économie est celle , qui , par exemple aux USA , ne profite qu'à 1 % de la population. Cette population peut se croire privilégiée , mais , qu'en sera-t-il quand il n'y aura plus aucune entreprise sur laquelle spéculer ?
Vous n'êtes pas sans ignorer que New-York a très mal fini hier , et que Facebook , Tesla etc ont mordu la poussière.
C'est le résultat de ce que je vous décris.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:03 :
@Inflation

Si je comprend bien votre définition de l'économie réelle, c'est le marxisme...
Réponse de le 05/04/2014 à 16:04 :
Le SRD est un excellent exemple , mais là , les sommes sont très modestes.
Réponse de le 05/04/2014 à 17:01 :
Et tout le monde à déjà oublié le Crédit lyonnais, c'est parce qu'il à changé son nom en LCL ?.
Réponse de le 05/04/2014 à 18:27 :
@rbre713

Dites-nous en plus car votre commentaire est plutôt nébuleux...
Réponse de le 05/04/2014 à 19:22 :
Je ne puis être marxiste , puisque je suis ET américain , ET investisseur. ( Nasdaq.).
Réponse de le 05/04/2014 à 22:14 :
nnnnnn
Réponse de le 06/04/2014 à 0:42 :
@Inflation

Nul état au monde n'est à l'abri du marxisme et les USA n'y font pas exception.
Réponse de le 06/04/2014 à 10:16 :
@ Michel
Il est ceratain que lorsque les banques américaines prennent des risques insensées , font faillite ...puis pleurnichent pour se faire renflouer par l'état , ce n'est pas exactement du Capitalisme.
En ce sens , oui , les Etats-Unis d'Amérique , avec Goldman Sachs à sa tête sont devenus une république Socialiste Favorisant des Intérêts Privés...Une RSFIP.
Réponse de le 06/04/2014 à 17:27 :
@Inflation

C'est exact. Il n'existe aucun état capitaliste au sens propre car tous possèdent une banque centrale pour fausser la concurrence internationale. Ce que certains appellent le "capitalisme sauvage" n'est que du capitalisme politique car tout le capital repose sur des devises gérées par les banques centrales sous la main mise des politiciens. Malgré la faillite du système monétaire, les politiciens persistent à croire qu'ils sont capables de diriger le monde à leur guise.
a écrit le 05/04/2014 à 13:52 :
Qu'on ne s'étonne plus que l'économie européenne patauge dans la semoule avec des "modélisations" sans expérience.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:05 :
Pour proposer une solution pareille , cela veut dire que la BCE ne sait pas paramétrer convenablement son " Modèle ".
En réalité , je la soupçonne de simplement copier les américains.
Ils ont affaire au même problème....Depuis 2007. Et là aussi , le " Modèle " pédale à fond dans la choucroûte .
Réponse de le 05/04/2014 à 15:41 :
@Inflation

Un modèle se vérifie par l'expérience sinon il ne représente aucun réel intérêt autre que par pure masturbation intellectuelle. Je crains hélas qu'aucun modèle mathématique ne soit en mesure de représenter convenablement l'irrationalité humaine.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:07 :
Un modèle est issu d'une modélisation mathématique. On peut ensuite le paramétrer au niveau des inputs/outputs , sans parler des innombrables filtres ou amplificateurs. Un modèle qui est bien conçu donne un taux de prédictibilité d'environ 70 %.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:09 :
Si...on peut isoler le facteur " exubérant " ...;-)
Réponse de le 05/04/2014 à 16:11 :
Un modèle doit normalement être backtesté...mesuré au niveau de ses performances.
Réponse de le 05/04/2014 à 19:14 :
Un modèle est simplement basé sur une modélisation mathématique. On isole tous les paramètres , puis on backteste. Rien de compliqué. Le degré de fiabilité que nous obtenons est très élevé.
Mais , un modèle économique , et à fortiori macro-économique demande des années de travaux.
Je doute que la BCE ait trouvé le chercheur requis pour réaliser un tel modèle.
Réponse de le 05/04/2014 à 20:39 :
Il existe cependant quelques spécialistes , qui peuvent fournir des réponses plus satisfaisantes qu'un modèle. Ils sont très rares , mais ils existent.
Réponse de le 06/04/2014 à 10:22 :
Concernant la France , l'une des TRES RARES personnalités aptes à détenir ce très haut niveau de connaissances en économie et macro-économie se trouve être François Asselineau , de l'UPR. Cf François Asselineau et la sortie de l'euro.
Réponse de le 06/04/2014 à 11:03 :
Oui...Vous avez Asselineau...A mon humble avis , il a BAC + 20 en éco et macro.
Choses très rare , il a tout INTEGRE...Il est capable de transposer et résoudre les problèmes directement dans la réalité.
a écrit le 05/04/2014 à 11:05 :
Tant que l' U.E. sera aux mains de techno-financiers , sans responsabilité politique devant les citoyens , les euro-députés doivent refuser de voter le budget . Ils n'ont que ce moyens , mais il les
prive de leur indemnité ...
a écrit le 05/04/2014 à 9:09 :
Dans le cas de figure d'une injection massive , la BCE ne saura pas diffuser cette injection autrement qu'en le faisant infuser via les banqes...Cela s'est toujours passé de cette manière.
Comme la conjoncture est très faible , les banques feront ce qu'elles ont toujours fait , elles le déposeront à la BCE pour toucher des intérêts. A moins qu'elles en investissent à nouveau une partie sur les marchés financiers.
Cette aggravation de la crise est du à des banques qui ne veulent plus prêter aux entreprises de l'économie réelle. A peu de choses près.
Réponse de le 05/04/2014 à 10:18 :
++++++
Réponse de le 05/04/2014 à 11:43 :
Pourquoi les banques ne prêtent plus aux entreprises ?
Parce que c'est devenu plus que compliqué de faire des affaires dans cette région et d'avoir un retour sur investissement.
Contrairement à ce que pensent certains, cette injection n'est pas un don fait aux banques mais bien un prêt qu'elles devront rembourser.
Les journalistes devraient le rappeler, cela éviterait ces débats inutiles
Réponse de le 05/04/2014 à 13:43 :
Vous devriez arrêter de nous prendre pour des imbéciles ...
Réponse de le 06/04/2014 à 23:06 :
Je travaille dans l'IT et non dans la banque mon ami et je crois que vous n'avez pas bien compris mon message

Pour que l'économie réelle, il faut qu'à un moment ou un autre, il y ait un retour sur l'investissement qui est réalisé.
Or, aujourd'hui, notre économie est sclérosée, notamment par la bureaucratie, la fiscalité, la rigidité, ...
Pourquoi croyez-vous que les investisseurs fuient la zone Euro ?

Les banques ne sont pas là pour faire du "capital risque" (ou la marge) et malheureusement, ce rôle n'est tenu par personne dans nos belles contrées.
Si la BCE leur prêtent cet argent, elles devront le rembourser in fine. La question est comment, dans un tel contexte, en faire le meilleur usage pour l'économie réelle ?
a écrit le 05/04/2014 à 8:33 :
arrêtez ce brigand. Des gens ont spéculé et acheté des apparts qu ils ne peuvent plus rembourser à cause des intérêts trop haut ou aotre? on les vire. Les banques spéculent et on leur donne du fric? mettez Draghi devant le tribunal intgernational de LaHaye pour actions inégalitaires et enfermez le. Moi j acheterais plutot les apparts des chomeurs espagnols pour éviter de les mettre à la rue.
Réponse de le 05/04/2014 à 15:35 :
Enfin un internaute qui a le courage de ses idées...
Réponse de le 06/04/2014 à 0:51 :
Je ne vois pas en quoi il serait plus juste de financer la bulle immobilière espagnole ou même française. Vous avez des appartements à vendre sur les bras?
a écrit le 05/04/2014 à 7:25 :
Mille milliards.... De mille sabords!!
il faut les injecter dans l économie réelle directement, sans passer par les banques. Sinon ce sera spéculation et rebouchage de trous dans les comptes
a écrit le 04/04/2014 à 23:51 :
Concernant les banques, pouvez-vous expliquer ce qui s'appelle la collision entre les banques et l'Etat, puisqu'on dit bankster, alors on dit aussi fonxter... Remarquez les banques font des trous, les entreprises publiques aussi... on joue à Carabosse et à la pomme pourrie avec la Belle Endormie?
Réponse de le 05/04/2014 à 15:25 :
Vous voulez dire " collusion "...
En effet , c'est souvent l'état qui nomme...ou laisse agir les représentants du Board , du conseil d'administration.
Personne n'est intervenu aux USA avant l'explosion.
Il en sera de même en europe.
a écrit le 04/04/2014 à 23:40 :
1000 milliards, voila une somme. Alors on dévalue de 20%?? Est-ce une chute de pouvoir d'achat ou bien une relance inflationniste? Sinon on subventionne le cinéma 140 milliards, on fait des logements chers ce qui scandalise les gens, et on empêche le financement de la croissance, donc nos fabriques, usines et autres consortiums sociaux que pourraient être des assurances sociales capables de suivre leurs assurés, cf la réduction sociale téléphonique inapplicable... Et on parachute cet argent par avion ou c'est pour les 4000 milliards des trous des banques non déclarés?
Réponse de le 05/04/2014 à 15:35 :
Vous êtes au sein de l'europe , vous ne pouvez pas dévaluer.
Quand bien même cela serait possible , il faudrait défendre votre parité contre la spéculation monétaire. Cela coûterait une fortune.
Chute de pouvoir d'achat ...oui. Pour une relance inflationniste , ce serait insuffisant.

Par contre , vous pouvez quitter l'europe , retourner au Franc et l'empêcher d'être attaqué par des mécanismes assez simples , ceux que la Chine utilise , par exemple...des bandes de fluctuation.
a écrit le 04/04/2014 à 21:56 :
L'injection , envisagée , et , nous savons qu'il s'agit-là d'un premier test médiatique , se fera très probablement.
1000 milliards pour faire monter le taux d'inflation , ce qui signifierait que la BCE aurait vaincu la récession.
En réalité , totalement illusoire. L'inflation ne montera que très peu...elle pourrait même baisser ou rester stable sur des niveaux historiquement bas.
Pourquoi ? L'exemple américain nous apprend que l'inflation est devenue multiforme. Elle peut se loger ailleurs que là où on l'attend. Et ne sera pas mesurable.
Il n'est donc pas garanti que le BCE gagne son pari.
Il est beaucoup plus probable que la crise s'amplifie. On peut avoir de petits pics de croissance , mais ils seront corrigés par des retours vers le bas. Ce schéma est connu sous le nom de stagflation.
Si ce n'était que cela. Mais , nous avons également affaire à un Deleveraging...Une baisse inexorable et continue des salaires et différents actis , à quelques exceptions près.
Nous pouvons bien sûr examiner des graphiques...Et celui de Jugla , appelé Cycle de Jugla nous donne encore au moins 5 ans , avant la sortie de crise. Peut-être plus.
C'est le temps qu'il faut pour absorber la crise financière.
On ne connait même pas l'étendue exacte de cette crise , parce que les produits toxiques et dérivés , synthétiques etc ...sont difficiles à identifier.
Réponse de le 04/04/2014 à 22:29 :
Deleveraging.
C'est la " Bulle " dans laquelle l'Europe a vécu depuis les années 70.
La structure ancienne se trouve en confrontation directe avec les réalités d'aujourd'hui. Tout cela a été aggravé par la crise financière qui n'est que le détonateur. L'explosif , la bombe , c'était la bulle...celle du crédit.
Réponse de le 04/04/2014 à 22:52 :
Taux de change.
La masse monétaire injectée ne changera pas la parité de l'euro par rapport au USD , ni à son avantage.
Identiquement par rapport au Yuan et au Yen.

C'est un constat d'impuissance de la politique monétaire et de l'euro.
Réponse de le 05/04/2014 à 9:02 :
Les politiques monétaires , comme celles qui ont été menées aux USA avouent donc , à mots couverts , leur échec , et ne font qu'ajouter de la dette à la dette.
Il se dit , dans les couloirs du Sénat américain , que la situation au problème de la déflation ne pourra être traité qu'avec des mesures autres que celles qui l'ont provoquée , c'est à dire des injections massives de liquidités.
On en vient alors , naturellement à des solutions du type de celle proposée par François Asselineau , en France. Cf UPR.
Cette solution-là propose des mesures en profondeur , avec la sortie de l'euro et de l'Europe. Avec possibilité de retour à la compétitivité par le retour au Franc.
Réponse de le 05/04/2014 à 9:43 :
Le grand avantage de la politique de l'UPR , François Asselineau , c'est qu'elle seule permettra un rétablissement rapide de la situation économique et de l'emploi.
Autre avantage ...et non des moindres : elle permettra un rétablissement du Pays à périmètre constant...c'est à dire sans endettement supplémentaire , endettement qui , comme nous le savons , retombe toujours sur le citoyen.
Voilà une solution simple , efficace , j'en ai la conviction en tant qu'économiste...et...élégante.
Je vous remercie pour votre lecture.
Réponse de le 05/04/2014 à 11:12 :
Maître Godrev , comme je vous l'avais dit , je suis à vos ordres...
Amicalement... ;-)
a écrit le 04/04/2014 à 21:10 :
Quelle connerie. C'est le circle infernal qui sera declenché. Faut juste regarder outre-Atlantique ...
Réponse de le 06/04/2014 à 10:35 :
@ Cad
Je ne vous le fais pas dire. L'europe nous conduit vers une aporie.
a écrit le 04/04/2014 à 19:08 :
Il faut injecter de la monnaie dans l'économie réelle sinon nous allons nourrir la spéculation et donc les bulles financières. Il n'y a qu'à voir actuellement les indices boursiers toujours à la hausse alors que l'économie réelle fait du surplace. Cela terminera mal tôt ou tard !!!
Réponse de le 05/04/2014 à 6:18 :
bien vu ,juste pour soutenir les banques!
a écrit le 04/04/2014 à 18:18 :
Mille milliards pour alimenter la spéculation (par exemple sur les changes .... ) Sûr que Mario, il hésite !
a écrit le 04/04/2014 à 17:51 :
C'est un mode tellement artificiel que le moindre "message" virtuel aura des conséquences. Misez la chance peut vous sourire!
a écrit le 04/04/2014 à 17:50 :
s'ils en ont de trop et ne savent pas qu'en faire Moa... je suis preneur car mon portefeuille est devenu très souple depuis que la pensée unique est passée par chez moi !!!
a écrit le 04/04/2014 à 17:45 :
Le fait de prévoir la fin (bien-sur heureuse) avant d'en connaitre les réactions me semble de l'ordre du virtuel!
a écrit le 04/04/2014 à 17:38 :
Les marchés réagissent car ces 1000 milliards ne verront pas l'économie réelle : ce ne sera qu'une incitation à la baisse des taux d'intérêt et du taux de change.
Ces 1000 milliards représentent 2000 € par habitant sur l'année. Imaginons juste une seconde une injection quatre fois moindre en revenu universel temporaire, 250 milliards, soit 41 € par personne, homme, femme, enfants. 164 € pour une famille de 4 personnes. On peut même descendre à 125 milliards pour commencer. 8 fois moins. Quelque chose me dit qu'avec 4 à 8 fois moins de création monétaire, on aurait un effet de levier amplement démultiplié... Mais ces messieurs préfèrent rester dans leur logiciel obsolète...
Réponse de le 05/04/2014 à 17:38 :
J

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :