En zone euro, le "fardeau" des créances douteuses inquiète le FMI

 |   |  452  mots
Face à l'endettement croissant des entreprises et à une dégradation de la qualité des créances, le FMI tire la sonnette d'alarme.
Face à l'endettement croissant des entreprises et à une dégradation de la qualité des créances, le FMI tire la sonnette d'alarme. (Crédits : reuters.com)
Le Fonds monétaire international (FMI) estime à 800 milliards de dollars les créances douteuses détenues par les banques de la zone euro. Un montant qui a doublé depuis 2009 et continue à croître, rappelle l'institution.

Un "fardeau". C'est ainsi que le FMI qualifie, sans détour, les plus de 800 milliards de dollars de créances douteuses qu'ont accumulées les banques des pays en difficulté de la zone euro, dans son dernier rapport sur la stabilité financière mondiale publié mercredi. Des créances qui ne cessent de croître, s'inquiète l'institution, alors même que le secteur financier européen s'apprête à être soumis à un examen de santé.

 Assainir le bilan des banques et entreprises

"Les banques dans les pays en difficulté de la zone euro restent plombées par un stock important et grandissant de créances douteuses, résultant du poids de la dette au sein des entreprises et du ralentissement économique", écrit le Fonds.

Un stock qui a doublé depuis 2009, affirme l'institution, qui se penche plus particulièrement sur les pays européens en difficulté financière (Chypre, Grèce, Irlande, Italie, Espagne, Portugal et Slovénie).

Tout en saluant "l'amélioration" de l'image de ces pays auprès des marchés, elle assure que ce "fardeau" des créances douteuses fait peser une menace sur la solvabilité de ces banques, limite leur "rentabilité" et restreint leur capacité à soutenir l'activité économique.

"Les dirigeants de la zone euro font face au difficile défi d'accélérer l'assainissement des banques et des bilans des entreprises sans compromettre le retour de la confiance des marchés", écrit le Fonds.

Bientôt les tests de résistance

Sous la supervision de la Banque centrale européenne (BCE), les banques de la zone euro sont actuellement soumises à une revue de leurs actifs afin d'identifier de possibles besoins de recapitalisation. Des tests de résistance doivent par ailleurs être menés à compter de mai sur 124 banques réparties dans 22 pays européens. Les résultats de ces évaluations sont attendus en octobre.

"La BCE doit parvenir à un (examen) crédible, fiable et transparent et doit aussi s'assurer que des actions de secours soient prévues une fois les failles identifiées", assure le Fonds.

Attention à la "course aux profits" outre-atlantique

Se tournant de l'autre côté de l'Atlantique, le FMI s'inquiète de la "course au profit" qui s'accélère sur les marchés financiers américains, portés par la politique de "l'argent facile" fourni par la Réserve fédérale (Fed). Selon le Fonds, cette tendance se traduit par un endettement "croissant" du secteur privé et s'accompagne d'un "affaiblissement" de la qualité des créances sur certaines poches du marché du crédit.

"La stabilité financière mondiale s'améliore (...) mais il est trop tôt pour crier victoire", résume José Vinals, directeur du département des marchés financiers du FMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2014 à 18:19 :
mais non tout va bien, laisser votre argent à la banque.... on s'en occupe :)
a écrit le 10/04/2014 à 3:58 :
D'où l'intérêt d'acheter de l'or et de le planquer avant que tout s'effondre.
a écrit le 09/04/2014 à 21:19 :
Une banque avec 8% de fonds est sûre, surtout avec les crédits à tout va, seulement ceux qui ne remboursent pas, ils se suicident ou bien les autres payent pour eux, et on double le chômage? C'est du développement ça? On dit banque systémique, entreprise subventionnée... on dit aussi diplômé carotté...
a écrit le 09/04/2014 à 20:51 :
Alors la crise financière américaine, on inculpe le président Sarkozi pour 400 milliards de dettes, qu'on sache c'est pas un fonctionnaire bombardé au sommet d'une banque, il y aurait une facture double à 800 milliards, donc la crise on la multiplie par deux... et les impôts aussi?
a écrit le 09/04/2014 à 20:47 :
800 milliards de trou, une paille! Donc on donne l'argent aux banques et aux français les factures? ça fait combien de dettes en kerviels?
a écrit le 09/04/2014 à 20:42 :
Ces chiffres renvoient les dispositifs de Bâle 3 à leur insignifiance. Les comptes des banques restent pourris et rien qu'en France 4 banques présentent un risque systémique (BPCE, BNP paribas, SG et CA sa). Les banques allemandes ne sont pas en reste. La Deutsche Bank et le Crédit Agricole sont les deux pires banques au monde, et font courir à elles seules à la zone euro, un risque de défaut de 3625 milliards d'euros...
a écrit le 09/04/2014 à 20:41 :
Pour rappel, la seule revente de "créances subito pouraves" par la FED a eu lieu en 2010 à l'extraordinaire prix de 26% de leur valeur faciale. Depuis, plus de chiffres, ou plus de vente, ou plus de dollars ou plus d'américains...
a écrit le 09/04/2014 à 18:20 :
Ils sont bien renseignés au FMI... signe que la NSA a bien fait le "job".
Réponse de le 09/04/2014 à 20:43 :
La nsa n'a, pour une fois, rien à voir là-dedans. Le réseau des banques SWIFT fournit 80% des montants des transactions mondiales directement aux US. La "zone euro" l'a accepté.
Réponse de le 09/04/2014 à 20:50 :
C'est sur, c'est un complot !
Perso, je pense plutôt à une analyse des comptes (bilans...) et l'aide des autorités de régulation. Mais c'est peut être pas assez "complot ; on nous cache des choses..." Pour vous ?
a écrit le 09/04/2014 à 18:14 :
Est passé par ici...il repassera par là...
a écrit le 09/04/2014 à 18:04 :
On parle des actifs, on oublie de parler des bureaux vides et des politburots pleins qui auraient des oreilles? C'est quoi un actif toxique? Pour la crise financière, c'est bête, au niveau de l'Etat on réservait la dette pour les retraites des fonctionnaires. Seulement la crise mange la dette, donc les retraites, alors on est à l'ostérité ou ostalgie? Ce qui nous conduit à relancer par le déficit et les impôts? On relance ou on emplafonne? Après 40 ans de relance, on devrait mettre les bouchées double à 8% de déficit et 2 millions de fonx et 3 de retraités!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :