Panique bancaire en Bulgarie : la banque centrale avance la thèse du complot

 |   |  822  mots
Des queues se sont formées devant les banques bulgares
Des queues se sont formées devant les banques bulgares (Crédits : reuters.com)
La Banque Nationale Bulgare a jugé que les attaques contre les banques bulgares visaient à déstabiliser l'Etat. Une attaque à peine dissimulée contre Moscou.

La Bulgarie est-elle sous le coup d'une attaque économique téléguidée par une puissance étrangère ? C'est la thèse défendue ce vendredi par la Banque centrale bulgare, la BNB, dans un communiqué qui apparaît en gras sur son site Internet. Après avoir assuré que le secteur bancaire bulgare dispose « de bons indicateurs et d'un fonctionnement normal », le communiqué indique que le pays fait l'objet « au cours des derniers jours, d'une tentative de déstabilisation de l'Etat par le moyen d'une attaque organisée contre les banques bulgares, sans raisons. »

Une faillite évitée de justesse la semaine dernière

La semaine dernière, la BNB était intervenue pour sauver Corpbank, la quatrième banque du pays de la faillite et stopper les débuts de course vers les guichets. Cet établissement aurait été fragilisé par les malversations de son actionnaire Tsvetan Vassilev, lequel nie farouchement ces accusations. Quoi qu'il en soit, les autorités bulgares et la plupart des experts avaient insisté sur le caractère isolé de cette faillite et assuré que le reste du secteur bancaire bulgare était sûr.

Panique bancaire

Mais, dans le pays, frappé en 1996-1997 par une grave crise bancaire où 14 établissements avaient fait faillite, le doute s'est installé. Mardi, des rumeurs ont commencé à apparaître. Le même jour, des députés ont évoqué d'autres faillites bancaires. Brusquement, la panique s'est emparée de toute la place financière de Sofia. Les actions des banques, particulièrement de la troisième banque du pays, la First Investment Bank (FIB), ont commencé à s'effondrer. A l'ouverture ce mercredi, le titre FIB perdait 23 % de sa valeur ! Dans de tels cas, évidemment, la panique alimente la panique. Les autres actions bancaires reculaient aussi et, vendredi, selon Reuters, des queues d'une cinquantaine de personnes commençaient à se former autour des agences bancaires de Sofia. Sur Twitter, des photos montraient également une filiale de la FIB fermant ses portes au nez et à la barbe de déposants inquiets.

 

La BNB appelle à la sévérité

« Depuis mercredi, cette attaque a été lancé par des séries de rumeurs et de déclarations publiques malicieuses. De telles actions criminelles visent directement l'épargne de chaque citoyen bulgare et la stabilité financière qui est une clé de la sécurité nationale du pays », a indiqué la BNB qui, tranchant avec le discours généralement policé des banques centrales, en appelle à une application « pleine et entière » de la loi pour faire cesser ces attaques.

Crise politique aiguë

Cette crise bancaire arrive au plus mauvais moment pour le gouvernement de Plamen Orecharski. Ce gouvernement de coalition qui regroupe le parti socialiste BSP et le parti de la minorité turque le DPS est depuis sa formation en mars 2013 très fragile. Il a survécu à quatre motions de censure grâce à l'appui du parti ultranationaliste Ataka.

Mais il est miné par la poursuite de la protestation sociale dont l'explosion avait amené en février 2013 des élections anticipées, mais aussi  par la corruption. Le 8 juin dernier, l'annonce de la suspension du projet de gazoduc South Stream a accéléré la dissolution de cette étrange majorité fondée uniquement par la mise en place de ce gazoduc. De nouvelles élections anticipées sont prévues pour le 5 octobre, a indiqué le gouvernement ce vendredi.

Main du Kremlin ?

C'est donc dans cette atmosphère politique très trouble, alors que la vie politique bulgare est de plus en plus atomisée et que le nouveau scrutin ne permette pas de dégager de majorité, qu'intervient cette crise. Inévitablement, certains évoquent déjà la main du Kremlin derrière cette crise pour se « venger » de l'arrêt de South Stream, un gazoduc qui doit permettre de contourner l'Ukraine pour livrer l'Europe occidentale en gaz russe. Le rapprochement avec la déstabilisation en cours du gouvernement polonais est tentant. Des révélations d'un journal polonais, Wprost, ont mis en lumière, entre autres, un "accord politique" entre la banque centrale et le gouvernement. Le ministère de Donald Tusk a été déstabilisé, même s'il n'a pas été renversé. Cette interprétation du "complot russe" est, du reste, a demi-mots, l'interprétation de la BNB.

Mais qu'on ne s'y trompe pas : le secteur bancaire bulgare est fragilisé par une croissance faible et par des prêts peu performants. L'économie bulgare, engoncé dans la parité du lev avec l'euro, ne s'est jamais vraiment remise de la crise de 2009, et la tourmente politique n'aide guère au retour de la confiance. Pas besoin donc, en théorie, des Russes pour expliquer la méfiance vis-à-vis des banques bulgares. D'autant que l'histoire montre qu'une crise bancaire s'accélère par sa propre dynamique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2014 à 23:49 :
Staline était intervenu en Bulgarie pourtant neutre pendant la guerre en l'envahissant afin de contrer les troupes de Hitler et envahir l'Europe. C'est un peu pareil maintenant, déstabiliser la Bulgarie par des méthodes du FSB russe est important pour les enjeux entre l'Europe et la Russie du dictateur Poutine.
a écrit le 29/06/2014 à 18:56 :
Pour avoir travaillé longtemps en Russie sur la bourse russe je confirme que c'est tout à fait dans le style des interventions du clan Poutine. Ils font de même sur le RTS/Micex un peu comme si l'Etat français intervenait quand çà l'arrange sur les cours du Cac40. C'est très lucratif d'autant que çà correspond souvent à des délits d'initiés on ne peut mieux placés et en externe çà permet de déstabiliser sans en avoir l'air un régime qui ne vous convient pas. Rapelons que le clan Poutine finance aussi en Europe de nombreux partis séparatistes et paie des députés qui conviennent au régime, ce n'est pas un secret d'Etat, c'est une habitude. En Bulgarie, rien ne justifiait des mouvements de cette ampleur sans intervention externe ciblée sur quelques banques bien précises. Ce n'est pas une panique mais une manipulation, vous en aurez confirmation au fil du temps car c'est typique comme situation.
a écrit le 29/06/2014 à 12:30 :
Des tas de salades dans les papiers, des tas de salades dans les commentaires, il ne nous reste qu'un plat chaud et de la bière pour faire descendre le tout par le gosier.
a écrit le 29/06/2014 à 12:01 :
"La main du Kremlin..." (!!!). Ce genre de propos à la guerre froide dans un journal qui fait autorité mondiale dans le monde de la presse économique me laisse pantois. Honnêtement.
Réponse de le 29/06/2014 à 19:09 :
En Crimée l'invasion était la main du Kremlin, rien de choquant à dire la vérité même si çà égratigne les pro-poutine et leur propagande malhonnête.
a écrit le 29/06/2014 à 10:25 :
tous ceux qui trafiquent avec des cours faussés du libor, spéculent, utilisent des infos internes d entreprises, aident aux evasions fiscales.. complotent. mettons les bulgares responsables d une police anti-complot en Europe. On va rigoler.
Réponse de le 29/06/2014 à 19:10 :
Surtout s'il étudient le marché russe.
a écrit le 28/06/2014 à 15:29 :
Il y a dix jours, Standard & Poor's a abaissé la note souveraine de la Bulgarie à BBB-, un échelon seulement au dessus de la catégorie spéculative ("junk").
Réponse de le 29/06/2014 à 12:05 :
Ah vous et vos agences de notation yankees !!!! et quand par des raisons politiques elles baissent la note de la France qu'en dites vous, hein ?? des agences américaines pourries qui suivent les directives du Département d'Etat US et nous ici en France, notre France paupérisée, en leur prêtant l'oreille ! non mais...
Réponse de le 29/06/2014 à 12:23 :
à Agence de notation: vous croyez aussi aux OVNIs ?
Réponse de le 29/06/2014 à 18:51 :
Les agences de notation ne font pas autant n'importe quoi que l'on voudrait le faire croire. Gardez vous de tout excès ou de propagande. Il y a bien manipulation de cours en Bulgarie et il n'est pas difficile de voir à qui çà porfite étant un pays de l'Est qui a pris des poistions contraires aux intérêts de Poutine.
a écrit le 28/06/2014 à 13:21 :
A mon avis et je ne doit pas etre le seul, il n'y a pas que en Bulgarie ou cela sent le roussi.
Quant on voit a l'oeuvre nos politiques (pourris) on ne peu s'attendre a autre chose.
Lamentable!!!!!!!
a écrit le 28/06/2014 à 13:18 :
A mon humble avis il n'y a pas qu'en Bulgarie que cela sente le roussi. Suivez mon regard.
a écrit le 28/06/2014 à 10:31 :
Parmi les nombreuses méthodes de Poutine il y a les virus informatiques, le financement des partis séparatistes en Europe, les mouvements de fonds financiers et manipulations de cours comme en Bulgarie, Belgique, sur des sociétés etc, les enregistrements et vidéos comme en Pologne, Ukraine etc, la propagande avec les trolls du FSB à chaque article de journaux, les chantages, menaces, privilèges aux entreprises, financements de partis et personnes, corruption, assassinats, polonium etc, c'est dans la tradition KGB/FSB soviets.
Réponse de le 28/06/2014 à 15:15 :
Stuxnet, Flame pour les virus... Otpor, et autres ONG... écoutes mondiales de la NSA, échelon, Prism... trolls officiellement financés par l'UE, concentration des médias ( Rupert Murdoc, Lagardere...), la French American Foundation - Young Leaders, Hollande, Montebourg, Moscovici, Pellerin, Touraine, Vallaud-Belkacem...
Réponse de le 29/06/2014 à 18:53 :
@ Exemples : amalgame sans valeur = n'importe quoi.
a écrit le 28/06/2014 à 10:28 :
Les libertariens à l'oeuvre.
Rappelons à la dissidence à la con - l'extrême-droite, pion éternel du libéralisme intégral- qu'ils sont les plus redoutables ennemis de la France et de la liberté en général.

Les tentatives sont les mêmes aux USA et en France (On se souvient comment Jovanovic, Soral, Dieudonné, l'abruti Cantona, tous les réseaux libertariens -bien présents en Russie- avaient été activés et avaient joué un rôle dans la tentative de déstabilisation).

Le maillon entre les libertariens de Washington, la France et la Russie se nomme John Laughland, agent de Ron Paul et de l'Institut Pour la Coopération et la Démocratie lié à Poutine et à Exxon Mobil.
Réponse de le 28/06/2014 à 20:59 :
Lol. Soral et dieudonné, pourfendant l'ennemi imaginaire du "libéralo-sionnisme" membre des "réseaux libertariens". Je parle pas du lien Poutine Ron paul l'Institut Pour la Coopération et la Démocratie. Risible.
Y a vraiment des gens qui parle sans rien comprendre :D
Réponse de le 28/06/2014 à 21:43 :
Lier extrême droite et libéralisme, il fallait oser.
Lire et rechercher un peu vous ferait le plus grand bien, car une telle grille d'analyse est si faussée que vous n'y arrivez pas sinon.
a écrit le 28/06/2014 à 8:55 :
Bulgarie en europe...??? on ne sait plus entre albanie et je ne sais quoi....
Réponse de le 28/06/2014 à 9:46 :
Vous avez apparemment des problèmes de géographie/géopolitique - la Bulgarie, tout comme ses pays limitrophes (Grèce, Roumanie, Serbie, etc.), se trouve bel et bien en Europe de l'Est - mais elle reste un pays européen.
Réponse de le 28/06/2014 à 10:08 :
Faut se cultiver c'est tout !
a écrit le 27/06/2014 à 23:55 :
Pour avoir travaillé longtemps en Russie sur la bourse russe je confirme que c'est tout à fait dans le style des interventions du clan Poutine. Ils font de même sur le RTS/Micex un peu comme si l'Etat français intervenait quand çà l'arrange sur les cours du Cac40. C'est très lucratif d'autant que çà correspond souvent à des délits d'initiés on ne peut mieux placés et en externe çà permet de déstabiliser sans en avoir l'air un régime qui ne vous convient pas. Rapelons que le clan Poutine finance aussi en Europe de nombreux partis séparatistes et paie des députés qui conviennent au régime, ce n'est pas un secret d'Etat, c'est une habitude. En Bulgarie, rien ne justifiait des mouvements de cette ampleur sans intervention externe ciblée sur quelques banques bien précises. Ce n'est pas une panique mais une manipulation, vous en aurez confirmation au fil du temps car c'est typique comme situation.
Réponse de le 28/06/2014 à 8:25 :
Non content de recopier sottement les dépêches du département d'état US, notre troll dépressif s'invente une vie ...
Réponse de le 28/06/2014 à 9:16 :
cela ressemble effectivement a une cyber attaque qui eu touché aussi voilà quelques années le système fiscal et bancaire d'un pays balte .. nul n'est a l'abri des représailles du géant russe autant le savoir ..
Réponse de le 29/06/2014 à 12:27 :
Ce géant russe dont vous parlez c'est le NSA ?
Réponse de le 29/06/2014 à 18:55 :
@ @ de 12.27 : Non le FSB russe c'est son style habituel les virus
a écrit le 27/06/2014 à 21:37 :
Je ne sais pas, mais si on regarde qui a attaqué dernièrement la Bulgarie, ce n'est certainement pas la Russie, mais l'UE par la voix de la Commission qui l'a obligé à cesser la construction du gazoduc Southstream.
Réponse de le 27/06/2014 à 23:58 :
C'est idiot ce que vous dites car l'UE ne peut pas empêcher la Bulgarie sur ce plan et en plus la Bulgarie a malgré tout stoppé le projet donc en quoi l'Europe aurait eu besoin de déstabiliser un pays dans l'Europe. Vous ne raisonnez jamais ou vous faîtes de la propagande poutinienne ?
Réponse de le 28/06/2014 à 1:18 :
Vous devriez lire un peu avant de commenter. La réalité n'est pas faite de ce qui est possible ou non, mais de ce qui est.
Réponse de le 28/06/2014 à 1:23 :
Pas très claire votre histoire, ce d'autant que vous vous contredisez dans la même phrase. Quant à qui fait quoi, la Commission a bel et bien dit et redit son opposition à Southstream et menacé la Bulgarie très clairement à ce sujet.
Après le revers de l'Autriche, difficile de dire qui punit qui et pourquoi.
Réponse de le 28/06/2014 à 10:07 :
Cà n'a jamais été dans le style de l'Europe de déstabiliser de la sorte un pays européen c'est contre productif ! C'est effectivement du style Poutine que l'on retrouve dans les menaces à l'Ukraine, la Géorgie, Moldavie etc.
Réponse de le 28/06/2014 à 21:45 :
Vous plaisantez Julien? Il suffit de regarder un peu du côté de la Confédération Helvétique et la manière dont nous essayons continuellement de leur tordre le bras, allant jusqu'à exiger de leur gouvernement fédéral qu'ils renoncent à appliquer le résultat de leurs votations.
Réponse de le 29/06/2014 à 18:58 :
Cà n'a rien à voir comme type de pressions qui ont lieu comme sur tout intérêt économique, entreprises etc. La Suisse est parfaitement libre mais elle est obligée comme tout pays de trouver des compromis avec ses voisins et n'accepte pas tout pour autant. On n'a pas envahi la Suisse comme Poutine en Crimée ni envoyé des milices comme Poutine en Ukraine.
a écrit le 27/06/2014 à 17:57 :
"Ce gouvernement de coalition qui regroupe le parti socialiste BSP et le parti de la minorité turque le DPS est depuis sa formation en mars 2013 très fragile."

Tiens donc un gouvernement socialiste soutenu par les minorités cela me rappelle quelque chose... Et ils osent parler de complot!
Réponse de le 27/06/2014 à 23:59 :
En Italie c'est aussi un gouvernement socialiste et cà marche bien.
a écrit le 27/06/2014 à 16:21 :
on parle facilement de "complot" lorsqu'il s'agit des autres pour désigner les "ennemis" de l'occident, mais jamais de "complot" au niveau de la politique Étasuniennes ou de l'arnaque Européenne ? alors deux poids deux mesures comme toujours ?
Réponse de le 27/06/2014 à 17:09 :
Les USA sanctionnent ouvertement les Etats considéré comme "contre" eux. Que l'on soit d'accord ou pas avec leurs méthodes il ne s'agit clairement pas de complot. Par contre, concernant le système bancaire bulgare, si il est avéré (là est toute le problème) que les Russes ont manigancé "secrètement" on se rapproche de la définition de complot. Je ne porte pas de jugements de valeurs, je précise jsute un peu la définition du mot complot.
Réponse de le 27/06/2014 à 23:36 :
@Chich
Je pense que Komplo ne parlait pas des sanctions ouvertes que les usa prennent envers des états ou des personnes. Mais plutôt au travail de vassalisation que les usa entreprennent envers les etats alliés. Toutes les documents de ce travail sont connues et publiées par le Daily Telegraph (journal anglais). Mais si l'on dit que la "construction européenne" (bien comprise comme étant la destruction des nations millénaires) est un complot des usa, ca ne passe chez les journalistes français.
Réponse de le 28/06/2014 à 0:00 :
Chich a raison. Il est clair qu'en Bulgarie il y a du Poutine si vous suivez de près l'actualité et son style maffieux.
Réponse de le 28/06/2014 à 1:27 :
@Henri "Son style mafieux" pourriez vous apporter des preuves qui m'auraient échappé du "style mafieux" de Poutine sur ces événements là?
Réponse de le 28/06/2014 à 10:18 :
Voyez les différentes déclarations et menaces des députés, ministres et Poutine compris à propos de l'Ukraine, de la Moldavie, de la Géorgie etc Analysez les mouvements financiers sur différents marchés et différentes sociétés au cours de ces périodes, vous allez vite comprendre ce que signifie le clan maffieux de Poutine et ses méthodes. Suivez les attaques informatiques et les origines décryptées etc. C'est un peu comme dire qu'en Crimée il y avait des russes à défendre et que les troupes d'invasion avec du matériel russe étaient d'origine inconnue ! Le FSB ex KGB dont est issu Poutine, ce n'est pas les bisounours !
Réponse de le 28/06/2014 à 13:41 :
@Henry?

J'ai demandé des preuves et je ne vois que des assertions toutes faites (Des preuves = des sources) mais peu importe. Je reviens au sujet de mon intervention plus haut les journalistes français sont plus prompts à parler de complot pour les événements venant de l'est tandis que lorsqu'il y a des preuves d'un veritable complot sur les nations européennes de la part des usa ils donnent leur langue au chat.
Réponse de le 29/06/2014 à 19:05 :
@ Taigh : ce sont des faits et déclarations précises, il faut lire et vous informer. On sait l'origine de certains virus, on connait les discours et déclarations de telle ou tel, on constate les mouvements de fonds sur telle ou telle entreprise et les origines de fonds etc. Ce n'est pas parce que vous n'analysez pas les choses en détail ni en profondeur que cela n'existe pas. Quant aux journalistes il parlent tout autant de complots quand c'est le cas, qu'ils viennent d'un pays ou d'un autre, il semble que vous ayez des parti-pris. La Bulgarie a peu de chance d'intéresser les Etats-Unis d'autant qu'elle est en Europe et dans l'Otan si vous vouliez accuser l'Oncle Sam !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :