Les exportations espagnoles atteignent leur plus bas niveau en cinq ans

 |   |  358  mots
En août, le pays a exporté pour 16,342 milliards d'euros, en baisse de 5,1% par rapport à août 2013, et importé pour 19,114 milliards, soit 0,5% de plus qu'il y a un an.
En août, le pays a exporté pour 16,342 milliards d'euros, en baisse de 5,1% par rapport à août 2013, et importé pour 19,114 milliards, soit 0,5% de plus qu'il y a un an. (Crédits : reuters.com)
Au mois d'août, la quatrième économie de la zone euro a vu sa balance commerciale pencher dangereusement du mauvais côté pour atteindre 2,772 milliards de déficit, soit plus de 50% sur un an.

Les derniers signes étaient pourtant encourageants. Après être sortie en 2013 de sa deuxième récession en cinq ans, l'Espagne a enregistré une croissance encourageante de 0,4% au premier trimestre et 0,6% au second. L'OCDE table par ailleurs sur une progression du PIB du pays de 1,5% en 2015.

Mais cet été, sa balance commerciale s'est enrayée. En août, le pays a exporté pour 16,342 milliards d'euros, en baisse de 5,1% par rapport à août 2013, et importé pour 19,114 milliards, soit 0,5% de plus qu'il y a un an,  rapporte le ministère de l'Économie espagnol, cité par El Pais. Au final, ces chiffres sont les plus mauvais "de ces 5 dernières années, ce qui va compliquer la déjà faible reprise de l'Espagne", considère le journal El Pais.

Des exportations malmenées par les difficultés en Europe

Pour le quotidien espagnol, il ne fait pas de doute que la baisse des exportations à l'étranger est due aux "problèmes dont ont souffert les grandes économies européennes en août, en particulier l'Allemagne et la France, mais aussi à la chute des ventes vers les pays émergents". Selon les chiffres du ministère, les ventes en l'Allemagne se sont réduites de 1% par rapport à août 2013, et celles vers la France ont chuté de 5,7%.

Hors Union-Européenne, les nouvelles ne sont pas meilleures puisque le reste du monde a importé 7,1% de moins à l'Espagne au mois d'août. L'Amérique Latine est le continent qui a accusé la plus grande baisse avec -28,8% d'achat de biens et services.

Une fragilité pour l'année 2014

Pour l'économiste du Crédit Agricole, Bénédicte Kukla, spécialiste de l'Espagne interrogée par La Tribune en juillet dernier, cette fragilité des exportations provient notamment des produits manufacturés: "L'industrie espagnole est limitée et beaucoup moins développée que dans un pays comme l'Italie, par exemple."

La chute n'est pas anecdotique pour l'économie espagnole si l'on considère l'année 2014 déjà bien entamée. Sur les huit premiers mois de l'année, le déficit commercial a quasiment doublé par rapport à la même période de 2013, à 16,481 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2014 à 9:15 :
Marine Le PEN dira que c'est la faute de L'euro...ah ben NON, L'EURO baisse. Ah ben zut alors.
Réponse de le 16/10/2014 à 13:44 :
Vous devriez vous abstenir si vous n'y connaissez rien ... Oui c'est la faute de l'euro, qui obligent les pays à faire de la dévaluation interne (salaires, prestations sociales ...) à défaut de pouvoir dévaluer leur monnaie. Tout cela conduit donc à l'austérité et à la récession, et cette dernière est une spirale vers des crises de plus en plus grave ...
a écrit le 15/10/2014 à 16:48 :
A part les fruits et légumes c est pas ça qui va sauver l Espagne!
Réponse de le 17/10/2014 à 21:32 :
En France nos médias ne parlent plus des effets de l'embargo russe sur nos exportations agro-alimentaires mais notre situation n'est pas plus réjouissante que l'espagnole, des faillites se sont faites et d'autres verront encore le jour. Sans catastrophisme mais réalisme.
a écrit le 15/10/2014 à 15:44 :
C'est dire à quel point la réduction du coût de la main-d'oeuvre est efficace... Les pays qui ont les salaires les plus faibles de la zone euro sont ceux qui souffrent économiquement le plus.
Réponse de le 15/10/2014 à 15:51 :
C'est l'inverse !
a écrit le 15/10/2014 à 14:39 :
Il faut encore réduire les coûts ! diminuer encore le déficit. C'est le credo des allemands qui gouvernent l'économie européenne. On était devant un précipice, mais depuis nous avons fait un grand pas en avant !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :