Catalogne : vote symbolique sur l'indépendance ce dimanche

 |   |  273  mots
Les sécessionnistes espèrent qu'un haut niveau de participation incitera le gouvernement central à discuter.
Les sécessionnistes espèrent qu'un haut niveau de participation incitera le gouvernement central à discuter. (Crédits : reuters.com)
Les Catalans ont commencé à voter dimanche sur l'indépendance de leur région, une consultation très attendue, mais qui n'aura aucune conséquence selon le président du gouvernement Mariano Rajoy.

Sans valeur légale. Des centaines de milliers de Catalans devraient dire oui à l'indépendance de leur région dimanche 9 novembre lors d'une consultation symbolique organisée sur la séparation d'avec l'Espagne malgré l'opposition du gouvernement de Madrid.

Des journalistes de l'AFP ont constaté l'ouverture de bureaux de vote à Barcelone. Les organisations favorables à l'indépendance ont fait campagne pour que le taux de participation soit très important. Potentiellement, quelque 5,4 millions de résidents, y compris les jeunes à partir de 16 ans et les étrangers, peuvent s'exprimer. La Catalogne compte 7,5 millions d'habitants, l'ensemble de l'Espagne 47 millions.

Faire connaître l'opinion des Catalans à Madrid

À en croire les sondages, 80% des Catalans souhaitent une plus grande autonomie par rapport à l'Espagne, tandis que 50% environ sont favorables à l'indépendance pure et simple.

"Il est clair que cette consultation (...) ne nous donne pas le mandat démocratique que nous aurions avec une élection, mais, ce qui est important c'est que c'est une nouvelle démonstration du fait que les gens veulent voter, qu'ils sont désireux de faire connaître leur opinion", a déclaré le dirigeant de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) Oriol Junqueras, dans un entretien.

Les sécessionnistes espèrent qu'un haut niveau de participation incitera le gouvernement central à discuter et qu'il accordera à la Catalogne une autonomie plus importante dans le domaine politique en général et en matière de politique fiscale en particulier. Le président du gouvernement Mariano Rajoy a minimisé l'importance du vote catalan samedi et assuré qu'il n'aurait aucune conséquence.

>> ANALYSE La Catalogne : un défi plus risqué que l'Écosse pour l'Union européenne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2014 à 17:43 :
La langue est le ciment de ce désir d'indépendance. Tout le monde parle catalan en Catalunya plutôt que le castillan. Le résultat n'a donc rien de surprenant.
a écrit le 10/11/2014 à 9:12 :
n'a jamais vraiment disparu, elle s'est juste déplacé à Bruxelles...comme dans l'est de l'ukraine, en Ecosse ou en catalogne, on ne veut pas que les peuples choisissent leur destin....la démocratie 2.0 sauce Otan/union européenne...
a écrit le 09/11/2014 à 20:44 :
Presque 2 mio de votes jusqu'à l'heure actuelle. Viva Catalogne libre !!!
a écrit le 09/11/2014 à 17:52 :
Voici venu l'époque des anti État. "La Catalogne est riche" écrit un internaute. Et alors? L'île de France est riche, pourquoi ne réclame-t-elle pas son indépendance? Le raisonnement politique des régionalistes-indépendantistes de tout poil est le suivant: une région riche, au sein d'un pays n'a pas à payer pour les régions pauvres de ce pays. Sans ouvrir un débat politico-éthique, sans fin, se posent-t-ils la question de savoir ce qu'ils doivent à ce même pays? Le même débat est valable en France, où s'agitent -et où certains agitent- des "nationalismes" régionaux qui tiennent le même raisonnement. La mort des États-nations, c'est une des méthodes trouvée par les technocrates européens pour affaiblir les États, au bénéfice d'une Commission Européenne au déficit démocratique colossal. Il est temps que le médias et le monde politique aborde ce débat de front, avant que des Catalognes et des Pays Basques français ne le posent dans des termes violents et peu démocratique.
Réponse de le 09/11/2014 à 20:46 :
Les États pourrissants ont déjà donné tout ce qu'ils avaient à donner, c'est l'heure des Régions qui a sonné. Mettez vous à l'heure, il est grand temps !
a écrit le 09/11/2014 à 15:59 :
Quelle belle oeuvre cette Europe, construite à a la hâte sous dictat américain, quelle belle oeuvre !!!
Et pourquoi, les catalans n’auraient pas leur mot à dire ? Au nom de quoi, faut il avoir une pensée unique ? Au nom de l’euro ? on voit ce que ça donne !
Toujours est il que référendum ou pas, le vers est dans le fruit.
c’est la faiblesse des gouvernements qui apporte la pagaille partout.
Tous au garde à vous ; a part que maintenant les gens s’en rendent compte. 2014 c’est pas pareil que 2005.
Mais qu’il y ait la pagaille un peu partout, peut être que ça arrange aussi… Je ne sais pas je m’interroge. Quelque chose me dit que nous sommes au début d’un processus qui peut donner des idées révolutionnaires. Il suffirait de rajouter une nouvelle crise financière la dessus et c’est des émeutes partout. Les mois à venir vont être intéressants. Quelle époque merveilleuse ce début de siècle !!!
Réponse de le 09/11/2014 à 20:47 :
+ 2'067'0962
a écrit le 09/11/2014 à 15:54 :
Est-ce que notre premier ministre français de papier a voté?
a écrit le 09/11/2014 à 13:39 :
Si 70% des bulletins exprimés, de 80% de participants, expriment une volonté d'indépendance ... La position de l'Europe devra être la reconnaissance de cette expression démocratique ... Pas la défense d'une oligarchie comme il t en a tant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :