La Ligue du Nord s'inspire du FN et a le vent en poupe en Italie

 |   |  1046  mots
Matteo Salvini (41 ans) est depuis 2013 le leader de la Ligue du Nord.
Matteo Salvini (41 ans) est depuis 2013 le leader de la Ligue du Nord. (Crédits : Reuters)
Les deux élections régionales italiennes de dimanche ont montré un paysage politique encore marqué par la crise : forte abstention et montée d'une ligue du nord désormais copie italienne du FN.

Les deux élections régionales en Italie qui étaient organisées ce dimanche 23 novembre sont apparues comme une victoire de plus pour Matteo Renzi. Et c'est ainsi que le président du conseil italien a voulu le comprendre. En visite à Vienne, il a déclaré devant la presse que son parti avait « gagné 5 à 0 » lors de ce scrutin. Et les chiffres semblent lui donner raison : les alliances de centre-gauche ont remporté 49,1 % des voix, soit 8,8 points de plus que lors du scrutin des élections législatives de février 2013, en Emilie-Romagne, son bastion traditionnel. Mieux même, en Calabre, terre plutôt à droite où le centre-gauche n'avait récolté que 28,3 % des suffrages en 2013, l'alliance pro-Renzi a obtenu cette fois 61,4 % des voix, un record ! Matteo Renzi semble donc avoir transformé l'essai des Européennes de mai dernier, où le parti démocrate avait gagné 40 % des suffrages.

Victoire du centre-gauche

Sauf que le triomphalisme de Matteo Renzi n'est que de façade. D'abord, parce qu'il oublie volontairement la chute vertigineuse de la participation électorale. Surtout en Emilie-Romagne, où elle est passée de 70 % à 37,7 %. En Calabre, la chute est moindre : de 45,8 % à 44,1 %. Résultat : en nombre de voix, la « victoire » du centre-gauche est moins brillante. Le gain par rapport aux européennes est certes de 14,1 % en Calabre, mais c'est une chute de 55,9 % qui est enregistrée en Emilie Romagne, soit pas moins de 120.000 voix de moins qu'en mai. Et par rapport aux régionales de 2010, le centre gauche est en chute dans les deux régions en termes de nombre de voix. Matteo Renzi a balayé d'un revers de main cette question en estimant que « l'abstention était secondaire. »

Forte abstention

Sans doute, mais cette désertion des urnes est particulièrement forte en Emilie Romagne et elle a touché une région fortement ancrée à gauche, c'est donc le signe d'une certaine déception vis-à-vis de l'action du jeune premier ministre italien qui n'a pas pu mobiliser une partie de son électorat. Mais c'est aussi et surtout le signe d'un désenchantement vis-à-vis du politique. De ce point de vue, l'échec du Mouvement 5 Etoile de Beppe Grillo, parti qui entendait renouveler la politique italienne et fédérer les déçus de la politique traditionnelle et de l'austérité est un des enseignements les plus intéressants de ce scrutin.

Baisse du Mouvement 5 Etoiles

En 2012, l'Emilie Romagne avait été un des berceaux du succès électoral du Mouvement 5 Etoiles qui avait surpris tout le monde en emportant la mairie de Parme. Un an plus tard, aux élections législatives de 2013, le parti de Beppe Grillo gagnait 23,7 % des voix. Ce dimanche, seuls 13,2 % des électeurs qui se sont exprimés ont voté pour le candidat d'un mouvement qui, dans la région, a perdu 500.000 électeurs entre février 2013 et novembre 2014. Sans doute faudra-t-il attendre d'autres scrutins pour avoir confirmation de cette tendance, car les sondages nationaux lui accordent toujours près de 20 % des intentions de vote. Mais son alliance avec les souverainistes du UKIP au parlement européen, ses positions ambiguës sur l'immigration, ses difficultés à proposer une alternative économique et, surtout, les luttes internes qui l'ont déchiré lui auront fait perdre beaucoup d'électeurs venus de gauche ou de l'abstention. Du coup, la progression électorale de Beppe Grillo appartient peut-être au passé.

La Ligue, grande gagnante

Ce n'est pas en revanche le cas de la Ligue du Nord. Le mouvement séparatiste apparaît comme le grand gagnant du scrutin de dimanche. Absent évidemment du scrutin calabrais, la Ligue a frôlé les 20 % en Emilie Romagne, alors qu'elle avait glané dans la région 2,6 % des voix lors des élections législatives de 2013 et 5,04 % lors des européennes du 25 mai dernier. Fait significatif, la Ligue devance largement Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi qui n'obtient que 8,3 % des voix. 233.000 électeurs ont voté pour la Ligue dimanche en Emilie-Romagne, soit 117.000 de plus qu'aux européennes et 164.000 de plus qu'aux législatives.

Une Ligue copie du FN et désormais conquérante dans le sud...

Cette progression traduit également le positionnement très à droite du leader de la Ligue, Matteo Salvini, qui a repositionné politiquement la Ligue du nord sur une ligne moins régionaliste. Son modèle est clairement le Front National français. Matteo Salvini va, du reste, rencontrer Marine Le Pen ce week-end à Lyon. La Ligue, entend à présent capitaliser sur un programme de réindustrialisation, de rejet de l'immigration, de protectionnisme et de sortie de l'euro. Elle séduit ainsi de plus en plus de victimes de la crise et de personnes inquiètes pour l'avenir. Plus question, comme au temps du « Senatùr » Umberto Bossi, l'ancien chef charismatique de la Ligue, de fustiger les paresseux méridionaux et proclamer l'indépendance de la « Padanie. »

Désormais, la Ligue entend gagner des voix dans le centre et le sud du pays sur ce terrain. Dans une interview accordée à La Repubblica, Matteo Salvini promet de près de 40.000 personnes sont prêtes à s'engager dans le sud du pays dans une campagne de la Ligue. Certes, le chemin est encore loin pour la Ligue pour s'imposer au sud. Mais dans une Italie ravagée par la crise, tout semble possible. Les derniers sondages donnent un score au niveau national inédit de la Ligue : 11,4 %, non loin de Forza Italia (14,9 %), preuve que ses idées semblent prendre pied au niveau national...

Une bonne ou une mauvaise nouvelle pour Matteo Renzi ?

Pour Matteo Renzi, l'émergence de la Ligue du Nord, qui, à l'image de son modèle Marine Le Pen, réclame des élections anticipées, est une bonne et une mauvaise nouvelle. C'est une bonne nouvelle, car elle renforce l'unité du centre-gauche et de son électorat contre un parti qui s'inspire ouvertement du FN français. Mais l'envers de la médaille, c'est la radicalisation de l'opposition à l'euro. Sans compter que la montée de la Ligue vient déstabiliser le centre-droit et surtout le parti de Silvio Berlusconi. Le Cavaliere est de plus en plus contesté à la tête de Forza Italia et sa stratégie d'entente avec Matteo Renzi sur la réforme électorale pourrait bien être contestée par la droite du parti. Ce serait alors une défaite pour le président du conseil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2015 à 20:53 :
vive la ligue du nord nous sommes avec vous.
a écrit le 26/11/2014 à 19:36 :
mussolini, le retour !
Réponse de le 26/11/2014 à 20:05 :
@musso : tout simplement grotesque votre post.... Ouvrez les yeux et vous verrez que les fachos ne sont pas ceux que l'on croit !!! tout ça bien sur (c'est plus facile a faire avaler au peuple) sous couvert d'une république démocratique exemplaire !!!!
a écrit le 26/11/2014 à 17:06 :
Les électeurs italiens sont maso.Ils se sont fait avoir x fois,mais ils en redemandent.
a écrit le 26/11/2014 à 15:25 :
La ligue du nord a été rejoint par un professeur d’économie talentueux, Claudio Borghi Aquilini, partisan de la sortie de l’Italie de l’euro, qui est devenu le chef économiste de la ligue. Celui-ci est souvent présent dans des débats télévisés où il débat avec des partisans de l’euro et sur les problèmes de l’économie italienne, notamment avec des membres du Parti Démocrate de Renzi. Et à la différence de Marine Lepen ou de Florian Philippot, Claudio Borghi Aquilini maîtrise à fond ces questions. Ce qui signifie que c'est un compétiteur redoutable dans ces débats.
Réponse de le 26/11/2014 à 17:04 :
Un ancien coursier qui devient professeur d'économie:un autre miracle a l'italienne.Prof de magouilles?
Réponse de le 26/11/2014 à 17:25 :
Etre un prof d'économie ne veut pas dire avoir raison partout, au contraire ! Surtout quand il s'agit de dogmes sans aucuns fondements, tels le communisme ou le nationalisme.
Réponse de le 26/11/2014 à 18:50 :
Je pense que vous n'avez pas réellement écouter mme lepen ou mr philippot. Ecoutez alors mr chauprade et vous serez certainement rassuré
a écrit le 26/11/2014 à 12:04 :
A chaque fois que Merkel et ses portes flingues ouvrent la bouche pour réclammer plus de dévaluation interne en Europe du sud, c'est 10 000 voix supplémentaires pour Marine et ses équivalents sud européens !
Réponse de le 26/11/2014 à 16:42 :
Vous avez malheureusement raison. Mme Merckel est arcboutée derrière ses principes et un bon sentiment hégémonique et elle ne voit pas que l'explosion de l'EuroDM est proche. Je ne suis pas sur qu'elle y gagne beaucoup.
Réponse de le 26/11/2014 à 18:51 :
je l'ai aussi remarqué
a écrit le 26/11/2014 à 11:06 :
Le nombre de votants est plus significatif que les pourcentages .
Réponse de le 26/11/2014 à 13:01 :
Oui, mais ce sont les pourcentages qui comptent...
Réponse de le 26/11/2014 à 23:07 :
Le virtuel peut enflammer mais le vrai donne de la raison. Bien à vous Spip .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :