Mario Draghi veut "ajuster" les salaires en zone euro

 |   |  260  mots
Mario Draghi n'a toutefois pas précisé comment les pays de la zone euro pourraient mettre en place cette flexibilité.
Mario Draghi n'a toutefois pas précisé comment les pays de la zone euro pourraient mettre en place cette flexibilité. (Crédits : reuters.com)
Le président de la Banque centrale européenne (BCE) a défendu dans une intervention à Helsinki la nécessité de pouvoir baisser ou augmenter les salaires en fonction de l'état de l'économie.

Pour répondre à la crise et renforcer la viabilité de la monnaie unique, le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi semble avoir la solution. Interrogé lors d'une discussion à l'université d'Helsinki sur le "risque que nous revenions au système du XIXe siècle" où les salaires et les prix pouvaient fortement baisser ou augmenter, le banquier central a défendu la nécessité de la "dévaluation interne".

"Tous les pays de la zone euro doivent être assez flexibles pour répondre rapidement aux chocs de court terme, y compris par l'ajustement des salaires ou la réallocation des ressources entre les secteurs, [...] de sorte que leurs économies puissent attirer des capitaux et générer assez d'emplois."

Il n'a toutefois pas cité de pays en particulier où cet "ajustement des salaires" serait judicieux, ni précisé comment les gouvernements pourraient instaurer cette flexibilité.

L'union monétaire "incomplète" sans mobilité des chômeurs

Mario Draghi a par ailleurs expliqué que l'union économique et monétaire (UEM), quoique "irrévocable", restait "toujours incomplète" sans "transferts budgétaires permanents entre pays" ni forte mobilité des chômeurs à travers les frontières.

Par conséquent la zone euro doit selon lui mettre en place des mécanismes permettant que les crises touchant un pays ne plombent pas tous les autres.

"Une certaine forme de partage du risque transfrontalière s'impose pour permettre de réduire les coûts d'ajustement de ces pays et empêcher que les récessions ne laissent des cicatrices profondes et permanentes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2014 à 13:31 :
Et moi j'appelle à me débarrasser d'un banquier central issu de Goldman Sachs, à sortir de l'euro, et à reprendre le contrôle de la création monétaire en nationalisant notre banque centrale !
a écrit le 29/11/2014 à 20:56 :
Qui commande dans le monde ? C'est la bourgeoisie !! C'est eux la pauvreté, les guerres, la betise...BOURGEOISIE !
a écrit le 29/11/2014 à 12:57 :
Une brève de comptoir certainement. Car de quoi se mêle ce super banquier. Si c'est le libéralisme tant prôné par l'Europe ça en devient du n'importe quoi.Avec des salaires en baisse finit les retraites, les soins et l'éducation de nos enfants! Que souhaite ce type? la révolution??La Grèce n'est pas l'exemple qui devrait faire réfléchir ces messieurs qui mènent riches et pauvres à la ruine.
a écrit le 29/11/2014 à 9:32 :
Nous avons de lours sujets dans les actualités: alors que Mr Draghi propose un ajustement des salaires, on se demande pourquoi on découple les salaires de la productivité.
En France l'Etat a tué la productivité et euthanasié la croissance, enfin il ecécute nombre de chômeurs et fait fermer des centaines de sites de production.
Les fonctionnaires se livrent à la déprédation économique: l'improductif tue le productif...
On oublie le gaullisme qui dit qu'il faut être premier en compétitivité, nous faisons dans la croyance aux nains de jardin!
A quand le contrat unique? A quand la suppression des normes qui flinguent la production et des règlements qui font monter les loyers? On fait dans l'économie de pénurie.
Quand cessera-t-on de punir les sociétés comme en Espagne pour le laxisme politique, la maladie sud européenne de la désindustrialisation par l'Etat qui tue la société: des politiciens escrocs ruinent la société à dézinguer l'industrie et l'emploi: on compte -12% de salaires aux fonctionnaires en Espagne et combien de déficit?
On fait en France des cons promus sur des critères d'ancienneté. Où est le mérite social quand 50% des diplômés sont mis à la rue?
Où est la politique sociale quand on tire sur les jeunes et les familles alors qu'on défiscalise les riches.
On parle destitution, le français c'est compliqué, c'est quoi les stitutions?
Les institutions? Quid des droits fondamentaux quand il n'existe pas de ressources avant 25 ans: on fait des sous citoyens!
La France c'est le royaume de la pantoufle sur le dos des salariés précaires... selon ce que disent les dirigeants: on ferait la poule mouillée qui a peur du monde, une poule gauloise, la France Fiotte avec des professeurs de vacances et de pédégogie...
La grande nation industrielle n'a-t-elle pas du plomb dans l'aile? Moitié moins d'ETI que les anglais, pas de grandes entreprises modernes type USA, pas de croissance, pas de relance à la française, un PMI plombé, 265 fermetures de sites, -40% d'emplois industriels -sans robots- quand en Allemagne un tiers est employé dans l'industrie, -50% de parts de marché à l'export... le grand bond en avant avec la culture de la loose et l'élimination sociale, les lois paresse à 35h et la vilence instituée par des organisations d'Etat non représentatives... on est dans un système Loubianka. La dictature contre la volonté générale de gouvernement qui n'ont pas l'assentiment de la société et des assemblée en opposition.
On baisse les salaires on baisse le social, on monte le chômage on monte les prix edf et péages, on monte les loyers, l'inflation... on baisse la consommation et des fortunes ne payent pas d'impôts quand aux retraites et aux salaires c'est fonction du déficit, voila comment l'Etat démolit la société. Pouvez-vous commenter: pays chrétien pays de chômage? Ne devrait-on pas arrêter les FUHREURS STRABIQUES de la politique de dévastation européenne?
a écrit le 29/11/2014 à 2:52 :
Il y a longtemps de cela, la rémunération de l'actionnaire était une donnée variable, qui suivait de façon flexible l'évolution des profits réalisés par l'entreprise. Ce temps est révolu. La rémunération des capitaux est devenu un objectif prioritaire pour de trop nombreuses sociétés. On en voit même qui distribuent des dividendes les années où le résultat est négatif. Le dividende n'est plus la rémunération d'un risque économique mais une forme de rente avec minimum garanti. La variable d'ajustement se situe donc de plus en plus au niveau du salarié. Il est devenu jetable avec l'intérim et les autres contrats précaires. Il est utilisable en tranches : à mi temps, à deux tiers temps, à 10 heures par semaine, en attendant d'être esclavagisé par le contrat "zéro heure" des Anglais. Il fut un temps où l'employeur mettait un point d'honneur à trouver des chantiers même quand c'était dur d'en trouver pour garder tout le monde au travail. Maintenant, on ne se bat plus. On gère. On vire les précaires... et les autres ensuite si la situation ne se rétablit pas. Le seul dont on se préoccupe, c'est l'actionnaire. Et bien je vous le dis, on ne peut pas prospérer quand on ne sait naviguer que par temps calme, quand on ne se bat pas avec son équipage dans la tempête et qu'on préfère l'abandonner sur ces radeaux de la Méduse que sont nombre de licenciements économiques. Il y a des valeurs dans l'entreprise : la culture du risque, la solidarité avec ses équipes, la responsabilité. Monsieur Draghi en proposant de sacrifier le salarié a oublié tout cela.
a écrit le 29/11/2014 à 2:09 :
La "dévaluation intérieure" cela s'appelle en économie la déflation. Et cela a pour conséquence la baisse des dépenses des ménages puisque les revenus sont en baisse, la baisse des chiffres d'affaires des commerçants, donc celle de leurs fournisseurs et des industriels. Pas de perspectives de ventes cela signifie pas d'investissements de capacité et donc aucune création de poste pour compenser les pertes d'emplois liés à l'adaptation des moyens humains à une activité économique ralentie. Monsieur Junker vous n'avez même pas le niveau de base en économie.
a écrit le 28/11/2014 à 22:27 :
Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a appelé la zone euro à pouvoir répondre aux crises "par l’ajustement des salaires", afin de renforcer la viabilité de la monnaie unique.

Mario Draghi est deux fois mieux payé que la présidente de la Fed !
Oubliée la grave crise de l’euro ! La BCE se porte bien financièrement et son président Mario Draghi est l’un des banquiers centraux les mieux payés du monde...

Selon le rapport annuel 2013 de la banque centrale européenne, qui vient d’être publié, le salaire de Mario Draghi a atteint l’an dernier 378.240 euros, en hausse certes modeste de 1,1% par rapport à 2012.
Deux fois plus élevés que celui de Janet Yellen !

Cette rémunération est cependant plus de deux fois supérieure à celle de la présidente de la Fed, Janet Yellen, qui touchera un salaire de 179.900 dollars (133.200 euros) et elle est aussi bien supérieure au salaire du patron de la Banque du Japon…

Pour faire simple:

1- Mario Draghi, qui travaillait auparavant pour Goldman Sachs, est payé 378 240 euros par an.

2- Autrement dit, Mario Draghi est payé 31 520 euros par mois.

3- ET DONC Mario Draghi veut que les salaires des pays européens baissent encore plus !

4- Mario Draghi est l’incarnation de la nouvelle aristocratie. La nouvelle aristocratie pourrait subir le sort de l’ancienne aristocratie : la Terreur et les lynchages.

(Patrick W)
a écrit le 28/11/2014 à 21:49 :
Dehors les banksters !!!
a écrit le 28/11/2014 à 21:24 :
dragée devrait donner l'exemple et être payé 400 euros comme un minijobbers
a écrit le 28/11/2014 à 19:29 :
La misère est une marchandise comme une autre. Merci à cette europe qui n'a rien à envier à l'ancienne URSS
a écrit le 28/11/2014 à 19:18 :
REJUTEZ LES SALAIRES VERS LE BAS OU VERS LE HAUT ? CETTE ARCTICLE NE LE PRECISE PAS??? SI C EST VERS LE BAS IL Y UN RISQUE QUE LES PEUPLES CONPRENNENT ENFIN QUE POUR L INSTANT L EUROPES ET ENTRE LES MAINS DES BANQUIERS INTERNATIONAUX? ET LES ELITES NE SONT PAS ELUES MAIS DESIGNE CE QUI EST ANTI DEMOCRATIQUE???
a écrit le 28/11/2014 à 19:17 :
TRADUCTION :
Ajuster = diminuer les salaires !!!
a écrit le 28/11/2014 à 17:34 :
21 février 2014 :

Mario Draghi est deux fois mieux payé que la présidente de la Fed !

Oubliée la grave crise de l'euro ! La BCE se porte bien financièrement et son président Mario Draghi est l'un des banquiers centraux les mieux payés du monde... Selon le rapport annuel 2013 de la banque centrale européenne, qui vient d'être publié, le salaire de Mario Draghi a atteint l'an dernier 378.240 euros, en hausse certes modeste de 1,1% par rapport à 2012.

Deux fois plus élevés que celui de Janet Yellen !

Cette rémunération est cependant plus de deux fois supérieure à celle de la présidente de la Fed, Janet Yellen, qui touchera un salaire de 179.900 dollars (133.200 euros) et elle est aussi bien supérieure au salaire du patron de la Banque du Japon...

En clair :

1- Mario Draghi, qui travaillait auparavant pour Goldman Sachs, est payé 378 240 euros par an.

2- Autrement dit, Mario Draghi est payé 31 520 euros par mois.

3- ET DONC Mario Draghi veut que les salaires des pays européens baissent encore plus !

4- Mario Draghi est l'incarnation de la nouvelle aristocratie. La nouvelle aristocratie subira le sort de l'ancienne aristocratie : la Terreur et les lynchages.
a écrit le 28/11/2014 à 17:08 :
Totalement incohérent, tout comme les propos tenus sur l'inflation il y a quelques jours.
Preuve s'il en était besoin , qu'il faut alléger la charge pesant sur l'économie européenne en taillant sans réserve dans tous les organismes européens, qui coutent une fortune et sont peu ou pas utiles.
a écrit le 28/11/2014 à 16:47 :
en commençant par le sien et celui de ses potes
a écrit le 28/11/2014 à 15:19 :
Il est vrai que si l'ensemble des ploucs des différents organismes européens ajustaient leurs salaires, ca devrait pouvoir créer quelques centaines d'emplois. C'est bien la première pierre de l'édifice qui compte?
a écrit le 28/11/2014 à 14:54 :
Alors nous allons commencer par baisser TOUS les salaires et indemnités de TOUTES sortes des personnes travaillant directement ou indirectement pour l'U.E..
Les ordres de grandeurs des émoluments est sans commune mesure avec les salaires du privé et.....

Ensuite nous allons ENFIN les soumettre à l'impôt sur revenu et sur l'ensemble de leurs rétributions! Pour mémoire: un fonctionnaire d'une instance ou agence de l'UE ne paye PAS d'IR!!!
a écrit le 28/11/2014 à 14:43 :
Comme tu nous l'a affirmé 100 fois "tout est sous contrôle" et "tout est prévu"
L'Europe étant déjà en déflation, tu proposes quelle solution?
Les mesures seront prises en juillet 201.............,?????
2015, cool, nous sommes rassurés!!!
a écrit le 28/11/2014 à 14:40 :
avec des loyers bas ou des prix à l achat bas, les gens peuvent accepter sans souci des baisses de salaire tout en ayant le meme reste à vivre.
Réponse de le 28/11/2014 à 18:03 :
ouais, sauf que le prix du béton, du bois, du tuyau de cuivre, ... restent sensiblement les mêmes si on ne veut pas de cages à poules. Par ailleurs, comme on ne veut pas du plombier polonais, on fait comment ?
a écrit le 28/11/2014 à 14:37 :
Impossible en France donc les entreprises mourront. Faut sortir de l'euro !!!!!
Réponse de le 28/11/2014 à 16:49 :
en effet, c'est le seul moyen
a écrit le 28/11/2014 à 13:37 :
OK pour baisser les salaires mais à une condition : qu'on divise d'abord les loyers par 2 et après on pourra baisser les salaires, pas avant.
Le problème c'est que le trio qui dirige l'Europe Draghi, Merkel, Junker ferment les yeux sur cette incapacité du capitalisme : loger les gens pour un prix abordable.
Réponse de le 28/11/2014 à 14:48 :
loyers, les baisser de 20 à 25 %, ils seraient alignés sur certains européens comme les allemands, ce serait déjà un truc.
Baisser les salaires, ca va nous faire plonger encore plus vite.
Une mesure sur les loyers ne pourrait être effective qu'a chaque nouveau bail, donc au minimum pour un effet, un dizaine d'année..........
a écrit le 28/11/2014 à 12:52 :
A rigoler, vous avez déjà vu les salaires baisser notamment le smic, responsable de la perte de compétitivité de la France car vous croyez vraiment que les Français peuvent concurrencer les pays émergents au salaire de 200 euros, alors qu'en France c'est 500x plus que nenni, c'est le chômage assuré et c'est bien ce qui se passe, on délocalise en pays émergent et le pays s'enfonce et s'enfonce jusqu'à quitter l'euro.
Réponse de le 28/11/2014 à 14:53 :
On s'en fout des pays émergeants, nous ne sommes pas obligés de produire de la merde, pour exemple:
La France, patrons et Etat, ont juste mis trop de temps à comprendre.
Pour exemple, les poulets et les porc industriels fortement aidés par nos impôts, en Bretagne ou ailleurs, c’est à chier.
Pour bouffer de la merde, autant l’importer, avec des contrôles rigoureux, ca nous coutera beaucoup moins cher.
Et si c’est pour tenter d’exporter avec des marges ridicules, pas mieux.
Ca fait 2 décennies que l’état et le principal syndicat agricole décornent sur se coup! Résultat des courses: les bonnets rouges (qui me les gonflent).
Il n'est pas question de baisser les salaires, améliorons les outils de production et changeons de production lorsque ce la ne marche pas....
Réponse de le 28/11/2014 à 16:59 :
On produit ce que le consommateur demande . Le consommateur demande du pas cher , on produit du pas cher . Tu trouves des filières agro d excellence en Bretagne et ailleurs..mais c'est plus cher . Tant que les gens prefereont se payer des iPhone à 800 euros plutôt que de bien manger , on en restera là . Rien a voir avec les bonnets rouges..
a écrit le 28/11/2014 à 12:39 :
Logique européenne, dévaluer les salaires et vouloir une inflation ??? ils se contredisent tout seul. Pensent-ils vraiment que l'on soit prêt à acheter plus et plus cher alors que l'on nous diminue notre pouvoir d'achat. Une seule solution, ne plus acheter que le nécessaire produit si possible ou en partie dans son pays pour faire tomber ses grandes multinationales de l'argent sans compromettre son propre pays.
a écrit le 28/11/2014 à 12:38 :
Il a vachement raison en tant que patron de moulins à liquidités, et plus encore puisque l'Europe est si bien libérée de contraintes qu'on y fait faire des travaux pour une collectivité territoriale par des Européens payés quelques 2 euros l'heure. Bravo Draghi !
a écrit le 28/11/2014 à 12:23 :
Une seul solution en finir avec l'union europeenne !souhaitons la sortie de l'euro de l'italie qui sera le depart pour tous les autres adieu le dicta des allemands et des mafias des banques
a écrit le 28/11/2014 à 11:20 :
Draghi : banquier et ancien haut fonctionnaire italien ; vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs (pollueur financier avec leurs produits dérivés financiers pendant la crise des subprimes et la crise de la dette grecque, dont les banques ne savent qu'en faire...) c'est marrant c'est naturel pour lui de toucher aux salaires. Va t-il commencer par lui et ses copain. Quand va t'on virer ces nantis et réfléchir à mettre en place une véritable Europe... Enfin si on en veut une pour tous et non que pour une poignée
a écrit le 28/11/2014 à 11:16 :
Tient! on a toujours un doute sur l'euro? Pourtant on avez pas de doute sur le "Franc" quand on l'a abandonné! Mais c'est vrai..., on nous avez promis le paradis (communiste)!
Réponse de le 28/11/2014 à 11:26 :
C est sûre, à Frankfurt et Bruxelles c est des repères de Marxo léniniste aux dents longues ( sans doute en tong)
a écrit le 28/11/2014 à 11:04 :
Encore le salaire comme ajustement mais sûrement pas la fiscalité, la protection et normes sociales c'est un jeu de dupe!
a écrit le 28/11/2014 à 10:59 :
L'URSS n'a jamais vraiment disparu. Elle s'est juste déplacée à Bruxelles...merci aux gouvernements de droite et de gauche de nous avoir livré à ces technocrates qui finiront de nous achever avec le traité transatlantique.
a écrit le 28/11/2014 à 9:37 :
En fait, il veut faire de la déportation de chômeurs dans des camps de travail : on a déjà vu ça... Et comment les salariés rembourseront-ils leurs prêts si leur salaires fait les montagnes russes ? L'Europe veut réguler le marché du travail, alors que c'est la dérégulation financière qui nous a mis dans cette situation. Ils n'ont pas encore compris que c'est le peuple qui a le pouvoir au final et que leurs arrangement entre amis les mène dans le mur.
Réponse de le 28/11/2014 à 10:31 :
Vous (nous le peuple) commettez une erreur fondamentale: celle de croire que nous avons le pouvoir, ce n'est qu'une illusion.
Le pouvoir est entre les mains des mêmes familles de grands bourgeois depuis 1789 et la Révolution Française.
a écrit le 28/11/2014 à 9:30 :
Mais pour qui se prend il cet intrus ? Les salaires ne sont ils pas un accord privé entre le patron et le salarié. Cela voudrait il dire que ce Monsieur n'est que la courroie de transmission des multinationales qui ont cette politique déjà en tête ?
a écrit le 28/11/2014 à 9:06 :
dévaluation interne, elle a déjà commencé depuis longtemps....... et au vu des résultats, ce n'est pas vraiment brillant.....
a écrit le 28/11/2014 à 8:53 :
ON COMMENCE PAR BAISSER LES RÉMUNÉRIONS DES COMMISSAIRES EUROPÉENS, FONCTIONNAIRES ET DE TOUS LES PARLEMENTAIRES DE L'U.E DONT LE SALAIRE ÉLEVÉ EST INJUSTIFIÉ AINSI QUE CEUX DES PARLEMENTAIRES AVEC LEURS PRIVILÈGES ET AVANTAGES D'URGENCE... QU'ILS APPLIQUENT EN PREMIER LEURS RECOMMANDATIONS !!!!!
a écrit le 28/11/2014 à 7:52 :
"La nécessité de la dévaluation interne" ? Effectivement, puisque l'on s'interdit de dévaluer la monnaie, ce sont donc les humains qui vont supporter les ajustements. Les gestionnaires de l'euro sont dans l'aveuglement idéologique.
Réponse de le 28/11/2014 à 8:55 :
dévaluer la monnaie, c'est baisser les salaires sans le dire. Obliger les élus à dire la vérité c'est un premier pas vers l'honneteté. Si c'est çà l'aveuglement , je suis pour!
a écrit le 28/11/2014 à 7:38 :
va t'il commencer par le sien
regarder ses remuneraion
avec celle de son redecesseur
et vous cmprendrer pour quelle raison il veux reduire les votres
pour profiter encore plus de la credulite des europens
a écrit le 28/11/2014 à 7:26 :
On ajuste aussi les salaires des députés et autres politiques ?
a écrit le 27/11/2014 à 23:52 :
Lorsque je vois des propos comme ceux ci, je suis trés inquiet et je me dis que nous ne sommes pas trés loin d'une révolution.
Réponse de le 28/11/2014 à 0:05 :
La révolution n'a jamais crée le moindre centime de richesse en plus....

Tant que les socialo-communistes ne reconnaîtront pas publiquement qu'ils ont menti depuis un siècle pour se remplir la panse au détriment des autres, on n'en sortira pas..
Réponse de le 28/11/2014 à 7:28 :
Il faut d'abord que vos regardiez qui est au pouvoir depuis un siècle, ensuite, lorsque vous aurez constaté que c'est essentiellement la droite, prenez note des crises, de l'évolution des dettes et de toutes les lois contre le bien être des citoyens. Ensuite vous lirez des livres d'économie, et ça vous évitera de dire des conneries.
a écrit le 27/11/2014 à 23:17 :
Lui et les siens peuvent dire ceux qu'ils veulent,en 2017 on votera Marine.cette Europe qu'ils nous ont vendue n'existera plus.il peut parler on ne l'écoute plus.
a écrit le 27/11/2014 à 22:19 :
Il faut cesser de voir le salaire comme la seule composante du revenu disponible. Pour 70% de la population le salaire payé par l'entreprise sera flexible avec un coût horaire plus bas qu'aujourd'hui pour les emplois faiblement qualifiés. L'homme est concurrencé par la machine donc son prix baisse comme celui du pétrole concurrencé par le gaz de schiste et aussi son utilisation est plus rationnelle. Donc on fera de la dévaluation interne par l'impôt négatif nécessairement car il faudra bien solvabiliser le marcher interne...Par ailleurs de plus en plus d'échanges seront non monétaires.
a écrit le 27/11/2014 à 21:45 :
Les sciences économiques ont montre depuis longtemps qu'il était très difficile de baisser les salaires nominaux (et c est logique et normal). Par contre mr le banquier central, c est le salaire réel que l on peut faire baisser plus aisément et pour ça il faut de l inflatiôn, allez donc vous coltinez les allemands Mr draghi et bon courage.
Réponse de le 27/11/2014 à 21:55 :
Sauf que a dévaluation salariale touche les salariés mais épargne les rentiers et les banques, alors que l'inflation elle impacte tout le monde.
Réponse de le 27/11/2014 à 23:50 :
Les salaires ont heureusement baissé en Gréce, Espagne, donc on peu y arriver, ce n'est qu'une question de courage politique.
Réponse de le 28/11/2014 à 2:09 :
@nicolas. Vas y attaque! Baisse le tien et après on discutera ......
Réponse de le 28/11/2014 à 22:41 :
Avec en Grèce comme en Espagne un effondrement monstrueux du PIB (en Grèce) et un chômage au dessus de 25%!

Par contre le QE aux USA a débouché sur une croissance au dessus de 4%, un chômage à 6%, alors qu'ils étaient le centre de la crise.

Du courage il en faut beaucoup pour oser encore proposer cela!
a écrit le 27/11/2014 à 21:35 :
Il n'y a rien d'irrévocable que la mort. Avvec ses propositions de poutocrate internatonal la seule solution c'est la chambre à gaz, pour lui...
a écrit le 27/11/2014 à 20:56 :
Les salaires des français sont totalement délirant par rapport à leur QI, leur niveau de formation, leur investissement, la taille de leur Etat, de leur fonction public, cet..

Le smic devrait être vers les 900 euros..
Réponse de le 27/11/2014 à 22:03 :
Un type de réflexion en dessous du smic....
Réponse de le 27/11/2014 à 23:43 :
Ce qui est delirant, c'est que vous soyez encore non interné
Réponse de le 27/11/2014 à 23:51 :
Bien oui, pour les gens comme vous, les français sont une espèce de race supérieur qui devrait toucher 10 fois ce que gagne un chinois, "parce que c'est comme ça"..

Dans le monde réel, non. (Mais bravo, vous avez bien combattu le libéralisme, félicitation).
Réponse de le 28/11/2014 à 2:12 :
Avec toutes les fautes que tu fais, tu devrais bosser gratis !!!!
a écrit le 27/11/2014 à 19:55 :
Qui a dit que l'économie ne marche pas? Ils suffit de voir les augmentations de salaires des patrons des grands groupes pour voir que la crise n'est que pour les travailleurs !!!
Réponse de le 27/11/2014 à 22:21 :
L'économie s'effondrera (du moins l'économie monétarisée) si cette rente n'est pas redistribuée pour une part significative...car l'économie ne fonctionne pas sans demande.
Réponse de le 27/11/2014 à 23:48 :
Les "rentiers" (les fonctionnaires, donc) ne consomment pas ?
Tout de même, sans les défendre, c'est une drôle de position..
a écrit le 27/11/2014 à 19:51 :
Vu l'état de l'économie française, on serait tous au RSA....
Réponse de le 27/11/2014 à 22:26 :
Ce sera en effet notre revenu de base (financé par la rente produite par l'économie moderne) et il faudra travailler les coûts des services de base pour que ça rentre dans ce montant, au-delà de cela nous serons des intermittants ou des auto-entrepreneurs pour financer les extras...
a écrit le 27/11/2014 à 19:16 :
Quand les devises ne peuvent plus s’ajuster, ce sont les salaires qui doivent s’ajuster. Ce qu’il oublie de mentionner c’est que ces ajustements se font uniquement à la baisse. Allez voir en Grèce….
Réponse de le 27/11/2014 à 22:23 :
Les salaires oui, les revenus disponibles pas forcément.
a écrit le 27/11/2014 à 18:37 :
"forte mobilité des chômeurs à travers les frontières."... Pour qu'ils aillent travailler où?
En Pologne, en Italie, en Espagne, en Tchéquie, en Hongrie... pour des salaires de misère? Pour qu'ils aillent se faire voir (pendre) ailleurs, faire du tourisme social...
Européen au début, je suis passé à eurosceptique, et je pense désormais qu'il nous faut sortir de ce "machin" qu'est devenu l'Europe. Ce qui m'emm...de, c'est que c'est aussi une idée du FN...et je ne voterai JAMAIS extrême droite.
a écrit le 27/11/2014 à 18:24 :
L'Euro va etre notre tombe, il faut partir et vite !!!!
Quand on commence a parler de diminution de salaire c'est que ça "pue".
Entre le "voyou " a la tete de l'Europe et le nivellement par le bas des salaire : j'ai peur .
Réponse de le 27/11/2014 à 21:29 :
Quelle est la différenc entre un salaire dévalué et un salaire plus fort mais en monnaie dévaluée
a écrit le 27/11/2014 à 18:16 :
Mais ... surtout PAS toucher aux rentiers. Si un Roosevelt pouvait se manifester.... Notez, laissons les plus riches se tirer une balle dans le pied : ils le méritent amplement.
Réponse de le 27/11/2014 à 23:54 :
Rentier = secteur public, dans le vocabulaire économique.

Et vous avez raison, il faut licencier un million de fonctionnaires (& Co) pour commencer. Puis déréguler. L'Etat ne doit pas du tout s'occuper d'économie.
Réponse de le 28/11/2014 à 12:35 :
Alors : Bonne crise à vous, Nicolas. Votre esprit en est responsable.
a écrit le 27/11/2014 à 18:11 :
Ah, ces technocrates (c'est valable aussi pour les élus) ! Toujours prompts à dire ce qu'il faut faire avec le salaire des autres mais peu enclins à toucher au leur et à leurs privilèges. Allez, Monsieur Draghi, dites-nous combien vous percevez par mois, tous émoluments compris.
a écrit le 27/11/2014 à 16:54 :
ne nous affolons pas car il parle de son salaire et celui de ses cpains banquiers et autres lol !!!
Réponse de le 27/11/2014 à 17:40 :
En temps que patron qui dispose du pouvoir d'investir en Chine, donnez moi une seule bonne raison de donner à manger à des français au lieu de donner a manger des chinois.

La mondialisation me permet de faire travailler des gens chinois ou d'Europe de l'Est plus longtemps, sans syndicats, sans droit de greve, pour des salaires plus bas. Pourquoi je devrais donner à manger à des salariés français? Pourquoi? Donnez moi une seule raison

Ce poste est sérieux, je ne plaisante pas.
Réponse de le 27/11/2014 à 19:56 :
Pourquoi? Pour que des consommateurs achètent vos produits ou vos services. Si on suit votre raisonnement pourquoi un patron allemand ferait'il travailler des allemands, un patron italien des italiens etc A ce rythme la, vous n'aurez plus beaucoup de clients. C'est le pouvoir d'achat des européens ou des américains qui fait que le reste du monde travaille. Ce n'est pas contrairement à ce que vous croyez vos investissements? On le constate tous les jours en europe, pas de consommation, donc pas d'activité pour les entreprises et pas d'investissement car pas de débouché pour les productions.
Vous êtes au degré zéro du raisonnement économique. Pas étonnant qu'avec de tels raisonnements notre pays connaissent des difficultés.
Réponse de le 27/11/2014 à 20:07 :
Une réponse en forme de question : à qui vendez-vous votre production ?
Aux chinois ?
Réponse de le 27/11/2014 à 21:53 :
Parce que c est peut être bien un jour un potentat local chinois qui va vous mangez tout cru...après on ne sait pas ce que vous fabriquez si c est des babioles ni même comment vous les fabriquez. Vous savez la mafia trouve très rentable la gestion des déchets dangereux: direct au fond de la mer ou au fin fond de l Afrique et puis quoi ils vont pas s embêter avec des normes environnementales non plus.
Réponse de le 27/11/2014 à 23:50 :
En tant que consomateur, donnez moi une seule bonne raison de vous donner à manger en achetant les produits de votre entreprise. Vous souhaitez diminuer les salaires, en conséquence , j'irai acheter des produits low cost et , au vue de votre état d'esprit, je n'aurai aucun remords a le faire
Réponse de le 27/11/2014 à 23:56 :
"Pourquoi? Pour que des consommateurs achètent vos produits ou vos services."

Des consommateur pas forcément français, donc, d'après vous même.


"C'est le pouvoir d'achat des européens ou des américains qui fait que le reste du monde travaille"

La place de l'Europe dans le monde, vous savez, depuis un siècle, c'est en chute libre.. Le Socialisme à gagné..
Réponse de le 28/11/2014 à 0:01 :
Bon, dans le genre de même délire socialo-constructiviste, je propose que le salarié paye son patron, sinon "il sera pas embauché", voila.
Réponse de le 28/11/2014 à 9:05 :
@Nicolas

commencez par parler français correctement... ensuite on reparlera du reste.....
a écrit le 27/11/2014 à 16:54 :
ne nous affolons pas car il parle de son salaire et celui de ses cpains banquiers et autres lol !!!
a écrit le 27/11/2014 à 16:54 :
ne nous affolons pas car il parle de son salaire et celui de ses cpains banquiers et autres lol !!!
a écrit le 27/11/2014 à 16:46 :
Je ne suis pas contre, mais qu'il commence par le sien et ceux de la commission européenne
Réponse de le 28/11/2014 à 0:02 :
Des politique au smic, ça nous donnerait des besoncenno. Déjà qu'ils ne sont pas très brillant par rapport au privé, pitié !

Un cerveau, c'est rare, ca coute beaucoup d'argent.
a écrit le 27/11/2014 à 16:23 :
La seule chose qu'il faut changer c'est le libre échange avec les pays de l' EST en général ce qu'il n'envisage aucunement. Nous allons couler mais ils ne remettront jamais en question leurs gros salaires alors même qu'ils sont totalement incompétents.
Il aurait pu parler aussi de l' harmonisation de l'impôt sur les sociétés et du dumping fisacle en général
Réponse de le 28/11/2014 à 0:03 :
"La seule chose qu'il faut changer c'est le libre échange avec les pays de l' EST "

Sauf que c'est avec des pays ou les salaires sont plus élevé qu'on se fait later, comme les USA !!!
a écrit le 27/11/2014 à 16:07 :
ne nous affolons pas ! il parle de son salaire et de celui de ses copains banquiers et autres
a écrit le 27/11/2014 à 16:01 :
J'ose supposé que le salaire de ce Monsieur et ceux de ses collègues seront également ajustables.
Pour l'heure, si cela devait être fait en fonction de leur taux de réussite, les salaires attribués seraient proches de zéro.
A l'opposé, si cela devait être proportionnel à leur pouvoir de nuisance, de compromissions et de trahisons, les salaires atteindraient des montants stratosphériques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :