Mafia Capitale, l'énorme scandale de corruption qui secoue Rome et l'Italie

Les carabiniers et la justice ont révélé début décembre l'existence d'une "quatrième mafia" propre à la ville éternelle, qui infiltrait et corrompait l'administration locale. Presqu'une centaine de personnes, dont de nombreux entrepreneurs et des personnalités politiques de droite comme de gauche, sont poursuivies.
Giulietta Gamberini

4 mn

Au moins 39 personnes sont poursuivies mais libres, dont l'ancien maire (de 2008 à 2013), Gianni Alemanno. Berlusconi, venu le soutenir pendant sa campagne de réélection (ici, en mai 2013), demande aujourd'hui la dissolution du conseil municipal, comme beaucoup d'autres - à l'instar de Beppe Grillo, l'humoriste fondateur du Mouvement cinq étoiles.
Au moins 39 personnes sont poursuivies mais libres, dont l'ancien maire (de 2008 à 2013), Gianni Alemanno. Berlusconi, venu le soutenir pendant sa campagne de réélection (ici, en mai 2013), demande aujourd'hui la dissolution du conseil municipal, comme beaucoup d'autres - à l'instar de Beppe Grillo, l'humoriste fondateur du "Mouvement cinq étoiles". (Crédits : Reuters)

Plus de vingt ans après l'opération "Mains propres", qui mena à un changement radical de la politique italienne au début des années 1990, un autre système géant de corruption vient d'être mis à jour par les carabiniers et le parquet de Rome. Il s'agit cette fois d'une véritable mafia, selon les gendarmes et le parquet de Rome, infiltrée à tous les niveaux de l'administration locale.

  • La découverte

"Mafia capitale": ainsi a été dénommée en Italie l'organisation mafieuse originale et autonome dont les carabiniers ont révélé l'existence dans la ville de Rome le 2 décembre. Véritable réseau reliant les milieux de la criminalité, de la politique et des affaires, cette "organisation évoluée", hiérarchique et secrète, avait pour but d'obtenir des appels d'offres et des financements publics de la municipalité au profit d'entreprises "amies". Elle s'appuyait à cette fin sur un "système de corruption ramifié et documenté", selon les autorités : en échange des contrats remportés, étaient versés des pots-de-vin pouvant aller jusqu'à 15.000 euros par mois pendant des années. Parmi ses secteurs d'activité, la gestion des déchets, le ramassage des feuilles mortes, mais aussi l'accueil des immigrés.

  • Les enjeux

L'enquête montre que, dans la ville de Rome, opérait, à côté des trois mafias traditionnelles (mafia sicilienne, camorra napolitaine et 'ndrangheta calabraise), une quatrième organisation autochtone. Malgré une capacité militaire sans doute inférieure, elle était, contrairement à toute attente, la plus dangereuse, car la plus enracinée, invasive et redoutée.

Si, selon le procureur de Rome Giuseppe Pignatone, "certains proches de l'ancien maire [de droite] de Rome [Gianni Alemanno] étaient des membres à plein titre de l'organisation mafieuse et ont participé à des épisodes de corruption", les hommes de la mafia en question bénéficiaient de contacts diversifiés : ils "étaient tranquilles", que ce soit la droite ou la gauche à gagner les élections.

  • Le leader

L'alliance, ancienne, trouverait ses origines dans "un lien historique [du monde criminel] avec certains membre de l'extrême droite romaine, dont certains sont devenus des politiques ou des dirigeants publiques", analysent les carabiniers qui ont effectué l'enquête. A la tête de l'organisation mafieuse se trouvait notamment, selon les enquêteurs, un ancien terroriste néo-fasciste, Massimo Carminati, déjà connu pour être également impliqué dans des formes de criminalité organisée.

  • Les personnes concernées

Elles sont une trentaine à avoir été emprisonnées au titre de la détention provisoire (parmi lesquelles Massimo Carminati), et presqu'une dizaine à être détenues à domicile. Les chefs d'accusation sont aussi lourds que multiples: association de malfaiteurs, extorsion, corruption, blanchiment...

Au moins trente-neuf personnes sont poursuivies mais libres, dont l'ancien maire (de 2008 à 2013) Gianni Alemanno ainsi que d'autres personnalité politiques de droite comme de gauche, anciennement ou toujours impliquées dans la gestion de la municipalité ou de la région. Une photographie du ministre du Travail du gouvernement Renzi, Giuliano Poletti, où il apparaît aux côtés de quelques pointes de l'organisation, a défrayé l'opinion publique.

  • Les conséquences

Un certain nombre de personnes poursuivies ont démissionné de leurs postes. Le "Mouvement cinq étoiles" fondé par l'humoriste Beppe Grillo a demandé au préfet de dissoudre le Conseil municipal de Rome. Les appels d'offres de la ville et de la région sont en train d'être passés au peigne fin et une réorganisation de l'administration municipale a été annoncée par le maire actuel, Ignazio Marino.

Le Premier ministre Matteo Renzi a confié l'administration de la section romaine du Parti démocrate, auquel il appartient, à un commissaire, afin qu'il la refonde. Il a aussi promis une "opération de transparence online" sur la gestion de l'argent public.

  • L'enquête

Des perquisitions ont par ailleurs été effectuées par les carabiniers non seulement au domicile des prévenus, mais aussi dans certains bureaux de la ville ou de la région. Une saisie de biens d'une valeur de 204 millions d'euros a été ordonnée. Et "l'enquête ne se termine pas aujourd'hui", a mis en garde début décembre le procureur de Rome.

Commencée en 2012, l'opération a été baptisée "terre du milieu" ("Terra di mezzo"), pour évoquer ce lieu où se rencontrent le monde "d'en haut" - des riches - et celui "d'en bas" -de la criminalité-, selon les termes du leader Carminati  lui-même. Dans une conversation téléphonique enregistrée par les enquêteurs, celui-ci expliquait en effet que le monde des riches, lui aussi, attend que celui des criminels fasse quelque chose pour lui...

Giulietta Gamberini

4 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 18/12/2014 à 12:21
Signaler
LA LEGENDE VEUX QUE L ITALIE EST ENTRE LES MAINS D UNE PIEUVRE? ET LA PIEUVRE A PLUSIEURS BRAS?LA COLUTION ENTRE LA PEGRE ET LES ELITES ON TOUJOURS EXITER? LES CONTRAS DES ELUES SONT JUTEUX? EST SONT RAREMENT PUNIES? PAUVRES ITALIENS???

à écrit le 10/12/2014 à 10:59
Signaler
L'italie a le même niveau de corruption que le Sénégal selon le dernièr classement. La France est quand même un état moins corrompu même s'il suffit de tomber sur un cas pour être désespéré.

le 14/12/2014 à 14:13
Signaler
Sans vouloir être vexant, l'affaire UraMin c'est pas si mal quand même : 1,4 milliards d'argent public disparu dans la nature via des paradis fiscaux, et dont la liste des bénéficiaires c'est vaporisée. Dans le genre la mafia Italienne pourrait venir...

à écrit le 10/12/2014 à 8:17
Signaler
Si seulement cela se passait en France...pour nettoyer les ecuries d augias politiques...

à écrit le 09/12/2014 à 20:43
Signaler
Je croyais qu'il y avait 5 Mafias en italie : les trois citées plus Sacra Corona Unita et la Stidda. Par ailleurs rien n'indique encore qu'il s'agisse d'une Mafia et non d'un groupe criminel organisé.

à écrit le 09/12/2014 à 20:04
Signaler
vous avez oublié une 5ème mafia "la sacra corona unita" des Pouilles, le talon de l'italie ...

à écrit le 09/12/2014 à 19:53
Signaler
La corruption dans notre France profonde ne manque pas, seulement ça ne se dit pas, que de conflits d'intérêts dans nos campagnes profondes, le plus grave ce sont les titres authentiques facile à falsifier : Par exemple un propriétaire peut se fai...

à écrit le 09/12/2014 à 19:13
Signaler
C'est pas chez nous a Marseille qu'on aurait de tels problèmes

le 10/12/2014 à 9:01
Signaler
non vu que la mafia fait parti du paysage à Marseille...

à écrit le 09/12/2014 à 18:57
Signaler
Affaire très étonnante vu la sincérité, l'honnêteté, la probité, ce respect sans égal des autres, cette transparence de ce cher homme nommé Berlusconi. Seul un autre homme pourrait l'égaler, Notre Président Sarcosy...

à écrit le 09/12/2014 à 16:05
Signaler
L'Italie s'enfonce en faillite de même que la Grèce et l'Espagne et bien d'autres. Où sont passés les milliards d'aides et les milliards du plan de rigueur qui ont été économisés avec la suppression de la sécurité sociales et des services publiques.....

à écrit le 09/12/2014 à 14:31
Signaler
Et en France, quand faisons nous le ménage ?

à écrit le 09/12/2014 à 14:12
Signaler
@Columbo.......Bien vu......!!!!

à écrit le 09/12/2014 à 14:12
Signaler
Du cinema.On peut rappeler que l'un des chefs de la "banda della Magliana" (mafia romaine) est enterré dans la Basilique St Apollinaire a Rome,au milieu des papes et des cardinaux.C'est dire que tout ce tremblement n'est que de la poudre aux yeux.On ...

le 09/12/2014 à 15:42
Signaler
@ONC "Europe ne semble pas s'en émouvoir..." mais si'il n'y avait que l'Italie !!! Vous allez plus vers l'Est et la situation est encore pire !! L'Europe est à mon avis impuissante et c'est parti pour durée. Le pire dans toute cette histoire c'est ...

à écrit le 09/12/2014 à 14:10
Signaler
le plus inquiétant dans cette affaire tient au fait que le "cerveau" de cette bande criminelle était impliqué dans des faits identiques, voire meme plus grave, à la fin des années 70...

à écrit le 09/12/2014 à 13:51
Signaler
C'est toujours comme ça, quand l'Italie commence à sortir dans la rue pour protester contre l'Union Européenne, Bruxelle commence tout de suite une campagne de dénigrement du gouvrnement italien et va toujours chercher sa Tête-de-Turc officielle : Be...

à écrit le 09/12/2014 à 13:40
Signaler
Ben oui, nos mafias nationales ne sont pas inquiétées... Mais elles font le lit du FN... Tardif et cruel sera le réveil... Car les français, las de tant de forfaitures, mettront en place non pas le meilleur, mais le moins corrompu des partis assez pu...

à écrit le 09/12/2014 à 12:08
Signaler
bravo les Italiens, au moins ils attaquent la pieuvre, eux. Chez nous, l'UMPS prospère depuis 40 ans dans le marigot de la corruption, et les morts par balle ou "suicide" sont aussi fréquents.

le 09/12/2014 à 18:16
Signaler
vous savez quand on a un jean marie le pen ou sa fille, comme apprenti dictateurs, j'ai honte de les voir parader à la TV. vous me direz que ce n'est qu'un "DETAIL" qui disait l'autre idiot, mais beaucoup de choses ne sont que des DETAILS comme certa...

à écrit le 09/12/2014 à 12:03
Signaler
Rien de neuf en Italie, business as usual....

à écrit le 09/12/2014 à 11:46
Signaler
Il y a déjà 4 mafias répertoriées: les 3 que l'auteur cite (mafia sicilienne, camorra napolitaine et 'ndrangheta calabraise) mais il y a aussi la Sacra Corona Unita dans les Pouilles....

à écrit le 09/12/2014 à 10:50
Signaler
"...la procure ...", "dirigeants publiques", quelques pointes de l'organisation" ... un peu de relecture ne serait pas de trop.

le 09/12/2014 à 14:15
Signaler
S'il n'y avait que celles ci.... Assez énormes quand même ces fotes d'hortaugrafe.!

à écrit le 09/12/2014 à 9:51
Signaler
Chez nous tout le monde sait Que le 9-2 est une vraie mafia depuis de nombreuses années, mais ils ne se passent rien...

le 09/12/2014 à 14:36
Signaler
Le 9-2, cetainement pas plus mafieux qu'une certaine rue du XVe arrondissement parsien,non ?

à écrit le 09/12/2014 à 8:32
Signaler
Au moins ca bouge en Italie...pas comme en france...mais pour les politiques le vol est legal...lois votees par les deputes...

à écrit le 09/12/2014 à 8:30
Signaler
Ha bon il n'y a qu'en Italie ? Oups c'est vrai chez nous c'est démocratique et oulalala. C'est une forme de lobbying les US seront contents ;)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.