Yanis Varoufakis, nouveau ministre grec des Finances

Le nouveau ministre des Finances grec nommé mardi est un économiste. Sa pensée est cependant très éloignée de celle de son futur collègue allemand Wolfgang Schäuble.

4 mn

Yanis Varoufakis (au centre, lundi devant les bureaux de Syriza) pourrait être le prochain ministre des Finances grec.
Yanis Varoufakis (au centre, lundi devant les bureaux de Syriza) pourrait être le prochain ministre des Finances grec. (Crédits : Reuters)

(Article mis à jour le mardi 27 janvier à 15h38)

Yanis Varoufakis, 53 ans, a été nommé mardi 27 janvier ministre des Finances grec. Au niveau européen, l'homme n'aura à rougir devant aucun de ses collègues : c'est un économiste reconnu, diplômé et patenté. C'est également un universitaire des plus sérieux, ancien professeur à Sidney et à Austin au Texas. Et pourtant, son style risque de détonner au sein d'un Eurogroupe devenu une place forte de la pensée ordolibérale - et pas seulement pour ses chemises décontractées et son crâne rasé.

Le Minotaure planétaire

La carrière de Yanis Varoufakis a pris un tour nouveau avec la crise de 2008. Il publie alors un livre, Le Minotaure planétaire, qui développe une idée qu'il a élaboré dès le début des années 2000 : l'économie mondiale est structurée autour du double déficit américain. Ces deux déficits agissent comme un formidable « aspirateur » à liquidités. Les grandes économies en excédent, l'Allemagne et le Japon, puis, lorsque ces deux pays se sont essoufflés, la Chine, produisent de quoi alimenter ce déficit, puis ils recyclent les fruits de leurs excédents, donc de ce déficit, dans le système financier américain.

"L'ogre américain"

Ce système a été mis en place en 1971 après la fin de la convertibilité du dollar. Plutôt que de tenter de sauvegarder ses excédents, les Etats-Unis ont préféré organiser le monde économique autour de leur déficit. Il fait penser au mythe du Minotaure, ce monstre mi-homme, mi-taureau, fruit des amours de Pasiphaé, l'épouse du roi crétois Minos, et d'un taureau blanc envoyé par le dieu marin Poséidon. Ce monstre, enfermé par Minos dans un labyrinthe construit par Dédale, réclamait de la chair humaine pour s'apaiser, comme les déficits américains réclamaient des excédents pour s'apaiser. Les Athéniens devaient ainsi sacrifier des jeunes gens au Minotaure pour maintenir le système. En tuant le Minotaure, Thésée a déterminé un changement de monde.

Nouveau monde, anciens remèdes

C'est ce qui s'est passé en 2008. Cette organisation du monde a cédé avec la crise de Lehman Brothers. Désormais, l'économie américaine ne peut plus fournir le moteur de cet "aspirateur" et Wall Street n'a plus la capacité à recycler les excédents du reste du monde. La crise n'est alors que l'incapacité du monde à comprendre que ce modèle ne fonctionne plus. En zone euro, Yanis Varoufakis estime que la pensée allemande, centrée sur les excédents, n'est qu'une relique du Minotaure. Tant qu'elle obsèdera la zone euro, celle-ci restera dans la crise.

Propositions pour la zone euro

Yanis Varoufakis a, depuis le début de la crise grecque, dénoncé le système de "cavalerie financière" mis en place par la zone euro et la logique qui a alors prévalu : favoriser les excédents de tous les pays d'Europe. Loin de défendre l'explosion de la zone euro, il a écrit un petit livre ("Modeste Proposition pour résoudre la crise de la zone euro") où il avançait l'idée d'un renforcement de la gouvernance de la zone euro en tentant de "neutraliser" le "chantage allemand".

Yanis Varoufakis défend l'idée d'une solidarité interne qui serait le pendant logique du pacte budgétaire. Ses idées sont évidemment à l'exact opposé de celles de Wolfgang Schäuble et de sa vision morale de l'économie. Yanis Varoufakis défend une vision pragmatique et réaliste. Ses discussions avec le ministre allemand qui, depuis 2010, exerce une domination morale sur l'Eurogroupe et ses membres, s'annoncent délicats.

Fermeté dans les négociations

Dans une interview accordée à La Tribune le 20 janvier, Yanis Varoufakis développait sa vision des négociations en cas de victoire de Syriza. Il y défendait une position dure - "La Grèce n'a rien à perdre" - mais défendait une vision paneuropéenne de la solution à la crise grecque, incluant un vrai plan de relance, un remboursement de la dette fondé sur la croissance et un système de bons alimentaires pour régler le problème de la pauvreté. La nomination de Yanis Varoufakis va dans le même sens que l'alliance avec les Grecs Indépendants : Syriza au pouvoir entend montrer sa détermination à l'Europe.

 - - -

  • Pour aller plus loin:

Lire ici l'interview de Yanis Varoufakis pour La Tribune

Le blog de Yanis Varoufakis (rédigé en anglais)

Ouvrages disponibles en langue française :

- Modeste proposition pour résoudre la crise de la zone euro, coécrit avec James Galbraith et Stuart Holland, préface de Michel Rocard, Editions Veblen (2014), 80 pages.

- Le Minotaure Planétaire, L'ogre américain, la désunion européenne et le chaos mondial, Editions Enquête & Perspectives (2014), 384 pages.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 29
à écrit le 31/01/2015 à 2:38
Signaler
ça change , ici on fait les études apres avoir été ministre

à écrit le 28/01/2015 à 7:26
Signaler
on réclame de nouveaux dirigeants, un renouvellement des politiques en France notamment. la grèce va nous permettre d'observer cette nouvelle génération et son efficacité D'ici 6 mois on aura une idée de leur action, et si cela fonctionne les parti...

à écrit le 28/01/2015 à 1:49
Signaler
Les grecs ont toujours été un peuple de voleurs et de gangsters où la fraude fiscale a toujours été une règle nationale institutionnelle. Ce gouvernement doit se bouger les fesses pour embourser à la France les 40 milliards : des grandes gueules ces ...

à écrit le 28/01/2015 à 0:06
Signaler
Un constat pour les subventions , ils s'adressent à l'Europe . Dès qu'ils touchent ils s'empressent d'acheter desF16 aux USA . Comprenne qui pourra Ils sont incapables de rembourser leurs dettes multiples car à leurs yeux c'est un jeu . Ils ont t...

à écrit le 27/01/2015 à 18:26
Signaler
Quitte à être saignés autant l'être, libérés du carcan de l'Euro et de l'UE. Mais ce parti qui se prétend "révolutionnaire" va vite décevoir ses électeurs. Rendez-vous dans quelques mois.

à écrit le 27/01/2015 à 18:21
Signaler
Pas mal la comparaison du Minotaure et des américains. Mais vous dites que le Minotaure réclamait de "la chair humaine" alors que les américains demandent des "excédents". Mais derrière toutes les migrations d'argent, aussi complexes soient-elles, n...

à écrit le 27/01/2015 à 18:07
Signaler
"l'incapacité du monde à comprendre que ce modèle ne fonctionne plus." Il ne fonctionne plus depuis l'abandon des accords de Bretton Woods en 71, aggravé en 73 par le financement des Etats par les Banques privées. Les US peuvent imprimer du dollar t...

à écrit le 27/01/2015 à 17:33
Signaler
de toute façon ça peut difficilement être pire !

le 27/01/2015 à 17:56
Signaler
exactement ! donc les chantres du tout libéral ferait mieux de la fermer vu dans l'état dans lequel ce système à laisser la grèce et vu comment les autres pays sont ruinés au fur et à mesure. Mais il y en a encore qui sont persuadés qu'en laissant fa...

à écrit le 27/01/2015 à 17:19
Signaler
Il va lui falloir une bonne vision très pragmatique et réaliste... le taux 10 ans de la Grèce s'envole, bientôt à 10%...ëtre pragmatique c'est dire merci, et être gentil et bien poli, quand vous trouvez encore des BCE et FMI pour prêter à 3%....

à écrit le 27/01/2015 à 15:55
Signaler
@Patrickb Le personnage est un universitaire qui publie régulièrement ses travaux, donc qui est évalué par ses pairs internationaux. Le talent en sciences humaine ne veut pas en soi dire grand chose. C'est un universitaire publiant défendant une l...

le 27/01/2015 à 18:11
Signaler
@EsteECO "l'économie n'est pas une science dure ", ce serait donc une science "molle", tellement molle qu'elle est au niveau de l'astrologie... d'Elizabeth Tessier.

le 27/01/2015 à 19:34
Signaler
@EsteEco: très mauvais exemple choisi. Il est évident qu'une entreprise normale va s'entourer de collaborateurs compétents, mais en politique on choisit les copains...qui souvent comme on le voit sont incompétents...mais qui restent en place parce qu...

à écrit le 27/01/2015 à 15:04
Signaler
and see

à écrit le 27/01/2015 à 13:33
Signaler
Attention aux économistes qui n'en sont pas toujours ! Je suis tombé par hasard sur un certain Rémy Rebeyrotte qui se prétend économiste, mais je demande à voir, car d'une part la dette de la ville d'Autun (dont il est maire) est deux fois supérieure...

à écrit le 27/01/2015 à 12:38
Signaler
Yanis Varoufakis ministre des finances!!!!!!§§§§........ca promet, un trockyste qui a promis raser grátis pendant tout le mandat. Je vais bien rigoler, mais les grecs vont bientot se mordre les doigts. Ils auront ce qu´ils ont voulu.

le 27/01/2015 à 17:54
Signaler
Vous avez vu ce que votre libéralisme adoré à fait à la Grèce ? A tout le monde d'ailleurs ? Les grecs sont au contraire moins c** que les autres car ce sont les seuls en UE qui se sont dit : ça, ça marche pas ? Alors essayons autre choses ! A voir c...

à écrit le 27/01/2015 à 9:51
Signaler
S'ils restent dans l'Euro ils sont morts, et s'ils en sortent qu'elles seront leurs marges de manoeuvre ? (ils n'ont plus un kopeck). Je préconiserai la deuxième solution, s'ils s'en sortent le camouflet à l'Union Européenne !!!

à écrit le 27/01/2015 à 9:00
Signaler
Et Moscovici qui est allé en Grèce défendre la "droite" aux élections !!! Pourquoi les journalistes n'en parlent pas!!!

le 27/01/2015 à 17:51
Signaler
Ba si vous vous contentez d'attendre que l'info vous tombe dans le bec...Vous savez qu'il existe plein de journaux ? De tout bord politique ? Alors faites un peu l'effort de chercher.

à écrit le 27/01/2015 à 0:02
Signaler
La première fois que j'ai vu Yanis Varoufakis c'était dans l'excellent documentaire diffusé sur Arte en 2013, "Goldmann sachs, la banque qui dirige le monde". Il y décrivait avec clarté comment Goldmann avait organisé le pillage de son pays déjà en m...

à écrit le 26/01/2015 à 22:22
Signaler
François Hollande a souligné lundi que "des engagements ont été pris" par la Grèce à l'égard de ses créanciers et a jugé qu'ils devaient "être tenus", lors d'une conférence de presse commune avec son homologue colombien Juan Manuel Santos. Face aux...

à écrit le 26/01/2015 à 20:59
Signaler
Nein, Nein, Nein, nous pas payer pour les clubs meds! au boulot les fainéants et achetez du made in Deutschland über alles!

le 27/01/2015 à 13:22
Signaler
Souviens toi Bosh de 1953 , Nein !!

à écrit le 26/01/2015 à 20:09
Signaler
On connait la musique. Les fourmis épargnent et les cigales continuent de dépenser.

à écrit le 26/01/2015 à 19:45
Signaler
"Solidarité" est un des mots favoris des dirigeants socialistes. Dans les faits cela veut dire: vous vous décarcassez pour que nous engraissions à vos frais :-)

à écrit le 26/01/2015 à 19:15
Signaler
Joli coup cette nomination, a confirmer en pratique.

à écrit le 26/01/2015 à 18:58
Signaler
quel ets bancaire du cac40 serat le premier a faire le grand saut vers la fermeture?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.