Yanis Varoufakis à Paris samedi, la Grèce accentue la pression et menace...

 |   |  436  mots
Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, doit se rendre à Paris samedi.
Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, doit se rendre à Paris samedi. (Crédits : Reuters)
Le nouveau ministre grec des Finances souhaite que désormais les discussions reprennent mais à un autre niveau que celui de la troïka représentée par des experts dépêchés à Athènes. Le nouveau gouvernement grec multiplie les rencontres et a d'ores et déjà menacé de renoncer à la prochaine enveloppe d'aide ce qui pourrait potentiellement conduire le pays et la zone euro à une nouvelle crise économique.

Quelques jours seulement après sa formation, le nouveau gouvernement grec active tous les leviers diplomatiques de la zone euro afin d'aboutir rapidement à un accord avec les Européens pour mettre fin à l'austérité en Grèce, et restructurer sa dette.

Le nouveau ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, vient ainsi d'annoncer qu'il se rendrait ce samedi à Paris. Hier, il avait rencontré à Athènes le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem qui lui a rappelé les obligations de la Grèce vis-à-vis de ses créanciers et partenaires européens.

Une commission "branlante"

"Ignorer les accords n'est pas le bon chemin à prendre", a ainsi rappelé le patron de l'Eurogroupe peu après avoir rencontré Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, et leader de Syriza, la formation de gauche radicale qui a remporté les élections législatives dimanche 25 janvier. Il a demandé à la Grèce "de définir sa position pour aller de l'avant à l'avenir".

Yanis Varoufakis a répété que la Grèce voulait bien "dialoguer" avec l'Europe mais pas avec "une commission branlante, (la délégation) de la troïka". Il fait ainsi référence aux experts dépêchés depuis 2010 par la troïka à Athènes et qui dictent les réformes à conduire. Ces experts sont très mal vus en Grèce, si bien qu'ils se déplacent sous bonne escorte policière. Pour Athènes, cette mise sous tutelle est humiliante. Le nouveau gouvernement grec souhaite ainsi que les discussions reprennent à un niveau institutionnel et diplomatique.

Coup de bluff?

Pour accentuer la pression sur les Européens, Athènes s'est dit prêt à renoncer à la prochaine tranche de 7 milliards d'euros promis par la Troïka si un accord n'était pas trouvé. Cette perspective considérée par les uns pour du "bluff", a néanmoins relancé l'hypothèse d'une sortie de la Grèce de la zone euro. Les caisses publiques étant déjà fragilisées, Athènes pourrait ne pas assumer le renoncement à une telle enveloppe.

D'ailleurs, les marchés ne s'y sont pas trompés puisque les taux d'emprunts grecs à 10 ans ont bondi à plus de 10% vendredi, franchissant même - mais brièvement - le seuil des 11%.

Et l'Allemagne?

Dans la foulée, Alexis Tsipras a annoncé qu'il se rendrait à Rome mardi, et à Paris mercredi. Le nouveau Premier ministre grec rencontrera son homologue Matteo Renzi avant d'aller s'entretenir avec le président français François Hollande. Aucune date n'a encore été annoncée pour une rencontre avec de hauts responsables allemands qui tiennent pourtant le discours le plus ferme sur la dette grecque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2015 à 13:52 :
30 ans à donner de l argent sachant qu ils ne pourraient pas rembourser ^
Hypocrites nous sommes
Et depuis quelques années pour Eviter atout prix qu ils sortent de l europe on leur impose des mesures drastiques
Et pourquoi on ne les laisse pas partir ?
Aurions nous peur qu'a terme le Portugal l' Espagne voie l Italie fassent pareil ?
Aurions nous peur de voir l'Europe disparaitre ?
On se demande pourquoi ?
Je ne pense pas que le probleme soit la Grèce , plutôt un syst - em e qui atteint ses limites sans aucune solution devant nous
Notre avenir risque d Etre sombre
a écrit le 01/02/2015 à 10:59 :
Moi je ne suis pas contre annuler votre dette au même titre que ma banque n'est pas contre pour mon crédit. Il suffit juste que vous rendiez l'argent, comme ma banque me le demandera...
a écrit le 01/02/2015 à 10:32 :
parfait
qu'ils partent ... leurs prises d'otage ne manqueront a personne... s'ils aiment se tirer une balle dans le pied, c'est leur probleme...
a écrit le 01/02/2015 à 1:37 :
Moi cela me fait penser au mauvais éléve au fond de la classe à coté du radia
a écrit le 01/02/2015 à 0:34 :
Quand on est ruiné et au bord de la famine insulter ceux qui vous ont aidé me semble suicidaire
Ça ferait un bon exemple si il sortait de l'Europe
Les mesures demandées par la troïka ne seraient que des douceurs à côté d'une faillite
a écrit le 31/01/2015 à 19:36 :
Monsieur Vafankulatos ne nous interresse pas : qu'il aligne le fric au lieu de parler.
Réponse de le 31/01/2015 à 21:28 :
Parlez pour vous, c'est au contraire passionnant. Les 200.000 Espagnols dans les rues, c'était pour quoi d'après vous ??
Réponse de le 31/01/2015 à 23:13 :
Commentaire aussi vulgaire qu'inutile.
Réponse de le 03/02/2015 à 22:14 :
Le but des créancier c'est de piller tout bien d'un pays, une fois le pays complètement démuni, ces mêmes créanciers se ruent comme une meute de loups pour faire sien ce territoire, monsieur petit Nicolas...
a écrit le 31/01/2015 à 17:28 :
il faut boycotter les produits allemands responsable de la hausse du chômage en Europe.
code-barres commençant par 400 à 440 Allemagne
Réponse de le 31/01/2015 à 17:50 :
Ignorance quand tu nus tiens ... Ces trois premiers chiffres du code EAN (et non du code barres ... ) indiquent le pays dans lequel l'entreprise est membre du système EAN et non u pays de production ...
Réponse de le 31/01/2015 à 19:20 :
En quoi l'Allemagne serait responsable des politiques socialistes des clowns de l'Europe ?? Je ne voit pas..
Réponse de le 31/01/2015 à 23:15 :
Le code EAN (European Article Numbering) est un code-barres utilisé par le commerce et l'industrie conformément aux spécifications d’EAN International,
Les 3 premiers chiffres du code-barres d'un produit indiquent en fait le code du pays où le produit a été fait.
pour l'Allemagne c'est 40 à 44
Ignorant va...
Réponse de le 01/02/2015 à 9:55 :
Il n'indique en rien le lieu où le produit a été produit ... Il indique simplement le pays où l'entreprise est membre du groupement EAN. Il faut savoir interpréter les nuances... Je suis désolé de votre ignorance César...
Réponse de le 01/02/2015 à 19:11 :
César, je n'en peux rien si vous ne savez pas ce qu'est un code EAN ... Le code ne défini en rien le lieux de production de l'article. Afin de ne pas passer pour un "restreint", renseignez vous avant de poster. Votre ignorance pourrait vous jouer des tours dans votre vie...
Réponse de le 03/02/2015 à 20:01 :
déjà un EAN est un code-barres, et secundo Il indique simplement le pays où l'entreprise est membre du groupement EAN (si vous voulez) qui correspond très souvent au lieu de fabrication!
a écrit le 31/01/2015 à 17:14 :
La grece peut faire ce qu'elle veut c'est elle qui reste endettee. Ces elections auraient pu etre un moyen pour la grece de negocier, mais de la facon don't ils s'y prennent je doute qu'ils aillent bien loin.
a écrit le 31/01/2015 à 16:16 :
C'est le comble, il menace. Bientôt il faudra tout effacer à continuer à déverser des milliards dans ce Tonneau des Danaïdes.
a écrit le 31/01/2015 à 15:36 :
On ne peut pas laisser autant de gens dans la misere pour des questions de respect des traites. On leur a imposé cette cure d'austérité afin que nos banques, qui avaient investi massivement en Grece, ne coulent pas. Maintenant qu'elles ont sauvé leur billes, il est tant de changer d'attitude et montrer que l'europe n'est pas qu'une zone de libre échange mais bien une idée ambitieuse et généreuse. Par ailleurs c'est notre interet a tous face aux rtats continents qui ne nous feront pas de cadeaux.
Réponse de le 31/01/2015 à 19:22 :
Les grecs ne sont pas dans la misère, mais vivent comme l'immense majorité des Européens, ceux de l'Est.


" On leur a imposé cette cure d'austérité afin que nos banques, qui avaient investi massivement en Grece, ne coulent pas."

Un Etat DOIT avoir un budget équilibré, sans déficit. C'est tout.

"l'europe n'est pas qu'une zone de libre échange mais bien une idée ambitieuse et généreuse."

L'Europe est une zone d libre échange, le reste on s'en fou.

"Par ailleurs c'est notre interet a tous face aux rtats continents qui ne nous feront pas de cadeaux."

Si les autres ne feront aucun cadeau aux français, pourquoi accentuer les difficultés des français en faisant des cadeau au grecs ?
Réponse de le 31/01/2015 à 23:26 :
@Nicolas.
Je vous invite à lire l'excellent ouvrage: Le monde des financiers au XVII ème siècle de Françoise Bayard (Nouvelle bibliothèque scientifique Flammarion). Peut-être reconsidérerez vous l'assertion "Un Etat DOIT avoir un budget équilibré, sans déficit". Un Etat n'est pas un particulier, par le simple fait qu'un état de "meurt" pas.
Enfin quand on attelle à une même charette un pur-sang (l'Allemagne) avec une cevak de trait (pour ne pas dire une mule) (la Grèce), il ne faut pas s'attendre à gagner la course (simple bon sens).
Enfin la Troika est moins zélée dans le discours sur l'harmonisation fiscale, problème au moins aussi grave que la dette grecque. Et pourtant, Luxleaks est bien passé par là.
Réponse de le 01/02/2015 à 8:29 :
Nous sommes tous dependants les uns des autres. Les grecs font des efforts enormes pour rembourser leur dette. Il serait plus sage d'accompagner leurs efforts plutot que de profiter de leur problemes. Le France n'a aucune leçon a donner aux grecs au vu de notre propre dette.
Par ailleurs, je ne vous entend pas vous plaindre des pratiques du Luxembourg , une vrai cas de concurrence deloyale dans votre belle europe du libre echange. C'est à çà qu'on aboutit quand on ne parle que business.
Réponse de le 01/02/2015 à 13:19 :
"On ne peut pas laisser autant de gens dans la misere pour des questions de respect des traites."

Hitler, Berlin, 1938, sur les Juifs..
Réponse de le 03/02/2015 à 11:53 :
Il parlait certainement du Traité de Versailles.
Bref, sans être inintéressant, ça n'a rien à voir avec l'actualité...
a écrit le 31/01/2015 à 15:28 :
sais pas si vous etes comme moi mais yarifakir a une tete de voyou et un prof d'université à la noise et il prend des européens des kons plus kons que lui qui le payent pour prendre son ouzo avec ses pistache à 4 heures et un café turc à 5 heures en fumant sa cigarette américaine! Dégage au plus vite fais néant
Réponse de le 31/01/2015 à 20:45 :
tu peux encore faire mieux question orthographe, y a des progrès.
a écrit le 31/01/2015 à 15:00 :
Foutons le camp aussi de la zone euro, elle nous a assez ruinée comme cela au seul profit de l'Allemagne. Vive le gaullisme (le vrai) !
Réponse de le 31/01/2015 à 15:11 :
Ce jour, 2 millions d'Espagnols sont dans les rues pour manifester leur hostilité à l'Europe et pour contester les voyous du FMI symbolisés par mme Lagarde qui a déjà laissé un très mauvais souvenir aux Français lorsqu'elle bavardait dans le gouvernement Fillon Sarkozy.

Allez les Français, levez-vous, les Grecques vous ont montré la voie de l'excellence démocratique.
Réponse de le 31/01/2015 à 18:59 :
Réponse à excellence démocratique Hé tu te trompe, c'est nous les méchants!!!!! C'est nous qui avons emprunter de l'argent (45 milliards €) pour renflouer les gentils. Maintenant si tu veux rembourser à leurs place , il faut voir.
a écrit le 31/01/2015 à 14:47 :
Bien sûr ce serait triste que la Grèce quitte la zone Euro. Mais après tout, en y réfléchissant, un boulet de moins! Les mesures promises electoralement par Tsipras ne vont que dans le sens de la démagogie. Et l'Europe, déjà mal en point, ne peut éternellement renflouer à fond perdu ce pays. Alors n'en faisons pas un drame, positions et continuons à essayer de nous redresser pendant que la Grèce ira de son côté .....
a écrit le 31/01/2015 à 14:08 :
Ce "grand" philosophe compte-t-il expliquer aux fonctionnaires grecs qu'ils devront pantoufler gratuitement ou seront forcés de se retrousser les manches pour trouver un véritable boulot pour vivre?
a écrit le 31/01/2015 à 13:26 :
il est prêt à se passer des 7 milliards d'euros de notre assistance en Février . Cela tombe à pique , nous souhaitons nous passer des grecs . Qu'ils aillent se faire tâter chez les turcs !
Réponse de le 31/01/2015 à 13:40 :
C'est pas un peu raciste tout ça ?
Réponse de le 31/01/2015 à 16:50 :
Raciste? Les grecs sont des latins comme nous (sud de l'Europe)!!!
Réponse de le 31/01/2015 à 17:50 :
Max vous semblez ne pas reconnaître ici la définition au sens large du terme "racisme" ! En revanche votre vision de la latinité me semble un peu large...Dans tous les cas espérons que vous ne partagez pas l'élégance des propos d'"eureka"...
a écrit le 31/01/2015 à 13:23 :
Ce sont les Peuples dignes qui doivent soutenir MASSIVEMENT le très courageux exemplaire Peuple Grecque,

Les Peuples dignes courageux d'Espagne, du Portugal, d'Italie, d'Islande, d'Irlande, et de France

se doivent de démontrer leur soutient aux Grecques qui le méritent.

L'indignation est trop angélique, l'indignation avait pour but de désamorcer les soulèvements populaires,

in finé l'indignation a été une opération montée à des fins non vertueuses

ce qui devient inévitable, c'est l'action Populaire, l'action massive pour mettre tous les voyous de la Finance et leurs valets au pas.

Il ne faut pas avoir peur.
Réponse de le 31/01/2015 à 19:25 :
Le Portugal à déjà condamné l'attitude grec, et soutient l'Allemagne.
a écrit le 31/01/2015 à 13:10 :
la grèce est un pays souverain qui doit être respecté. Si des gens en europe pensaient que d'accepter des fraudeurs en europe les aurait fait changer? je rigole. le peuple grec a voté un parti qui a promis des choses: qu ils fassent ce que le peuple veut... pas comme en france et autres pays ou les politiques sont élus sur des promesses qu ils ne tiennent jamais car ils font ce qu ils veulent. le peuple grec va apprendre et changera peut être d opinion dans 10.. 20ans. laissons du temps à la démocratie grecque de résoudre les problèmes comme ils le pensent. le rêve de certains pays, qu en donnant de l argent à des gens qui en demandent va les faire changer, éclate. je reprends de l'espoir dans l'évolution de la démocratie en europe en observant les grecs. même si cela va me coûter beaucoup de fric (du fric que mes politiques ont utilisé sans me demander mon opinion).
Réponse de le 31/01/2015 à 16:04 :
En effet, qu'ils fassent ce que le peuple veut ... mais qu'ils payent eux-mêmes. La Grèce a été gavé d'argent par l'UE pendant 30ans, qu'on arrête donc de leur faire des cadeaux.
a écrit le 31/01/2015 à 13:09 :
Qu il arrête de faire son cirque le premier ministre grec il n'a pas un euro en poche pour faire les échéances de février pour payer ses fonctionnaires. Il nous la joue comme Hollande quand il est arrivé au pouvoir heureusement le gouvernement de coalition allemand veille au grain. tous derrière Merkel le contribuable francais n'a pas à payé la facture
a écrit le 31/01/2015 à 13:06 :
En quoi Mr Varoufakis se montre t-il menaçant ? J'ai beau relire l'article je ne vois de lien entre le contenu et le titre. Il ne veut plus de la troika et de ses "experts " en Grèce, so what ?
Réponse de le 31/01/2015 à 21:31 :
Il menace de pas accepter les 7 milliards, vous voyez bien que c'est un voyou !!
a écrit le 31/01/2015 à 13:01 :
Oulala ... on tremble tous devant la Grèce. Lorsqu'on voit l’accueil des bourses envers ce beau et grand gouvernement de gauche ... Peuple fraudeur, gouvernement grugeur ... ils sont pas encore sorti de l'auberge ...
Réponse de le 31/01/2015 à 13:37 :
Jul, votre commentaire s'adresse bien à Junker le président de la commission européenne et ancien premier ministre luxembourgeois qui a spolié la France et d'autres pays.
Réponse de le 31/01/2015 à 17:46 :
Non non, pas du tout. Mon message s'adresse au peuple grec et aux gouvernement menés au pouvoir par ces derniers. Ils ont pendant des décennies vécus au dessus de leur moyen et ne veulent pas en assumer les conséquences. Ça me rappelle toujours notre arrivée dans un port grec où il y avait le tarif officiel et le tarif de la main à la main, même méthode dans les restos, les magasins, ... jamais vu ça ailleurs ...
Réponse de le 31/01/2015 à 19:27 :
Junker n'a en rien "spolié" quiconque, c'est le jeu de la concurrence entre les 200 Etats du monde, que cela vous plaise ou non. Bref, les richesses des français n'appartiennent pas à l'Etat ou à la collectivité.
a écrit le 31/01/2015 à 12:39 :
Si vous allez voir votre banquier pour un prêt et qu vous le menacez il va certainement vous envoyer sur les roses et je suis polis
a écrit le 31/01/2015 à 12:29 :
La Commission serait " branlante" mais la Grèce alors !!!!!!
a écrit le 31/01/2015 à 12:24 :
Le petit Alexis va bouder dans dans sa chambre et ne veut pas descendre pour le souper.
Réponse de le 31/01/2015 à 13:12 :
Gardez bien votre mépris pour vous, les Grecs essaient courageusement de tourner la page de l'austérité et de retrouver leur dignité. On ne peut pas en dire autant du reste de l'Europe .
Réponse de le 31/01/2015 à 14:45 :
@anonyme

Où voyez-vous de la dignité dans la mendicité d'aides européennes?
Réponse de le 31/01/2015 à 19:00 :
Dignité ?? Quelle est la dignité d'un pays dont les habitants préfèrent faire la quête partout en Europe pour ensuite accuser les préteurs de tous les maux, laissent les démunis crever de faim mais refusent de payer ses impots??
Réponse de le 31/01/2015 à 19:35 :
" essaient courageusement de tourner la page de l'austérité "

Ils veulent retourner faire la fête, toujours à crédit du reste, et ça serait du courage ?!


"retrouver leur dignité."

Grotesque.
a écrit le 31/01/2015 à 12:22 :
Apres tout pourquoi, une banque ne vous prete a nouveau que lorsque vous etes a nouveau solvable.
J'espere que la fete de l'election a ete bonne car les lendemains de gueule de bois risquent d'etre douloureux pour les Grecs.
a écrit le 31/01/2015 à 12:19 :
Tout ça n'est que de l'esbroufe vis-à-vis de leurs électeurs. Ils obtiendront l'accord d'un troisième défaut partiel sur la dette et en contre-partie, ils devront continuer les "réformes structurelles".

D'ailleurs, ont-ils arrêté les projets de privatisations ? Non, ils les ont seulement suspendus. Ca veut tout dire !

Une fois de plus, les peuples vont se faire cocufiés !
Réponse de le 31/01/2015 à 12:51 :
Cher TC,

Écrivez plutôt : "les peuples vont se faire cocufier", avec "er". Diriez-vous "les peuples vont se faire eus" ?

Sur le fond, le peuple grec va se trouver face à ses responsabilités. Le peuple grec a reçu une aide massive depuis l'adhésion à l'UE, et cette aide a été administrée par les gouvernements successifs que le peuple grec a choisis librement.

L'UE a été très généreuse et a respecté la démocratie grecque, et en réponse l'UE ne reçoit que des insultes. Quoi de plus tentant dans ce cas pour l'UE que de se débarrasser de sa Grèce superflue ?

Il y a dans le monde et dans l'UE des Etats plus pauvres que la Grèce, mieux gérés, et qui méritent davantage d'être aidés : Estonie, Pologne, ... Ces États
(1) n'insultent pas l'UE, ne crachent pas dans la soupe, ne mordent pas la main qui les nourrit;
(2) savent par expérience que le communisme ne marche pas;
(3) savent par expérience que la Russie est dangereuse;
ce qui les distingue des Grecs.
Réponse de le 31/01/2015 à 14:18 :
@Anatole : je ne suis pas sûre que les Grecs aient choisi de finir là où ils sont aujourd'hui (la faute à qui, me direz-vous ! Là n'est pas la question). C'est comme en France, les Français ont-ils choisi librement un jour de faire partie de l'UE ? Non, tous les referendums mis en place depuis le début de la construction n'ont jamais abordé cette question pourtant essentielle.

Et c'est là que le bât blesse ! L'UE n'a aucune légitimité démocratique car elle ne repose pas sur la volonté des peuples, non seulement sur le principe même d'union mais aussi, sur le choix et le devenir de cette union.

Vous parlez d'Etats comme l'Estonie ou la Pologne qui ne mordent pas la main qui les nourrit, bien évidemment, qui le ferait face à la misère ? Mais tout à un prix et lorsqu'on pactise avec le diable et bien, il faut s'attendre tôt ou tard à en payer le prix, ce que découvrent depuis 6 ans les Grecs et autres peuples du sud de l'Europe. Vous les voyez comme des ingrats, je les vois pour ma part, comme les victimes d'un système qui privilégie les puissances de l'argent. Mais que pouvait-on attendre d'autre, en effet, d'une union marchande ?

Enfin, vous dites que la Russie est dangereuse. Pour l'heure, je ne vois que des pays occidentaux (dont le nôtre) être dangereux en faisant la guerre sur le sol d'autres pays souverains.
Réponse de le 31/01/2015 à 19:03 :
Si les grecs étaient courageux ils commenceraient par payer des impots au lieu de tenter toutes les combines et racketter les autres pays.
Réponse de le 31/01/2015 à 19:32 :
"C'est comme en France, les Français ont-ils choisi librement un jour de faire partie de l'UE ? Non, tous les referendums mis en place depuis le début de la construction n'ont jamais abordé cette question pourtant essentielle."

?? Le Traité de Rome date un peu, tout de même, ça fait deux trois générations maintenant, et des référendum, nous en avons eut à la pelle.


" lorsqu'on pactise avec le diable et bien, il faut s'attendre tôt ou tard à en payer le prix, ce que découvrent depuis 6 ans les Grecs et autres peuples du sud de l'Europe"

Revenons dans le monde réel : ces gens ont emprunté. C'est pourtant simple de comprendre que tout emprunt engage et doit être remboursé, non ?
Réponse de le 31/01/2015 à 19:33 :
"Vous parlez d'Etats comme l'Estonie ou la Pologne qui ne mordent pas la main qui les nourrit, bien évidemment, qui le ferait face à la misère ? "


Tiens, pourtant que font les français depuis des décennies ??????
a écrit le 31/01/2015 à 12:03 :
Les gouvernement grec "menace" donc de renoncer à la prochaine enveloppe d'aide ? Quelle blague ! Qu'ils fassent donc faillite en bonne et due forme et sortent de l'UE, ça ferait un boulet de moins.
Réponse de le 31/01/2015 à 13:19 :
et après le boulet grec, il y aura les boulets italiens, espagnols, portugais et, pourquoi pas français !

Que l'Allemagne continue à s'enrichir sur le dos des pays du sud... voilà le crédo de quelques uns ici. Mais peu importe que l'euro-mark ait apporté dix millions de chômeurs dans la zone... Ca, c'est un concret inadmissible, le seul concret admissible, c'est celui des bénéfices colossaux que les banques se font, sur les dettes souveraines au détriment de l'économie réelle.
Réponse de le 31/01/2015 à 18:37 :
il faut que l ALLEMAGNE de madame MERKEL aréte de se comporter en denneurs de leçons l ALLEMAGNE a dant le passès eu 3 defauts de payements
Réponse de le 31/01/2015 à 19:06 :
Le soi-disant euro-mark est bien moins fort que cet été et pourtant le chomage augmente encore en France (pas en grêce par contre) alors ??
Réponse de le 31/01/2015 à 19:28 :
C'est sur ça, zéro chômeur en France avant l'Euros, AH HA AH AH !! !

Mémoire de poisson rouge ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :