Zone euro : le PIB croît de 0,9% en 2014

 |   |  861  mots
La Commission européenne tablait encore début février sur une croissance de 0,8% en 2014 en zone euro.
La Commission européenne tablait encore début février sur une croissance de 0,8% en 2014 en zone euro. (Crédits : © Kai Pfaffenbach / Reuters)
Avec une croissance de 0,3% sur l'année, le quatrième trimestre a été meilleur que prévu, grâce à la bonne performance allemande.

La zone euro surprend positivement. La croissance y a en effet été légèrement meilleure que prévu en 2014, grâce à un quatrième trimestre un peu au-dessus des attentes et soutenu par l'économie allemande, a indiqué vendredi l'office européen des statistiques Eurostat.

D'octobre à décembre, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a progressé de 0,3%, après une hausse de 0,2% le trimestre précédent, indique Eurostat. Cela porte la croissance à 0,9% pour l'ensemble de l'année 2014 dans la région, alors que la Commission européenne tablait encore début février sur une croissance de 0,8%.

Les performances des pays membres enregistrées par les offices des statistiques nationaux affichent toutefois d'importantes différences, tant pour le 4e trimestre 2014 que pour l'ensemble de l'année.

  • Pas d'embellie du PIB français en 2014

La croissance de l'économie française a ralenti à 0,1% au quatrième trimestre 2014, selon de premiers chiffres publiés vendredi par l'Insee. L'institut a confirmé dans le même temps le niveau de croissance du troisième trimestre, +0,3%, ce qui fait que, sur l'ensemble de 2014, le produit intérieur brut de la France progresse en moyenne de 0,4%, tout comme en 2013 et 2012.

>>LIRE: France : la croissance du PIB à 0,4% en 2014

  • L'Allemagne surprend avec une croissance supérieure aux attentes en 2014

 La croissance économique de l'Allemagne, initialement estimée à 1,5%, s'est finalement établie à 1,6%, grâce à un dernier trimestre plus dynamique que prévu, a indiqué vendredi l'Office fédéral des statistiques Destatis.

Au dernier trimestre de 2014, la croissance se révèle en effet être de 0,7% par rapport au troisième trimestre, essentiellement tirée par la consommation intérieure, selon un communiqué. Les dépenses des consommateurs privés, les investissements ainsi que  les exportations de biens et de services aussi ont évolué positivement, explique Destatis.

>>LIRE: Allemagne : la première économie de l'UE affiche 1,6% de croissance

  • La Grèce enregistre trois trimestres consécutifs de croissance sur un an

Le PIB de la Grèce a augmenté de 1,7% au quatrième trimestre 2104 sur un an, permettant au pays d'enregistrer son troisième trimestre de croissance consécutif sur un an et confirmant la fin de six années de récession profonde, a indiqué vendredi l'autorité des statistiques grecques ELSTAT.

Par rapport au troisième trimestre 2014, le PIB est cependant en baisse de 0,2%. Le budget 2014 de la Grèce tablait sur une croissance de 0,6% sur l'ensemble de l'année 2014.

  • En Italie, la stabilité du PIB au 4e trimestre conforte les espoirs d'une reprise

En Italie, le PIB s'est maintenu stable au 4e trimestre 2014, mais a reculé de 0,4% sur l'ensemble de l'année, selon une première estimation publiée vendredi par l'institut de statistiques Istat. Le dernier trimestre de l'année a été notamment caractérisé par une baisse de la valeur ajoutée dans les secteurs de l'agriculture et de l'industrie et par une progression dans celui des services. La contribution de la demande intérieure a été négative, mais a été compensée par celle de la demande étrangère.

La variation trimestrielle est conforme aux attentes des économistes, qui estiment que la reprise économique devrait se concrétiser dès début 2015 pour l'Italie, après trois années de récession, grâce aux effets positifs combinés de la baisse de l'euro et du pétrole et de la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

  • Les Pays-Bas retrouvent la croissance en 2014 après deux ans de contraction du PIB

Aux Pays-Bas, le produit intérieur brut a progressé de 0,5% au quatrième trimestre 2014 par rapport au troisième, grâce à une croissance de la consommation des ménages, a annoncé vendredi l'Office central des statistiques (CBS) dans une première estimation.

Sur l'ensemble de l'année 2014, la croissance est de 0,8% par rapport à 2013, une première après deux années de contraction du PIB. Les exportations et les investissements ont également eu une influence positive sur le PIB, a précisé le CBS.

  • Le PIB du Portugal progresse

Le PIB du Portugal a progressé de 0,9% l'an dernier après un recul de 1,4% en 2013, a annoncé vendredi l'Institut national des statistiques (Ine) dans une première estimation.

Au dernier trimestre de 2014, l'activité économique a augmenté de 0,5% par rapport au trimestre précédent, contre une hausse de 0,3% enregistrée trois mois plus tôt.

  • La Slovaquie fait mieux que prévu

Le PIB de la Slovaquie a progressé de 0,6% au quatrième trimestre de 2014 par rapport au trimestre précédent, autant qu'au troisième trimestre, a annoncé dans sa première estimation vendredi le Bureau national des statistiques (SUSR). En comparaison annuelle, le PIB slovaque a augmenté de 2,4% au quatrième trimestre, chiffre inchangé par rapport au troisième trimestre. Ce résultat dépasse les attentes des analystes qui tablaient sur une hausse de 2,2% du PIB slovaque au quatrième trimestre, en glissement annuel.

Le chiffre de croissance sur l'ensemble de l'année 2014 sera publié le 6 mars, précise le SUSR. Selon la banque centrale (NBS) et le ministère slovaque des Finances, le PIB devrait progresser de 2,9% en 2015,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2015 à 20:05 :
La croissance en zone euro… voilà un bon sujet, elle fut négative en 2011 et 2012 et de plus de 2% aux USA. Dans cette zone coexistent des pays à 25% de chômage et l’Allemagne à moins de 5%. Des balances et déficits négatifs, alors qu’on a un système stable outre-Rhin. Mais si on regarde le produit par habitant, il chute… n’avons-nous pas des remises en cause à faire ? On constate des troubles sociaux avec les juifs persécutés, seulement, qu’a-t-on fait depuis 2008 ? L’économie ne fonctionne, le chômage augmente et on joue aux boucs émissaires, à pousser les gens qui travaillent hors du pays. C’est le règne de la paresse alors que les sondages montrent qu’on veut abolir les 35h voire supprimer des administrations…
a écrit le 14/02/2015 à 4:51 :
La politique sociale en termes de logement n’est pas appliquée alors que nombre de foyers dépassent les plafonds, nous avons un Etat arbitraire. L’Etat met le secteur du bâtiment au chômage alors qu’il serait utile de faire une politique de développement économique. Il faut cesser l’Europe baudruche qui fait réduire le produit par tête alors qu’en Allemagne il progresse. Les boomers doivent cesser la politique de désertification sud européenne et la réduction de la population active en ostracisant les jeunes à l’image de l’Espagne. L’incurie des institutions empêche la politique de croissance. Les comptes du COR sont farfelus, en matière de retraite et de salaire, on fait des baisses de salaires et des hausses de chômage, est-ce le but de la société ? C’est une politique de terreur anti jeune et anti croissance. On entend parler d’un PIB du vice européiste, ne devrait-on pas examiner quel est ce vice de Bruxelles qui fait exploser les pays par la faillite bancaire et le subprime. Il n’y a dans cette Europe aucun respect des jeunes générations. La question des déficits annonce des impôts et de l’austérité, ne devrait-on pas critiquer la vassalisation financière ? En quoi est-ce un modèle mondial que la paresse?
a écrit le 13/02/2015 à 17:38 :
Vous voyez, la prostitution et la drogue ça ne rapporte pas beaucoup en France….

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :