L'UMP Jean-Paul Alduy réélu à Perpignan malgré la "fraude à la chaussette"

 |  | 301 mots
Lecture 1 min.
Face à une gauche divisée, le maire sortant de Perpignan Jean-Paul Alduy retrouve son fauteuil de maire à l'issu du scrutin de ce dimanche, avec un score très honorable (plus de 53% des suffrages). L'élection de mars 2008 avait été invalidée pour fraude électorale.

L'UMP Jean-Paul Alduy, ancien maire invalidé de Perpignan (Pyrénées-Orientales), s'est "félicité" dimanche soir de sa réélection. Sénateur-maire de Perpignan depuis 1993, Jean-Paul Alduy a été réélu au second tour de ce scrutin municipal avec 53,54% des suffrages. Sa précédente élection, en mars 2008, avait été invalidée par le Conseil d'Etat pour fraude électorale. Des bulletins avaient été dissimulés dans les chaussettes du président d'un bureau de vote.

"On nous avait volé notre élection, mais le peuple a rendu ce soir son verdict avec force. Je ne peux que m'en féliciter", a déclaré dimanche soir Jean-Paul Alduy en s'adressant aux militants UMP de sa cité. "Les Perpignannais ont vaincu le mensonge et la calomnie, a-t-il ajouté. Jamais je n'avais atteint un score comme celui de ce soir. Il est sans appel."

La concurrente directe du maire sortant, Jacqueline Amiel-Donat, à la tête d'une liste PS-PC-MRG, a remporté 33,08% des suffrages tandis que le troisième candidat à cette élection triangulaire, Jean Codognès (Verts-Modem), recueillait 13,38% des voix. "Je suis déçue ce soir. Pas pour moi, mais pour tous ceux qui croyaient qu'on pouvait mener une campagne électorale propre, digne, dans un esprit de liberté", a déclaré publiquement Jacqueline Amiel-Donat à l'annonce de ce résultat.

51,12% des électeurs Perpignan ais ont participé dimanche au second tour de scrutin.

La réélection de Jean-Paul Alduy avait été invalidée le 7 octobre 2008 par le Tribunal administratif de Montpellier, puis le 23 avril 2009, en appel, par le Conseil d'Etat à la suite de "l'affaire des chaussettes". Au second tour du scrutin municipal de mars 2008, le président d'un des 66 bureaux de vote de cette ville avait été surpris en train de bourrer une urne avec des bulletins en faveur du maire sortant qu'il avait dissimulés dans ses chaussettes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vive la démocratie !!! Et on se permet de donner des leçons de morale aux Iraniens ahahah
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On est tenté de penser que les gens de Perpignan ont perdu l'odorat pour avoir élu un vieux parmi les odeurs de chaussettes et d'aisselles ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
félicitations à l'USAP pour son bouclier de BRENNUS !!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :