"Rémunérer ceux qui répondent aux sondages politiques n'est pas acceptable"

 |   |  934  mots
Copyright Reuters
L'ancien patron du Credoc, aujourd'hui député européen (Modem), s'insurge contre la façon dont a procédé Harris Interactive pour ses sondages donnant Marine Le Pen en tête des intentions de vote. et notamment au principe de le loterie qu'utilise l'institut Harris Interactive. Il invite l'Etat a imposer des règles plus strictes pour les enquêtes d'opinion.

Les conditions dans lesquelles ont été réalisés les sondages publiées par Harris Interactive vous ont mis en colère. Pourquoi ?

Je leur reproche de ne pas avoir pris les précautions qui s'imposent lorsqu'on réalise un sondage d'opinion où les répondants expriment une intention de vote. A commencer par le recours à cette forme de rétribution des personnes sondées que pratique Harris Interactive. Rémunérer même de façon aléatoire des personnes qui répondent à un sondage politique, ce n'est pas acceptable.

Harris Interactive a expliqué qu'il s'agit d'une loterie s'appliquant à toutes les enquêtes menées par l'institut au niveau international. 

Le principe de la loterie qui permet d'inciter des personnes sondés à répondre à des questions ne me choque pas quand il s'agit de les interroger sur le parfum d'un yaourt ou sur le type et la marque de la voiture qu'ils conduisent. Je me souviens que dans les années 60, un institut officiel - il me semble que c'est l'Insee - avait initié ce genre de pratique en versant des billets de loterie à chaque personne interrogée, à l'époque en face-à-face. Cela n'avait néanmoins pas duré, car cette formule de rétribution avait plus d'inconvénients que d'avantages. Mais pour un sondage politique qui va avoir une répercussion médiatique de grande ampleur, cela nuit à la précision dont vous avez besoin.

En quoi ?

Parce que parmi les panélistes - ceux qui acceptent de répondre à des sondages en ligne - vous allez avoir davantage de personnes dont l'appât du gain constitue un trait de caractère fort qu'il n'en existe dans la population générale. Il va donc vous falloir redresser les résultats.

C'est ce que font les sondeurs de toute façon...

Il le font pour rectifier certains résultats qui ne leur paraissent pas refléter la réalité notamment parce que, selon eux, certains Français rechignent à se déclarer ouvertement favorable au Front National. Cela se fait néanmoins un peu au doigt mouillé. Et j'ai tendance à penser les Français expriment plus ouvertement leur envie d'accorder un suffrage à Marine Le Pen qu'ils ne l'auraient fait lorsqu'on leur demandait s'ils voteraient pour son père. Mais dans tous les cas, dès lors que les écarts d'intention de vote sont, comme on l'a vu là, inférieurs à deux ou trois points, les marges d'erreur sont trop importantes pour qu'on puisse affirmer que Marine Le Pen arrive en tête des intentions de vote. J'appelle cela de l'intox.

Mais il y a une commission des sondages qui valide leur mode opératoire...

Parlons-en. Elle est composée de juristes. Ces derniers portent donc un regard juridique. Il faudrait que des professionnels du secteur, des statisticiens, des sociologues l'intègrent. C'est ce que proposent les sénateurs Jean-Pierre Sueur (PS) et Hugues Portelli (UMP). Ils ont raison. Je suis statisticien, j'ai 35 ans de métier. Certaines choses me sautent aux yeux, que d'autres, qui ignorent tout de cette technique, ne peuvent pas voir.

Vous êtes donc favorable à la publication de sondages indiquant les marges d'erreur ?

Oui. Les Américains le font et cela ne leur pose aucun problème. Le sujet est suffisamment grave pour qu'on le prenne au sérieux. Je fais deux propositions fortes. D'abord que le nom de l'organisme ou la société qui paie le sondage soit systématiquement mentionné. Ensuite que les résultats de tous les sondages qui sont payés par des fonds publics soient publiés.

Considérerez-vous que les deux sondages Harris donnant Marine Le Pen en tête des intentions vont influencer l'opinion publique ?

Oui. C'est ce qu'on appelle l'effet de résonance. Cela fonctionne un peu comme une marée. Quand le premier apparaît, ceux qui suivent le confirment et amplifient le résultat initial. Et ce mouvement est d'autant plus puissant qu'il s'agit d'un sondage fouteur de merde. Mais comme pour toute marée, il y aura un reflux. L'effet de résonance répond à des principes mathématiques. On peut d'ailleurs imaginer que Nicolas Sarkozy qui est aujourd'hui dans ce reflux, voit sa côté de popularité rebondir pour les mêmes raisons.

Vous voyez quand même bien que Marine Le Pen réalise une vraie percée dans l'opinion publique ?

Il se passe effectivement quelque chose. Après trois ans et demi de sarkozysme, les Français ont un plus perdu confiance dans les leaders politiques qui sont au pouvoir... Au niveau national pour l'UMP et dans les territoires pour le PS. Mais intention de vote ne veut pas dire adhésion. C'est l'expression d'un ras le bol.

Mais pourquoi alors Jean-Luc Mélenchon ne parvient-il pas à faire aussi bien que Marine Le Pen ?

Quand Marine Le Pen s'exprime, les Français prennent ce qu'elle dit au premier degré. Avec Mélenchon, il faut être capable de comprendre le deuxième degré, d'où son plus grand succès auprès des CSP+.

Une partie des électeurs de François Bayrou se retrouvent désormais dans le discours de Marine Le Pen. Comment l'expliquez-vous ?

Le score important de François Bayrou au premier tour en 2007 tient au fait qu'une partie des électeurs appréciaient sa façon de faire de la politique autrement. Certains d'entre eux se posent sur Marine Le Pen mais ils ne sont pas fixés. J'espère de tout coeur qu'on arrivera a les récupérer en 2012.

François Bayrou est officiellement candidat ?

J'espère de tout coeur qu'il se présentera.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2011 à 10:34 :
Ca n'a jamais géner les médias que les pannels de taux d'écoute soeint composés de personnes payées à l'année. Il est vrai qu'en France quand il y a un problème on ne met jamais en cause que le thermomètre!
a écrit le 10/03/2011 à 7:45 :
Et si on supprimait tout sondage pour faire simple? on vivait très bien sans cela auparavant
a écrit le 10/03/2011 à 7:13 :
Le sondage donnant Marine le Pen en deuxième ou troisième position n'aurait posé aucun problème. la vraie question est là.
a écrit le 10/03/2011 à 6:36 :
Je suis d'accord avec le fait que nous devons garder notre intégritéé et refuser tout avantage pour un sondage politique qui doit rester équitable .Mais cela prouve aussi dans quel situation de "misere" se trouve une grande partie des francais ce qui explique peut être cela?? mais nos politiques qui s'indignent alors LA cela me fais rire quand j'observe comment ils se battent COLLECTIVEMENT pour préserver leurs avantages alors de grace honte à vous qui osez nous mentir et nous trahir depuis ++++ de 30 ans il n y a qu' a revoir les documentaires sur la politiques pour comprendre ce que j'écris !!!!!!
a écrit le 10/03/2011 à 0:24 :
Les politiques voudraient mettre la main sur les instituts de sondage .Le sénat a retoqué la proposition de loi Ollier.Pourquoi vouloir aussi publier les marges d'erreurs,les sondages étant controlés par le conseil d'état.Les sondages avec récompense sont courant aux USA et ne faussent pas les réponses.Enfin le représentant du Modem devrait savoir que les sondages par internet favorisent des réponses plus affirmées au profit de réponses plus modérées
a écrit le 09/03/2011 à 22:27 :
Bonsoir Monsieur ou Madame le Modérateur,

J'apprécie la censure à sa juste mesure. Il reste, au demeurant que mon commentaire n'ait pas eu l'heur de vous plaire. Soit, j'accepte. Toutefois, je vous autorise à retirer de vos liste mon "email" de votre liste de diffusion. Bin oui, faut ce qu'il faut!
Mes propos furent polis, les mots pesés et réfléchis. Pas de gros mots, pas d'injures!
Donc, soyons logiques entre nous.

Bien cordialement
FP
a écrit le 09/03/2011 à 22:15 :
Bonsoir,

Causez braves gens, causez! quand je dis "braves gens" c'est à nos politiques qui nous gouvernent que je m'adresse.
Vous êtes i loin de la réalité de ceux que vous gouvernez, trop enclin, à vos petits avantages de votre position d'élus. Fumez les salaires avec vos cigares à 12.000 euros, louez vos logements de fonction, trichez, trompez le fisc avec vos astuces, jouez avec la justice qui est à votre botte (oui, La Fontaine le disait déjà) et j'en passe.... Relisez ZOLA, mes édiles! le 21 eme siècle n'est guère mieux (voire pire) que le 19 eme. Demain, le front national ou les fourches? je ne vois pas la différence.
Parmi vous, mesdames, messieurs, les élus, quels sont ceux qui savent le prix d'une baguette de pain?
Vous, les ELUS, pensez à vos demains, à vos retraites dorées, faites par vous et pour vous... mais avez-vous seulement une fois, en vous rasant ou en vous épilant, avez vous pensé au 10% de la population au chômage, sans logements décents, sans espoir?

Homme politique,je fus. J'ai quitté votre monde quand j'ai vu votre hypocrisie. Je ne parle pas sans vécu et je peux le faire partager.

Demain, vous serez surpris de voir qu'en France, à l'instar de ce qui se passe ailleurs, peut vous arriver.

Désolé mais à force de scier la branche, il arrive que l'on tombe.

Merci à toutes et à tous qui auront pris la patience de me lire.

Un Français, déçu, démotivé, déprimé, découragé... c'est beau la 4 D!
a écrit le 09/03/2011 à 21:54 :
si le sondage avait donné le PS favori je suis certain que ce monsieur n'aurait trouvé rien à redire
a écrit le 09/03/2011 à 21:19 :
Personnellement, je n'ai JAMAIS accepté de le faire, JAMAIS ! Antoine GED
a écrit le 09/03/2011 à 21:00 :
Je suis d'accord. Il ne faut pas rémunérer les sondés. Poursuivons le clientélisme politique jusqu'au bout... rémunérons les électeurs!
a écrit le 09/03/2011 à 20:31 :
Mais répondre aux sondages sans être rénuméré n'est pas acceptable non plus ,car cela représente du temps et de l"énergie ,et tout travail mérite salaire ,car ces sociétés se font du blé sur notre compte .Donc en conséquence je ne réponds plus aux sondages depuis plusieurs années.
a écrit le 09/03/2011 à 20:20 :
A mon avis dans 18 mois elle n'est pas à 24% mais à 30%.
a écrit le 09/03/2011 à 19:31 :
Et voilà: ce serait le PS ou UMP qui aurait eu les "faveurs du sondage" .. personne n'aurait fait de vagues .... HORS, c'est le FN.. et là... on va tout faire pour chercher la faute.. car c'est évident, un sondage qui place le FN à ce niveau est automatiquement bidon !! Ils nous prennent vraiment pour des... Plus le FN sera attaqué par des coups bas et plus il va monter dans les sondages. Le plus dramatique, c'est de voir les postes élevés occupés par les personnes qui les portent ... il est temps de changer..
a écrit le 09/03/2011 à 19:02 :
comme d habitude des lors qu on parle fn ou monter politique du fn c est le meme cirque!! les medias diabolisent les Le pen, font peur aux eventuels votant et comme d habitude le FN n passe pas aux 2eme tours,franchement a voir le mandat de sarko qui est catastrophique a tout point je souhaite vraiment que la populasse se reveille enfin!!
a écrit le 09/03/2011 à 18:55 :
Il et de notoriete publique que c'est d'usage courant :de plus ce n'est pas une rémunération mais un lot (loterie) valable pour des achats bien précis et en aucun cas de l'argent ,et pour quelques personnes tirées au sort ....Infos sur la TNT hier soir .
a écrit le 09/03/2011 à 18:46 :
Ben voyons, n'importe quel autre candidat aurait été en tête et personne n'aurait rien dit, cela fait des années que ce genre de sondages se font et personne n'a jamais émis la moindre suspicions - la vérité, c'est que nos bobos ont peur pour leurs places, d'autant plus qu'étant pour l'Europe, leurs projets risquent de tomber à l'eau - messieurs les censeurs, ont vous a démasqués - comme dirait l'autre - Ils peuvent dire n'importe quoi personne ne les écoute et marine lepen est à 24% !
a écrit le 09/03/2011 à 18:28 :
Si les sondages sont faux bidonnés comme insinué par ce monsieur pourquoi la classe politique a-t-elle peur ??
Réponse de le 09/03/2011 à 19:00 :
la classe politique a tres peur , ils sont tous effrayes !!!!!!!ça prouve quoi ?????
a écrit le 09/03/2011 à 18:26 :
Grossié ou déplacé voilà ce qu'est le commentaire de Rochefort.

Que ces résultats l'aient effrayé certes mais quand même.

Pourquoi ne dit-il pas pendant qu'il y est que les réponses étaient soufflées ou imposées !!

Je ne faisais pas partie des sondées mais je puis vous affirmer qu'en 2012 je voterai FN comme bon nombre de personnes de mon entourage tant professionnel que privé.
a écrit le 09/03/2011 à 17:59 :
Je ne vois pas en quoi la rémunération serait condamnable. Son temps à lui est-il gratuit ? D'autre part, en quoi les réponses peuvent-elles être différentes que l'on soit payé ou pas ? Vraiment, un tel article n'amène rien au débat...sinon une rémunération à l'interrogé sans doute :-)
Réponse de le 09/03/2011 à 19:15 :
Cher lecteur,

Libre à vous de critiquer le point de vue de Robert Rochefort. Laisser de la place au débat, c'est le but même de notre espace "commentaires". Aucune censure n'y a sa place dès lors que les propos écrits par les internautes ne sont pas diffamatoires et respectent la législation française. En l'espèce, nous aurions pu vous censurer, car vous insinuez que j'aurais pu être rémunéré par cette personne pour l'avoir interrogée. J'imagine que vous n'ignorez pas que je suis rémunéré par mon employeur pour exercer mon métier. Accepter que des personnes ou des sociétés que vous interrogez en vue de la publication d'un article vous rémunère constitue une faute inexcusable.
Réponse de le 09/03/2011 à 19:55 :
@ La Tribune - Pierre K. Je me doute bien qu'un journaliste qui fait son travail doit être rémunéré par son employeur. Mon commentaire faisait référence aux interviewés qui ne publient pas ou ne passent pas à la télé innocemment, mais bien en se faisant payer directemet ou indirectement (je pense en particulier aux politiques, chanteurs, acteurs, ect. qui se font de la pub à bon marché). Désolé du malentendu, je suis tout à fait pour le vrai journalisme d'investigation du type Canard Enchaîné qui son notre rempart contre toute dictature.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :