British Airways, déficitaire, poursuit les négociations avec KLM

 |  | 549 mots
Lecture 3 min.
La compagnie aérienne britannique British Airways (BA) a annoncé lundi une perte avant impôts de 50 millions de livres (près de 82 millions d'euros) au premier trimestre (achevé le 30 juin) de son exercice, contre un bénéfice imposable de 200 millions pour la même période de l'année précédente. Dans un communiqué, BA, principale compagnie aérienne européenne, précise que les discussions se poursuivent en vue d'une fusion avec le néerlandais KLM. La perte imposable s'entend après 58 millions de livres de pertes liées notamment à la vente de sa filiale française Air Liberté en mai, souligne BA. Hors éléments exceptionnels, le résultat devient un bénéfice imposable de 8 millions de livres, contre 23 millions de livres au premier trimestre de l'exercice précédent. Les analystes s'attendaient à un chiffre compris entre une perte de 20 millions de livres et un bénéfice de 10 millions avant impôts et éléments exceptionnels. Le bénéfice d'exploitation s'est établi à 97 millions de livres contre 94 millions (+3,2%), malgré l'augmentation de 70% des prix du carburant sur la période, souligne le groupe. Le chiffre d'affaires a augmenté à 2,31 milliards de livres contre 2,22 milliards (+4%) pour des capacités de vol inférieures de 2,2%. Hors éléments exceptionnels, coûts liés à la réévaluation de l'endettement en yens et coûts de restructuration, le résultat sous-jacent est un bénéfice de 52 millions de livres, en hausse de 17 millions de livres ce qui constitue "la première amélioration du bénéfice sous-jacent depuis le deuxième trimestre 1997". BA avait essuyé en 1999/2000 ses premières pertes depuis sa privatisation en 1987. "Des équipes de KLM et BA continuent à travailler ensemble pour déterminer la faisabilité d'une combinaison des deux compagnies", ajoute le communiqué. BA et le néerlandais KLM avaient annoncé le 7 juin qu'ils entamaient des discussions de fusion. Les résultats du premier trimestre montrent des signes encourageants mais "reflètent l'étendue du défi auquel nous faisons face dans un marché hautement concurrentiel", a noté le directeur général de BA Rod Eddington, cité par le communiqué. De son côté, le président de BA Lord Marshall s'est dit "encouragé" par les bonnes conditions économiques générales qui favorisent la demande pour les voyages d'affaires et de loisirs. Mais "les effets de la force persistante de la livre pour l'industrie manufacturière britannique et les coûts élevés du carburant sont sources d'inquiétude", a-t-il souligné. BA précise que même s'il a couvert par des achats à terme plus de 75% de ses besoins en carburant pour l'année, les prix élevés du pétrole pèsent sur sa rentabilité et ont représenté au premier trimestre un coût additionnel de 76 millions de livres par rapport à la même période de l'exercice précédent. BA réaffirme son "optimisme prudent" en raison des perspectives de la saison estivale, une saison-clef pour les compagnies aériennes, et souligne que sa stratégie de ralentir la croissance des capacités soutient les recettes et le taux de remplissage sur la plupart de ses marchés. A la Bourse de Londres, l'action BA abandonnait 1,41% en fin de matinée à 385,5 pence. A Amsterdam, KLM gagnait 4,72%, à 29,95 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :