British Airways / KLM : les discussions progressent mais vont encore durer

 |  | 431 mots
Lecture 2 min.
Les compagnies aériennes britannique British Airways (BA) et néerlandaise KLM ont annoncé jeudi qu'elles avaient fait d'"importants progrès" dans leurs pourparlers de fusion et décidé d'allonger la période d'exclusivité les entourant "de plusieurs semaines". Dans un communiqué commun, BA et KLM expliquent qu'ils "se sont mis d'accord pour étendre la période d'exclusivité de leurs pourparlers au sujet d'une possible combinaison de leurs activités". "Des discussions constructives ont eu lieu et d'importants progrès ont été réalisés", ajoute le communiqué en soulignant que "les deux parties reconaissent qu'il existe une logique industrielle pour une fusion potentielle". "Une combinaison de British Airways et KLM serait la transaction la plus complexe de l'industrie de l'aviation", insistent les deux compagnies pour expliquer qu'elles ont convenu d'allonger "de plusieurs semaines" la période durant laquelle elles peuvent discuter en toute exclusivité. Elles comptent ainsi continuer à examiner "les aspects externes aussi bien qu'internes d'une transaction". BA et KLM avaient annoncé le 7 juin qu'elles engageaient des pourparlers de fusion. Selon les analystes, une telle entreprise se heurte notamment à des difficultés du côté des autorités de régulation et dépendrait de la conclusion d'un accord de libéralisation du transport aérien entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.Mercredi, le président de KLM Leo van Wijk a affirmé qu'un plan de fusion avec BA devrait être présenté en septembre aux autorités de la concurrence européennes et américaines. "Tout n'est pas encore prêt, mais si l'on fait un pronostic, je pense que les conditions sont réunies pour que tout soit prêt en septembre", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des journalistes néerlandais. M. van Wijk, qui avait évoqué début juillet une présentation du projet de fusion "début août" à la Commission européenne, a d'autre part estimé que le commissaire européen à la concurrence, Mario Monti, n'était pas opposé sur le principe à une fusion entre les deux compagnies. "Il sait que la consolidation est une donnée du marché européen", a déclaré M. Van Wijk en précisant que KLM et BA se verraient probablement demander de réduire leurs capacités entre Amsterdam et Londres. Une fusion KLM/BA, qui signifierait de facto un rachat du transporteur néerlandais par son homologue britannique beaucoup plus puissant, donnerait naissance à la première compagnie aérienne européenne et la troisième mondiale.A la Bourse d'Amsterdam, le titre KLM a gagné jeudi 4,45%, à 31,70 euros. A Londres, British Airways a perdu 1,02% à 389,75 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :