Renault-Volvo : l'alliance dans les poids lourds est signée

 |  | 360 mots
Le constructeur automobile français Renault et son partenaire suédois Volvo ont signé l'accord final portant sur leur alliance dans le secteur des poids lourds, a annoncé jeudi le groupe français. "Conformément à la lettre d'intention présentée en avril dernier, Volvo et Renault ont signé l'accord final portant sur la constitution d'un nouveau groupe mondial dans le secteur du poids lourd entre Volvo et Renault Véhicules Industriels/Mack", écrit Renault dans un communiqué. "La mise en oeuvre de l'accord entre Volvo et Renault est soumise à l'approbation des autorités de la concurrence, tant de la Commission de l'Union Européenne que du ministère de la Justice américain", ajoute le groupe français. Le 25 avril, Renault et Volvo, avaient annoncé avoir forgé un projet de regroupement de leurs activités dans les poids lourds, devant les placer au deuxième rang mondial du secteur. Selon les termes de cet accord, Renault doit céder à Volvo l'intégralité de ses activités dans les véhicules industriels, Renault VI et sa filiale américaine Mack, en échange de 15% du capital du groupe suédois, recentré sur les camions depuis qu'il a cédé ses automobiles à l'Américain Ford. Pour devenir le premier actionnaire de Volvo, Renault doit par ailleurs encore acheter 5% du capital du groupe suédois sur le marché boursier, portant sa part à 20% du capital et des droits de vote.Volvo a par ailleurs publié jeudi matin des résultats semestriels marqués par une nette dégradation de la rentabilité : malgré une hausse de 5% du chiffre d'affaires, à 7,629 milliards d'euros, le résultat d'exploitation plonge de 87%, à 454 millions, et le résultat net de 89%, à 376 millions. En janvier 1999, Volvo avait réalisé une plus value exceptionnelle de 3,18 milliards d'euros avec la vente de son activité automobile à l'américain Ford;La baisse du résultat est un peu moins forte dans l'activité poids lourds : le résultat d'exploitation de la branche ne perd "que" 60%, à 80 millions d'euros. Un recul qui s'explique notamment, selon le groupe, par la "faiblesse" du marché nord-américain. L'action Renault, qui avait gagné 8,64% mercredi, perdait 0,1% jeudi à matin l'ouverture de la Bourse de Paris, à 47,75 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :