Peugeot : Prises de bénéfices après la publication du CA semestriel

 |   |  370  mots
Les constructeurs automobiles français continuent de bénéficier d'une conjoncture exceptionnelle. Le chiffre d'affaires publié lundi soir par PSA Peugeot Citroën en atteste une nouvelle fois. Le groupe a en effet enregistré un CA consolidé en hausse de 18,2% à 22,49 milliards d'euros au 1er semestre 2000, contre 19,02 milliards d'euros un an plus tôt. A périmètre comparable, la progression est de 15,9%.Les seules activités automobiles ont réalisé un chiffre d'affaires de 19,172 milliards d'euros, en hausse de 16,2%. L'équipement automobile a progressé de 33,2% à 2,894 milliards d'euros, l'activité de transport de 37,3% à 1,159 milliard d'euros et les activités de financement de 14% à 663 millions d'euros. Les ventes mondiales du groupe ont augmenté de 11,9% à 1,448 million de voitures particulières et véhicules utilitaires légers, grâce au succès de la Peugeot 206 et du petit monospace Xsara Picasso de Citroën. Les ventes de Peugeot ont augmenté de 11,3% à 854.000 unités, et celles de Citroën de 12,7% à 594.100 unités. La marque aux chevrons a confirmé son objectif d'atteindre des ventes annuelles de 1,1 million d'unités en 2000, surpassant le record de 1,010 million atteint en 1999. En Europe de l'Ouest, sur un marché en hausse de 2,3%, le groupe a accru ses ventes de 12,8% à 1,24 million d'unités, la croissance la plus importante parmi les principaux constructeurs automobiles en Europe. Avec 13,4% de part de marché pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers (+1,2 point), PSA a consolidé sa place de 2ème constructeur européen derrière Volkswagen. En dehors de l'Europe de l'Ouest, le groupe a vendu 230.200 unités, une hausse de 40,3%, grâce à la hausse de ses immatriculations dans le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay, +12,5%), en Europe centrale (+50% y compris la Turquie), en Chine et en Iran. A la bourse de Paris, l'accueil du marché était très réservé, le titre abandonnant près de 5% à 225,9 euros à la clôture. Ce repli trouve toutefois son origine dans le bon parcours boursier du constructeur français depuis le fin du mois de juin. L'action s'était en effet appréciée de près de 12%, à la faveur notamment de l'optimisme des analystes sur les perspectives de CA du groupe. Peugeot est aujourd'hui revenu à son cours du début d'année, sous-performant largement l'indice CAC40.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :