Les valeurs biotech retrouvent la faveur des investisseurs’

 |  | 534 mots
Après plus d'un an et demi de purgatoire, les valeurs de biotechnologie retrouvent enfin les faveurs des investisseurs. En particulier, les valeurs européennes, et notamment françaises, ont emboîté le pas à leurs homologues d'outre-Atlantique, dont l'indice sectoriel du Nasdaq s'est inscrit en hausse de plus de 100 % en 1999.Fortement sanctionné pour le manque de visibilité de ses perspectives de rentabilité, le spécialiste français de la génomique Genset a bondi de 240 % depuis la mi-octobre à 71,5 euros dans un volume inhabituellement élevé, tandis que Transgène s'est renchéri de 140 % depuis six semaines à 50 euros.Au centre de ce retour en grâce, le sentiment que les ambitieux et coûteux programmes d'investissement en recherche et développement entrepris par ces entreprises ces dernières années en l'absence provisoire de revenus portent enfin leurs fruits. En particulier, l'accélération des procédures de décodage des génomes ouvre les portes des laboratoires aux entreprises spécialisées dans le secteur. Du coup, les perspectives de rentabilité de ces sociétés deviennent crédibles." Le brusque changement d'attitude des investisseurs vis-à-vis des valeurs technologiques tient au changement de paradigme entourant leurs méthodes de valorisation. A la grande différence des valeurs de l'internet, ces titres ne recèlent plus seulement un potentiel, mais peuvent désormais être jugés au moyen des modèles de valorisation classiques d'actualisation des revenus futurs ", constate Benoît Bouche, analyste chez Puilaetco. D'où la récente ruée des investisseurs, dont profitent notamment les petites valeurs françaises du secteur.Tout d'abord, les perspectives d'utilisation à des fins thérapeutiques de la spécialité de Genset, le référencement des composants du chromosome 23, deviennent enfin encourageantes. Dernier accord en date, l'annonce, mardi, d'une collaboration avec Whitehead Institute for Biomedical Research en vue de découvrir les gênes responsables du diabète et de l'obésité. Et si Genset n'a pas vocation à élaborer, et encore mois à commercialiser, de produits finis, son expertise devient incontournable. Les leaders mondiaux de la pharmacie, tels que Glaxo ou Merck ont notamment annoncé leur intention d'accroître leur présence sur le créneau.Spécialisée dans la conception de produits de thérapie génique, Transgène doit également son retour en grâce d'un éclaircissement de ses perspectives de rentabilité et d'activité. Fin décembre, l'entreprise a notamment annoncé au 22ème symposium sur le cancer du sein, à San Antonio (Texas), des résultats d'essais cliniques de Phase II encourageants avec son vaccin anti-cancéreux. Autrefois handicapé par le manque de visibilité de son business plan et par la présence de la famille Mérieux dans son capital, cheval de Troie de l'Etat aux yeux des investisseurs anglo-saxons, Transgène sort ainsi de sa léthargie.Un retour en grâce qui, de l'avis de nombreux experts, devrait précipiter les introduction en Bourse de valeurs du secteur en 2000, après le marasme de ces dernières années. Et peut-être intensifier les velléités des grands laboratoires mondiaux, soucieux d'internaliser leur recherche et développement en absorbants de petits acteurs. Warner Lambert et Sugen ont déjà essuyé les plâtres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :