Fourmi plutôt que cigale

 |   |  371  mots
Décidément, le syndrome de la canicule de l'été 2003 aura marqué les esprits du pouvoir politique. Il aura suffi d'une flambée pétrolière et d'une montée au créneau de l'opposition pour que le ban et l'arrière-ban du gouvernement rejoignent le front de la communication. On ne s'en plaindra pas : mieux vaut trop de présence que pas assez. Mais on restera tout de même un peu sur notre faim. Déplacer à Matignon, autour du Premier ministre, quatre ministres de poids, convoquer un mini-séminaire gouvernemental pour, au final, annoncer que la question du pétrole cher et de ses répercussions sera étudiée de près à la rentrée... : pas sûr que les Français en redemandent. D'autant qu'en vérité le principe, annoncé par Dominique de Villepin, qui veut que chaque sou de plus qui entrera dans les caisses de l'état grâce à l'envolée des prix du brut sera redistribué soit aux professionnels concernés, soit aux citoyens les plus démunis, n'est pas forcément approprié. Car il installe l'idée que l'argent providence n'a pas lieu d'être employé à l'investissement ou à la restauration des comptes de l'Etat. Certes, on comprend que la flambée de l'essence est un sujet important, dans la mesure où il touche directement l'un des moteurs de notre faible croissance, en l'occurrence la consommation des ménages. C'est incontestable. Mais une réponse opportuniste, sous le feu de la chaleur estivale, n'est pas forcément la plus efficace à long terme. Puisqu'il est acquis que les prix du pétrole resteront durablement élevés et que l'or noir viendra bientôt à manquer, pourquoi ne pas se lancer dans une réflexion plus profonde sur la fiscalité pétrolière, avec en ligne de mire le financement d'énergies de substitution, le développement de nouvelles solutions de transport, comme les véhicules hybrides, et la baisse de la consommation d'énergie ? Après tout, s'il y a surplus pour les caisses de l'Etat, autant le réutiliser de façon durablement constructive. Et adopter une attitude plus fourmi que cigale, même si celle-ci est apparemment plus populaire en ces temps d'été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :