Le groupe Zannier rassure le marché

 |  | 412 mots
Le groupe Zannier, spécialiste des vêtements pour enfants, a assuré jeudi dans un communiqué que la procédure judiciaire en cours, notamment à l'encontre de son président Roger Zannier, n'affectait pas les comptes de la société. Cette communication intervient après la mise en examen de M. Zannier, révélée vendredi dernier, dans un dossier portant sur une opération financière réalisée sur la marque Kickers fin 1994. "La procédure judiciaire ouverte depuis 1995 n'affecte en rien ni la réalisation de la joint-venture Kickers Worldwide (créée en avril dernier, ndlr), ni la concrétisation de l'accord visant à rapprocher Groupe Zannier et Y2K (Catimini-IKKS)", affirme le communiqué. "De plus cette procédure n'a aucun impact sur les comptes du Groupe Zannier", ajoute-t-il. M. Zannier, mis en examen à la mi-mai par le juge d'instruction parisien Guy Ripoll, est poursuivi pour "abus de biens sociaux", "diffusion de fausses informations sur le marché" et "diffusion de comptes annuels inexacts". Le groupe Zannier, qui exploite plusieurs marques de vêtements pour enfants et adolescents, dont "Z", Floriane, Absorba et Confetti, avait été épinglé par la Commission des opérations de bourse (COB) au sujet d'un "aller-retour", jugé suspect, sur sa marque Kickers, vendue et rachetée en moins de six mois entre fin 1994 et début 1995. Après une enquête de plus d'un an, la COB avait transmis le dossier au parquet qui avait ouvert une information judiciaire en septembre 1997.Les investisseurs ont profité de cette annonce pour revenir sur le titre, lui permettant de regagner 9,76 % à 56,8 euros a mi-séance. Il se repliait toutefois ensuite pour terminer sur une progression de 2,42% à 53 euros. Au cours des trois premières séances de la semaine, l'action Groupe Zannier s'était effondrée de plus de 15 %, en raison des incertitudes pesant sur l'avenir du président de la société.Pour les analystes de la société de bourse Wargny, cette mise en examen ne constituait d'ailleurs pas une véritable menace pour le titre. "Latente depuis plusieurs années, cette mise en examen ne peut en aucun cas affecter la croissance des ventes du groupe, ni les accords passés antérieurement (accord avec Pentland, rachat de IKKS, ...). Par ailleurs, l'équipe de direction est étoffée et peut parfaitement assumer l'ensemble de la direction des affaires en cas d'indisponibilité du PDG". Par conséquent, Wargny reste à l'achat sur la valeur avec un objectif de cours de 73 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :