Péchiney renonce à surenchérir sur Alcan pour racheter Algroup

 |  | 408 mots
Le français Péchiney "n'envisage pas de surenchérir" sur l'offre lancée le 1er juin par son concurrent canadien Alcan pour racheter le groupe suisse Aluminium Algroup."Péchiney avait une idée précise du prix qu'il était prêt à proposer pour Algroup. Ce prix était déterminé en fonction à la fois de l'intérêt stratégique de l'opération et de la création de valeur" qui en aurait découlé; "compte tenu du nouveau prix proposé par Alcan, Péchiney n'envisage pas de surenchérir", indique-t-on chez Péchiney . Une contre-offre de Péchiney aurait d'ailleurs eu peu de chances d'aboutir. La société suisse BZ Group Holding Limited et ses filiales se sont en effet engagées à échanger les quelque 2.300.000 actions d'Algroup qu'elles détiennent, soit environ 34% des actions d'Algroup, en actions Alcan. De ce fait, Péchiney n'avait pas la possibilité de rassembler plus de 66 % du capital du groupe suisse, rendant périlleuse une surenchère.A la Bourse de Paris, les investisseurs ont bien accueilli la décision de Péchiney. L'action clôture en hausse de 0,62 % à 44,07 euros, après avoir gagné plus de 3 % en cours de séance. Le titre reste toutefois en repli de près de 38 % depuis le 1er janvier, et de plus de 44 % par rapport à son sommet de l'année 2000 (81 euros).Péchiney ne renonce pas pour autant à développer ses activités au cours des prochains exercices. "Nous avons toujours pour objectif de doubler pratiquement la taille du groupe dans les cinq ans. Nous avons et nous aurons beaucoup" d'occasions pour y parvenir, "que cela passe par croissance interne ou par acquisitions", a ajouté Fabienne de Brébisson, précisant que Péchiney avait "les moyens" de financer de telles opérations.Alcan a lancé le 1er juin une offre de rachat sur Algroup proposant aux actionnaires du groupe suisse de recevoir pour chacune de leur action 17,1 actions Alcan. A ceci s'ajoute un versement en espèces de 90 francs suisses (remboursement de capital) et le versement d'un dividende spécial de 135 francs suisses pour chaque action Algroup. Cette fusion fera du nouveau groupe le No.2 mondial de l'aluminium derrière l'américain Alcoa, avec un chiffre d'affaires 1999 de 12,4 milliards de dollars. Cette nouvelle offre intervient après le blocage par la Commission européenne de la fusion entre Alcan, Algroup et Péchiney qui aurait donné naissance au plus gros producteur d'aluminium au monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :