Neopost s'envole après l'homologation de ses produits par la poste américaine

 |  | 394 mots
Lecture 2 min.
La société Neopost, deuxième fournisseur mondial d'équipements de traitement du courrier, a annoncé vendredi matin avoir reçu l'accord de la poste américaine pour commercialiser deux de ses produits outre-Atlantique. Attendu depuis longtemps par le marché, cet accord a provoqué une envolée du cours de l'action : vers 12h, le titre gagnait 8.70 % à 33.75 euros. " Les investisseurs attendaient cette homologation définitive pour revenir sur l'action ", explique Xavier Prin, qui suit la valeur Neopost pour BNP Equities.Les deux produits concernés seront commercialisés par Neopost Online Inc., la filiale américaine de Neopost. Le premier, Simply Postage PROmail, permet à ses utilisateurs de peser les paquets et enveloppes et d'imprimer des timbres autocollants, après téléchargement d'un crédit d'affranchissement via le site internet de la société. Simply Postage PCmail présente une technologie plus innovante : il s'agit d'un boîtier électronique sécurisé qui, une fois connecté à un ordinateur personnel, permet d'imprimer directement l'affranchissement et l'adresse de destination du courrier sur une imprimante laser ou à jet d'encre. L'affranchissement est réalisé par l'intermédiaire d'un timbre électronique accompagné d'un code barre à deux dimensions. Le communiqué publié par la société précise également que le produit EZmail, qui permet l'affranchissement direct via internet, " est en phase finale de bêta test auprès de la poste américaine ". Pour Alexandre Gérard, analyste de Dresdner Kleinwort Benson, " cette homologation est d'une importance primordiale, car il s'agit du marché sous-jacent le plus étendu pour Neopost Online. "Au cours de l'exercice 1999/2000 (clos le 31 janvier 2000) Neopost a vu son résultat net croître de 22,2% en à 30,8 millions d'euros contre 25,2 millions d'euros en 1998. Le chiffre d'affaires du groupe a quant à lui progressé de 9,9% sur l'année à 437,8 millions d'euros contre 398,5 millions d'euros un an plus tôt. Xavier Prin est à l'achat sur le titre, pour lequel il fixe un premier objectif de cours de 40 euros, susceptible d'être prochainement réévalué. Alexandre Gérard est également positif sur le titre à long-terme, qui devrait être porté par un marché en forte croissance. " Un accord est récemment intervenu entre Pitney Bowes, numéro un américain de l'équipement d'affranchissement, et la poste italienne pour la mise en oeuvre d'un véritable service d'affranchissement on line. Cela laisse augurer d'un développement rapide de ce marché en Europe au cours des prochains mois. "

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :