La consommation des ménages allemands ne redémarre pas

 |  | 248 mots
Lecture 1 min.
Rien n'y fait. Malgré une feuille d'impôt allégée et un marché du travail en progrès, les ménages allemands hésitent à mettre la main au portefeuille. Les derniers chiffres de l'Office allemand des statistiques le confirment de manière indiscutable: en données corrigées des variations saisonnières, le chiffre d'affaires du commerce de détail est resté quasiment stable (+0,1%) en octobre. Plus inquiétant, les ventes des commerçants ont reculé de 0,3% sur un an et de près de 4% depuis leur sommet d'avril dernier.Si la tendance observée en octobre se confirme lors des deux derniers mois de l'année, c'est l'ensemble de l'économie allemande qui risque d'accuser le coup. Déjà, dans les comptes nationaux récemment publiés par l'Office des statistiques, les dépenses des ménages s'étaient illustrées par leur faiblesse. Leur taux de croissance s'était sensiblement contracté, passant en glissement annuel de 2,6% au deuxième trimestre à 1,8% au troisième trimestre. Malgré la forte croissance des investissements des entreprises, la hausse du PIB s'était donc limité à 0,6%, beaucoup moins qu'au cours du 2ème trimestre (1,1%).A deux jours de la publication de l'indice Ifo du climat des affaires, les chiffres des ventes au détail ne manquent pas d'inquiéter. Malgré une demande extérieure toujours dynamique, la faible croissance de la consommation domestique risque d'inciter les entreprises à revoir à la baisse leurs projets d'investissements. Ce qui retirerait à la croissance allemande son principal moteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :