General Electric en piste pour une année record

 |  | 413 mots
Lecture 2 min.
S'exprimant lundi soir devant des analystes financiers, Jack Welch, PDG de General Electric, a affirmé que le bénéfice du groupe, comme le bénéfice par action, s'annoncent conformes pour l'exercice 2000 aux prévisions de Wall Street.Le bénéfice par action devrait atteindre 1,27 dollar pour l'ensemble de l'exercice, contre 1,07 dollar en 1999. Le cash flow va s'étoffer parallèlement de plus de 20% à plus de 14 milliards de dollars. General Electric prévoit de réaliser également un chiffre d'affaires d'environ 130 milliards de dollars, en hausse de 17% par rapport à l'an dernier."Nous sommes sur le point de conclure une nouvelle année record", s'est félicité Jack Welch, qui préside aux destinées du groupe depuis 20 ans et doit prendre sa retraite à la fin 2001.Pour l'exercice 2001, GE est "à l'aise" avec les prévisions des analystes, qui tablent sur un bénéfice de 1,50 dollar par action, à condition que l'environnement soit "raisonnable' et abstraction faite de l'acquisition d'Honeywell.Commentant l'incertitude économique apparue au quatrième trimestre, Jack Welch a estimé que même en cas de "récession modée", GE pourrait tabler sur une croissance à deux chiffres (supérieure à 10%) de son bénéfice par action.Cet optimisme s'explique par la longueur du cycle d'affaires de GE et par la robustesse de son modèle économique, qui s'appuie sur une grande diversité internationale, la croissance des services et la transformation vers le e-business, a précisé le PDG.Jack Welck a également noté les "opportunités" que répresente le rachat du groupe Honeywell -- annoncé en octobre -- dont la technologie et les produits sont complémentaires des activités de GE (moteurs d'avions, turbines, systèmes industriels..).Honeywell (avionique, automatisation, matériaux de haute technologies..) a révisé ses prévisions de bénéfices pour le quatrième trimestre à la baisse lundi après avoir renoncé à se séparer de certains actifs dans le cadre de son rapprochement avec General Electric."Les opportunités de synergie à long terme entre les deux groupes pourraient s'avérer toutefois supérieures de plus de 50% aux prévisions initiales" et atteindre 2,5 milliards par an, a assuré Jack Welch.GE et Honeywell espèrent fusionner au premier trimestre 2001, après approbation de l'opération par les autorités de la concurrence et les actionnaires d'Honeywell. Une fois l'acquisition bouclée, GE inscrira une charge exceptionnelle avant impôts de 4 milliards de dollars pour le coût des actions liées à la transaction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :