Nouveaux dégagements sur Valéo

L'année 2000 restera comme l'une des plus difficiles pour les équipementiers automobiles, mais 2001 pourrait être encore pire. Voilà, en substance, ce que redoutent les investisseurs alors que se multiplient les signes de fléchissement des ventes de véhicules des deux côtés de l'Atlantique. Le leader français du secteur, Valéo, accuse le coup. Après avoir déjà chuté de 6,54% lundi, le titre a abandonné 2% à 49 euros mardi. Depuis le début de l'année, l'équipementier affiche l'une des plus mauvaise performances du CAC 40 avec une dépréciation de plus de 36%. L'action est aujourd'hui à environ 10% de son plus bas annuel d'octobre dernier, quand elle avait plongé jusqu'à 43,9 euros. Par la suite, le titre avait rebondi sur la foi de rumeurs de rachat par un autre équipementier. Faurécia, qui a déjà acquis cette année une partie des activités de Sommer-Allibert, avait notamment été pressenti comme éventuel repreneur. Une rumeur à laquelle la filiale de PSA a depuis apporté un démenti.Avec un attrait spéculatif amoindri, Valéo a logiquement repris son mouvement de repli sur le marché boursier. Le constat est simple pour les analystes: les difficultés connues aujourd'hui par les constucteurs, notamment américains, vont les inciter à réduire leurs coûts d'approvisionnement, ce qui devrait entraîner une nouvelle contraction des marges des équipementiers. Une impression confirmée par le récent plan de réduction des coûts présenté par la direction de Chrysler: la filiale américaine du géant DaimlerChrysler va demander à ses fournisseurs de réduire leurs prix de 5% dès janvier 2001, avant de procéder à de nouvelles coupes à hauteur de 10% dans les deux années à venir. Ces craintes interviennent alors que les marges des équipementiers automobiles sont déjà soumises à rude épreuve. Contraint de lancer un "profit warning" le 19 septembre dernier, Valéo avait alors annoncé qu'il serait incapable d'atteindre les 7% de marge d'exploitation visés pour l'exercice 2000. Lors du troisième trimestre de son exercice, le groupe a d'ailleurs vu sa marge d'exploitaiton se contracter à 5,3% de son chiffre d'affaires, contre 5,8% une année auparavant.L'équipementier cherche toutefois à rassurer les investisseurs en insistant sur l' "excellent niveau" de ses commandes. "Des contrats importants ont été signés en particulier auprès de General Motors, DaimlerChrysler et Volkswagen, dans les systèmes d'essuyage, les modules haut de colonne et les systèmes de climatisation", avait notamment annoncé Valéo lors de la présentation de ses résultats trimestriels.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.